Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La Ligne Maginot

IMG Auteur
Publié le 12 novembre 2012
991 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 25 votes, 4,5/5 ) , 18 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
18
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Billets d'Humeur

 

 

 

 



Mes chères contrariées, mes chers contrariens,


L'information la plus importante du week-end est sans contexte la moutarde qui monte au nez de nos « amis » allemands.


Alors que les divisions de Panzerspéculateurs se massent proche de la frontière, le gouvernement Daladier a décidé de décréter la mobilisation générale. La ligne Maginot budgétaire a été activée. Elle est censée stopper net l'offensive des Panzerspéculateurs.


Aux actualités ce matin, le ministère de la censure expliquait que nous n'avions rien à craindre. Nos défenses tiendront.


Ha, oui, pardon, excusez-moi, ma femme me glisse dans l'oreille que nous ne sommes pas en 40. Je me suis égaré.


Quoique non en fait. Je voulais juste montrer qu'encore une fois, les relations entre la France et l'Allemagne sont complexes. Et puis au-delà, l'Allemagne a décidé de mettre la pression sur notre pays en disant clairement que nous sommes le maillon faible. En réalité, ce n'est pas si faux que cela. D'autres n'hésitent pas à franchir le Rubicon, en expliquant que l'Allemagne ne peut s'empêcher de mettre l'Europe à feu et à sang tous les cinquante ans. Lorsque l'on voit ce qu'il se passe en Espagne, en Grèce et même au Portugal, où plus de 5 000 militaires ont manifesté dans les rues de Lisbonne, on peut légitimement se poser des questions sur l'attitude allemande. Mais nous y reviendrons un peu plus bas.


Nous avons donc appris que :


Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble aurait demandé au Conseil des experts économiques de son pays de réfléchir à des propositions de réformes économiques pour la France, craignant une chute de la deuxième économie de la zone euro et de ses conséquences sur le devenir de l’Europe dans son ensemble…


Malgré les démentis qui sont intervenus vendredi après-midi, le pavé dans la mare a été jeté ! Deux responsables, s’exprimant sous le sceau de l’anonymat, ont ainsi expliqué à Reuters que W. Schäuble avait demandé aux « sages » de réfléchir à un rapport susceptible de donner des pistes de réformes pour la France avant qu’il ne soit trop tard…


Berlin s’inquiète en effet de la tournure des événements en France à la lumière des dernières décisions prises par le gouvernement Ayrault qui ne s’attaquerait pas aux réformes structurelles indispensables pour remettre le pays sur de bons rails budgétaires… De quoi manquer les objectifs de déficits l’an prochain et plonger l’Euro dans une nouvelle crise qui risquerait cette fois d’être fatale à la monnaie unique.


« Les inquiétudes s’accumulent en raison du manque d’action du gouvernement français sur la réforme du marché du travail », a estimé Lars Feld, un des membres du comité des sages, à l’agence Reuters.


« Le principal problème en ce moment, ce n’est plus la Grèce, l’Espagne ou la l’Italie, c’est devenu la France parce qu’elle n’a rien entrepris de nature à rétablir sa compétitivité, au contraire, elle va dans l’autre direction ! », a poursuivi Lars Feld. « Il faut à la France une réforme du marché du travail, c’est le pays de la zone euro qui travaille moins d’année en année, alors, qu’attendez-vous comme résultat ? Les choses n’iront pas en s’améliorant, à moins que de vrais efforts soient déployés. »


Voilà résumé en quelques paragraphes la position allemande et l'inquiétude que suscite la gestion de notre pays.


Soyons honnêtes avec la nouvelle équipe socialiste au pouvoir. Le gouvernement Ayrault est allé bien plus loin dans la rigueur et dans les hausses d'impôts que le gouvernement Fillon.


J'ai tout de même l'impression que la « parole » allemande est nettement plus libérée depuis que les socialistes français sont au pouvoir, il convient de rappeler néanmoins que jamais la dette ne s'est autant accrue en pourcentage comme en montant absolu que pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Cette remarque ne constitue pas une critique mais un simple rappel des faits. C'était à ce moment l'idée de la relance qui présidait aux décisions économiques. Mais ce fut clairement une erreur.


Concernant l'attitude de nos « amis » allemands, effectivement elle peut prêter le flanc aux critiques.


Il n'y aurait pas de problème avec notre partenaire germanique si nous avions chacun notre monnaie. Peu ou prou, ce serait « chacun son problème ». Non, le véritable souci, c'est que nous partageons la même monnaie. Notre euro.


L'euro est un carcan pour les économies du sud au sens large


On parle côté allemand de la compétitivité française. Mais il ne faut pas oublier l'aspect monétaire de notre compétitivité.


Lorsque l'euro a été introduit, il valait environ 0,9 dollars. Aujourd'hui, il en vaut 1,30. Nous avons, sans rien faire, en quelques années, perdu plus de 40 % de compétitivité par rapport à nos concurrents américains par exemple et uniquement à cause d'une très forte appréciation de l'euro. Cela n'arrange pas notre pays, ni l'Espagne, ni le Portugal, ni la Grèce, ni même l'Italie.


Cette monnaie forte, c'est une monnaie allemande, pour l'économie allemande. Cela n'est pas transposable aux autres économies de la zone euro. C'est peut-être regrettable, mais c'est ainsi.


Nous construisons des lignes Maginot


Alors fidèles à notre tradition de bâtisseurs/guerriers, nous construisons des lignes Maginot qui ne résisteront pas, car elles sont tout simplement chimériques.

L'euro peut-il subsister sous cette forme ?


L'euro est-il en train de devenir le point d'achoppement des relations franco-allemandes ?


Car il ne faut pas se leurrer. Au-delà des piques sur notre gestion budgétaire, tout en sachant que plus de rigueur, ou de chômeurs, ou moins de CDI (ce qui revient au même), cela pèsera très fortement sur notre croissance, c'est-à-dire, dans l'état actuel des choses, sur notre récession économique.


Il n'y a fondamentalement aucune raison que l'Allemagne attaque ainsi frontalement notre pays. Alors quel est le mobile ?


Je pense qu'une guerre vient de commencer autour des aspects monétaires et de l'euro.


Ce qui est sûr, c'est que comme en 40, ce n'est pas la ligne Maginot qui nous sauvera.




Charles SANNAT

Directeur des Études Économiques Aucoffre.com

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | Espagne | France | Grèce | Italie | Portugal | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | Espagne | France | Grèce | Italie | Portugal | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (25 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
pas de tres forte appreciation de l'euro mais une depreciation continuelle du dollard QE obligent....
la solution au manque de competitivité de la France? Que l'Allemagne accepte une légère hausse de son inflation (modérée à 4%) par le biais de la politique budgétaire de manière à ce que leurs coûts de production relatifs (les salaire allemands) augmantent.
Evaluer :   2  3Note :   -1
EmailPermalink
Pour avoir un début d'idée de l'effet d'une telle annonce:
Tu fais un micro-trottoir en France et tu annonces à la poissonnière ou au pillier de bistro que désormais le livret A connaîtra un intérêt de MOINS 4%. Idem pour les salaires et les retraites, le public et le privé.

On ne peut pas écrire cela en ayant un début d'idée de ce que le seul mot INFLATION représente pour eux.

Une notion communément acceptée non comme un levier d'action mais comme un VOL délibéré, bien délictueux, bien prémédité, qui plus est de la part de gens ayant autorité, titulaires d'un mandat par délégation de pouvoir et parjures (puisqu'en début de mandat ils ont juré sur l'Evangile de servir le bien commun et lui seul). Une monstruosité ignoble qui mérite l'encan en place publique.

Si on commence les négociations par demander ce qui est hautement inacceptable, on est pas près de signer !
Evaluer :   4  4Note :   0
EmailPermalink
augmenter leurs coûts pour masquer le manque de compétitivité des autres...
Mais bien sûr! Il falait y penser.

Alors moi je suis un gros graisseux plein de lard et je ne cours pas très vite le 400m.
Si on collait des gueuses de 50Kg à mon concurrent du couloir voisin, la course serait mieux équilibrée.

(Sans se poser la question d'ailleurs de leur compétitivité par rapport aux asiatiques ou aux émergents.)

Oh ben oui, alors. On n'y avait pas pensé. On va se coletiner du lest et ça nous fera du bien à tous. On va relever le niveau de la compétition. On va gagner les Jeux olympiques mondiaux.

Ca me rappelle la parabole de la hache obtuse.

Faudrait quand même pas les prendre pour des courges.

Tant qu'il y aura un Français qui considère que la solution à ses/nos problèmes consiste à ce que LES AUTRES fassent ceci ou celà... on n'est pas sortis de l'ornière !
Evaluer :   4  4Note :   0
EmailPermalink
L'Allemagne n'a-t-elle pas intérêt que ses partenaires commerciaux, et surtout ses débiteurs, gagnent en compétitivité ? Si la France, après l'Espagne et les autres pays du sud, sombrent dans la récession, la crise et pour finir le défaut de payement, croyez vous vraiment que c est le souhait de l'Allemagne? Monsieur Ruess65: vous avez une connaissance bien sommaire des enjeux et de la situation. Ce n'est pas les jeux olympiques ou une nation doit battre ses alliés "à mort".
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
On est bien d'accord!
On a plus intérêt collectivement à ce que les gros lards s'améliorent plutôt à charger de lest ceux qui ont un peu moins de sur-charge pondérale.
On a même toujours intérêt à avoir des concurrents de bonne qualité et de force comparable.

L'image des Jeux olympique ne me déplait pas. Lagarde nous dis bien que nous sommes entrés dans un économie de guerre.
La compétition, l'exigence de croissance dans un vase clos, fait gagner ce qu'un autre a perdu. Les parts de marché vont se chercher avec les dents, surtout quand le marché global stagne ou recule.
On ne peut pas se pointer au départ du 400m en faisant semblant de croire qu'il s'agit d'une promenade, qu'on ira tous au paradis, que les bisounours sont tous aussi gentils les uns que les autres.
Et comme nos concurrents sont aussi nos clients, on a tous intérêt à ce qu'ils soient bien portants, riches et solvables.
L'Allemagne plus encore que les autres puisqu'elle a un besoin structurel d'excédents commerciaux.
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
L'Allemagne n'a strictement aucun intérêt à provoquer l'explosion de la zone euro car un retour à une monnaie nationale signifierait une énorme perte de compétitivité : l'Allemagne a une économie forte basée sur l'exportation, elle a besoin d'une devise "faible" pour maintenir la compétitivité de ses exportations. L'euro est donc une excellente chose pour elle.
C'est la raison pour laquelle elle regarde de très près ce qui se passe chez les autres, elle veut s'assurer que les mauvais élèves, PIIGS et France, ne vont pas amener la zone euro à l'explosion par leurs fantaisie budgétaire latine. Il faut maintenir l'euro coûte que coûte, car le retour à un deutschmark fort (car indexé sur la santé commerciale de son pays) serait forcément pire.
Grâce à l'euro, l'Allemagne a bénéficié de 10 années de devise faible pour ses exportations (d'où leur réussite depuis le passage à l'euro, n'en déplaise à ceux qui attribuent cela à la politique de G. Schröder). Les Allemands plus que tous les autres pays de la zone euro savent combien cette devise leur est chère. Alors qu'elle est un carcan asphyxiant pour les pays du sud.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Si l'Allemagne a profité de l'euro à travers les exportations,il ne faut pas croire que c'est l'ensemble de la population qui en a bénéficié.
Il y a en Allemagne un chômage élevé,pas autant bien sûr qu'en Grèce ou en Espagne.Il ne faut surtout pas oublier qu'il a de nombreux salariés très pauvre,avec des jobs à 1 euro,oui à 100 cents,de l'heure.C'est sous le chancelier Schroeder (SPD) que ces jobs ont été créés.En Allemagne aussi il y a un nombre croissant de retraités pauvres,qui après avoir pourtant cotisé durant leur vie professionnelle,ne parviennent plus à s'en sortir vu le niveau de leur retraite et,tant qu'ils leur reste des forces exercent un job de complément.

Ceux qui ont profité de ces exportations ce sont les groupes exportateurs et les managers de ces groupes.En Allemagne aussi,les grosses fortunes ont connu,à part quelques exceptions en raison de faillites retentissantes,une hausse spectaculaire.Les très riches Allemands,en dehors des exceptions évoquées, on pleinement profité de ce système.

L'Allemand moyen,paie les pots cassés et va encore les payer davantage.La présentation que font nos médias est trop générale,partielle,voire partiale pour être prise pour argent comptant.

Comme partout dans le monde,la classe moyenne allemande est sur le oint d'être sacrifiée par son gouvernement télécommandé par les maîtres du monde.

Bon courage malgré tout.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
L'euro présente pour l'Allemagne à la fois des aspects positifs et négatifs.
L'aspect positif principal est le suivant : cela lui permet d'augmenter ses marges à l'exportation, du fait que l'euro est fort par rapport au dollar et du fait que les produits allemands s'écoulent quelque soit leur prix (quelqu'un qui achète une Mercedes l'achètera même si le prix a augmenté de 10 ou 20 %).
L'aspect négatif est absoluemnt monstrueux, il résulte de la divergence de compétitivité entre les économies de la même zone monétaire. Il en résulte le gonflement des créances "pourries" de la Bundesbank sur les autres banques centrales des pays membres de la zone euro qui ont une compétitivité moindre.
Voici un article qui explique tout cela bien mieux que je ne saurais le faire :
http://www.u-p-r.fr/vos-questions-nos-reponses/l_euro/pourquoi-l-allemagne-envisage-de-sortir-de-l-euro
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
La lecture de cet édito ravive en moi des souvenirs vieux de 20 ans.C'était en 1992 donc.A certains celà va aussi rappeler des souvenirs à d'autres, non!
Mes souvenirs qui ressurgissent sont liés à la campagne électorale en vue du référendum sur le Traité,pour moi,de sinistre mémoire de Maastricht.

Habitant le Nord Est de la France,j'ai eu,comme tous les habitants,droit à une propagande d'une intensité inouïe appelant à voter en faveur de ce Traité.
Un des arguments les plus rabâchés pas les propagandistes du "oui" à ce Traité,était notament la conslidation des relations franco-allemande.Un objectif absolument imparable j'en conviens.Mais la présentation était fallacieuse,comme sur d'autres aspects de ce Traité.Elle cherchait à faire croire,dans le Nord Est de la France, que,vöter "non" revenait à vôter en faveur d'une guerre franco-allemande.

Si les Français sont capables de beaucoup oublier,le chassé croisé, droite-gauche,depuis 30 ans le prouve, je n'ai,pour ma part rien oublié de cette sinistre propagande qui a consité à "vendre" en filigrane un produit frelaté,l'euro instauré en 1999,à travers ce Traité infâme de 1992.

Droite chiraquienne et gauche mitterrandienne et avec le banc et l'arrière banc de tous ceux qui se gargarisent dans les médias financés par les banques,les multi nationales,les compagnies d'assurances mais aussi nombre de digitaires philosofico-religieux ont réussi à faire croire à une (petite) majorité de Français qu'ils auraient le paradis,ou presque, sur terre...En Espagne,au Portugal, en Grèce,bientôt en France?on voit ce que cela à donner...

Il faudra bien que ceux qui ont oeuvré à cette débâcle aient un jour à rendre des comptes!On peut rêver,non?

Salutations cordiales à tous.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Bien que ce soit facile de le dire à posteriori, l'Euro est une erreur car il tend à vouloir mettre sur un pied d'égalité des nations aux systèmes et aux motivations différentes. Les allemands l'ont compris vers 2009-2010, et ils réagissent "à l'allemande" : ils veulent imposer leur manière de voir les choses, leur système, leurs motivations au reste de l'Europe, et ils vont insister jusqu'à la rupture.
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Je vis au milieu d'eux et je commence à les comprendre.
Une grande partie de nos différends provient d'une grande méconnaissance réciproque.

Sur ces sujets, si leurs déclarations ou prises de positions peuvent paraître directes, peu diplomatiques, intrusives etc c'est simplement qu'ils ont le sentiment de ne dire rien que des banalités frappées du bon sens, qu'ils trouvent pesant de devoir les dire et pénible de devoir les répéter, surtout s'ils assistent aux mensonges éhontés de leurs homologues (genre la crise est derrière nous!).

Il faut comprendre la relation entre la population est les banques...
Le chèque a disparu il y a plus de 20 ans, la CB reste embryonnaire. La plupart des transactions jusqu'à 10-15000€ se font en cash. Beaucoup retirent leur paye en cash en début de mois et consomment au fil de l'eau. L'épargne c'est ce qui reste de cash quand la paye tombe de nouveau. Elle reste souvent en papier, à la maison. Sinon, les MP sont très répandus, toutes les agences bancaires font de l'achat-revente. Le livret A, LEP et autres n'existe pas ou plutôt sont adaptés à une absence d'inflation (moins de 1% d'intérêts, 4 retraits par an etc, inintéressant)
En faisant moins de dépôts, ils laissent leurs banques faire moins de conneries avec les réserves fractionnaires.

Pour des gens qui vivent avec du cash, dépenser plus que ce que l'on gagne a une signification précise! Frappée du bon sens. Soutenir que plus de crédit est un remède et un moyen d'enrichissement, une ânerie indéfendable.
Quand on s'égosille à répéter des banalités, il se peut parfois que le discours oublie les ronds de jambe.

J'ajouterais aussi qu'ils ont une assez bonne vision macro-économique pour des particuliers de tous secteurs d'activité:
La parabole de la vitre cassée est une évidence pour chacun.

Quand on annonce un carambolage sur l'autoroute, la police donne toujours une première estimation des dégâts. 100000... 500000€ de dégâts matériels. Peu importe que ce soit assuré ou pas. Chacun est bien conscient que l'imprudence d'un conducteur a causé une perte de capital pour la société. Des voitures, des rembardes ont brusquement perdu toute leur valeur. Les compagnies feront moins de bénéfices, les cotisations s'en ressentiront.

De même pour les banquiers. Tous sont conscients que ce qui va aux banquiers ne reste pas dans la poche et ne va pas dans celle du commerçant d'en face. Que moins on leur en donne et plus il "nous" en reste. Plus de banque = plus de pauvreté.
Pour eux l'argent en banque n'est qu'à moitié possédé. Remettre de l'argent à la banque c'est s'en défaire en partie, c'est concéder une perte de pouvoir. Au contraire, retirer sa paye en cash, c'est rester maître à bord et les faire un peu languir après nos dépôts, les faire un peu respecter le client (sensé être roi !).

Un forum n'est pas fait pour écrire un roman.
Juste que celui qui ne sait pas cela, ne l'intègre pas dans sa réflexion, ne peut ni comprendre ni interprêter les réactions et les déclarations qui viennent d'Allemagne.
Evaluer :   7  4Note :   3
EmailPermalink
Votre commentaire est tout à fait valable et je m'y retrouve parfaitement, étant moi-même à moitié allemand, mais vivant en Belgique. On m'a souvent fait remarquer que je raisonne comme un Allemand lorsque je pose des réflexions sur l'impact sociétal de mes actes.

Mais mon précédent message n'avait rien à voir avec une critique des valeurs Allemandes, il s'agit juste d'une critique d'un problème qu'ils ont en commun avec beaucoup d'autres peuples : ils ont du mal à concevoir que d'autres pensent différemment et se sentiraient plus sûrs dans un monde où tout leur ressemble.
L'erreur de l'Allemagne entrant dans l'Euro était de croire que du jour au lendemain, des pays comme la Grèce ou l'Italie fonctionneraient comme l'Allemagne et lutteraient pour les mêmes objectifs. Or un système Allemand (très performant) ne peut fonctionner que si ses composantes (les travailleurs et responsables) sont aussi Allemands.... et par là je veux dire des gens éduqués dans un système Allemand, ayant appris la langue Allemande (le langage structure la pensée) dès leur plus jeune âge, et croyant dans les mêmes valeurs.
Exemple type : un haut fonctionnaire fédéral se voit proposer un travail beaucoup mieux rémunéré dans le secteur privé.... là où la plupart accepteraient sans hésiter, l'Allemand serait plutôt enclin à refuser car pour lui le salaire n'est pas aussi important que le sentiment d'être utile et nécessaire au bon fonctionnement de son pays/société.
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink
Je ne lis pas d'opposition entre nous:
" ils ont du mal à concevoir que d'autres pensent différemment et se sentiraient plus sûrs dans un monde où tout leur ressemble"

...parcequ'il ne pensent pas qu'il s'agisse là d'opinion discutable mais de banalités de bon sens qui devraient sembler évidentes à tous.

En entrant dans l'Euro, ils ont eu la candeur de croire qu'un contrat ou un traité solennel engageait les signataires...
Qu'une fois négocié et signé chacun se débrouillerait, honorerait sa signature, pour exécuter le contrat...

Par ailleurs, Mitterand avait clairement lié la réunification et la monnaie unique, ce qui limitait les possibilités.
La raison du coeur, celle de l'argent... ils ont cru qu'il suffisait d'un contrat signé. Candides.

Chat échaudé craint l'eau froide, ils prendront certainement dorénavant plus de garanties. Fallait pas les b... en 1992-2012.
Evaluer :   4  3Note :   1
EmailPermalink
Lundi 12 novembre 2012 :

L'Equateur veut rapatrier son or : Quito a demandé que l'or soit ramené sur le territoire équatorien.

http://www.zerohedge.com/news/2012-10-31/it-begins-ecuador-demands-repatriation-one-third-its-gold-holdings

La Roumanie veut rapatrier son or : 93,4 tonnes d'or roumain sont stockées en Russie.

https://wealthcycles.com/blog/2012/10/23/romania-wants-return-of-934-tons-as-gold-repatriation-ratchets-up

Et l’Allemagne aussi rapatrie son or …

Ça semble être l’opération à la mode en ce moment. Une sorte d’effet domino qui pousse les pays du monde, les uns après les autres, à rapatrier leur or afin de le garder précieusement sur leurs propres territoires.

Après la France, le Venezuela et la Suisse, c’est au tour de l’Allemagne de réclamer son or à la FED. Sous la pression populaire et politique interne très médiatisée, la Bundesbank a décidé de rapatrier, depuis les sous-sols de la réserve fédérale américaine, un total de 150 tonnes de son or, et ce sur une durée de trois années, afin d’en évaluer la teneur et l’authenticité.

La Bundesbank a surtout « cédé » sous cette pression, puisque la banque centrale allemande refusait initialement d’effectuer un audit qui représenterait, selon elle, une grande première dans l’historique de rapports de confiance établis avec son homologue américain.

Il est en effet à noter que jamais aucun contrôle n’avait été fait, ni par la Bundesbank elle-même, ni par l’intermédiaire d’autres organismes mandatés dans ce but. La Bundesbank s’est toujours simplement contentée des rapports écrits que lui fournissait régulièrement la FED.

Ce temps est désormais révolu. Il y a quelques semaines, la Cour des Comptes allemande avait publié un rapport exigeant un audit en bonne et due forme sur les quantités réelles d’or allemand confiées à la FED. Depuis, la question a fait ravage dans l’opinion tant publique que politique en Allemagne. Et à juste titre, d’ailleurs.

Rappelons en effet que la banque centrale allemande arrive deuxième (après la FED) dans le classement des réserves d’or mondiales, avec plus de 3 400 tonnes.

En ces temps de crise et d’incertitude, il s’agit là d’un beau pactole de valeur refuge qui mérite que les allemands se passionnent autant dans leur besoin de le protéger.

http://www.gold.fr/news/2012/11/09/et-lallemagne-aussi-rapatrie-son-or/9792/
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
L'Allemagne va aux limites car c'est elle qui peut sortir de l'euro et reprendre son mark. En fait, elle cherche des excuses, construit le dossier du procès. La France est un PIIGS et le gouvernement actuel en effet encore plus nul que le précédent.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
...La France est un PIIGS et le gouvernement actuel en effet encore plus nul que le précédent...

C'est reconnaitre un talent certain à Flamby de faire pire que le Nain des Carpates , c'était difficilement imaginable .

Quoique , en y regardant de plus près et avec quelques recherches, nous aurions pu connaitre que l'actuelle carpette des oligarques locataire de l’Élisée était là pour parachever la mise en servitude de la population ,la vente à l'encan des biens de la nation pour payer l'arnaque de la dette odieuse.

Vidéo :
http://www.dailymotion.com/video/xh26ks_francois-hollande-et-la-dette-publique-accablant_news
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
Avant que ça crise vraiment l'Allemagne réalisait 60% de ses exportations vers l'Europe (premier client et premier fournisseur: la France).
Qui peut croire qu'un nouveau-mark brusquement ré-évalué de 30% face à un euro ou à des monnaies du sud régulièrement dévaluées pourrait faire les affaires de l'Allemagne?

Ce pays a un besoin structurel d'excédents commerciaux.

Les banques allemandes sont mouillées jusqu'au cou avec les pays sud-européens. (dans quelle monnaie seraient comptées leurs dettes réciproques ?)

S'ils quittaient le Titanic-euro seuls ou presque, se serait en dernier sursaut , pleins d'anxiété et de déceptions.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
On est bien d'accord! On a plus intérêt collectivement à ce que les gros lards s'améliorent plutôt à charger de lest ceux qui ont un peu moins de sur-charge pondérale. On a même toujours intérêt à avoir des concurrents de bonne qualité et de force compa  Lire la suite
Rüss65 - 13/11/2012 à 12:32 GMT
Note :  2  2
Top articles
Derniers Commentaires
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Léopold II
Le jugement de Mark Twain me paraît quelque peu excessif. Le mot progrès vient du latin progressus, participe passé du verbe progredi qui signifie ...
Le pari perdant des fin-du-mondistes, des survivalistes ou des coll...
13 déc.Louis L.1
Les gens intelligents s'adaptent à la nature, les imbéciles cherchent à adapter la nature, c'est pourquoi ce que l'on appelle "progrès"
Démondialisation. Comment Trump vient de tuer l’OMC !
12 déc.Saphir0
La mondialisation c'est avant tout le dollar comme monnaie de réserve et son extraterritorialité, je n'ai ni vu ni entendu Trump tenter d'y changer...
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W2
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX