Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Le Dresden Green

IMG Auteur
 
 
Extrait des Archives : publié le 10 juin 2014
1793 mots - Temps de lecture : 4 - 7 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 

Le Dresden Green

 

A l’état brut, les pierres vertes sont généralement de trois types distincts : pierres de teinte claire plutôt que de la couleur de l’eau d’un lac, souvent en forme de cristal; pierres à la teinte vert foncé ; ou pierres vertes teintées de jaune caractérisées par un certain degré de lubricité. Une fois taillés et polis, les diamants du premier et deuxième type perdent souvent leur couleur verte pour devenir des gemmes blanches ou, alternativement, des pierres d’un jaune clair connues sous le nom d’argent capes. Les diamants verts facettés proviennent donc du troisième type de pierres. La collection de diamants colorés de De Beers, qui a fait l’objet d’exposition tout autour du monde, comprend quelques spécimens extraordinaires de diamants verts.

 

Il faut d’abord commencer par expliquer le phénomène par lequel naissent les diamants verts. La couleur verte est généralement causée par le contact d’un cristal avec une source radioactive à n’importe quel moment au cours de sa formation, et en termes géologiques, cela se mesure en millions d’années. Le plus souvent, ces radiations sont dues à des particules alpha présentes dans des composés d’uranium ou dans les nappes phréatiques en percolation. Une exposition durable à ces particules forme un point vert à la surface d’un diamant ou le recouvre d’une fine couche verte aussi épaisse que de la peau et qui peut aisément être retirée lors du processus de taille. Mais les rayons beta et gamma, ainsi que les neutrons, sont capables de colorer une pierre plus en profondeur voire parfois rendre sa partie intérieure entièrement verte.

 

La chauffe de la pierre peut parfois en améliorer le rendu, mais la température du four doit impérativement demeurer sous les 600 degrés, parce qu’au-delà de cette température, la couleur verte a des chances de devenir jaune ou brune. Ce changement de couleur est causé par des transformations au sein de la structure du cristal. Avant d’entrer en contact avec des particules radioactives, un cristal est stable, mais un choc radioactif est suffisant pour en déranger l’équilibre et produire une couleur verte. Tempérer un diamant vert peut aussi en altérer la couleur. Ce phénomène est similaire à un morceau d’élastique détendu : il peut rétrécir, mais ne peut jamais revenir à sa longueur initiale. De la même manière, après traitement, la structure d’un diamant est transformée indéfiniment.

 


Le Dresden Green hors de sa monture.

 

Certaines recherches ont prouvé que les diamants verts ou irradiés proviennent le plus souvent de dépôts alluviaux, bien qu’on les découvre le plus souvent dans des sources primaires, généralement vers le haut des tunnels volcaniques. Les diamants verts, quelle que soit leur taille, sont rares. Le Dresden Green, qui sous sa forme brute pesait certainement plus de 100 anciens carats, est un diamant unique. Il était à l’origine certainement une pierre oblongue, parce que les diamants verts ont rarement un clivage.

 

Le Dresden Green tire son nom de la capitale de la Saxe, où il a été exposé pendant plus de 200 ans. La plus ancienne référence à son existence remonte à un article publié dans le journal Londonien The post Boy dans les années 1700. L’article, publié dans le journal du 25-27 octobre 1722, mentionne ceci :

 

‘Mardi dernier, dans l’après-midi, Mr Marcus Moses, récemment arrivé d’Inde, a eu l’honneur de rencontrer Sa Majesté le roi George I (1714-21) avec son diamant, qui est de couleur vert émeraude, et a passé près d’une heure en sa compagnie. Sa Majesté a été très satisfaite du diamant. Il a dit n’avoir encore jamais vu un diamant de ce type en Europe, et Marcus Moses a ensuite présenté d’autres de ses pierres au Roi, de types qui n’avaient encore jamais été rapportés d’Inde. Le 25 du mois, il a attendu Leurs Altesses Royales avec son diamant, qui l’ont observé posé sur une feuille en aluminium. Le diamant aurait été évalué à 10.000 livres’.

 

Marcus Moses était un marchand de diamants de Londres au début du XVIIIe siècle – il a également un lien avec l’histoire du Régent. 

 

Une autre référence au Dresden Green peut être trouvée dans une lettre datée de 1726 et écrite par Baron Gautier, assesseur au collège Geheimes Rath, à Dresde, à l’ambassade Polonaise à Londres. Il explique que le diamant aurait été offert à Frédéric Auguste Ier par un marchand Londonien pour la somme de 30.000 livres. Ce souverain, connu sous le nom d’Auguste le Fort, est responsable de la construction de nombreux bâtiment à Dresde, qu’il a empli de rares et extraordinaires trésors – sculptures, peintures et objets d’art. Il a accumulé une collection de joyaux en tant que souverain de Saxe, et lorsqu’il accéda au trône de Pologne en 1697, il demanda qu’une nouvelle couronne soit créée à l’occasion de son couronnement. Frédéric Auguste a sélectionné plusieurs salles du château de Dresde pour y déposer ses joyaux et autres trésors, et les a surnommées le Coffre Vert, leur décoration intérieure ayant été laissée à des artistes Perses. Le résultat final est l’un des plus fins exemples de l’art baroque. Aujourd’hui, le contenu du Coffre Vert se trouve au musée Albertinium, construit sur le site où se trouvait autrefois le château qui fut détruit pendant la seconde guerre mondiale.

 

Une copie du diamant vert appartenait autrefois au physicien Sir Hans Sloane (1660-1753), dont la collection de livres, manuscrits et autres curiosités forme la base du British Museum. Lorsque Sloane a pris sa retraite en 1741, sa librairie et sa collection de curiosité étaient uniques au monde. Après sa mort, il a légué ses biens à la nation, à la condition que le Parlement paie la somme de 20.000 livres à ses exécuteurs. Sa requête fut acceptée, et sa collection contribua à l’ouverture du British Museum en 1759.

 

Ni George Ier ni Frédéric Auguste n’ont acheté le diamant vert. Le fils du dernier, Frédéric Auguste II (1733-1763) devint son premier propriétaire royal. Il acheta le Dresden Green à un marchand Hollandais du nom de Delles lors de la foire de Liepzig en 1741. Nombreuses sont les sources qui indiquent un prix différent pour cette vente, mais la somme la plus intéressante provient d’une lettre à Frédéric le Grand, Roi de Prusse, stipulant que ‘pour le siège de Brünn, le roi de Pologne s’est vu demander de l’artillerie lourde. Il a refusé en raison de la rareté de la monnaie, mais venait de dépenser 400.000 thalers pour un diamant vert’. Sur l’ordre de Frédéric Auguste II, le bijoutier de la cour, Dinglinger, a monté le diamant sur la Toison d’Or. Il y demeura attaché quatre année durant jusqu’en 1746. Le Roi demanda ensuite à l’orfèvre Pallard de Vienne de lui confectionner une nouvelle Toison d’Or sertie à la fois du Dresden Green et du Dresden White, un diamant en forme de coussin d’un poids de 49,71 carats.

 


La Toison d’Or sertie du Dresden White (en haut). Le centre de l’ornement n’a pas été détruit et se trouve aujourd’hui sur la présente Toison d’Or.

La partie supérieure de l’ornement a été préservée et fait désormais partie de l’ornement du Dresden White.



Entre 1756 et 1763, lors de la Guerre de Sept Ans, le contenu du Coffre Vert fut mis en sécurité dans la forteresse de Königstein, au sud-est de Dresde à proximité de la rivière de l’Elbe. Plusieurs années plus tard, après la fin de la guerre et la défaite de la Saxe, la Toison d’Or de Pallard fut aussi détruite. En 1768, un autre bijoutier, Diessbach, monta le diamant vers sur une épingle à chapeau aux côtés de deux autres brillants d’un poids total de près de 40 carats et d’autres diamants plus petits. Le Dresden Green se trouve encore aujourd’hui sur l’ornement de Diessbach.

 


Le Dresden Green en exposition dans le Coffre Vert parmi d’autres joyaux de la couronne.

L’ornement de gauche est serti du Dresden White.


 En 1806, la Saxe devint un royaume et la famille royale resta en place jusqu’en 1918, date à laquelle le dernier roi abdiqua. Le contenu du Coffre Vert a été exposé au public jusqu’à la seconde guerre mondiale. En 1942, ils furent à nouveau mis en sécurité au Königstein, échappant ainsi au raid aérien des Forces Alliées de la nuit du 13 février 1945, qui dévasta Dresde. Plus tard, la même année, la Commission Soviétique des Trophées, qui s’était installée au château Pillnitz, près du centre de la ville en ruines, transporta le contenu du Coffre Vert à Moscou. Il fut retourné en 1958.




Les facettes du Dresden Green selon son fichier Gemcad.

Ce dessin est d’abord paru dans l’édition de 1990 de Gems & Gemology, et fut converti en fichier

Gemcad par Robert Strickland en 1998.

 

Le GIA a examiné la pierre en 1988. Le Dresden Green n’est pas seulement de qualité extraordinaire, mais aussi de type II2. Sa clarté, selon le GIA, est de VS1, et la pierre a le potentiel d’être sans aucun défaut interne (cela signifie qu’elle présente des défauts à proximité de sa surface, probablement autour du pavillon, dont une retaille pourrait améliorer la clarté). La pierre mesure 29.75 × 19.88 × 10.29mm. Le GIA a noté la symétrie de la pierre comme bonne et son polissage comme excellent, ce qui est exceptionnel pour un diamant taillé avant 1741. Le Dresden Green est naturellement vert, ce qui est très rare. Les diamants à la surface verte ou couverts de taches vertes sont plus communs.

 


Une autre photo du Dresden Green.

 

En été de l’année 2000, Ronald Winston s’est arrangé pour que le Dresden Green puisse être mis en exposition en octobre 2000 à la galerie Harry Winston au Smithsonian Institute, aux côtés d’un autre diamant très célèbres – le Hope. Le Dresden Green, de 40,70 carats – plus gros diamant vert naturel jamais découvert - est depuis longtemps considéré comme le frère du diamant Hope en raison de sa taille, de sa couleur et de son importance historique. Le vendredi 14 octobre 2000 marqua l’ouverture officielle de cette exposition exceptionnelle.

 

Ronald Winston a passé douze années à planifier la réunion de ces deux diamants. ‘Il n’y a qu’un autre diamant, le Dresden Green, qui soit similaire au Hope en matière de rareté. J’ai toujours espéré voir un jour les deux diamants côte à côte lors d’une exposition. Ils auraient été la couronne du Court of Jewels de mon père, une collection incomparable qui a été exposée dans tout le pays dans les années 1950 et comportait certain des plus célèbres diamants de l’Histoire’.

 

Le Dresden Green est resté au Smithsonian jusqu’en janvier 2001 avant de retourner au musée Albertinium, à Dresde, où il se trouve encore aujourd’hui.


Sources: Site internet The Harry Winston, Famous Diamonds par Ian Balfour, The Nature of Diamonds par George E. Harlow, et le Gemstone Forecaster.  Remerciements :  R. Thomson.

 

 

 

 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Pétrole : alerte rouge pour la France et nos approvisionnements
16 sept.Josey Wales2
Avant on n'avait deja pas de petrole mais on avait des idees. Maintenant qu'on a plus d'idees...
Clownerie ministérielle : Bruno Le Maire veut une blockchain publique
14 sept.Fortuna
This country is fucked up
La BCE en mode Père Noël avec 1000 euros pour à Noël !!
10 sept.ramin974
Bonjour, Tout ça me rappelle les parties de monopoly que je faisais quand j'étais petit. Normalement quand un joueur n'a plus de sous, il ...
Martin Armstrong : de nouvelles découvertes compromettent le dogme ...
10 sept.Alain J.
Bonjour Venez habiter entre 1800 et 2200 m d'altitude Mr Flamel. L'expérience en science vaut mieux que toute théorie avec des idées préconçues...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Red Pill1
Mais, mais, mais, je pensais que nous avions le meilleur systeme de secu du monde, que le monde entier nous l'enviait, et que nos enarques, la fine...
France : une couverture (et une fraude) sociale légendaire ?
10 sept.Go4Gold
Il y a trois sortes de comptables : ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter
L’avenir inquiétant des banques… et de vos frais !!
07 sept.jymesnil2
Bon la blague qui consiste à prétendre que les banquiers prêtent l'épargne des clients est une blague....les depots sont ridiculement insuffisants ...
Grâce au glyphosate, la SNCF va nous coûter encore plus cher !
06 sept.Fortuna
En France on n'a pas de petrole, on n'a pas de bonnes idees mais au moins on n'aura plus de desherbants
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX