Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

La troisième voie: impasse ou espérance

IMG Auteur
Chroniques en liberté
Extrait des Archives : publié le 19 novembre 2006
603 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Liberté
Rubrique : Fondamental


 À partir du moment où l'homme travaille pour transformer des ressources données par la nature en richesses économiques, alors tous les biens et services ont un prix. Tout est marchandise, car, sauf à revenir à l'esclavage, tout travail a un prix. Même les biens et services, qui sont distribués gratuitement, sont toujours payés par quelqu'un.

L'État, en proposant des biens et services " gratuits " (comme la santé ou l'éducation) ou en distribuant gratuitement des livres et des ordinateurs dans les écoles, n'a pas le pouvoir de supprimer la rareté. Mais il a le pouvoir de transférer le coût des richesses sur telles ou telles catégories sociales en fonction de ses choix politiques. C'est plus agréable d'entendre dire que " la santé n'est pas une marchandise comme les autres " par exemple. On aura ainsi conquis le coeur des foules.

Mais on dit cela aussi de l'agriculture, de la recherche, de la culture... au point qu'on peut se demander quelles sont les autres vraies marchandises.

Tout le monde revendique le caractère exceptionnel de son activité. Il y a ici un problème d'application du vocabulaire à l'origine de bien des incompréhensions.

En effet, la santé n'est pas une marchandise. Soit. La faim non plus, mais on achète bien des produits alimentaires pour se nourrir. Si la santé est un besoin, comment répondre à ce besoin ? Les médicaments sont destinés à répondre à ce type de besoin et ils sont bien des marchandises.

De la même manière, la culture n'est pas une marchandise ; mais les livres ou les films en sont.

On ne peut distinguer le bien, en tant que support de consommation, de l'utilisation qui en est faite librement par le consommateur. C'est la définition même de l'économie de mobiliser des ressources nécessairement rares pour répondre à des besoins potentiellement illimités, que ces besoins soient d'ordre alimentaire, ludique ou artistique.

Dans tous les cas, il faut bien produire les médicaments ou les livres, ce qui est coûteux et suppose des choix économiques qui permettent la mise en place et le fonctionnement d'une industrie adaptée.

Dans tous les cas, il faut bien que cette production corresponde à ce que demandent les gens, pour valider l'offre et lui donner ainsi toute sa valeur. C'est la seule façon d'éviter un gaspillage de ressources, nécessairement rares, gaspillage qui conduirait à produire des biens ne correspondant à aucune demande alors que les besoins des gens ne seraient pas satisfaits. Et c'est précisément la fonction du marché que d'exprimer et d'évaluer les valeurs. Il y a donc une " économie de la santé " comme il v a une économie de l'agriculture, du tourisme ou du sport.

L'État voudrait lui substituer une politique de la santé comme il impose une politique agricole (qui dégénère en surplus invendus dans ce domaine). Tous les rapports publics annuels constatent que l'offre de soins n'est plus adaptée à la demande qui s'exprime en France. Est-ce vraiment une surprise ? L'État prétend se substituer au marché pour offrir les services de santé à sa population. Mais son action même produit un système qui engendre pénurie et rationnement sous le motif de veiller à l'équilibre des comptes sociaux. Sur le papier, la santé est gratuite pour tous ; mais le médecin devient introuvable et les files d'attente s'allongent. Tel est le vrai prix de la régulation administrative.






Jean Louis Caccomo

Chroniques en Liberté


Jean Louis Caccomo est Docteur en sciences économiques de l'université d'Aix-Marseille II et maître de conférences à l'université de Perpignan. Il intervient comme expert international dans de nombreux programmes de coopération (Maroc, Algérie, Ukraine, Thaïlande, Mexique, Syrie, Comores, Chine, Canada, USA).







 



<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Jean-Louis Caccomo est Maître de Conférences en Sciences Économiques à l'Université de Perpignan. Chercheur, il est expert international spécialisé dans les questions de croissance, innovation et tourisme international. Responsable de l'atelier tourisme au GEREM (Université de Perpignan). Il est par ailleurs responsable des programmes de coopération avec Prince of Songkla University (Phuket - Thaïlande), avec l'université de Tabasco (Mexique) etavec l'université de Moroni (Comores).
Voir son site webS'abonner à ses offres
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Pourquoi la théorie du réchauffement climatique doit nous faire rir...
20 nov.Louis L.1
Saoulez vous et fumez sans la moindre retenue car il est formellement prouvé que cela est sans incidence sur le taux de mortalité qui demeure obsti...
L'illusion de la gratuité
19 nov.zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19 nov.zelectron0
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX