Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Le De Beers

IMG Auteur
 
 
Extrait des Archives : publié le 24 juin 2014
704 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 1 vote, 4/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 

 

Peu de temps après la création de De Beers Consolidated Mines Limited en mars 1888, un gros diamant jaune clair de forme octahédrale fut découvert dans la mine De Beers. La pierre pesait 428,50 anciens carats (les carats non-métriques d’avant 1913) et mesurait 47,6mm le long de son axe le plus long, et 38,1mm². A l’exclusion du Victoria, aussi appelé Great White ou Jacob, dont la source pose encore des doutes, le De Beers est le plus gros diamant à avoir été découvert dans les quatre mines de Kimberly au cours de cette période.

 

Avec un poids de 234,65 carats, le De Beers est le septième plus gros diamant à facettes du monde, à l’exclusion du Nizam, un diamant aujourd’hui disparu qui aurait été partiellement taillé. Nous ne savons pas où le De Beers a été taillé, mais en raison de sa proéminence en tant que centre de taille reconnu, il y a de fortes chances qu’il ait été taillé à Amsterdam.

 


 

Après son exposition à Paris, le Maharajah de Patiala acheta le diamant. En 1928, Cartier, de Paris, en fit la pièce maîtresse d’un collier de cérémonie qui fut plus tard connu sous le nom de Collier Patiala. Au cours des années 1930, le diamant fut acheté par ses propriétaires actuels, qui le prêtèrent en 1973 à l’occasion d’une exposition en Israël.

 


Le Collier Patiala est l’un des bijoux les plus spectaculaires jamais créés.

 

Après la fin du Raj, le Collier Patiala disparut. Plus tard, en 1998, ses restes furent découverts dans une bijouterie d’occasion de Londres. Les plus grosses pierres en avaient été détachées, sept au total, d’un poids de 18 à 73 carats, et le De Beers, de 234,69 carats. Cartier acheta ce qu’il restait du collier et passa trois ans à le restaurer. Les diamants manquants furent remplacés par une variété de pierres naturelles tels que des saphirs blancs et des topazes de même couleur, mais le résultat ne se prouva pas satisfaisant. Mais revenons-en aux diamants. Les diamants originaux n’étaient bien entendu pas disponibles, encore moins le De Beers. Lors de sa recherche de nouvelles pierres de remplacement, Cartier a finalement décidé de substituer les sept diamants par du zirconium cubique et les merveilles Birmanes par des rubis synthétiques. Une réplique du De Beers fut créée et montée sur le pendentif, mais le matériau utilisé pour créer ce substitut n’a pas été divulgué. Une source a mentionné du saphir jaune, mais ce type de pierre aurait demandé de longues heures de travail en raison de la taille de la réplique et du fait que le saphir est une pierre très dure – à 9 sur l’échelle de dureté de Mohs. Il y a de fortes chances que du zirconium cubique de couleur jaune ait été utilisé. Sur certaines photos du collier, la réplique du De Beers apparaît comme étant de couleurs différentes, ce qui ne peut être le cas de saphir jaune. Le collier contenait au départ 2.930 diamants, d’un poids total de 962,25 carats.

 

Le 8 mai 1982, le De Beers fut mis aux enchères par Sotheby à Genève. Au départ, sa vente était estimée à plus de 4,5 millions de dollars. L’offre la plus élevée, de 3,16 millions de dollars, n’est pas parvenue à atteindre la réserve du vendeur.

 

Le livre Precious Stones and Gems d’Edwin Streeter est très certainement responsable d’une certaine confusion quant à l’histoire de ce diamant. Il y écrit que le diamant a été exposé lors de l’exposition de Paris sous le nom de Victoria, ce qui a poussé certains à mentionner dans certaines publications un diamant du nom de Victoria I et d’un poids de 228,50 anciens carats, également découvert en 1988 et de couleur jaune claire, et lui aussi vendu à un prince Indien. Un simple calcul mathématique prouve qu’il s’agit de la même pierre que le De Beers, à ne pas confondre avec le diamant également connu sous le nom d’Imperial, de Great White ou de Jacob, taillé en forme de coussin et d’un poids de 184,50 carats.


Sources: Diamonds - Famous, Notable and Unique par le GIA, Famous Diamonds par Ian Balfour, site internet de Cartier, et de nombreux articles en ligne.

 

 Tous les articles sur les diamants célèbres

 

 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (1 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Le signal de la fin du monde vient de s’allumer. Personne ne vous e...
11:38Louis L.
Tandis que le brillant idéal progressiste croit élever le monde de ses puissantes ailes, un conséquent destin le voit survivaliste, t...
Glottophobie : ce que révèlent ces propositions de lois débiles
22 oct.merisier1
Dire qu'on rémunère confortablement et tous les mois des personnes capables d'envisager de telles lois pendant qu'un petit c** braque un prof pour ...
Pourquoi la révolution n’est pas pour demain
21 oct.merisier3
On fait la révolution le ventre vide et quand on ne peut pas se chauffer l'hiver. C'est tout. Et puis avec les crédits en cours, on ne peut pas...
Nouriel Roubini voit une crise d’ici 2020 : qu’en penser ?
21 oct.samideano0
La prédiction était plus facile, car il savait que le pouvoir effacerait le cours par les manipulations de marchés, sans quoi l'or serait déjà à 10...
Et maintenant, la carte grise pour vélo… ou notre effondrement par ...
19 oct.GAP
avec, sans doute le développement des caméras vidéos, on pourra directement envoyer un pv au cycliste qui roule sur le trottoir qui normalement est...
L’or et la Première Guerre mondiale : quelle place pour le métal pr...
18 oct.PASUN
Aujourd' hui qui donnera ou échangera son or ??? les gens étaient vraiment naïfs à l' époque .
La guerre contre le cash n’est pas perdue ! Nous pouvons même la ga...
20 oct.covadonga
De toute manière, si on veut continuer à acheter la paix civile et contribuer au PIB avec l'argent sale, le cash sera toujours là. Je vois mal les ...
Gouvernement : une médiocrité inquiétante
20 oct.covadonga-1
Plutôt un "De Gaulle".
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX