Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La faillite des banques centrales - Epilogue

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 09 mai 2012
650 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 10 votes, 4,7/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental

 

 

 

 

Notre précédent article défendait la thèse que l'insolvabilité d'une banque centrale ne pouvait être que comptable, et que de ce fait elle n'avait pas d'incidence directe sur la situation économique de la banque centrale elle-même. En revanche, nous avons évoqué la possibilité d'une incidence indirecte, notamment à travers le comportement des détenteurs de monnaie. C'est l'analyse de ce dernier point qui clôturera cette trilogie sur la question de la faillite des banques centrales.

Une monnaie continue à être détenue et utilisée dans les transactions uniquement dans la mesure où les individus anticipent pouvoir l'échanger contre d'autres biens et services à l'avenir. Cette anticipation, aussi subjective soit-elle, se nourrit de facteurs objectifs, tels l'attitude observée des autres participants au marché ainsi que la stabilité du pouvoir d'achat de la monnaie. Si, par exemple, les prix monétaires se mettaient à grimper contre toute attente, les anticipations quant à la capacité de la monnaie de garder le pouvoir d'achat de l'épargne individuelle seront revues. Une baisse de la demande de monnaie s'ensuivrait, laquelle impliquerait de fait une demande accrue d'autres biens et services, et donc une hausse effective des prix monétaires.

C'est bien ce comportement individuel en matière de demande de monnaie qui explique tant la genèse que la mort des monnaies, et donc par extension de leurs producteurs. Dans le monde moderne des monnaies-papiers, une banque centrale peut être mise à mal si la demande pour sa monnaie (euro, dollar, yen) venait à diminuer sensiblement jusqu'à disparaître. La hausse des prix monétaires qui s'ensuivrait nourrirait des anticipations de baisse future du pouvoir d'achat, ce qui inciterait les individus à détenir encore moins de monnaie.

Il n'est pas rare que cette situation qui, à cause du refus d'utiliser la monnaie, donne l'illusion d'une rareté de celle-ci pousse la banque centrale à injecter encore plus de monnaie, soi-disant pour pallier l'insuffisance d'encaisses. Le processus accéléré de détérioration du pouvoir d'achat de la monnaie, qu'on appelle encore hyperinflation, résulte alors en une annihilation pure et simple de la valeur de la monnaie. D'un point de vue économique, la banque centrale a fait faillite.

Certains arrangements monétaires différents de celui décrit dans notre série d’article, tels la convertibilité en une monnaie marchandise (l’étalon-or par exemple), présentent l’avantage d’envoyer des signes annonciateurs de détérioration du pouvoir d’achat de la monnaie en question qui permettent alors d'éviter la faillite définitive d'une banque émettrice.

Ainsi, la baisse de la demande de signes monétaires (à savoir les billets convertibles dans la marchandise choisie comme monnaie), surtout grâce à des spéculateurs entreprenants et avisés, se traduit alors par une perte de réserves en monnaie-marchandise. Cela rend bien plus difficile le maintien de la convertibilité, et oblige la banque centrale émettrice à adopter une politique conservatrice, dans la mesure où elle souhaiterait ne pas dévaluer ses émissions. Le risque de dévaluation, et la perte de réputation qu'il impliquerait, agit alors comme un facteur responsabilisant. Ce mécanisme est cependant absent du monde moderne de monnaies-papiers inconvertibles.

La faillite d'une banque centrale moderne apparaît in fine comme tout à fait possible, non pas à cause de l'inconvertibilité de la monnaie-papier, mais à cause du comportement que les utilisateurs de la monnaie pourraient adopter. A son tour, ce comportement est intimement lié à la politique suivie par la banque centrale, notamment en matière de création monétaire. Plus une banque centrale est expansionniste, plus elle s'expose au risque de faillite car elle nourrit la réticence des individus à utiliser sa monnaie.

Au fond, ce sont donc les fausses théories économiques lesquelles, en faisant croire à un lien causal entre création monétaire et richesse, justifieraient les politiques monétaires expansionnistes, qui expliquent la possible faillite des banques centrales. Il s'agit là d'une conclusion, somme toute, positive car elle suggère que des institutions incapables d’atteindre l’objectif qui leur a été assigné (dans le cas d’une banque centrale, le maintien du pouvoir d’achat de la monnaie) finissent par disparaître d'elles-mêmes.

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (10 votes)
>> Article suivant
Siméon Brutskus a vécu sa jeunesse à l'Est, avant de parfaire son éducation économique en France. Sa carrière d'enseignant-chercheur l'a conduit à s'intéresser à la théorie et politique monétaires, et au rôle qu'occupent les banques centrales dans la déstabilisation des systèmes financiers.
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
  Tous Favoris Mieux Notés  
Dans nos sytèmes monétaires, où il n'y a pas de contrepartie tangible à la masse monétaire (comme une convertibilité or par exemple), une banque centrale ne peut pas faire faillite, point barre.

On ne peut pas confondre l'hyperinflation et la faillite d'une banque centrale.

En Serbie pendant la guerre de Yougoslavie, il y a eu une hyperinflation. Le Dinar s'échangeait par billet de 500 milliards. Lors de l'apparition du nouveau Dinar, il n'y a pas eu de faillite de la banque centrale, ni de recapitalisation il me semble. C'est justement l'ensemble des autres agents qui détiennent la monnaie qui peuvent tomber en faillite, mais certainement pas la banque centrale qui ne disparait pas.

Dans un système de convertibilité or, la banque centrale peut évidement faire faillite si elle ne détient pas 100% de ses réserves en or. La banque centrale émet des billets comptabilisés à son passif. En contrepartie elle dispose d'or et de titres en pension à son actif. Les agents retournent les billets à la banque centrale et demandent le remboursement en or. Elle ne peut pas rembourser l'or, BOUM faillite.

Aujourd'hui, vous ne pouvez pas retourner vos billets à la banque centrale pour vous les faire rembourser. Pas de faillite possible.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Dans nos sytèmes monétaires, où il n'y a pas de contrepartie tangible à la masse monétaire (comme une convertibilité or par exemple), une banque centrale ne peut pas faire faillite, point barre. On ne peut pas confondre l'hyperinflation et la faillite d  Lire la suite
zoppas - 09/05/2012 à 13:36 GMT
Note :  5  0
Top articles
Derniers Commentaires
La France : entre la gauche et le rejet
16 déc.merisier2
"Enfin, en tant que force progressiste, la gauche n’existe plus." En attendant Macron est bien là et on voit le résultat ! A propos de guerre c...
Des services publics que le monde nous envie
12 déc.merisier5
Le prélèvement à la source, usine à gaz dont le pays a le secret, pourrait bien donner encore du grain à moudre à une France dont on sent de plus e...
Le gouvernement n’a toujours pas compris le message
12 déc.merisier4
@ Monrose C'est la meilleure chose qui pourrait arriver. Sinon ça va basculer vers des jours très sombres avec tout ce que cela implique d'ince...
Le gouvernement n’a toujours pas compris le message
10 déc.gloopy3
entre l' erdoghanisation de plus en plus généralisée de la population par l' appareil d' Etat français ( propagande mensongère, asservissement de l...
Le gouvernement n’a toujours pas compris le message
11 déc.Monrose5
son discours rappelle le ratage du discours TV de De Gaulle du 24 mai 1968. De Gaulle complétement dépassé n'a pu rattraper le coup qu'avec la dram...
Dépense publique : vers l’infini et au-delà !
10 déc.houm3
il y a quand meme des choses plus urgentes que d equiper la police tout comme les militaires obligés de payer leurs equipements et en plus des sala...
Le gouvernement n’a toujours pas compris le message
10 déc.merisier7
La qualité fondamentale d'un chef c'est tout de même de savoir s'entourer de gens compétents. Macron qui se plaint d'être mal entouré, alors là, c'...
Dépense publique : vers l’infini et au-delà !
09 déc.merisier4
Ce qui me laisse perplexe, c'est qu'avec tout le pognon de dingue qui nous est soutiré, des policiers se plaignent d'avoir des casques réformés pui...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX