Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le cirque européen continue

IMG Auteur
Publié le 05 décembre 2012
1362 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 23 votes, 4,6/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Billets d'Humeur

 

 

 

 



Mes chères contrariées, mes chers contrariens !


Supervision bancaire pas d'accord entre ministres européens à Bruxelles


Ce qui est bien avec l’Europe, c’est le cirque sans fin de nos mamamouchis qui sont décidemment de grands, très grands acteurs.

La comédie continue autour cette fois de la fameuse Union Bancaire censée nous sauver de tous les périls. Bien que je ne souscrive pas à cette idée, puisque ce n’est pas parce que l’on va regrouper toutes les autorités de tutelles existantes sous l’égide de la BCE que cela changera quoi que ce soit au stock d’actifs pourris détenus actuellement par nos banques.

En clair, ce n’est pas en prenant tous les plus mauvais joueurs de foot que l’on forme une bonne équipe.


Néanmoins, les « zinvestisseurs » qui animent les marchés adorent cette idée. Les espoirs sur la mise en place qui devait être très rapide ont même permis à la bourse de monter… Normal.


Alors Michel Barnier nous indique, suite à la réunion qui vient de se tenir que : « Nous sommes prêts à travailler dans les heures et les jours qui viennent pour travailler à un compromis. » Voilà une avancée spectaculaire.


Pour le ministre français, Pierre Moscovici, « bien que non conclusive (j’adore ce terme, une réunion non conclusive signifiant une réunion exploratoire ne servant pas à grand-chose), cette réunion a été utile ».

Pour lui, « l’important c’est que les ministres des Finances travaillent d'arrache-pied pour obtenir un accord avant la fin de l'année ». Voilà également une belle déclaration !!


L’un des problèmes en fait c’est que Berlin souhaite que la BCE se concentre sur la supervision des grandes banques et de celles qui posent un risque à l'ensemble de l'économie, alors que la France veut « un système qui s'applique à toutes les banques et dans lequel la BCE soit le décideur ultime », a expliqué M. Moscovici.

C’est assez normal dans la mesure où le système bancaire allemand va beaucoup plus mal que ce que le gouvernement souhaite admettre. Évidemment, cela arrange le gouvernement français de montrer que son voisin allemand ne va pas si bien… Et toc !


L’autre difficulté consiste à régler la question du poids de la BCE au sein de l'Autorité bancaire européenne (EBA).


Si, en tant que superviseur unique de la zone euro, elle vote au nom des 17 au sein des instances de l'EBA, les 10 autres craignent de se retrouver automatiquement mis en minorité. Une question hautement sensible pour Londres et sa place financière. Mais pour Paris, il est hors de question de trouver un système de vote qui permette aux Britanniques de disposer d'un droit de veto.


Donc là aussi, on se retrouve encore embourbés dans les contradictions même du fonctionnement des institutions européennes, qui ne sont pas calibrées pour la réactivité en temps de crise.


Enfin, cette réunion devait également aborder la mise en œuvre de la nouvelle réglementation bancaire dite de « Bâle III ». Cette réglementation vise à renforcer la capacité des banques à faire face à des crises futures, notamment en augmentant leurs fonds propres. Le problème sur Bâle III, c’est que les autorités américaines viennent d’envoyer paître ces nouvelles normes de solvabilité puisque les banques US ne sont pas en capacité d’absorber une telle augmentation de leurs fonds propres dramatiquement bas.



Crédits immobiliers le taux moyen baisse à 3,31 %, vers le record


La bonne nouvelle du jour que je souhaitais évoquer avec vous, c’est que les taux d'intérêt des crédits immobiliers accordés aux particuliers par les banques en France ont atteint en moyenne 3,31 % au mois de novembre, se rapprochant davantage encore du plus bas historique à 3,25 % il y a exactement deux ans.


Pour ceux qui n’y ont pas encore pensé, non ce n’est pas le moment d’acheter, mais c’est le moment pour ceux qui ont acheté à des taux supérieurs de renégocier vos crédits à taux fixes. Pas d’emprunt à taux variable (souvent proposé dans le cadre de renégociations de crédit).


Si le banquier qui vous avait fait le prêt à l’origine peut vous proposer de meilleures conditions dans la conjoncture actuelle, d’expérience ils se font un peu tirer l’oreille. N’hésitez donc pas à faire le tour des banques, voire de passer par un courtier dans la mesure où les banques disposent de deux tarifications : celles pour les clients/prospects et celles pour les courtiers qui est une grille bien plus avantageuse in fine pour les clients.


En tout cas, c’est le moment et cela vous permettra de diminuer la mensualité ou la durée de votre crédit en cours.


Enfin, sachez qu’à tout moment les taux peuvent se retendre et repartir à la hausse puisque nous sommes sur des niveaux historiquement bas, sans oublier le retournement actuellement en cours sur le marché immobilier qui incite de plus en plus de banques à réduire leurs financements sur ce secteur économique.


Espagne nouvelle poussée du chômage, à 4,91 millions en novembre


Comme je suis un contrarien, je déteste finir éventuellement sur une note positive ou qui serait porteuse d’espoir.

Non, l’essentiel ce sont les mauvaises nouvelles. Justement, côté Espagne, cela commence à s’accumuler… Mais bon, ce n’est pas grave, nous ne risquons rien, nous on est Français, les Espagnols, eux, l’ont bien cherché, un peu comme les Grecs, les Italiens et les Portugais. Nous, on est parfaits. Cela ne peut pas nous arriver.

Bon, pour ceux qui auraient un peu plus de lucidité, voici ce qui se passe en Espagne d’après une dépêche AFP d’aujourd’hui.


Le chômage a poursuivi sa progression en Espagne au mois de novembre, avec 4,91 millions de demandeurs d'emploi. En novembre, ce sont 74 296 nouveaux chômeurs qui se sont empilés dans le stock déjà existant.


Selon l'Institut national de la statistique (Ine), qui utilise une méthode de calcul différente, le taux de chômage a franchi au troisième trimestre la barre historique des 25 %, avec 25,02 %. Chez les jeunes de moins de 25 ans, le taux de chômage atteint les 52 %, selon l'Ine !! Ce qui est, vous me l’accorderez, porteur d’espoir pour nos enfants.



En Espagne, les nouveaux visages de la pauvreté


« Sous la neige qui tombe pour la première fois de l'hiver, ils se pressent à l'entrée du centre d'accueil de Caritas à Burgos, dans le nord de l'Espagne. Immigrés, femmes, chômeurs, ils ont les multiples visages de la pauvreté qui grandit dans ce pays en crise.


Dans la boutique, au rez-de-chaussée du foyer de l'organisation caritative, les femmes fouillent dans les rayons pour dénicher les vêtements chauds qu'elles emporteront pour une poignée d'euros.


"Je suis venue à cause du froid", murmure Carmen Perez, une femme de ménage de 52 ans, son petit visage emmitouflé dans un gros bonnet de laine, en serrant contre elle le sac renfermant le précieux manteau. "Cela va me tenir très chaud."


Depuis un an, avec ses revenus de 800 euros par mois, son mari et ses trois fils de 20, 24 et 28 ans, tous maçons au chômage, son loyer de 400 euros, elle est devenue une habituée de cette boutique. »


Voilà, je ne vous livre que les premières phrases de ce témoignage sur la pauvreté en Espagne. Foyers, logements d’urgence, développement des SDF dans un pays aux solides solidarités familiales.


L’Espagne s’enfonce actuellement exactement de la même façon que la Grèce s’est enfoncée dans une crise sans précédent depuis cinq ans.


Nous sommes le prochain pays européen à rentrer dans ce cycle infernal et cela commencera dès 2013 où nous devrons nous acquitter de tous les nouveaux impôts votés par notre gouvernement.


Nous ne sommes pas très différents des Espagnols… En fait, si. Lorsque la crise a commencé en Espagne, le taux d’endettement de la péninsule Ibérique était deux fois moins élevé que le nôtre. Les prélèvements obligatoires y sont également plus faibles que chez nous.


Mais que ceux qui veulent dormir tranquilles continuent leurs beaux rêves. Il ne peut rien nous arriver, nous sommes les plus beaux, les plus forts, ce sont les riches qui paieront et le Prédisent a dit que la crise était derrière nous… Si le Président l’a dit !!


Charles SANNAT

Directeur des Études Économiques Aucoffre.com

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Espagne | France | Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Espagne | France | Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,6 (23 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Ils sont où les gens qui disaient que la Grande Bretagne est meilleure que la France car elle va s'en sortir plus tôt ? (je ne suis pas français, précision)

Je viens de lire sur le site de la BBC que le Chancellier Osborne prévoit une contraction de l'économie britannique et que les mesures d'austérités seront prolongées jusqu'en 2018.

Ah bravo les angliches
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Les capitaux fuient de plus en plus hors de l'Espagne, hors de l'Italie, hors de la Grèce, de l'Irlande, du Portugal.

Ces cinq pays vont se déclarer en défaut de paiement, les uns après les autres : ce sera l'explosion de ces cinq bombes atomiques.

Pour mettre à l’abri leurs capitaux, les investisseurs internationaux ont choisi cinq abris antiatomiques. Aujourd'hui, les investisseurs internationaux placent leurs capitaux dans cinq Etats considérés comme résistants et solides : l'Allemagne, les Pays-Bas, la France, la Finlande et le Luxembourg.

http://a407.idata.over-blog.com/1/68/76/76/Dettes/20121021-Target-2-balances.jpg

Nous, Français, sommes surpris de cet afflux de capitaux vers la France. Pourtant, c'est un fait : les investisseurs internationaux considèrent que la France sera un abri antiatomique solide, qui résistera à l'explosion de la zone euro. Ils se précipitent pour acheter les obligations de l’Etat français.

Lundi 3 décembre 2012, la France a lancé trois emprunts. La France a payé des taux historiquement bas.

Emprunt à 3 mois : le taux a été négatif : – 0,022 %. Ce taux est en baisse par rapport à la dernière émission à 3 mois : c’était – 0,020 % le 26 novembre.

Emprunt à 6 mois : le taux a été négatif : – 0,008 %.

Emprunt à 12 mois : le taux a été de 0,016 %. Ce taux est en baisse par rapport à la dernière émission à 12 mois : c’était 0,019 % le 26 novembre.

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp-00482050-la-france-a-emprunte-6-77-mds-eur-a-court-terme-a-des-taux-encore-tres-bas-516780.php


La dégradation de la France par les agences de notation n’a pas modifié la tendance : les investisseurs internationaux ont continué à se ruer vers les obligations de l’Etat français.

Mercredi 5 décembre 2012 : taux des obligations à 10 ans : 2 %. Record historique battu. Les taux n’avaient jamais été aussi bas.

http://www.bloomberg.com/quote/GFRN10:IND/chart
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Beaucoup de choses sur lesquelles je rebondirais bien dans ce papier, mais je vais me limiter à une seule... qui en fait concerne l'affirmation nette qu'il ne faut pas choisir de taux variable pour un prêt immobilier...

Je suis passé d'un taux fixe à un taux variable alors que tout le monde me disais que c'était super risqué et que rien ne valait l'assurance du bon vieux taux fixe...

Il y a 3 ans, j'ai racheté mon prêt et suis passé d'un taux fixe à 5% avec toute sorte de pièges (assurance vie bancaire 4X plus chère qu'ailleurs entre autre) à un taux variable 2,48%... avec limite maximum à 4,96... (et cette fois-ci, sans aucune obligation vis à vis de la banque...)

En payant la même chose tous les mois, je rembourse maintenant 3/4 de capital contre 1/4 d'intérêt (depuis, mon taux est descendu à 1,81%...) alors qu'avant, c'était 3/4 d’intérêt et 1/4 de capital...

Malgré ces donnés chiffrés... j'entends encore... oui, mais le taux fixe... c'est plus sûre... les taux peuvent remonter...

Deux points sont important à prendre en considération...

-Si les taux remontent de manière tangibles pour les particuliers... c'est qu'ils remontent aussi pour les états et pour les banques entres elles... et là, je pense que ceux qui tiennent les ficelles n'ont vraiment pas envie que cela se produise... cela serait de toute façon économiquement la fin de la partie...

-Ensuite... qui vous dit, si les taux devaient effectivement monter de manière forte que les taux fixes resteront où ils en sont... Les banques se sont bien permise de baisser les taux d'épargne quand ça les arrangeait (sans nous avoir prévenu il y a 15-20 ans qu'ils étaient variables...)
Il suffit juste que les banques mondiales s'accordent pour dire que les taux fixes doivent être fixes par rapport au niveau d'inflation car l'économie ne peut survivre avec des intérêts négatifs... et l'assurance du taux fixe s'envolera... vous croyez vraiment qu'ils n'y ont pas pensé...?

Maintenant, chacun fait ce qu'il veut...
Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
J'ai lu dans VALEURS ACTUELLES N° 3966 du 29 nov à la page 52 dont le titre évocateur :"La Grèce a fait sa propre dévaluation". La Bourse d'Athènes dont la capitalisation était de 200 Mrds en 2007 est passée à 5 Mrds aujourd'hui et que 5 entreprises assurent 70 % des transactions, dont la loterie nationale (OPAP)...
Mais comme l'écrit le président exécutif de la Bourse d'Athènes Socrates Lazaridis :"depuis 2 ans nous sommes entrés dans une phase de dévaluation interne.. quand vous avez une monnaie que ne pouvez pas dévaleur".La suite n'en ai pas moins intéressante sur la baisse généralisée des coûts de prix et des salaires... Sur ce qui ne peut pas nous arriver, car Nous, on est parfaits.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Hier dans le Herald Tribune j'ai lu un article sur la Grèce. Une équipe de foot amateur réussit à s'en sortir car elle est sponsorisée par... des maisons closes. La propriétaire de deux bordels sponsorise ainsi une équipe de foot, avec maillots roses de circonstance.

Voilà où on en arrive...

Mais rassurez-vous, en France la prostitution est interdite, les équipes de foot amateur vont juste crever.
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Ils sont où les gens qui disaient que la Grande Bretagne est meilleure que la France car elle va s'en sortir plus tôt ? (je ne suis pas français, précision) Je viens de lire sur le site de la BBC que le Chancellier Osborne prévoit une contraction de l'é  Lire la suite
RalphZ - 05/12/2012 à 19:21 GMT
Note :  2  1
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX