Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le capitalisme est-il moral ?

IMG Auteur
Publié le 11 février 2013
1016 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 15 votes, 2,9/5 ) , 4 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
4
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Fondamental

 

 

 

 

Le capitalisme a gagné la bataille des faits mais paradoxalement, il a perdu la bataille des idées. Dans les faits, il a procuré à l'humanité un accroissement considérable de sa richesse matérielle et réduit la pauvreté. Mais du point de vue des idées, sa légitimité morale est contestée. En effet, beaucoup d’enseignants dénoncent dans le capitalisme l’exploitation des masses, la cupidité des riches, le matérialisme hédoniste, etc.


Un livre récent vient démentir cette légende noire : La moralité du capitalisme, ce que vos professeurs ne vous diront pas. Édité par Tom Palmer, ce recueil de textes est un projet conjoint de l'Atlas Economic Research Foundation et de Students For Liberty. Il vient d’être traduit en français par Emmanuel Martin. Il s’adresse tout particulièrement à ceux qui ont reçu à l’école une idée négative du capitalisme.


Tom Palmer souligne dans son introduction que le capitalisme « est un système de valeurs culturelles, spirituelles et éthiques ». En effet, les essais réunis dans ce livre montrent que le capitalisme peut non seulement améliorer la vie des personnes à travers le monde, mais aussi favoriser le développement d’une société libre et pacifique, fondée sur l’échange volontaire mutuellement bénéfique. Le capitalisme, « c’est l’érosion de systèmes de pouvoir, de domination, et de privilèges ancrés de longue date, et c’est l’ouverture des carrières au talent. C’est le remplacement de la force par la persuasion. C’est le remplacement de l’envie par l’accomplissement », écrit encore Tom Palmer.


Précisons toutefois que le mot capitalisme est fortement « piégé », car il peut désigner des réalités très opposées. C’est pourquoi les auteurs de ce livre prennent soin de distinguer entre « capitalisme de marché » libre et « capitalisme de copinage ». Dans ce dernier, des fonctionnaires, des hommes politiques et des lobbyistes manigancent pour récompenser certaines entreprises et punir les autres. C’est ainsi que les entreprises qui ont échoué sont « renflouées » avec l'argent du contribuable, tandis que d’autres sont subventionnées.


« On subventionne certaines entreprises et, en définitive, puisque l’État ne dispose pas d’argent en propre, il le prend aux contribuables et le redistribue à ceux qui bénéficient de faveurs politiques. Je vois ce qui se passe aujourd’hui avec General Electric, du point de vue des impôts qu’ils paient, avec toutes les exemptions et déductions spéciales des lois fiscales. Et comme ils sont fortement impliqués dans ces technologies d’énergie alternative, ou au moins certaines d’entre elles, ils sont parvenus à un point où ils n’ont pas à payer d’impôt sur la plupart de leurs revenus, juste parce qu’ils ont des connexions politiques », écrit John Mackey. Et il ajoute : « Je vois en ce moment du capitalisme de copinage dans l’ensemble de ces subventions qui vont aux technologies vertes ».


La plupart des critiques estiment que le capitalisme est basé sur la cupidité, mais John Mackey, fondateur et PDG de Whole Foods Market, montre que l'accusation est fausse. La richesse que son entreprise a créée (une capitalisation boursière actuelle de plus de 10 milliards de dollars), à partir d’une idée simple, ne conduit pas seulement à des profits pour les actionnaires. La richesse créée par les capitalistes se propage à tous d'innombrables façons.


« Les stock-options, que je serais en droit de toucher, sont remis à la Whole Planet Foundation pour accorder des micro-crédits aux populations pauvres dans le monde », souligne John Mackey. Il affirme également que le capitalisme est un meilleur débouché pour l’espèce humaine que le militarisme et les conflits politiques.  « Il suffit de penser aux pertes en vies humaines, aux biens détruits et à la misère causée par les régimes anticapitalistes du XXe siècle », dit-il. (Voir aussi cet entretien avec John Mackey, traduit par l’Institut Coppet.)


Le capitalisme conduit-il à l'américanisation de la planète ? C’est une objection souvent entendue chez ceux qui diabolisent le capitalisme. Paranoïa idéologique, répond Mario Vargas Llosa. Dans son essai, le romancier péruvien (lauréat Nobel de littérature 2010) réfute l'idée que le capitalisme saperait les cultures indigènes. Il écrit : « les allégations contre la mondialisation et en faveur de l'identité culturelle révèlent une conception statique de la culture qui n'a aucun fondement historique. Quelles sont les cultures qui sont restées stables au cours du temps ? »


L’une des accusations les plus fréquentes entendues contre le capitalisme, c'est qu'il serait incompatible avec la « justice sociale ». La Kenyane June Arunga affirme dans son essai, « Le capitalisme mondial et la justice », que le libre-échange, loin de nuire aux pauvres d'Afrique, leur a permis d’être beaucoup mieux lotis. Ils jouissent de revenus plus élevés, de meilleurs produits et d’une vie plus facile parce que le capitalisme (là où il est autorisé) leur permet de gagner plus et d’échanger de meilleures marchandises. Malheureusement, plusieurs États en Afrique maintiennent leurs propres peuples en dehors du marché et favorisent des étrangers ou des groupes d’intérêts spéciaux locaux.


« Nos propres États, écrit-elle, nous font du mal : ils nous volent, ils nous empêchent de commercer, ils maintiennent les pauvres dans la misère. Les investisseurs locaux ne sont pas autorisés à jouer la concurrence en raison de l’absence de l’état de droit dans les pays à faible revenu ». Ce n’est pas du « libre échange » quand les entreprises internationales peuvent obtenir des faveurs spéciales de l’État ou quand les entreprises locales voient leur accès au marché bloqué par leur propre État. Le libre-échange exige l’état de droit pour tous et la liberté pour tous de s’engager dans la plus naturelle des actions : l’échange volontaire.


La grande leçon de cet ouvrage est que les défenseurs du capitalisme ont l'avantage moral. Malheureusement, ils se retrouvent souvent en position défensive face à leurs adversaires, imprégnés de la « mentalité anticapitaliste », pour reprendre le titre d’un livre de Ludwig von Mises. C’est pourquoi la lecture de La moralité du capitalisme est indispensable à tous ceux qui veulent en découdre avec les défenseurs de la planification, du dirigisme économique et de la bureaucratie. Le livre est disponible gratuitement sur le site de l’Institut Coppet en version numérique avec un extrait de l’introduction.

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :2,9 (15 votes)
>> Article suivant
Damien Theillier est professeur de philosophie. Il est l’auteur de Culture générale (Editions Pearson, 2009), d'un cours de philosophie en ligne (http://cours-de-philosophie.fr), il préside l’Institut Coppet (www.institutcoppet.org).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Toujours ce même clivage entre la théorie et la pratique, en somme.

Le capitalisme permet à des psychopathes de devenir immensément riches, populaires, et de faire ce qu'ils veulent, au mépris des gens. Rien que pour cela, il est mauvais.

Un bon système est un système qui permet de repérer et de bloquer les personnes dépourvues d'empathie et/ou de les placer à des postes où leur prédisposition naturelle les rend efficaces, pour le bien commun.

Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Bonjour,
Le capitalisme est'il moral ??
Par construction, il ne l'est pas...puisque tout un chacun est sensé agir en fonction de son intérêt bien compris
et réserver ses valeurs morales dans le domaine privé...
D'un point de vue capitaliste, ou sont ces valeurs morales ??
Petit exemple
Lorsqu'une voiture crame dans une cité ruinant par là même les économies du salarié, et entravant également sa vie de famille par la restriction de ses
déplacements quotidiens...c'est pourtant bon pour le capitalisme...car bon pour le PIB.
Lorsqu'un pétrolier s'échoue, entrainant marée noire, pollution, et destruction ecologique...toutes les petites mains qui vont essayer de réparer ce bordel (PME de nettoyage, déplacement d'expert..etc..), c'est bon pour le PIB...

Non, vraiment, l'avantage morale du capitalisme dont vous nous faites part est une chimère...
Et je ne parle meme pas des conséquences politiques qui depuis quelques décennies ont transformé citoyen...en consommateurs serviles...
Quelle morale ???
De mon point de vue, une position indéfendable !
Bonne journée
Evaluer :   1  3Note :   -2
EmailPermalink
Cher monsieur Theillier,
Votre brillant article d'universitaire patenté peut être réduit à cela: le capitalisme, (comme le communisme), est une belle idée, humaniste, améliorant la vie des peuples, etc, etc....
... sauf que ces théories ne fonctionnent pas bien du tout avec la psychologie de la race humaine et il suffit de regarder l'histoire et le monde tel qu'il est aujourd'hui pour en apporter la démonstration.
Reste effectivement que le capitalisme est plus adapté à la cupidité et à la férocité naturelles et qu'il survivra peut-être quelques années de plus au communisme, ... l'Histoire nous le dira...
Reste aussi à trouver un système politique plus adapté, ce qui est, je vous l'accorde, plus facile à dire qu'à faire mais ce n'est pas en louant le Mal qu'on trouve le Bien...
Evaluer :   2  3Note :   -1
EmailPermalink
Il a sans doute raison, et je dois me faire violence pour épouser sa pensée, tellement je suis imprégné par la pensée ambiante. Mais comment, quand on voit que depuis des lustres les marchés financiers sont manipulés, imaginer ce capitalisme idéal vraiment possible. Le marché de l'argent métal montre depuis des décennies
qu'une poignée de banques peuvent le maintenir la tête sous l'eau.
L'auteur semble un rêveur, quand il dit : "La grande leçon de cet ouvrage est que les défenseurs du capitalisme ont l'avantage moral. Malheureusement, ils se retrouvent souvent en position défensive face à leurs adversaires, imprégnés de la « mentalité anticapitaliste », pour reprendre le titre d’un livre de Ludwig von Mises. C’est pourquoi la lecture de La moralité du capitalisme est indispensable à tous ceux qui veulent en découdre avec les défenseurs de la planification, du dirigisme économique et de la bureaucratie". Le problème n'est pas là ! Le problème c'est comment libérer le capitalisme des oligarchies bancaires, des manipulateurs des marchés.
Les intellectuels me font marrer.
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Toujours ce même clivage entre la théorie et la pratique, en somme. Le capitalisme permet à des psychopathes de devenir immensément riches, populaires, et de faire ce qu'ils veulent, au mépris des gens. Rien que pour cela, il est mauvais. Un bon systèm  Lire la suite
RalphZ - 11/02/2013 à 13:02 GMT
Note :  1  1
Top articles
Derniers Commentaires
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Grâce aux taxes, la France s’appauvrit sans souci
07 nov.Bernard Conte
Le gouvernement "force" la consommation notamment par la norme. https://blog-conte.blogspot.com/2018/11/forcer-la-consommation-par-la-norme.html
ALERTE. La BCE baisse ses taux et les taux… remontent !
28 oct.blitzel
Il n' y a rien à dire, c'est excellent d'avoir trouvé cela. C'est une mesure qui a été mis en place au tout début septembre, méthode dévoilée p...
Les experts internationaux en Rien du Tout
28 oct.Patrick W1
Excellent...!!
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX