Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le mythe de la dette sans risque

IMG Auteur
Publié le 02 juillet 2012
615 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 12 votes, 4,9/5 ) , 8 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
8
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Nous avons pu tirer beaucoup de leçons de la débâcle économique qui s’est abattue sans retenue sur notre structure financière ces quelques dernières années. La plus importante de ces leçons est que tous les actifs financiers, sans exception aucune, comportent des risques.


Les obligations émises par les gouvernements sont aujourd’hui elles-mêmes remises en question, ce qui est parfaitement justifié. Bien que les obligations d’état soient souvent qualifiées d’actifs sans risque du fait de la capacité pour un gouvernement d’imposer des taxes à ses citoyens  la logique voudrait que rien, dans la vie, ne soit entièrement sans risque. Cette conclusion peut être atteinte par une étude de l’histoire monétaire, ou de manière plus instructive en observant tout simplement les évènements financiers de ces récentes dernières années. Les obligations d’état comportent indiscutablement un risque.


A dire vrai, elles comportent trois risques. Chacun d’entre eux doit être étudié minutieusement par toute personne désireuse d’investir sur des obligations souveraines de quelque nation que ce soit.


1) Risque lié à la devise – il en existe deux types. Le premier est l’inflation, qui n’a cessé de ronger le pouvoir d’achat de nos devises depuis que les gouvernements ont abandonné l’étalon or il y a de cela plusieurs décennies. Ce risque est tout particulièrement applicable à la situation actuelle, dans la mesure où nos banques centrales continuent de manipuler les taux d’intérêts en les maintenant à des niveaux artificiellement bas, ce qui empêche les intérêts gagnés par une obligation de compenser entièrement la perte de pouvoir d’achat de la devise en laquelle elle est exprimée. L’autre risque lié à la devise est celui des taux de changes flottants. Un déclin du taux de change réduira la valeur des obligations exprimées en une certaine devise. Par exemple, tout investisseur de la zone Euro possédant des obligations en livres sterling a vu son capital diminuer lorsque le taux de change de la livre s’effondrait face à l’euro il y a quelques années de cela.


2) Le risque lié au taux d’intérêt – Bien que les banques centrales  soient intervenues sur le marché des crédits afin de maintenir les taux d’intérêts à des niveaux très bas, ces derniers finiront inévitablement par augmenter à nouveau. Une hausse des taux d’intérêts entraînera une chute du prix des obligations jusqu’à ce que leur rendement soit à nouveau proportionnel au taux d’intérêt.


3) Le risque de contrepartie – Le risque le plus dévastateur est celui du défaut. Un pays ne remboursera ses obligations que s’il a les moyens financiers et la volonté de le faire. Compte tenu des récents évènements, il est clair que de nombreux pays n’ont plus la capacité de rembourser leurs dettes, bien que ce ne soit pas la volonté qui leur manque.


Malgré tout cela, certains investisseurs s’imaginent encore qu’ils pourront faire des profits en rachetant une obligation à un gouvernement. Alors que cela aurait pu être vrai dans le passé, bon nombre de gouvernements sont aujourd’hui en grande difficulté financière. Il n’est plus raisonnable de penser qu’une obligation puisse atteindre maturité. Elles sont devenues un véhicule d’échange, vendues et achetées de la même manière que toute autre ressource afin de tirer profit des fluctuations de prix. C’est une activité qui requiert des connaissances importantes. Il est donc préférable de laisser les traders et spéculateurs professionnels se charger des obligations souveraines.


Du fait du très grand nombre de pays vivant bien au-delà de leurs capacités financières, de nombreuses promesses faites par les hommes politiques ne seront jamais réalisées. Parmi ces promesses, nous pourrons compter celle de toujours honorer la dette de son pays. La vérité, c’est que de nombreux gouvernements n’ont plus d’argent. En de telles circonstances, les obligations ne peuvent être sans risque.


 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,9 (12 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Cette fripuille de Charles Pasqua exprimait ainsi cette vérité première sur la confiance qu'il fallait accorder aux paroles des politiciens : "mes promessent n'engagent que ceux qui y croient".

Totalement odieux et cynique, mais un reflet parfait de la réalité
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
Tout à fait. Cynique parce que la phrase est honnête...
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Très bien analysé ! ;-)
Et à propos de cynisme, je viens d'entendre dans la chronique économique d'Amid Faljaoui sur la radio "Classic 21" (http://www.rtbf.be/classic21/rubriques_chronique-economique?rubriqueId=1) que la banque Barclays allait payer 360 millions d'euros pour mettre un TERME à l'enquête judiciaire concernant le fait qu'elle ait participé à la manipulation du taux Libor. La chronique d'aujourd'hui n'est pas encore dispo, elle le sera probablement la semaine prochaine, mais Amid Faljaoui est un mec généralement intéressant dans ses analyses. ;-)

360 millions d'euros, c'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité quand on pense aux milliards dont il es question tous les jours pour "renflouer" les banques par ci-par là par l'intermédiaire du MES de FESF etc.

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Remarquez que les sanctions infligees aux banques, de ce cote ci et de l'autre de l'Atlantique, sont ridicules, sans proportion avec les gains que les malversations ont engendrees et ne sont jamais, jamais, assorties de peines de prison.

Le Libor est la base de contrats portant sur des centaines de trillions de dollars. 360 millions, c'est une tapette afectueuse sur la joue
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
C'est inexact. Les sous fifres, eux, font de la prison. Voyez Kerviel
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Exact. Il s'est aussi pris pour 5 milliards d'euros de penelites.

Moralite : mieux vaut s'appeler Barclays que Kerviel
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Correction.

Moralite : il n'y en a pas
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Correction. Moralite : il n'y en a pas Lire la suite
Jack A. - 02/07/2012 à 19:32 GMT
Note :  2  0
Top articles
Derniers Commentaires
La Russie achète, de nouveau, des titres de la dette américaine
19 oct.blitzel
Et pendant ce temps-là, des manoeuvres militaires de l' Otan en Allemagne préparent actuellement une confrontation fictive d'une guerre nucléaire à...
La crise du REPO… éternelle. Ca r’commence !
19 oct.blitzel
J.P. Chevallier parle de crask obligataire en monétarisme.*1 Delamarche parle d'Obligations insuffisantes de bonne qualité pour garantir ses c...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX