Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le « miracle » du marché à travers la fabrication d’un crayon

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 07 janvier 2013
1478 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 8 votes, 3,5/5 ) , 9 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
9
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental

 

 

 

 

Une société harmonieuse peut-elle se passer de lois écrites, de règles, de mesures répressives ? Si on laisse libres les hommes, ne va-t-on pas assister au désordre, à l’anarchie, à la désorganisation ? Comment éviter une pure juxtaposition d'individus agissant en dehors de tout concert, si ce n’est par des lois et une organisation politique centralisée ?

 

Tel est l’argument souvent invoqué par ceux qui réclament une régulation du marché ou de la société, seule capable de coordonner les individus dans un ensemble cohérent et harmonieux.

 

Tel n’est pas le point de vue de Frédéric Bastiat. Selon lui, le mécanisme social, comme le mécanisme céleste, ou le mécanisme du corps humain, obéit à des lois générales. Autrement dit, il s’agit d’un ensemble déjà harmonieusement organisé. Et le moteur de cette organisation, c’est le marché libre.

 

Dans le premier chapitre de ses Harmonies Economiques (Organisation naturelle, organisation artificielle), Bastiat décrit le marché comme un outil de coopération décentralisé et invisible. Par le système des prix, il transmet des informations sur les besoins et les compétences de chacun, il met en relation les hommes qui veulent coopérer en vue d’améliorer leur existence. Le miracle du marché libre, nous dit Bastiat, c’est qu’il utilise des connaissances qu’aucune personne ne peut posséder à lui tout seul et qu’il procure des satisfactions bien supérieures à tout ce qu’une organisation artificielle pourrait faire.

 

Ceci a été notamment expliqué par Friedrich Hayek un siècle plus tard. Dans La route de la servitude (1944), Hayek explique : « C’est la soumission de l’homme aux forces impersonnelles du marché qui, dans le passé, a rendu possible le développement d’une civilisation qui sans cela n’aurait pu se développer ; c’est par cette soumission que nous participons quotidiennement à construire quelque chose de plus grand que ce que nous tous pouvons comprendre pleinement. »

 

En 1958, l’écrivain américain Leonard Read (créateur de la Foundation for Economic Education) publiait dans la revue The Freeman un petit essai, écrit à la manière de Bastiat, devenu très célèbre : I, pencil, (Moi, le crayon). Ce texte est une métaphore de ce qu’est un marché libre. Il commence ainsi : « Je suis un crayon à mine, un crayon ordinaire en bois, familier à tous les garçons et les filles et les adultes qui savent lire et écrire. Il est l’un des objets les plus simples dans la civilisation humaine. Et pourtant pas une seule personne sur cette terre ne sait comment me produire. »

 

Dans ce petit texte, il reprend cette idée de Bastiat d'une coopération invisible entre des millions d’individus qui ne se connaissent pas pour aboutir à la construction d'un objet aussi banal qu’un crayon.

 

 

 

 « Moi, le crayon, je suis une combinaison de miracles : un arbre, du zinc, du cuivre, du graphite, etc. Mais, à ces miracles qui existent dans la Nature, s’ajoute un miracle encore plus extraordinaire : la configuration des énergies créatrices humaines — des millions de tout petits savoir-faire se réunissant naturellement et spontanément en réponse à la nécessité et au désir humains et en l’absence de tout esprit organisateur ! »

 

Per­sonne ne sait faire, seul, un crayon. Mais des millions d’êtres humains participent sans le savoir à la création de ce simple crayon, échangent et coordonnent leur savoir et leur savoir-faire dans le cadre d’un système de prix sans qu’aucune autorité supérieure ne dicte leur conduite.

 

« Chacun parmi ces millions voit qu’il peut ainsi échanger son petit savoir-faire contre des biens et des services qu’il désire ou dont il a besoin. »

 

Cette histoire montre que des hommes libres travaillant dans la poursuite de leur légitime intérêt agissent davantage pour le bénéfice de la société que n’importe quelle stratégie économique planifiée et centralisée.

 

« Il y a quelque chose d’encore plus étonnant : c’est l’absence d’un esprit supérieur, de quelqu’un qui dicte ou dirige énergiquement les innombrables actions qui conduisent à mon existence. On ne peut pas trouver trace d’une telle personne. A la place, nous trouvons le travail de la Main Invisible. »

 

L’expression « main invisible » est associée à La Richesse des Nations (1776), célèbre livre d’Adam Smith. Selon lui, l’entrepreneur qui cherche à faire du profit est conduit à rendre service à des gens bien plus nombreux que s’il avait pour but d’en rendre aux seuls gens connus de lui. Il produit des biens de plus en plus utiles et abordables par la division du travail et la concurrence. Le message de Smith est que la volonté de chacun d’améliorer son sort est un élément central du développement économique, qui profite à tous.

 

Et Leonard Read de conclure : « La leçon que je veux enseigner est la suivante : laissez libres toutes les énergies créatrices. Organisez juste la société pour qu’elle agisse en harmonie avec cette leçon. Que l’appareil légal de la société élimine tous les obstacles du mieux qu’il le peut. Permettez à tous ces savoirs créateurs de se répandre librement. Ayez foi dans les hommes et les femmes libres qui répondent à la main invisible. »

 

Le lauréat Nobel d’économie de 1976, Milton Friedman, a également repris cette histoire du crayon pour expliquer au grand public le fonctionnement de l'économie de marché. Dans un épisode de sa série télévisée Free to Choose, il analyse les différents com­po­sants d’un objet aussi banal et simple qu’un crayon et il met en lumière le miracle de l'ordre spontané, généré par des milliers d'interactions économiques à travers le monde. Des personnes qui ne se connaissent pas, qui n’ont pas la même religion ni les mêmes coutumes, réussissent pourtant à se coordonner pour produire cet objet. Il conclut sur le fait que le libre marché est essentiel pour garantir non seulement la prospérité mais aussi l’harmonie et la paix.

 

Voici ce que dit Friedman :

 

« Le bois dont ce crayon est fait vient peut être d'un arbre coupé dans l'état de Washington. Pour couper cet arbre, il a fallu une scie. Pour faire la scie, il a fallu de l'acier. Pour faire de l'acier, il a fallu du minerai de fer. Le centre noir, […], la graphite, je pense qu'elle vient de mines en Amérique du Sud. La gomme, un bout de caoutchouc, vient probablement de Malaisie, d'où les arbres à caoutchouc ne sont même pas originaires. Ils y ont été importés d'Amérique du Sud par des hommes d'affaires, avec l'aide du gouvernement britannique. […] Il a fallu que littéralement des milliers de gens coopèrent pour fabriquer ce crayon. Des gens qui ne parlent pas la même langue, n'ont pas la même religion, qui se haïraient peut être s'ils se rencontraient. Quand vous allez au magasin et que vous achetez ce crayon, en pratique, vous échangez quelques minutes de vos temps contre quelques secondes du temps de ces milliers de gens. Qui est-ce qui a poussé tous ces gens à collaborer? Pas un commissaire envoyant des ordres d'un quelconque bureau central. C'est la magie du système des prix. C'est l'opération impersonnelle des prix qui les a rassemblés pour faire ce crayon et pour que vous puissiez l'avoir pour une somme modique. C'est pourquoi l'opération du marché libre est si essentielle - pas seulement pour promouvoir l'efficacité productive, mais encore plus, pour promouvoir l'harmonie et la paix entre les peuples du monde. »

 

Friedrich Hayek, dans son essai « L’utilisation de la connaissance dans la société » en 1945, expliquait déjà pourquoi l’économie de marché et la décentralisation des décisions sont vitales pour la prospérité. Selon Hayek, aucun planificateur central ou bureaucrate ne pourrait jamais avoir une connaissance suffisante de la manière de guider avec succès l’ensemble des actions économiques. Seul le système des prix sur un marché libre permet à des millions d’acteurs indépendants de décider pour eux-mêmes comment répartir efficacement les ressources.

 

La planification économique, qui prétend faire mieux que le marché, conduit non seulement à une mauvaise allocation des ressources, mais aussi à l’hégémonie d’une classe sur une autre. C’est pourquoi le socialisme est bien une erreur intellectuelle, mais une erreur qui finit par engendrer une immense injustice.

 

 

 

Vidéos :

 

Film d’animation sur « Moi le crayon » de Leonard Read

 

http://www.youtube.com/watch?v=Tl6-oXep6jY

 

Une vidéo sous-titrée par l’Institut Coppet. Un film réalisé par le Competitive Enterprise Institute adapté de l’article de Leonard E. Read en 1958, « I pencil ».

 

La leçon du crayon par Milton Friedman

 

http://www.youtube.com/watch?v=47lazI9h_SE

 

Cette vidéo est un extrait d’une série télévisée, Free to Choose, diffusée en 1980 (dans une seconde version en 1990) et dans laquelle Milton Friedman, lauréat Nobel d'économie en 1976, reprend la métaphore du crayon pour expliquer la puissance du marché, comme meilleur régulateur de l'économie. Un livre portant le même titre que la série a été écrit par Milton et Rose Friedman et publié en 1980. Il a été traduit en français la même année sous le titre La liberté du choix, disponible sur le site de l’Institut Coppet.

 

 

 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,5 (8 votes)
>> Article suivant
Damien Theillier est professeur de philosophie. Il est l’auteur de Culture générale (Editions Pearson, 2009), d'un cours de philosophie en ligne (http://cours-de-philosophie.fr), il préside l’Institut Coppet (www.institutcoppet.org).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ce que je dis : quand l’État se mêle de fabriquer ce crayon on court à la catastrophe
Citez moi un seul succès phénoménal de quelqu'entreprise d’État que ce soit ! (même un succès modéré :-) )
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink
le tgv, la filiere pétroliere ( total), le transport aérien air france, nombreuses sont les entreprises de grandes tailles, privatisée aujourd hui mais qui n'auraient jamais vu le jour sans le concour de l'état, donc sans les investissement d'état d'hier peu ou pas d'industrie en france aujourdhui et c'est pas sur le secteur privé que l'on peut compter pour créer des emplois , le sophisme de ce raisonnement basé sur un crayon est une imposture morale, anthropologique pathante en effet l'on cherche le profit c'est son unique but ( vraison pour laquelle le communisme soviétique n'a pas fonctionné) par contre vous serait gréer d'observer que la premier industrie et force d'exportation de la planéte est basée sur une économie planifiée, LA chine.
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Vous plaisantez!, TGV, Air France sont des exemples de faillites permanentes qui grâce à l'apport de fonds puisés sur nos impôts continuent à vivoter; quant à la Chine l'esclavagisme de masse donne effectivement d'excellents résultats économiques mais sur le plan humain c'est l'ignominie qui prévaut. Total: cette entreprise privée fait des profits gigantesques depuis qu'elle est sortie des girons de l’État, ne vous en déplaise !
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
Toute ces entreprises citées sont faillite permanent grâce aux bons soins des zénarques , qui comme Trichet sont récompensés d'avoir détruit le Crédit Lyonnais (cet argent n'a pas été perdu pour tout le monde , bien entendu ) ...par la direction de la BCE.
Et non pas par un séjour en prison , une enquête indépendante , saisie de ses biens personnels , etc...
C'est une maffia , ils sont là pour siphonner les entreprises.
A mon tour maintenant de vous poser une question :
Citez-moi une seule entreprise dirigée par les crapules en col blanc du système ENA , Polytechnique , qui n'est pas en difficulté ?
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
l'augmentation des benef de total sont liés à un marché haussier des matières premières depuis 2005.
On pourrait aussi citer toutes les entreprises privées qui n'auraient jamais été successfull sans l'apport des fonds de l'Etat, notamment pour la RD. On fait la recherche au MIT avec des fonds publics, puis quand on a trouvé, on crée une entreprise privée pour se faire du fric. Il y a des exemples célèbres, très célèbres... On pourrait aussi citer les banques renflouées en 2008... Merci qui ?
Au final, il n'y a qu'un seul principe qui compte : "Socialisation des risques, privatisation des profits" (Chomsky).
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
@ zelectron
...Citez moi un seul succès phénoménal de quelqu'entreprise d’État que ce soit ! (même un succès modéré :-) )...

Il n'y a que l’embarras du choix,tout le redressement de la France au sortir de la guerre , l'indépendance stratégique , énergétique , les grands travaux ,la création d'entreprises florissantes etc...
Je tout crée avec la planche à billet d'état , sans la ruineuse escroquerie de l’ignoble usure versé aux banquiers rotshildiens, tout ceci grâce au Général de Gaulle, J Rueff et M Allais.
Un chef d'état honnête qui avait le sens de l’intérêt public chevillé au corps.
Ça nous change des sous-merde actuels de dirigeants qui ne sont bon qu'a encaisser des pots de vin et conduire la société occidentale à la ruine.
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink
concorde, coccinelle tgv ariane le France etc
Les libéraux du cartel bancaire ne vont pas au bout de leur logique qui consisterai à libérer le chasseur libéral qui souhaite librement pouvoir accrocher sur sa cheminée la tête empaillée d'un oligarque libéral.

Les théories fumeuses actuelles de l'ultralibéralisme , de l'austérité par la dette frauduleuse, de la précarité à domicile par la délocalisation de l'outil du travail ,de la jungle sociale, en bref la liberté pour eux de nous mettre en servitude est actuellement combinée avec l'obligation de les servir et de croire à leurs balivernes sans discuter.

Tout comme la mise en application du libéralisme dont ils se réclament pour inscrire dans la loi européenne l'intervention systématique pour sauver les gros bonus des banquiers défaillant.

La guerre préventive pour éviter une guerre en est l'aboutissement le plus révélateur.

Toutes ces prétendues théories du libéralisme sont dans les faits la feuille de route vers un fascisme obscur.

" C'est aux fruits qu'on connait l'arbre."
Luc 6, 43-49
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
concorde, coccinelle tgv ariane le France etc  Lire la suite
sigmundy.freud - 17/01/2017 à 01:53 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Crise de liquidité. Mais où est donc le cadavre ?
06 oct.blitzel
Mise à jour, Delamarche vient de donner sa version (définitive ?) de la crise des taux repo, et son explication un temps évasive dans un premie...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
02 oct.Attilio
Si on considère qu'en France il y a 67 millions d'habitants,les milliards d'euros planqués en cash cela fait en en moyenne pratiquement 9 000 euro...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX