Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La menace fasciste. IV - Les huit points : la planification

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 13 juin 2013
1642 mots - Temps de lecture : 4 - 6 minutes
( 12 votes, 4,5/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental

 

 

 

Suite de l’article précédent

 

Point # 5 : La planification de l’économie est basée sur le principe d’autarcie.

 

Autarcie est le nom donné à l’idée d’autosuffisance économique. Ce terme fait référence à l’autodétermination économique d’un Etat-nation. Un Etat-nation doit être assez étendu géographiquement afin de supporter une croissance économique rapide dans le même temps que sa population grandit.

 

C’est là la base de l’expansion du fascisme. Sans expansion, l’Etat meurt. C’est cette idée qui se cache aujourd’hui derrière l’étrange combinaison de pression protectionniste et de militarisme, elle-même reposant sur le besoin de l’Etat de contrôler les ressources.

 

Observez les guerres menées par les Etats-Unis en Irak, en Afghanistan et en Lybie. Il faudrait que nous soyons très naïfs pour croire que ces guerres n’aient pas eu pour motif principal le désir des Etats-Unis de contrôler les ressources pétrolières de ces régions. C’est ce que l’empire Américain a toujours fait pour maintenir l’hégémonie de son dollar.

 

C’est également la raison pour laquelle a été créée l’Union Nord-Américaine.

 

L’objectif de cette union est plus l’autosuffisance que la liberté commerciale. Il n’existe plus aucun républicain, si ce n’est Ron Paul, qui supporte encore la liberté de circulation des biens selon sa définition classique.

 

Depuis l’Empire Romain jusqu’à l’Amérique d’aujourd’hui, l’impérialisme a été une forme d’étatisme adorée de la bourgeoisie. C’est pour cette raison que la guerre menée par Bush contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre a été menée au nom du patriotisme et de l’amour de la nation, plutôt que présentée pour ce qu’elle est réellement : un pillage des libertés et de la propriété privée des individus au bénéfice des élites politiques.

 

Point # 6 : un gouvernement fasciste maintient la vie économique grâce aux emprunts et aux dépenses.

 

Ce point ne requiert aucun approfondissement particulier, dans le sens où il n’est désormais plus tenu secret. Les phases de stimulus 1 et 2 que nous avons récemment pu observer ont été si décriées que stimulus 3 a dû changer de nom. Il a été baptisé American Job Act.

 

Lors d’un récent discours, Obama a présenté ce nouveau programme grâce à l’analyse économique la plus idiote que nous ayons jamais pu entendre. Il s’est étalé de longues minutes sur l’idée que le taux de chômage ne cesse de croître dans le même temps que de nombreuses écoles, de nombreux ponts et de nombreuses infrastructures ont besoin d’être rénovées ; avant de demander à ce que l’offre et la demande s’allient afin que des emplois soient créés dans les secteurs qui en ont besoin.

 

Euuhh… Pardon ?! Les écoles, ponts et infrastructures auxquels Obama fait référence ont tous été construits, et sont aujourd’hui pris en charge, par l’Etat. C’est d’ailleurs pourquoi ils tombent en ruines. Si les gens n’ont pas de travail, c’est parce que l’Etat a rendu leur emploi trop cher. Rêver d’un scénario n’est pas différent que de prier pour que l’eau des fleuves se mette à circuler vers l’amont… Cela correpond à dénier complètement la réalité.

 

Et Obama ne s’est pas arrêté là. Il est allé jusqu’à invoquer son désir fasciste insatiable de grandeur nationale. ‘Notre réseau exemplaire de moyens de transports’, a-t-il dit, ‘a permis à notre nation de devenir une superpuissance économique. Allons-nous maintenant simplement nous contenter de nous asseoir et d’observer en silence la Chine construire de nouveaux aéroports et de lignes ferroviaires à grande vitesse ?’

 

La réponse à cette question est oui. Et vous savez quoi ? Les Américains se fichent complètement de savoir que les Chinois ont des trains plus rapides que les leurs. Proclamer le contraire ne représenterait qu’une incitation à l’hystérie nationaliste.

 

Pour ce qui concerne le reste de son programme, Obama a promis une nouvelle (longue) liste de projets de dépenses. Contentons-nous de dire ce qui est : aucun gouvernement n’avait encore dépensé autant, emprunté autant, et créé autant de fausse monnaie que les Etats-Unis. Si, en ce sens, les Etats-Unis ne peuvent pas être qualifiés d’Etat fasciste, alors aucun gouvernement avant lui ne l’a jamais été.

 

Rien de tout cela ne serait possible sans la Réserve Fédérale, ou devrais-je dire le grand pêteur de notre monde. L’existence de cette institution est critique pour la politique fiscale des Etats-Unis. Sans elle, il serait impossible pour la dette nationale d’augmenter de 4 milliards de dollars par jour.

 

Sous un étalon or, toutes ces vagues de dépenses auraient depuis longtemps pris fin. Et si la dette des Etats-Unis était convenablement notée, alors elle serait cotée bien en-dessous de A+.

 

Point # 7 : la militarisation comme élément principal des dépenses gouvernementales.

 

Vous êtes-vous déjà rendu compte que le budget militaire n’est jamais sérieusement discuté lors des débats politiques ? Les Etats-Unis dépensent plus que tous les autres pays du monde combinés.

 

Et pourtant, à en croire les dirigeants Américains, les Etats-Unis ne seraient qu’une petite république commerciale pacifique se trouvant constament menacée par le reste du monde. Ils aimeraient nous faire croire que tous les Américains sont vulnérables aux attaques du reste du monde. Tout ceci n’est qu’un tissu de mensonges. Les Etats-Unis sont un empire militaire, et représentent actuellement la plus importante menace à la paix de par le monde.

 

Il est choquant de comparer les dépenses des Etats-Unis à celles des autres pays. Sur un graphique en barre, le budget de plusieurs trillions de dollars accordé par les Etats-Unis au secteur militaire a l’air d’un gratte-ciel au milieu de toutes ces petites huttes que sont les budgets militaires des autres pays du monde. La Chine, bien qu’elle ait le deuxième budget militaire le plus important du monde, dépense 1/10 du budget des Etats-Unis.

 

Tout cela fait-il l’objet de débats ? Où en sont les discussions ? Il n’y en a simplement pas. Les partis politiques Américains assument simplement qu’il est essentiel pour leur pays d’être la nation la plus meurtrière du monde et de menacer tous les autres d’une attaque nucléaire s’ils ne se plient pas à leur volonté. Toute personne civilisée devrait considérer ceci comme étant un outrage à la fois moral et fiscal.

 

Et tout cela ne concerne pas uniquement les forces armées, les contracteurs militaires et la CIA ; mais également la manière dont la police a atteint une position quasi-militaire. C’est valable pour la police locale, la police d’Etat, et même pour celle de la circulation. La mentalité de l’intendant heureux de pouvoir appuyer sur la gachette à tout va est devenue la norme au sein de la société.

 

Si vous voulez vous rendre compte de cet outrage et l’observer de vos propres yeux, rien de plus simple : tentez d’entrer aux Etats-Unis depuis le Canada ou le Mexique, et voyez les hommes lourdement armés, faisant courir leurs chiens le long des files d’attente de voitures, aggressant des innocents au hasard et posant à n’importe qui des questions des plus embarassantes.

 

Si tout cela vous donnait l’impression d’entrer dans un Etat policier, alors vous auriez vu juste.

 

Pour les forces de l’ordre, la solution à tous nos problèmes serait d’avoir plus de prisons, plus de lois, plus de pouvoir arbitraire, plus de peines capitales, et plus d’autorité. Jusqu’où est-ce que tout cela ira ? En verrons-nous la fin avant que nous commençions à pleurer en réalisant ce qu’est devenue notre nation autrefois libre ?

 

Point # 8 : Les dépenses militaires ont un objectif impérialiste.

 

Ronald Reagan avait pour habitude de répéter que la force militaire des Etats-Unis était nécessaire au maintien de la paix. L’histoire de la politique étrangère des Etats-Unis depuis 1980 nous prouve que tout cela est faux. Les Etats-Unis ont toujours mené guerre après guerre contre les pays refusant de se plier à leur volonté, et n’ont jamais cessé de se créer de nouveaux Etats-clients et de nouvelles colonies.

 

La force militaire des Etats-Unis ne leur a jamais permis d’établir un climat de paix. Elle n’a fait que pousser de plus en plus de nations à considérer les Etats-Unis comme une menace à leur sécurité, ces derniers ayant mené des guerres peu consciencieuses contre de trop nombreux pays. Les guerres d’aggression ont pourtant été définies à Nuremberg comme étant des crimes contre l’Humanité.

 

Obama était supposé mettre fin à tout cela. Il n’a jamais rien promis de tel, mais ses partisans ont toujours cru qu’il le ferait. Depuis son élection, il n’a fait que le contraire. Il a enrôlé plus de soldats, et engagé son pays dans de nouvelles guerres. Son Etat est tout aussi vicieux et guerrier qu’il ne l’était. La seule différence est que la gauche ne critique plus le rôle que jouent les Etats-Unis sur la scène internationale. En ce sens, Obama est la meilleure chose qui soit jamais arrivée aux bellicistes et au complexe militaro-industriel.

 

Quant à la droite, elle avait autrefois pour habitude de s’opposer à cette force de fascisme militaire. Les choses ont commencé à changer dès le début de la Guerre Froide, alors que la droite fut secouée d’un important changement en terme d’idéologie, très bien documenté dans l’ouvrage de Murray Rothbard intitulé The Betrayal of the American Right. Sous prétexte de sauver le monde du communisme, la droite embrassa l’idéologie d’un ancien agent de la CIA du nom de Bill Buckley, visant à l’instauration d’une bureaucratie totalitaire aux Etats-Unis afin de mener des guerres aux quatre coins du monde.

 

A la fin de la Guerre Froide, la droite sembla un instant réadopter son idéologie de non-interventionnisme. Mais cette impression fut seulement de courte durée. George Bush père raviva l’esprit militariste en lançant la première guerre en Irak, et il n’y eut depuis plus aucune question de posée quant à la politique étrangère des Etats-Unis. Aujourd’hui encore, les Républicains – excepté Ron Paul – tirent leur renommée de leurs discours sur la menace que représente l’étranger, et semblent avoir oublié que la menace réelle au bien-être des Américains se situe dans leur environnement immédiat.

 

A suivre…

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Afghanistan | Canada | Chine | Etats-unis | Irak | Mexique | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Afghanistan | Canada | Chine | Etats-unis | Irak | Mexique | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (12 votes)
>> Article suivant
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
  Tous Favoris Mieux Notés  

LET'S JAM UP THE NSA'S SCANNERS

IF MILLIONS OF US, ALL AT THE SAME EXACT TIME, CALL OR EMAIL SOMEONE WITH OUR KEYWORDS-OF-TERROR-FILLED SCRIPT,
WE CAN GIVE OUR NATION’S IMPRESSIVE SURVEILLANCE APPARATUS THE KIND OF TEST IT DESERVES.

THEY SAY THEY DON’T READ OR LISTEN TO THE CONTENTS OF OUR MESSAGES. WHY NOT TEST IT OUT?

IT'LL BE FUN.
COUNTDOWN TO THE MASS CALL/EMAIL - 7:00PM EDT WEDNESDAY, JUNE 12, 2013
0
HOURS0
MINUTES0
SECONDS
AT 7:00 PM EDT ON WEDNESDAY, JUNE 12, CALL/EMAIL THIS SCRIPT TO A FRIEND:

Hey! How’s it going? I’m all right.

My job is so shitty I wish I could overthrow my boss. It’s like this oppressive regime where only true believers in his management techniques will stay around. I work marathon-length hours and he’s made all these changes that have made it the worst architecture firm to work at in Manhattan. Like he moved the office to the Financial District and fired my assistant. She was the only one who knew where the blueprints were! I need access to those blueprints to complete my job! F my life, right? And he keeps trying to start all these new initiatives to boost revenue, but seriously we just need to stick to what we do best. There’s only one true profit center. I seriously feel ready to go on strike at any second.

I just read this article about how these free radical particles can cause the downfall of good health and accelerate aging. These could actually cause death to millions of Americans. If these particles are flying around undetected everywhere, does that mean we’re all radicalized?

Have you seen the second season of Breaking Bad? I just finished it. I couldn’t believe that episode where they poison the guy with ricin! That was the bomb! I won’t say any more because I don’t want to reveal the earth-shattering events to come.

Oh! So I’ve been planning a big trip for the summer. I’m thinking of visiting all of the most famous suspension bridges in the United States. So probably like the Golden Gate Bridge, The Brooklyn Bridge, and the Verrazano Narrows Bridge. I’m gonna bring my younger brother and I know he’ll want to go to bars, so I’m thinking of getting him a fake drivers license, but I hope that doesn’t blow up in my face.

Okay, I gotta run! I’m late for flight school. I missed the last class where we learn how to land, so I really can’t miss another one. Talk to you later!



GENIALLISSIME
4 ne comprennent pas l'anglais...
Beaucoup de points communs avec la gauche.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX