Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le Crime de 1893

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 25 octobre 2012
1664 mots - Temps de lecture : 4 - 6 minutes
( 6 votes, 4,7/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Histoire de l'or

 

 

 

 

La monnaie libre en or ou argent avait été adoptée en 1792. Cela voulait dire que n’importe qui pouvait prendre de l’or ou de l’argent et l’amener à la Monnaie et faire frapper des pièces. Un dollar en argent contenait du métal argent pour une valeur d’un dollar et une plus petite pièce d’or avait un teneur d’or équivalente à un dollar. Le prix de l’or sur le marché international était stable mais le cours de l’argent variait.



Pendant la présidence d’Andrew Jackson (1829-1837) le ratio entre l’or et l’argent était de 16 contre 1, ce qui était son ratio historique de toute façon. Le ratio n’était pas une idée neuve mais il devient officiel à ce moment-là. En 1849, on découvrit de l’or en Californie. Le 49ème Etat extrayait tant d’or que le Trésor en avait été inondé et que ce dernier avait donc moins de valeur par rapport à l’argent, une once d’argent permettant d’acheter 1.04 $ d’or. En 1853, le Congrès abandonna la liberté de faire frapper des pièces d’argent sauf pour le dollar en argent qui obtint le surnom de « roue de charriot ». Peu d’Américains s’en aperçurent ou s’en soucièrent dans la mesure où la monnaie argent était toujours frappée par le Trésor.

 


Survint ensuite la guerre entre les Etats et la valeur des deux monnaies, du Nord et du Sud, se rapprocha du zéro absolu. Les deux parties imprimaient de la monnaie pour dédommager leurs côtés respectifs et le résultat fut un exemple supplémentaire de l’Histoire qui se répète. Après la guerre, les gens voulaient une monnaie possédant une valeur véritable. De la monnaie saine qui ne pourrait pas être produite par la planche à billets. Les hommes d’affaires souhaitaient un dollar fort, avec une valeur stable dans le monde entier. En raison de la pression des capitalistes occidentaux, le Congrès décida de stopper l’émission du dollar argent, donc littéralement de démonétiser l’argent. Cet acte entra dans l’histoire comme « le crime de ‘73 ». Une dépression s’en suivit.



En 1875, la loi dite du «Specie Resumption Act » [Loi sur la reprise des espèces] exigeait que toute monnaie en circulation soit garantie par de l’or. L’outrage se poursuivait, tout comme les demandes que l’argent soit de nouveau déclaré moyen de paiement légal. Finalement, en 1878, la loi Bland-Allison pourvut à ce que (1) le Trésor achète entre 2 et 4 millions d’argent chaque mois des mines occidentales, que (2) l’argent soit acheté au cours du marché et non à un ratio prédéterminé de 16 contre 1 et (3) que le métal soit frappé comme dollars en argent et donc monnaie légale. Rutherford Hayes opposa son veto mais le Congrès le supplanta et le projet de loi devint loi. La loi Bland-Allison n’était pas une solution complète, mais c’était un début vers un retour de l’Amérique au standard or-argent. Le terme de « bimétallisme » a été utilisé pour décrire cette loi.

 


Les mineurs, les fermiers et les autres habitants de l’Ouest qui avaient des difficultés en raison de la pénurie de monnaie, traduite en argent, protestaient toujours de manière véhémente. En 1890, le Congrès et le président Benjamin Harrison passèrent la loi Sherman sur l’achat d’argent qui complétait la loi Bland-Allison et exigeait un achat de 4,5 millions d’onces d’argent supplémentaires par mois pour un total de 8,5 millions d’onces, achat qui devrait être effectué en billets convertibles en or ou en argent. Cela représentait l’essentiel de la production des mines de l’ouest et l’argent passa de 84 cents l’once à 1,50 $. Les intérêts des mines du Colorado étaient en plein boom après le passage de la loi Sherman. Leadville fleurissait grace aux sacs d’argent d’Horace Tabor qui délaissa sa femme Augusta, la mal-fagotée, et se maria à la fameuse «Baby Doe » qui mourut faible, transie et sans le sou près de la mine de « Matchless » en 1937.



Dans le comté de San Juan dans le Colorado, le district des mines des Montagnes Rouges déversait des tonnes d’argent sur le chemin de fer de Silverton [« Tonnedargent »] qui fut abandonné en 1925. Otto Mears, un immigrant russe, qui s’enrichit en construisant des routes payantes et des chemins de fer au Colorado, fit beaucoup d’argent en transportant des dames, du whisky, du charbon et des marchandises jusqu’à la ville de Montagne Rouge et, une fois le minerai extrait, il donnait des passes en argent pur à ses meilleurs clients chaque année. Ils valent maintenant des milliers de dollars à condition d’en trouver un à vendre. (J’ai offert 1500$ pour l’un d’eux en 1972 et qui m’ont été tout bonnement refusés). On dit que le nom « Silverton » vient du fait qu’un rigolo avait dit un jour « nous n’avons pas d’or mais nous avons des tonnes d’argent». Silverton, à l’époque faste du métal argent possédait 37 saloons et des « belles de nuit » par douzaines. Il y avait « Lil à la dent de diamant », « Lola la négresse », « Fanny la juive » et « Lou la poitrinaire» pour n’en nommer que quelques unes. Georges Brower ouvrit le Casino et théâtre d’Arlington et fit venir Wyatt Earp pour diriger les activités de jeux. La dernière des filles à quitter le lieu fut « Fanny la juive » qui faisait remarquer au « Diacre » Salfisberg, le receveur des postes, quand elle partit « qu’elle ne pouvait pas vendre ce que les lycéennes offrait pour rien ». Elle était devenue un peu vieille et trapue à son départ. Sa maison se dresse toujours sur la rue Blair et héberge un restaurant.

 


La Comstock Lode à Virginia City dans le Nevada et les différentes mines du Colorado produisaient des quantités énormes d’argent. L’argent devint « une braise chaude» et les gens échangeaient leurs dollars argent contre des dollars or car cela était raisonnable. Un dollar en or valait plus qu’un dollar en argent et les gens les échangeaient par millions.  Le ratio de 16 contre 1 était caduc pour tout projet concret. Le résultat de ce déséquilibre, en 1893, fut une pénurie d’or et un surplus d’argent. Ce surplus d’argent causa aussi une grande peur parmi les hommes d’affaires de l’ouest, les républicains en général et les investisseurs étrangers qui pensaient que si l’argent remplaçait l’or, l’or serait thésaurisé. La morosité de l’est se traduisait par exactement l’opposé de ce qui se passait à l’ouest. A l’ouest les magasins et les entreprises commençaient à faire faillite et effectivement l’or commençait à être mis de côté.



Un autre « crime » fut passé au Congrès. Le « crime de 93 » fut que la loi Sherman sur l’achat d’argent fut refusée par le Congrès. Ce fut la fin des mines d’argent pour tout projet d’ordre pratique. Les mines et les villes de l’Ouest qui en dépendaient firent faillite, la valeur des biens immobiliers chuta, les banqueroutes étaient légions et les banques fermaient, certaines ne rouvrant jamais. Celles qui le faisaient, payaient généralement le dollar 25 cents. Le chemin de fer de Denver et du Rio Grande furent placés sous le contrôle d’un administrateur judiciaire et l’argent chuta à 62 cents l’once. Les mines, les raffineries et les fonderies fermaient et les mineurs perdaient leur travail par milliers. Ceux qui le conservaient voyaient leurs salaires diminuer, ce qui mena à de violentes grèves. Même loin de Denver, la crise se faisait sentir et la région était incapable de prendre soin des chômeurs et des sans-abris. Aspen Colorado qui avait été une ville complètement dépendante de l’argent chuta dans une grave dépression et ne fut ranimée qu’après la seconde guerre mondiale lorsque l’armée vint s’y installer pour entraîner la 10ème division de montagne sur les pentes d’Aspen. Les autres villes du Colorado comme Telluride, Silverton, Ouray et Leadville sombrèrent également dans une dépression terrible, exception faite de Cripple Creek où une découverte d’or fut faite en 1891 lui donnant son surnom de « le camp d’or le plus grand du monde ». Cripple produit encore un peu d’or. L’or de Cripple Creek est produit grâce à un traitement par lixiviation (« heap leach process ») et n’est plus souterrain mais copie les mines de charbon en décimant les sommets de montagnes entières, extrayant l’or et en remplaçant le matériau usé.

 


De nombreux camps-mines étaient tellement immergés dans l’argent qu’ils n’ont jamais pensé à l’or. Une fois le « crime de 93 » digéré, les directeurs des mines et les contremaîtres découvrirent que les rejets des mines (qui avaient été considérés comme des déchets) contenaient en fait d’énormes dépôts d’or, de plomb, de zinc et même de cuivre.
Les montagnes de déchets furent retravaillées, les mines rouvrirent et devinrent plus prospères pour un temps. Ce qui les brisa définitivement, ce sont le gouvernement et ses agences : EPA, MSHA (une variation pour les mines d’OSHA) et autres bureaucraties en tous genres qui rendirent l’exploitation des mines virtuellement impossible. Dans le cas de Silverton, la dernière mine quitta le lieu en 1991, incapable de faire un profit en raison des nombreuses restrictions, régulations et interdictions. On dit que pour chaque pièce de 10 cents extraite de Silverton, il y a encore 90 cents à l’intérieur de ces glorieuses montagnes que j’aime tant.

 


William Jennings Bryan fit campagne sur la reprise d’un standard monétaire bimétallique et son fameux discours affirmait que s’il était élu, l’Amérique « ne serait pas crucifiée sur une croix en or ». Bryan était un avocat et orateur renommé qui mourut peu après avoir plaidé son « procès du singe » dans le Tennessee. « Hériter du vent », l’un de mes films préférés, retrace ce procès. Aujourd’hui, il y a bien plus d’or que d’argent disponible bien que les deux métaux soient tous deux d’excellentes manières de « se protéger », comme je le dis habituellement.

 

 

 

 

 

Don Stott

Colorado Gold

 

 

 

Don Stott est le fondateur de Colorado Gold et écrit régulièrement des chroniques sur l’or, l’argent et les marchés financiers.

 

 

 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (6 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX