Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le FMI peut-il sauver un monde en faillite ?

IMG Auteur
 
Publié le 18 avril 2014
748 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 12 votes, 5/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

La réponse à cette question est trop souvent considérée comme acquise, à savoir que l’intervention du FMI auprès des États en situation de profonde détresse financière serait efficace. Examinons cela de plus près.

 

Conçu à Bretton Woods en 1944, le FMI procède d’une volonté d’éviter les crises économiques. Le monde émergeait alors des cendres de la Seconde guerre mondiale et de la Grande dépression : quarante cinq gouvernements se mirent d’accord pour maintenir les grands équilibres macroéconomiques. Ils imaginèrent le FMI dans ce but : les pays membres en difficulté pourraient désormais compter sur les conseils de l’institution, et surtout sur ses prêts pour retrouver le chemin de la stabilité.

 

Les bonnes intentions ne garantissent hélas jamais les bons résultats. Mais au delà des intentions, c’est la qualité même du diagnostic originel qui semble faire question. Comme la Réserve fédérale américaine ou d’autres institutions emblématiques de la seconde moitié du vingtième siècle, le FMI a été mis en place pour combattre des crises du capitalisme que l’on croyait inévitables. Les évènements économiques et financiers des dernières décennies n’ont pas manqué de rappeler durement ce rêve à la réalité. L’existence du FMI a-t-elle amorti par exemple la crise des parités de 1971 ? Non. Les pays membres du Fonds s’étaient mis d’accord en 1945 pour conserver la parité de leurs taux de change avec le dollar d’une part et celle du dollar et de l’or d’autre part. Mais les problèmes de balance de paiement, en partie dus à des politiques monétaires laxistes, en décidèrent autrement : le système vola malgré tout en éclat.  Quelques années plus tard, en 1979, le FMI a-t-il empêché la déstabilisation de l’ensemble du système monétaire ? Non plus, et ce malgré ses efforts de coordination internationale par une politique expansionniste de relance de la demande et d’emprunt massif.

 

Le FMI serait-il, dans les faits, incapable de remplir son mandat ? Peut-être bien, si l’on resitue l’origine des crises à sa juste place, c’est-à -dire non pas dans la fatalité, mais dans l’existence même d’institutions qui limitent l’ajustement des prix, des taux d’intérêt et de la masse monétaire. En effet, la notion de politique de relance de la demande (par l’emprunt) procède de l’idée que la régulation automatique des équilibres macroéconomiques n’existe pas, c’est à dire que la Loi de Say, du nom du célèbre économiste français du XIXème siècle qui postule que l’offre crée sa propre demande, n’est pas valable. Pour Keynes par exemple, la crise résulte d’un déficit de demande (globale) qui ne peut être suppléé que par l’intervention étatique. 

 

Au contraire, pour les économistes classiques - David Ricardo ou John Stuart Mill notamment, les crises économiques sont la manifestation d’un déséquilibre temporel entre la consommation (la demande) et la production (l’offre). La source du problème se trouve dans l’intervention publique sur le marché monétaire, qui fausse les signaux que les entrepreneurs utilisent pour ajuster leur offre. Par exemple, un producteur ne peut pas savoir si une augmentation de la demande pour son produit est véritable ou si elle est le résultat d’un excédent de monnaie. Si le signal est faussé, l’offre ne s’ajuste pas à la demande, alors qu’en l’absence d’intervention, le marché s’autorégule.

 

Si l’on reconnaît avec les classiques que les crises économiques ne trouvent pas leur source dans un déficit de la demande, mais dans le parasitage des signaux de prix et d’intérêt par les institutions étatiques, alors c’est en vain que le FMI essaie de remplir son mandat. Depuis le début de la crise actuelle, le Fonds a considérablement augmenté sa capacité de prêt pour aider les États en difficulté comme la Grèce. Bien que l’urgence de la situation porte à croire que cette intervention est indispensable, il faut aussi réaliser que de tels prêts ne feront que retarder les ajustements nécessaires, dans la mesure où ils n’assainissent pas le système à la base. Si la cause des crises est institutionnelle, c’est la tendance naturelle des États à dépenser, taxer, emprunter et générer de l’inflation qu’il s’agit d’endiguer, et au plus vite. L’étalon or avait, de ce point de vue, un rôle fort important à jouer car, sauf à le rejeter, il ne pouvait pas être manipulé. Sans cela, même en présumant les meilleures intentions, le mandat du FMI restera un rocher de Sisyphe. Pour ne pas être écrasé par les crises, le temps est venu de dépasser le keynésianisme pour retrouver les fondamentaux de Say et se concentrer sur la qualité des institutions qui régissent les décisions étatiques.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (12 votes)
>> Article suivant
Economiste, consultant et auteur. Il est professeur associé à l’Université Catholique de Washington et a précédemment enseigné aux universités de George Mason et de New York. Il a longtemps vécu en Nouvelle Zélande où il a été conseiller au Trésor et Senior Economist à la Commerce Commission. Spécialiste de la théorie des processus entrepreneuriaux de marché, il dirige avec Peter Boettke la publication des œuvres de Israel Kirzner chez Liberty Fund.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
JE FAIS DON DE LA SOMME DE 543.366 EURO POUR AIDER LES PLUS ENFANTS EN SITUATION DIFFICILE. Etant souffrant d'une maladie incurable et interné en ce moment dans un centre de Londres sans mouvement.J'ai décidé de faire don de cette somme,a toute personne pouvant l'utiliser dans du social en vue de créer dans son pays un orphelinat qui portera mon nom sans que ma famille ne le sache. Si vs êtes capable de réussir ce projet pour moi veuillez me joindre d'urgence sur mon mail: ouvalpierre3@yahoo.fr
JE FAIS DON DE LA SOMME DE 543.366 EURO POUR AIDER LES PLUS ENFANTS EN SITUATION DIFFICILE. Etant souffrant d'une maladie incurable et interné en ce moment dans un centre de Londres sans mouvement.J'ai décidé de faire don de cette somme,a toute personne pouvant l'utiliser dans du social en vue de créer dans son pays un orphelinat qui portera mon nom sans que ma famille ne le sache. Si vs êtes capable de réussir ce projet pour moi veuillez me joindre d'urgence sur mon mail: ouvalpierre3@yahoo.fr
"les systèmes socialistes donnent à leurs auteurs toutes les apparences de l' action généreuse, alors qu' ils organisent la misère et la ruine"

Stéphane BOUILLAUD.
Dernier commentaire publié pour cet article
"les systèmes socialistes donnent à leurs auteurs toutes les apparences de l' action généreuse, alors qu' ils organisent la misère et la ruine"  Lire la suite
Stéphane BOUILLAUD - 18/04/2014 à 20:03 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX