Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Le nouveau pool de l’or discuté à Bâle, Partie 1

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 16 mai 2017
9340 mots - Temps de lecture : 23 - 37 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Histoire de l'or

« En l’absence du gouverneur,  j’ai participé dans l’après-midi du lundi 10 décembre à la réunion tenue dans le bureau de Zijlstra, à la BRI, au sujet du possible établissement d’un pool de l’or. Emminger, de la Genièvre, de Strycker, Leutwiler, Larre et Pohl étaient aussi présents. »

13 Décembre 1979 – Kit McMahon à Gordon Richardson, Banque d’Angleterre

Introduction

Un pool de l’or avec lequel beaucoup d’entre vous sont familiers a été opéré par les banques centrales sur le marché de l’or entre les mois de novembre 1961 et de mars 1968. Ce pool de l’or était connu sous le nom de London Gold Pool.

Cet article ne concerne pas le London Gold Pool de 1961-68. Il concerne les discussions qui ont eu lieu entre différentes banques centrales en vue d’établir un arrangement quelque peu différent et bien plus récent. Ces discussions concernant le possible établissement d’un deuxième pool de l’or ont commencé en 1979, plus de onze ans après l’abandon du London Gold Pool. Cet article est le premier d’une série de deux articles. Le second sera publié plus tard.

Ces discussions ont eu lieu alors que le prix de l’or du marché libre était en hausse, et se rapprochait de son record de 850 dollars enregistré en janvier 1980.

Les discussions et réunions de 1979 et 1980 concernant un nouveau pool de l’or, dont vous trouverez les détails ci-dessous, ont impliqué les banquiers centraux les plus puissants au monde, dont les noms vous seront peut-être familiers. L’objectif de ces discussions et réunions était d’aboutir à une action jointe de la part des banques centrales en vue de soumettre et de manipuler le prix de l’or au début des années 1980. Un grand nombre de ces réunions ont été privées et ont impliqué une poignée de gouverneurs de banques centrales du G10. Elles ont eu lieu dans le bureau du président de la BRI à Bâle, en Suisse.

Ces réunions sont avant tout un signe d’intention. De l’intention d’un groupe de puissantes banques centrales de manipuler un prix du marché libre afin de distordre les signaux de prix du marché. Ces documents sont, en ce sens, intemporels. Ils illustrent également la crainte qu’éveille une hausse du prix de l’or sur le marché libre chez les banquiers centraux et, plus important encore, montrent que ces banquiers centraux n’ont aucun scrupule, du moins d’un point de vue moral ou légal, à intervenir et à manipuler le prix de l’or lorsqu’ils le perçoivent comme une menace pour leur système monétaire fiduciaire.

Le London Gold Pool de 1961-68 était le fruit d’une collusion entre huit banques centrales majeures, dont l’objectif était de plafonner le prix officiel de l’or à 35 dollars par once. Ce pool de l’or a été établi dans les bureaux de la Banque des règlements internationaux à Bâle, en Suisse, et géré par les gouverneurs des banques centrales membres de ce pool. En revanche, les activités quotidiennes du Gold Pool de 1961-68 étaient exécutées par son agent, la Banque d’Angleterre, à Londres. C’est pourquoi ce pool a été baptisé London Gold Pool. Il s’est effondré le mardi 14 mars 1968, quand les achats spéculatifs sur le marché de l’or de Londres ont submergé les réserves des banques centrales membres du pool.

Les membres du Gold Pool de 1961-68 consistaient en les banques centrales des Etats-Unis, du Royaume-Uni, d’Allemagne de l’Ouest, des Pays-Bas, de la Suisse, de France, de Belgique et d’Italie, et les discussions concernant un nouveau pool de l’or ont impliqué les mêmes banques.

Le London Gold Pool était à la fois un syndicat de vente, dont les membres mettaient leurs réserves d’or en commun pour intervenir sur le marché de l’or de Londres, et un syndicat d’achat, dont les membres tentaient de récupérer les réserves d’or utilisées pour en plafonner le prix. De la même manière, comme vous pourrez le voir ci-dessous, les discussions de 1979-80 concernant un nouveau pool de l’or ont impliqué des banques centrales d’Europe occidentale qui, dans l’ensemble, souhaitaient pouvoir vendre de l’or aussi bien qu’en acheter.

Pour illustrer la manière dont les banquiers centraux les plus puissants du monde se sont entendus en vue d’établir un nouveau pool de l’or, vous trouverez ci-dessous une série de documents issus de la Banque d’Angleterre, qui nous apportent une explication détaillée de l’évolution des discussions qui ont eu lieu à la BRI, ainsi qu’un aperçu de l’état d’esprit des membres de la Banque d’Angleterre impliqués dans ces discussions. Ces documents de correspondance interne datés de 1979 et 1980 peuvent être considérés comme les équivalents d’emails internes avant l’apparition de systèmes de messagerie d’entreprise.

Comme vous le verrez ci-dessous, de nombreux noms apparaissent dans les documents et discussions publiés plus bas, c’est pourquoi il est nécessaire de commencer par nous pencher sur l’identité de ces gens et les rôles qu’ils occupaient. Il est aussi nécessaire d’apporter un bref contexte aux mouvements du prix de l’or sur la période.

24hGold - Le nouveau pool de l...

BRI, Bâle, Suisse

La hausse du prix de l’or de 1979-80

Quand le London Gold Pool s’est effondré en mars 1968, un marché de l’or à deux vitesses s’est développé pour le remplacer. Le prix de l’or du marché privé a flambé, alors que les banques centrales ont continué d’échanger de l’or avec la Banque de réserve fédérale de New York et le Trésor américain au taux officiel de 35 dollars par once. En revanche, en août 1971, Nixon a fermé le guichet de l’or en mettant fin à la convertibilité des dollars en or, qui était jusqu’alors une option pour les banques centrales et les gouvernements étrangers. Cette décision a marqué la naissance du prix de l’or flottant.

A la fin de l’année 1974, le prix de l’or en dollar s’élevait à 187 dollars par once. Les trois années qui ont suivi ont vu le prix de l’or diminuer jusqu’à atteindre 100 dollars en août 1976, avant de repartir à la hausse. Sur la période, le prix de l’or s’est affiché, en fin de chaque année, entre 135 et 165 dollars. En 1978, il a de nouveau atteint un record pour terminer l’année à 226 dollars l’once.

24hGold - Le nouveau pool de l...

Prix de l’or de janvier 1971 à janvier 1980. Source : BullionStar charts

Mais c’est en 1979 que le prix de l’or a véritablement flambé, pour atteindre un record après l’autre. En juillet 1979, il a franchi la barre des 300 dollars pour la toute première fois. Au mois d’octobre 1979, le prix de l’or a pour la première fois dépassé les 400 dollars. Il a atteint 500 dollars en décembre 1979. Bien que ces hausses de prix aient été phénoménales en elles-mêmes, ce qui s’est passé en janvier 1980 a été d’autant plus surprenant. En l’espace de quelques semaines, le prix de l’or a franchi la barre des 600 dollars, puis celle des 700 dollars, avant de franchir les 800 dollars et atteindre un record de 850 dollars par once à la fin du mois de janvier 1980.

24hGold - Le nouveau pool de l...

Prix de l’or de janvier 1979 à juin 1980. Source : BullionStar Charts 

Le milieu des années 1970 a enregistré une série de ventes d’or officielles qui, bien qu’organisées stratégiquement en vue de contenir le prix de l’or, n’ont pas pu parvenir à l’objectif établi sur le moyen terme. Entre les mois de juin 1976 et de mai 1980, le Fonds monétaire international a vendu 25 millions d’onces (777 tonnes) d’or lors de 45 enchères publiques. Entre mai 1978 et novembre 1979, le Trésor des Etats-Unis a vendu 8,05 millions d’onces fin à 99,5% et 7,75 millions d’onces d’or fin à 90% lors de 23 ventes aux enchères sur le marché privé. Ce qui représente plus de 15 millions d’onces (446 tonnes) vendues par le Trésor. Les dernières enchères organisées par le Trésor ont eu lieu le 16 octobre 1979, avec 750.000 onces d’or mises en vente, et le 1er novembre 1979 avec la vente de 1.250.000 onces de pièces d’or de moindre qualité. Le 15 janvier 1980, le Secrétaire du Trésor a officiellement annoncé la fin des ventes d’or américaines.

Comme l’explique le rapport publié en 1980 par la Banque des règlements internationaux au sujet du marché de l’or de 1979 :

« La hausse supplémentaire des réserves d’or a été éclipsée par la hausse très importante de la demande en or qui, en un peu plus d’un an, a fait se multiplier par quatre le prix marché de Londres, jusqu’à ce qu’il atteigne 850 dollars en janvier 1980. 

En plus de son incroyable magnitude, la hausse du prix de l’or de l’année dernière (1979) a présenté d’autres caractéristiques remarquables : tout d’abord, l’or a grimpé contre toutes les devises, y compris celles dont la valeur avait le plus augmenté dans les années 1970. Deuxièmement, cette hausse s’est produite alors que les taux d’intérêt étaient en hausse au travers du monde industrialisé, l’un des effets en ayant été une hausse du coût de la propriété d’or. Troisièmement, elle est survenue alors que le dollar se renforçait sur les marchés des changes. »

C’est dans ce contexte de hausse du prix de l’or, de ventes aux enchères de réserves d’or, de troubles sur les marchés des devises, de faible croissance et de forte inflation, que les discussions concernant un nouveau pool de l’or ont eu lieu entre septembre 1979 et janvier 1980 à la BRI.

Renaissance du pool de l’or

Ce qui suit est une série de mémorandums confidentiels et de briefings obtenus de la Banque d’Angleterre. Le premier, qui est classé « secret », est une analyse écrite par John Sangster, de la Banque d’Angleterre, à l’attention de Christopher McMahon, aussi membre de la Banque d’Angleterre. Certains passages ont été mis en gras. Une majorité des textes parlent d’eux-mêmes, et les passages mis en valeur ne visent qu’à attirer votre attention sur les sections les plus intéressantes.

Christopher McMahon, connu sous le nom de « Kit » McMahon, a été membre de la direction de la Banque d’Angleterre entre 1970 et 1980, avant de devenir gouverneur adjoint de la Banque d’Angleterre le 1er mars 1980. Avant la promotion de McMahon, le poste était occupé par Jasper Hollom. Le nom de Kit McMahon est Christopher William McMahon, c’est pourquoi il signait ses mémorandums des initiales CWM.

McMahon a quitté la Banque d’Angleterre en 1986 pour devenir directeur exécutif de la Midland Bank. En 1987, McMahon en est aussi devenu le président. Il a quitté la banque en 1991. Depuis 1974, Midland Bank est également propriétaire de Samuel Montagu, l’une des cinq firmes commerciales du marché de l’or de Londres. HSBC a racheté Midland en 1992 après avoir acquis 15% de ses parts en 1987. Vous pourrez en apprendre plus sur McMahon ici et ici.

Le nom complet de John Sangster était John Laing Sangster, c’est pourquoi il signait ses mémorandums des initiales JLS.

Dans les années 1970 et 1980, Sangster était le spécialiste des changes et de l’or de la Banque d’Angleterre. En mars 1980, il est devenu l’un des six nouveaux directeurs adjoints de la Banque d’Angleterre. Pour vous faire une idée du rôle de Sangster à l’époque, lorsqu’il a été promu directeur-adjoint en mars 1980, deux de ses contemporains qui ont également été nommés directeurs adjoints étaient Eddie George et David Walker. Sangster a pris sa retraite en 1982. Eddie George est ensuite devenu gouverneur de la Banque d’Angleterre de 1993 à 2003. Davis Walker a plus tard dirigé de nombreuses institutions de la City de Londres, dont Barclays Bank.

Le premier document ci-dessous a été écrit le 21 septembre 1979, quand le prix de l’or a terminé la journée à 376,41 dollars.

SECRET

                                                                                                                                                         21.9.1979

Mr McMahon                                                                                                               Copie à l’attention de Mr. Byatt           

Or

Il est assez probable qu’au cours de ces prochaines semaines, des banques centrales se mettent à discuter d’une possible renaissance du pool de l’or. De la même manière que le crédit en sterling de juin 1976, certaines personnes pourraient spontanément penser que le temps est venu d’établir une action commune.

Dont les arguments principaux seraient :

(a) l’or est encore tant intégré au système monétaire international que ses performances actuelles sont un élément significatif de l’instabilité générale des devises ;

(b) bien que la faiblesse du dollar ait précédemment bénéficié à l’or, plus récemment, la force de l’or a contribué à la faiblesse renouvelée du dollar ;

(c) le marché est actuellement suracheté, et il existe un besoin évident de mettre fin à l’idée que le marché ne puisse plus que grimper. Une telle attitude est dangereuse sur n’importe quel marché, mais en raison des liens résiduels de l’or avec la monnaie, les institutions financières pourraient potentiellement devenir surexposées ;

(d) une démonstration jointe des banques centrales serait plus salutaire, parce que le marché est persuadé que les banques centrales n’ont d’intérêt que pour l’établissement d’un plancher sous le prix de l’or et ne souhaitent aucunement l’empêcher de grimper ;

(e) une hausse potentielle des ventes russes.

Il ne serait évidemment pas question de stabilisation permanente du prix de l’or, mais simplement d’une intervention à un instant critique dans une région cible. Une telle opération pourrait être entreprise en parallèle aux enchères américaines qui existent aujourd’hui, bien qu’elles aient pu devenir trop prévisibles et pourraient, du moins pour le moment, plus aisément être incorporées à un nouveau pool. Pour autant que je sache, rien n’a pour le moment été évoqué à la ou par la Banque de réserve fédérale de New York, et sans l’intérêt des Américains, l’idée ne pourrait que très rapidement être abandonnée. Les autres ne considèreraient pas non plus la proposition en l’absence d’une provision relative à la recapture de l’or.

Nous ne pouvons rien faire pour le moment si ce n’est prendre conscience du potentiel de discussion. Si l’idée prenait son envol, compte tenu de la carence comparative de nos réserves d’or, il serait évidemment [page 2] préférable de nous assurer à ce que les contributions soient faites proportionnellement aux réserves d’or plutôt que sur une quelconque autre base.

21 septembre 1979

JLS

Le mémorandum de JLS à McMahon peut être lu ici : Page 1 et Page 2

Chose très peu surprenante, en tant que spécialiste de l’or et des réserves de devises de la Banque d’Angleterre, Sangster était au courant des points de vue des autres banques centrales, et a pu prédire qu’un groupe de banques centrales était sur le point d’entamer des discussions quant au lancement potentiel d’un nouveau pool de l’or.

Sangster a également prédit que les banques centrales européennes favoriseraient des interventions au travers d’un pool de l’or, au travers duquel l’or vendu pourrait être recapturé. La prédiction de Sangster quant à la nécessité pour les Américains d’y participer s’est aussi avérée correcte.

Il était d’usage à l’époque de faire circuler les correspondances internes à la Banque d’Angleterre jusqu’à leur destinataire, qui les lisait avant d’y ajouter des notes écrites et de les signer de ses initiales, avant de les renvoyer à leur auteur.

24hGold - Le nouveau pool de l...

Note écrite sur le mémorandum envoyé à Sangster par JLS, 21 septembre 1979

La note, écrite par Kit McMahon et signée des initiales CWM en haut de la page 1, se lit comme suit :

« Paul Jeanty m’a dit que Zijlstra lui a dit il y a plusieurs semaines qu’il serait désormais en faveur d’une opération jointe par les banques centrales afin de stabiliser le prix à l’intérieur d’une bande mobile. Leutwiler (assez fréquemment dans son cas) et Clappier le lui ont dit par le passé, et il est d’avis (je ne connais pas ses raisons) que de Stryker et Baffi seront favorables à un tel projet. Tous reconnaissent, en revanche, qu’Emminger n’est pas disposé à participer.

CWM 29/9 »

De nombreux noms célèbres apparaîtront au fil de cet article, dont j’établirai le profit rapide par souci de contexte. 

A l’époque de cette correspondance, Paul Jeanty était vice-président de Samuel Montagu & Co, l’un des cinq négociants d’or principaux du marché de Londres. Samuel Montagu & Co est devenu une succursale de Midland Bank en 1974.

Le qui est-ce des banquiers centraux

Zijlstra fait référence au Dr. Jelle Zijlstra, qui a été président de la BRI de 1967 à décembre 1981. Zijlstra était simultanément le président de la banque centrale hollandaise, De Nederlandsche Bank (DNB), de 1967 à la fin de l’année 1981. Il a également été Premier ministre de son pays en 1966-67.

Leutwiler fait référence à Fritz Leutwiler, directeur de la Banque nationale suisse de mai 1974 à décembre 1984. Leutwiler était également membre du directoire de la BRI de 1974 à 1981, et a été président exécutif du conseil de la BRI de janvier 1982 à décembre 1984.

De Stryker fait référence à Cecil de Strycker, gouverneur de la Banque nationale de Belgique de février 1975 à la fin février 1982. A l’époque, il était également président du Fonds européen de coopération monétaire, puis président des gouverneurs des banques centrales des Etats membres de la Communauté économique européenne.

Clappier fait référence à Bernard Clappier, gouverneur de la Banque de France de 1974 à 1979. Il était aussi vice-gouverneur de la Banque de France de 1964 à 1973.

Baffi fait référence à Paolo Baffi, gouverneur de la Banca d’Italia de juillet 1975 à octobre 1979, et membre du conseil de la BRI depuis 1975. Il est devenu vice-président de la BRI en 1988.

Emminger réfère à Otmar Emminger, président de la Deutsche Bundesbank du premier juin 1977 au 31 décembre 1979. Emminger a été l’un des principaux architectes des droits de tirages spéciaux en 1969, qui étaient destinés à concurrencer puis éventuellement remplacer l’or.

Le document suivant, daté du 18 octobre 1979, contient des références aux personnes mentionnées ci-dessus, mais aussi à d’autres banquiers centraux importants, c’est pourquoi j’estime nécessaire de mentionner ces noms ici :

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre -  Gordon Richardson. Richardson a été gouverneur de la Banque d’Angleterre pendant dix ans, de 1973 à 1983, et administrateur non-exécutif de la Banque d’Angleterre de 1967 à 1973. Il a été le directeur de J. Henry Schroder Wagg de 1962 à 1972, et président de Schroders de 1966 à 1973. Il était également directeur de Saudi International Bank à Londres, qui était connue sous le nom d’Al Bank Al Saudi Al Alami lors de son implantation à Londres en 1975, et est aujourd’hui connue sous le nom de Gulf International Bank UK Limited.

Ciampi fait référence à Carlo Ciampi. Ciampi était gouverneur de Banca d’Italia d’octobre 1979 à avril 1993, ainsi que vice-président de la Banque des règlements internationaux entre 1994 et 1996. Il a été Premier ministre d’Italie entre avril 1993 et mai 1994, et Président de l’Italie de mai 1999 à mai 2006.

Schmidt réfère à Helmut Schmidt, chancelier (chef d’Etat) de la République fédérale d’Allemagne (Allemagne de l’Ouest) de 1974 à 1982.

Guth fait référence à Wilfried Guth, président du conseil de Deutsche Bank (la banque commerciale) à partir de 1976, et directeur du conseil de surveillance de la banque jusqu’en 1990.

Al Quraishi fait référence à Abdulaziz Al-Quraishi. Al-Quraishi a été le gouverneur de la Saudi Arabian Monetary Agency (SAMA) de 1974 à 1983. Il a également été directeur de Saudi International Bank, à Londres, de 1987 à 1996, et faisait partie du conseil de Saudi International Bank en même temps que Gordon Richardson.

Les Américains : Miller, Solomon, Volcker et Wallich

Miller fait référence à William Miller. Miller a été Secrétaire du Trésor des Etats-Unis entre le mois d’aout 1976 et le mois de janvier 1981. Avant cela, il était directeur du conseil des gouverneurs du système de réserve fédérale de mars 1978 à août 1979.

Solomon fait référence à Anthony Solomon. Entre les mois de mars 1977 et mars 1980, Solomon était le sous-secrétaire des affaires monétaires du Trésor des Etats-Unis. En avril 1980, il est devenu président de la Fed de New York, un poste qu’il a conservé jusqu’à la fin de l’année 1984.

Volcker fait référence à Paul Volcker. En août 1979, Volcker a pris la place de Miller en tant que président du conseil des gouverneurs du système de réserve fédérale. Avant cette date, il a été président de la Fed de New York de 1975 à 1979. Il a également servi en tant que sous-secrétaire pour les affaires monétaires du Trésor de 1969 à 1974.

Wallich fait référence à Henry Wallich. Wallich était un économiste qui, entre autres choses, était membre du conseil des gouverneurs du système de réserve fédérale de 1974 à 1986. Il a également été membre de la Commission du Congrès pour l’or de 1981 à 1982.

Discussions à Belgrade concernant un nouveau pool de l’or

Le document qui suit a été rédigé par McMahon le 18 octobre 1979 à l’attention du gouverneur de la Banque d’Angleterre, Gordon Richardson. Le 18 octobre 1979, le prix de l’or a terminé la journée à 386,84 dollars. La référence à Belgrade est liée à la conférence annuelle du FMI et de la Banque mondiale, qui a eu lieu au début du mois d’octobre 1979 au centre Sava, à Belgrade, la capitale de l’ancienne Yougoslavie. Les ministres des finances et banquiers centraux de 138 pays y ont participé.

SECRET

                                                                                                                                                18.10.79

LE GOUVERNEUR

Or

Paul Jeanty est venu me voir cet après-midi pour me faire part d’une conversation qu’il a eue à Zürich avec Leutwiler.

Leutwiler lui a dit que les Américains étaient venus le voir à Belgrade (l’équipe au complet - Miller, Solomon, Volcker et Wallich). A la grande surprise de Fritz, ils lui ont demandé s’il était en mesure d’organiser une opération de vente d’or (ce sont principalement Volcker et Solomon qui se sont entretenus avec lui). Ils ont apparemment mentionné être potentiellement préparés à vendre 10% des réserves d’or officielles, et se sont dits intéressés de participer en personne.

Fritz leur a expliqué que si une telle opération était organisée, il ne serait pas nécessaire d’impliquer 10% des réserves d’or, mais que toutes les réserves d’or devraient pouvoir être rachetées plus tard sur le marché. A sa grande surprise, les Américains n’ont pas objecté – ce qui est très différent de leur attitude passée.

Fritz a ensuite dit à Jeanty ce que ce dernier savait déjà : que Zijlstra serait intéressé. En revanche, Clappier s’était alors déjà prononcé contre. Un retournement de veste que Leutwiler a attribué aux pressions exercées par l’Elysée, elle-même influencée par les Allemands. Leutwiler a aussi dit que bien que Baffi se soit dit favorable, il n’avait aucune idée du point de vue de Campi.

Emminger a continué de s’y opposer fermement. En revanche, des tentatives ont été faites de persuader Schmidt de la valeur de cette idée. Selon Leutwiler, Guth aurait tenté de le convaincre, mais Schmidt n’a pas semblé préparé à s’opposer à la Bundesbank.

Il semble que ceux qui sont favorables soient disposés à croire que l’OPEP s’inquiète de plus en plus de voir l’or surpasser le pétrole et se tienne prêt à utiliser cet argument pour justifier une hausse du prix du pétrole. Jeantly a demandé à Leutwiler s’il était absolument certain qu’Al Quraishi ne jouerait pas les trouble-fête

Page 2

et commence à acheter si les banques centrales venaient à faire baisser le prix de l’or. Leutwiler lui a assuré s’être entretenu avec Quraishi, et qu’il n’avait pas à s’en inquiéter. Il lui a ensuite dévoilé que Quraishi et Zijlstra s’entretiendront avec Emminger à Frankfort mardi prochain – bien qu’il soit possible que leur réunion n’ait rien à voir avec le sujet. Jeanty a suggéré que leur réunion puisse concerner une demande d’autorisation de diversification.

Selon Jeanty, Fritz a demandé s’il aurait des chances de me voir, ce qui pour moi est une preuve de son désir de voir l’essentiel de cette conversation parvenir jusqu’à mes oreilles. Il sait que nos réserves sont limitées, mais espère que nous pourrons lui apporter le soutien moral pour faire pression sur Emminger.

J’ai répondu à tout cela, comme je l’ai déjà fait dans le cadre de conversations similaires par le passé, de manière assez décourageante, en expliquant que bien que je n’apprécie par l’instabilité du prix de l’or, je la pense symptomatique de bien plus que de problèmes monétaires ordinaires, et je m’attends à une forte chute de prix si et quand la politique de Volcker sera adoptée. Bien qu’il serait facile pour les banques centrales de forcer le prix de l’or à la baisse trop brusquement et trop rapidement, au moment où elles chercheraient à racheter leur métal, elles pourraient rapidement se rendre compte qu’elles ont tenté de dompter un tigre.

C’est ce que j’aurais dit à Jeanty quelle que soit mon opinion, mais je demeure extrêmement sceptique quant à la sagesse d’une telle entreprise – du moins si elle est séparée d’accords plus larges relatifs à la stabilité financière. En revanche, j’ai pensé que cette conversation s’avèrerait intéressante, si ce n’est que pour apporter une preuve supplémentaire de la manière dont les banquiers centraux s’adressent aux opérateurs du marché de l’or. J’imagine que vous aurez vous-même des conversations sur le sujet avec vos collègues de Bâle.

CWM

18 octobre 1979

Ce mémorandum envoyé par McMahon à Richardson peut être lu en Anglais ici : Page 1 et Page 2

Les points suivants sont à soulever dans l’analyse de McMahon. Zijlstra, en tant que président de la BRI et président de la Banque centrale hollandaise, était clairement en faveur de l’idée d’un pool de l’or.

Lors de la conférence du FMI à Belgrade au début du mois d’octobre 1979, les représentants du Trésor (Miller et Solomon) et du conseil des gouverneurs de la Fed (Volcker et Wallich) ont abordé Fritz Leutwiler, directeur de la Banque nationale suisse, pour discuter de la coordination de ventes d’or.

A l’époque, ces ventes avaient été abordées par les médias financiers, bien que simplement de manière générale, et sans aucune mention d’un nouveau pool de l’or. Le 2 octobre 1979, le New York Times a publié ceci :

« Le gouvernement des Etats-Unis, qui cherche de nouvelles manières de stabiliser le dollar sur le marché des changes, a suggéré aujourd’hui une possible hausse des quantités d’or offertes aux enchères chaque mois, et a annoncé considérer la possibilité de ventes d’or cordonnées entre les banques centrales du monde.

Anthony M. Solomon, secrétaire des affaires monétaires au Trésor des Etats-Unis, a expliqué que des efforts internationaux ont été discutés avec divers représentants de gouvernements lors de la réunion du FMI et de la Banque mondiale à Belgrade. »

Les Américains semblent avoir changé d’avis à l’approche de la réunion de Belgrade, parce qu’ils étaient alors confortables avec la notion de recapture de l’or utilisé dans le cadre d’opérations de manipulation du cours, c’est-à-dire avec l’établissement d’un pool de l’or.

Notez que Volcker et Miller se sont également entretenus avec Helmut Schmidt et Otmar Emminger à Hambourg, alors qu’ils étaient en chemin pour Belgrade, et ont discuté avec lui de la meilleure manière de défendre le dollar sur les marchés des devises.

Bernard Clappier, gouverneur de la Banque de France, était alors moins favorable à un pool en raison des pressions politiques de l’Elysée, qui dans ce contexte fait référence au Conseil de ministres qui se réunit dans le palace de l’Elysée, où réside le Président de la France. Mais cette réticence de la France a été attribuée à la Bundesbank, elle-même réticente à s’engager dans un tel programme. Comme nous le verrons plus bas, sa réticence était plus liée à son désir de voir les autorités monétaires américaines répondre aux problèmes monétaires de l’époque plutôt que de s’engager dans un nouveau pool de l’or.

Volcker est rentré à Washington pour participer à la réunion du FOMC

Pendant la conférence du FMI, Paul Volcker a soudainement quitté Belgrade le mardi 2 octobre, pour rentrer à Washington en vue de participer à une réunion secrète du FOMC, qui s’est tenue le samedi 6 octobre 1979. C’est lors de cette réunion que Volcker a annoncé le changement de politique aujourd’hui célèbre qui a vu la Fed se concentrer sur la gestion des volumes de réserves bancaires au travers du système financier plutôt que sur la micro-gestion du niveau des taux des fonds fédéraux, et qui a généré des taux d’intérêt bien plus élevés et un épisode d’inflation dans une tentative de régner sur l’inflation.

Certaines références intéressantes ont également été faites dans les transcriptions de cette réunion du FOMC du 6 octobre et dans la transcription de l’appel préparatoire du 5 octobre, qui concernent les discussions qu’ont eues Volcker, Miller, Solomon et Wallich avec leurs homologues européens lors de leur voyage à Belgrade. Lors de la conférence téléphonique du 5 octobre, Volcker a dit ceci :

« Laissez-moi vous en résumer une partie en disant simplement qu’à la fin de la semaine dernière – les évènements ont commencé un peu avant mais se sont intensifiés en fin de semaine – ces marchés, j’entends par là le marché de l’or et les marchés des changes, étaient ‘déprimés’. Il me semble que ce soit le mot à employer ici. L’atmosphère était très tendue. Je pense que la raison en était l’anticipation de nouvelles mesures. »

Lors de la réunion du FOMC du 6 October 1979, Volcker a fait référence aux discussions qu’ont eues les Américains à Belgrade avec d’autres banquiers centraux :

« Le potentiel de ventes d’or a été discuté sous tous les angles. »

« La question a beaucoup été débattue, et je pense qu’elle reste majoritairement incertaine. Il est possible que des ventes d’or aient lieu, notamment si le marché de l’or se comportait de nouveau comme il l’a fait, mais aucun consensus n’a été atteint, tout simplement parce que lors de nos discussions mutuelles, des inquiétudes ont été soulevées quant à leur efficacité ou inefficacité sur un certain laps de temps. Il se pourrait qu’elles soient efficaces dans l’immédiat. Mais si les ventes d’or peuvent avoir un bénéfice immédiat, si nous testions le marché un peu plus tard pour voir le prix de l’or recommencer à grimper, le niveau de confiance pourrait s’en trouver abattu.

Peut-être donc vaut-il mieux ne pas intervenir sur le marché de l’or. La question doit selon moi en être laissée à cette base, du moins pour le moment. »

« Nous obtiendrons la coopération, il me semble, de nos partenaires étrangers en matière d’or ou d’intervention, dans la mesure où ils estiment que nous avons fait quelque chose, et c’est là une première étape importante. Nous obtiendrons ce genre de coopération, je suppose, bien que sans grand enthousiasme, comme je le sous-entends dans mes commentaires précédents. Je n’essaie pas de suggérer que ce genre d’activité serait ignorée si nous la percevions mutuellement comme avantageuse. Bien au contraire, elle serait acclamée sur une certaine période, et dans un contexte particulier. Mais ce n’est pas pour annoncer une décision internationale jointe que j’écris ces lignes aujourd’hui. »

Chose intéressante, le même jour, le 18 octobre 1979, un ancien dirigeant de la Banque d’Angleterre, George Bolton, a téléphoné à la Banque d’Angleterre pour lui faire part de rumeurs concernant des ventes d’or clandestines aux Saoudiens par les Etats-Unis :

18.10.79

A L’INTENTION DU VICE-GOUVERNEUR                    

Copies transmises à DAHB et JLS

Sir George Bolton a téléphoné pour nous annoncer avoir entendu de source fiable une rumeur qui circule à Washington et à New York, selon laquelle les Etats-Unis prévoiraient de vendre 10 millions d’onces d’or dans le cadre de quatre opérations distinctes avant la fin de l’année. Selon lui, ces ventes auraient pour objectif de rassurer les Saoudiens.

P.W.F. Ironmonger,
Bureau du gouverneur
18 octobre 1979

Sir George Bolton a été membre du directoire de la Banque d’Angleterre dans les années 1950, et directeur non-exécutif de la Banque d’Angleterre dans les années 1960. Il est dit avoir joué un rôle important dans le développement du marché de l’eurodollar à Londres. La raison pour laquelle il transmettait encore des informations confidentielles à la Banque d’Angleterre en 1979 n’est pas connue. Peut-être l’a-t-il fait sur une base informelle.

24hGold - Le nouveau pool de l... 

En revanche, le fait que Bolton ait dit que les Américains prévoyaient de vendre 10 millions d’onces (311 tonnes) d’or aux Saoudiens pour les rassurer est très intéressant. Ces propos vont de pair avec le commentaire envoyé par McMahon à Richardson selon lequel « l’OPEP s’inquiète de plus en plus de voir l’or surpasser le pétrole », et dans lequel il se demande si Al Quraishi, du SAMA, ne jouerait pas les trouble-fêtes en achetant de l’or sur le marché si un pool de l’or se mettait à vendre - bien que Leutwiler pensait alors que Quraishi et le SAMA étaient désireux de diversifier, c’est-à-dire d’investir leurs revenus pétroliers de manière plus diversifiée, notamment sur l’or.

Parce que la dernière vente aux enchères d’or américain a eu lieu le 1er novembre 1979, avec un total d’1,75 million d’onces de barres d’or de moindre qualité, 10 millions d’onces d’or ont-elles été vendues directement aux Saoudiens sans que ces ventes ne soient jamais rapportées sur le marché ? Ou les Etats-Unis ont-ils eu recours à l’or d’une autre banque centrale dans le cadre de swaps grâce auxquels « rassurer » les Saoudiens ? Ces questions restent sans réponse, mais il est important de nous rappeler du lien entre l’or et le pétrole et de l’importance qu’attachaient les autorités monétaires européennes et américaines à la satisfaction des Saoudiens. Nous y reviendrons en deuxième partie.

Première réunion pour le pool de l’or – 12 novembre 1979

Dans le mémorandum ci-dessus, daté du 18 novembre 1979 et envoyé par Kit McMahon au gouverneur Gordon Richardson, concernant les discussions ayant eu cours à Belgrade et l’établissement d’un nouveau pool de l’or, nous pouvons trouver un commentaire annoté à la main par Richardson le 4 novembre 1979 :

« CWM,

Je vous remercie pour cette note intéressante que j’ai lue il y a déjà quelques jours. Je suis d’accord avec votre commentaire à X en bas de seconde page. Je m’entretiendrai avec Fritz à Bâle mais me demande si le sujet ne s’est pas déjà étouffé. GR 4/11 »

Fritz fait référence à Fritz Leutwiler, alors président de la Banque nationale suisse. X fait référence au fait que cette « conversation soit intéressante pour un certain nombre de raisons, si ce n’est que pour apporter une preuve supplémentaire de la manière dont les banquiers centraux s’adressent aux opérateurs du marché de l’or. » Une réponse écrite a été envoyée par McMahon à Richardson : « Possible, mais vaut d’être soulevé, CWM. »

Une autre note écrite à la main peut être lue en haut de la première page : « Copie pour le dossier de Bâle de novembre. »

Mais l’initiative d’établissement d’un nouveau pool de l’or ne s’est pas étouffée, comme le pensait Richardson. En effet, le mardi 6 novembre 1979, Zijlstra a tenu une réunion le lundi 12 novembre dans son bureau, à la BRI, à laquelle il a convié les gouverneurs de la Banque d’Angleterre, de la Bundesbank, de la Banque de France, de la Banque nationale suisse, de la banque centrale belge et, bien entendu, de la banque centrale des Pays-Bas, représentée par lui-même.

CONFIDENTIEL

NOTE POUR MEMOIRE

Copies envoyées à : M. le gouverneur, M. le vice-gouverneur, M. McMahon, M. Payton, M. Balfour, M. Sangster

« le Dr. Zijlstra a téléphoné au gouverneur pour lui dire qu’il tiendra une réunion dans son bureau de la BRI à 10h30 le matin du lundi 12 novembre. Parmi les personnes conviées figurent de Strycker, Leutwiler, Clappier et Emminger ou Pohl. Le Dr. Zijlstra a expliqué que cette réunion concernerait le sujet abordé lors de sa discussion avec le gouverneur à Belgrade (possiblement l’or). »

L.C.W Mayes,
Bureau du gouverneur
6 novembre 1979

Sur la note figure l’inscription, ajoutée à la main, « dossier de Bâle », accompagnée des initiales GR en rouge (pour Gordon Richard) et datée du 8 novembre.

Les quelques derniers mois de 1979 ont été une période de nomination de nouveaux gouverneurs à la Banque de France ainsi qu’à Banca d’Italia, et d’un nouveau président à la Bundesbank. Paolo Baffi a démissionné de Banca d’Italia le 7 octobre 1979, et Carlo Campi (alors vice-gouverneur) a pris sa place. A la Banque de France, Bernard Clappier a quitté son poste le 23 novembre 1979, pour être remplacé par Renaud La Genière. A la Bundesbank, Otmar Emminger a pris sa retraite en décembre 1979, et Karl Otto Pohl en est devenu président.

Ce qui explique pourquoi l’invitation ci-dessus mentionne « Emminger ou Pohl ». Les mois de novembre et décembre 1979 ont été une période de transition à la Bundesbank. Pohl n’a joint la Bundesbank qu’en 1977, d’abord en tant que vice-président entre le premier juin 1977 et le 31 décembre 1979. Il est devenu président de la Bundesbank le premier janvier 1980, et a conservé son poste jusqu’au 31 juillet 1991.

Cette réunion entre quelques membres de gouverneurs de banques centrales du G10 à la BRI a été la première de trois réunions qui ont eu lieu le 12 novembre 1979, le 10 décembre 1979 et le 7 janvier 1980, et ont impliqué Zijlstra, Leutwiler, Richardson, Emminger, Pöhl, McMahon, de Strycker, de la Genière, Clappier, ainsi que René Larre, le directeur général de la BRI.

24hGold - Le nouveau pool de l...

Les archives de la Banque d’Angleterre ne contiennent qu’un résumé de la réunion qui a eu lieu le 10 décembre 1979. Le fait qu’il en existe même un résumé est une chance en soi, parce que Kit McMahon a participé à la réunion à la place de Gordon Richardson et que, selon le journal du gouverneur, Richardson a dû quitter la BRI plus tôt que prévu le 10 décembre pour retourner à Londres à l’occasion d’une réunion avec la Première ministre, Margaret Thatcher, au numéro 10, Downing Street.

De plus, quand nous leur avons demandé de nous fournir les comptes-rendus de ces trois réunions, les archives de la BRI ont décrété ne pas disposer de tels comptes-rendus et nous ont expliqué que :

« Le pool de l’or a été abandonné en 1968, c’est pourquoi il me semble que vous fassiez référence ici aux réunions du Gold and Foreign Exchange Committee. Nous disposons de comptes-rendus de ces réunions mais, malheureusement, ils ne concernent pas la période qui fait l’objet de votre intérêt. »

Préparation de la réunion du 12 novembre

Ecrite à la main sur l’invitation préalable à la réunion du 12 novembre figure une note de McMahon à Sangster : « JLS, Pouvez-vous me fournir un condensé factuel ainsi que votre opinion concernant la pertinence d’une quelconque forme d’action commune par les banques centrales ? (voyez la transcription jointe de ma conversation avec Jeanty) » - il s’agit ici du mémorandum que vous avez pu lire plus haut.

Sangster a lu cette note de McMahon le 7 novembre et a répondu comme suit (souvenez-vous que Sangster a aussi lu le mémorandum « Paul Jeanty – Leutwiler »). Vous trouverez ci-dessous le troisième document de cette série, écrit par John Sangster le 7 novembre 1979, alors que le prix de l’or en dollars terminait la journée à 382,92 dollars.

SECRET

Mr McMahon                                                                                

Copie envoyée à : Mr Byatt

(écrit à la main : « Copie adressée au gouverneur »)

POSSIBLE POOL DE L’OR

La question est peut-être moins cruciale aujourd’hui, bien que sur le long terme, l’or demeure substantiellement surévalué, à moins que les pays producteurs de pétrole ne soient déterminés à court-circuiter une grosse proportion des réserves actuelles.

  •                                                 $ par once d’or fin
  • Fin 1974                              près de 200
  • Septembre 1976                juste au-dessus de 100
  • Juillet 1978                              au-dessus de 200
  • Juillet 1979                              au-dessus de 300
  • Octobre 1979                      au-dessus de 400

Nous pourrions évidemment discuter des heures durant du juste prix de l’or. Certains pourraient penser que plus de 200 dollars était évidemment bien trop élevé à la fin 1974, et que 100 était certes trop bas deux ans plus tard. Il semble aujourd’hui difficile de justifier un prix de l’or de plus de 300 dollars. Je serais certes hésitant à recommander des achats de métal à l’heure actuelle.

Il est fort possible que l’opposition allemande à l’idée d’un retour du pool de l’or ait été largement tactique. Les Allemands ne souhaitent pas offrir aux Américains l’excuse de délais supplémentaires et la capacité de détourner l’attention grâce à une nouvelle attaque contre les symptômes du problème, alors qu’une évaluation de politique est en cours. Il se peut que ce soit là une attitude similaire à l’opposition à l’arrangement de la balance en sterlings de 1976, avant que les accords du FMI ne soient signés. Si cette opinion de l’opposition allemande s’avérait correcte, les discussions pourraient désormais reprendre avec davantage de chances de succès – notamment au vu du prix de l’or devenu une réflexion des devises en général et non pas seulement du dollar en particulier. S’il semble que les Etats-Unis ont opté pour une politique appropriée, alors l’action du prix de l’or pourra apporter un succès susceptible de maintenir le niveau de confiance tout en attendant de voir apparaître les résultats attendus. Une telle action pourrait revenir à bien plus qu’à la correction de fluctuations erratiques d’un degré supérieur ou inférieur à celles des devises, mais sur un marché notoirement soumis à de violentes secousses.

Bien évidemment, une telle action pourrait échouer dans le sens où le pool pourrait ne pas parvenir à racheter l’or vendu. C’est un risque qui doit être accepté dès le départ. Il ne peut pas être question de forcer le prix jusqu’à ce qu’il était au début des opérations de vente.

Page 2

Compte tenu du fait que les enchères américaines sont désormais discrétionnaires, il serait évidemment préférable pour de telles ventes d’être incorporées à un arrangement de pool.

7 novembre 1979

JLS    

Les pages de ce mémorandum envoyé par Sangster à McMahon peuvent être lues ici : Page 1 et Page 2

Deuxième réunion sur le pool de l’or – 10 décembre 1979

Parce qu’il n’existe aucun compte-rendu disponible à la BRI ou ailleurs concernant ce qui est ressorti de la première réunion sur le pool de l’or du 12 novembre, la meilleure manière de déterminer l’état d’esprit des participants est d’examiner les discussions qui ont eu lieu lors de la deuxième réunion du pool de l’or du 10 décembre 1979, pour lesquelles il existe un compte-rendu détaillé qui prend la forme du mémorandum envoyé par Kit McMahon à Gordon Richardson.

L’invitation à la réunion du 10 décembre dans le bureau de Zijlstra à la BRI, à Bâle, a été transmise au bureau du gouverneur de la Banque d’Angleterre le 6 octobre 1979, et a été, chose qui n’était alors probablement pas surprenante, griffonnée sur un petit morceau de papier bleu :

« M. le gouverneur,

Le secrétaire du président Zijlstra a téléphoné hier pour vous inviter à une réunion qu’il tiendra le lundi 10 décembre à compter de 10 heures du matin. Cette réunion fera suite à celle du 12 novembre, et le sujet en sera le même – l’or.

J’ai dit que je le recontacterai si vous n’étiez pas en mesure de participer.

[initiales illisibles]  6/12/79 »

Gordon Richardson a lu et signé cette note de ses initiales, inscrites en rouge et accompagnées de la date, 6/12. Voyez ci-dessous :

24hGold - Le nouveau pool de l...

Le document suivant est le quatrième de cette série sur le sujet de la Banque d’Angleterre. Il s’agit de la lettre envoyée par Kit McMahon à Gordon Richardson en référence à la réunion qui s’est déroulée dans le bureau du président de la BRI, Jelle Zijlstra, le lundi 10 décembre 1979. Il s’agit probablement du document le plus important figurant dans cette première partie de ma série d’articles, parce qu’il nous offre un aperçu détaillé d’une collusion entre les plus puissants gouverneurs de banques centrales de l’époque, dont l’objectif était la création d’un syndicat chargé de manipuler le prix de l’or du marché libre. Le 10 décembre 1979, le prix de l’or a terminé la journée à 428,14 dollars.

Le nom Larre fait référence à René Larre, directeur général de la BRI. Larre a été le directeur général de la BRI entre mai 1971 et février 1981.

De la Genière fait référence à Renaud de La Genière, gouverneur de la Banque de France entre 1979 et 1984.

Les autres participants à la réunion du 10 décembre étaient le président de la BRI Jelle Zijlstra, le directeur de la Banque nationale suisse Fritz Leutwiler, le directeur exécutif de la Banque d’Angleterre Kit McMahon, le gouverneur sortant de la Bundesbank Otmar Emminger, le gouverneur entrant de la Bundesbank Karl Otto Pohl, et le gouverneur de la Banque nationale de Belgique Cecil de Strycker.

SECRET

[Envoyé par McMahon]

Destinataires : Messieurs les gouverneurs        

Copies envoyées à : Mr Payton, Mr Balfour, Mr Sangster, Mr Byatt 

POOL DE L’OR

En l’absence du gouverneur,  j’ai participé dans l’après-midi du lundi 10 décembre à la réunion tenue dans le bureau de Zijlstra, à la BRI, au sujet du possible établissement d’un pool de l’or. Emminger, de la Genièvre, de Strycker, Leutwiler, Larre et Pohl étaient aussi présents. 

Larre a commencé par présenter une manière possible de gérer le pool de l’or. La BRI pourrait se charger de toutes les opérations en le nom d’un groupe de banques centrales sur la base de critères généraux qui seraient révisés chaque mois. Ces critères prendraient en considération non seulement l’évolution du prix de l’or, mais les effets de ces évolutions sur le dollar. Ainsi, la vente d’or ne serait envisagée que lorsque le métal serait relativement fort et le dollar relativement faible, et l’achat d’or dans les circonstances contraires. Il faudrait pour commencer disposer d’un total de 20 tonnes d’or (ce qui représente environ 300 millions de dollars aux prix actuels). Les banques pourraient enregistrer des pertes sur leurs bilans pour un laps de temps considérable, et bien que les banques centrales participantes devraient envisager la possibilité d’une perte ou d’un gain ultime sur l’or, en pratique, ce qui serait impliqué serait une perte ou un gain en dollars. Sur ce point, Zijlstra et Leutwiler ont tous deux déclarés être en position de souffrir de pertes substantielles sur leurs réserves en dollars et ne pas s’inquiéter de pertes potentielles enregistrées au travers de ce programme.

En réponse à l’une de mes questions, Zijlstra a confirmé que les Etats-Unis réalisent que si un nouveau pool de l’or était développé, les banques centrales européennes chercheront à racheter tout l’or qu’elles auront vendu. Il a expliqué qu’ils n’étaient pas satisfaits du fait que les Européens ne soient pas prêts à vendre leur or dans le sens propre du terme, mais ont accepté cette condition. Larre a souligné entre parenthèses que Tony Solomon est probablement le seul Américain qui serait aujourd’hui prêt à accepter une telle ligne de conduite. Il savait que Wallich et probablement Volcker s’opposeraient à l’idée.

Page 2

Zijlstra et Leutwiler se sont tous deux dits favorables au projet sur les bases suggérées par Larre. Ils ont ensuite demandé leur avis aux autres.

Emminger a dit avoir transmis cette proposition au conseil de sa banque centrale, qui s’y est unanimement opposé. Ses mains étaient donc liées.

De Strycker s’est dit extrêmement sceptique quant au projet, qu’il ne perçoit ni comme désirable ni comme nécessaire, et source de dangers potentiels. De la Genière a également souligné les dangers politiques liés à la vente indirecte de l’or de la France.

Leutwiler a donc suggéré d’effectuer les opérations de manière inversée : Les banques pourraient ainsi attendre que le prix de l’or passe en-dessous de 400 dollars, puis lancer leurs opérations en achetant du métal. Une fois que la BRI aura acheté disons 20 tonnes, elle disposera d’une marge de manouvre avec laquelle effectuer ses opérations de vente. La Genière a répondu qu’il serait plus simple de procéder ainsi, et qu’il considèrerait cette possibilité. Emminger a dit, sans trop y croire, que si les opérations pouvaient être effectuées ainsi et semblaient à premier abord bien se dérouler, il lui serait peut-être possible de persuader le conseil de sa banque centrale de s’y joindre.

Leutwiler et Zijlstra ont ensuite dit que, bien qu’ils ne pensent pas qu’un groupe conséquent soit nécessaire à de telles opérations, deux membres ne seraient pas suffisants : ils auraient besoin des Français ou des Allemands. Zijlstra a ajouté que, bien qu’il ait le pouvoir formel de procéder à un tel programme, il ne souhaitait pas le faire sans convaincre d’abord son gouvernement. Ce dernier est encore réticent, et a besoin de savoir quels autres pays seraient susceptibles de s’y joindre.

A plusieurs reprises au fil de la réunion, le caractère public des opérations a été mentionné, et Zijlstra s’est empressé d’expliquer qu’un certain niveau de publicité était inévitable, mais aussi désirable, afin que les opérations puissent avoir l’effet souhaité. Il a ignoré ma suggestion selon laquelle, bien que la publicité d’opérations de vente puisse parfois être bénéfique, la publicité d’opérations de rachat pourrait vite s’avérer inflammatoire. En revanche,

Page 3

si ce programme était celui de la BRI, il n’est pas nécessaire, à moins qu’elle devienne désirable, que publicité en soit faite. Ce point n’a pas été adressé dans la discussion.

J’ai moi-même émis un certain nombre de commentaires sceptiques quant aux échecs des programmes de stabilisation des marchandises qui ont été entrepris par le passé, et aux dangers de voir les engagements devenir toujours plus importants. Leutwiler m’a assuré qu’il n’y avait aucun danger, parce que les pertes seraient limitées. Je lui ai dit envisager des dangers politiques. Si le fait que les banques centrales s’impliquaient dans le prix de l’or faisait parler de lui, même si ces dernières expliquaient s’être lancées dans des opérations de contrôle plutôt que de stabilisation, elles se retrouveraient vite à essayer de dompter un tigre. Si le prix de l’or continuait de grimper, elles devraient redoubler d’efforts ou ajouter aux pressions haussières sur le prix de l’or en se retirant du marché.

Mais personne ne s’en est soucié si ce n’est peut-être de Strycker. Quoi qu’il en soit, notre engagement ne m’a pas été demandé. Il n’y a en effet eu aucune discussion quant à la base des contributions, bien qu’elles seraient sans aucun doute organisées en relation aux réserves d’or. Rien de bien important ne pourrait donc être attendu de notre part.

Pour conclure la réunion, Leutwiler a dit qu’il s’entretiendrait bientôt avec les Canadiens et les Japonais au sujet de ce programme potentiel, alors que Zijlstra serait chargé d’en parler aux Italiens. Tous auraient le temps d’y réfléchir avant de pouvoir donner leur réponse définitive en janvier.

Je dois dire que je demeure moi-même très sceptique quant à la nécessité et à l’efficacité d’un tel projet.

CWM

13 décembre 1979

Les pages du compte-rendu de cette réunion de McMahon peuvent être lues ici : Page 1,  Page 2 et Page 3.

L’essence de la réunion du 10 décembre

Les points suivants sont à soulever dans le briefing de la réunion du 10 décembre de McMahon. McMahon entame son compte-rendu en expliquant que la réunion a été organisée en vue de « poursuivre les discussions quant au possible établissement d’un nouveau pool de l’or ». Ce qui prouve qu’une réunion a eu lieu précédemment, bien qu’il n’en existe aucun rapport écrit.

Zijlstra et Leutwiler ont été les deux défenseurs principaux d’un nouveau pool de l’or. C’est un point qu’il est nécessaire de soulever, parce que Zijlstra était alors le président de la BRI, et que Leutwiler est devenu président de la BRI au début de l’année 1982. Les directeurs de la BRI du début des années 1980 étaient donc favorables à un nouveau pool de l’or. Zijlstra et Leutwiler représentaient également les deux banques centrales les plus indépendantes présentes autour de la table de réunion : les banques centrales hollandaise et suisse.

Les pays suivants ont été représentés à la réunion du 10 décembre : Royaume-Uni, Suisse, Allemagne de l’Ouest, Pays-Bas, Belgique. Les banques centrales suivantes ont été représentées lors de la réunion :

  • Zijlstra – BRI et banque centrale des Pays-Bas
  • McMahon – Banque d’Angleterre
  • Emminger – Deutsche Bundesbank
  • Pohl – Deutsche Bundesbank
  • de la Geniere – Banque de France
  • de Strycker – Banque centrale belge
  • Leutwiler – Banque nationale suisse
  • Larre – BRI

Le fait qu’Emminger ait déjà transmis cette suggestion au conseil de sa banque centrale implique qu’il en ait eu vent à l’occasion de la réunion de novembre. Selon le rapport de la Bundesbank de 1979, il y avait alors 18 membres du conseil de la banque centrale (dont Emminger et Pohl).

Les mécanismes de marché discutés lors de la réunion sont aussi des méthodes classiques de baisse du prix de l’or au travers de la « vente d’or uniquement si le métal est relativement fort et le dollar relativement faible, et l’achat d’or dans les circonstances contraires ».

La discussion a également mis en évidence le fait que l’approche la plus appropriée serait d’opérer en tant que syndicat d’acheteurs et de consortium de vendeurs, parce que « les banques centrales européennes auraient pour objectif de racheter chaque once d’or vendue ». Il a même été suggéré que les achats puissent avoir lieu en premier afin de créer un inventaire d’or physique utilisable dans le cadre d’interventions vendeuses – « Les banques pourraient ainsi attendre que le prix de l’or passe en-dessous de 400 dollars, puis lancer leurs opérations en achetant du métal. Une fois que la BRI aura acheté disons 20 tonnes, elle disposera d’une marge de manouvre avec laquelle effectuer ses opérations de vente. »

Le fait que René Larre ait été le premier à se prononcer lors de la réunion montre qu’il en était le coordinateur en tant que directeur général de la BRI. Il est également intéressant que McMahon explique que « la BRI pourrait lancer les opérations en le nom d’un groupe de banques centrales », opérations qui pourraient être « révisées chaque mois ». Voilà qui suggère que, dans l’ensemble, ces opérations puissent être perçues comme l’initiative de la BRI, contrôlée et gérée depuis Bâle.

Un programme établi par la BRI pourrait également permettre au pool d’opérer en toute confidentialité. Pour reprendre les mots de McMahon, « si ce programme était celui de la BRI, il n’est pas nécessaire, à moins qu’elle devienne désirable, que publicité en soit faite ».

Suite à cette réunion du 10 décembre, les gouverneurs s’en sont retournés à leurs banques respectives et se sont préparés pour Noël et la nouvelle année, après quoi ils se sont de nouveau réunis à Bâle le 7 janvier 1980 pour discuter à nouveau du pool de l’or, alors même que le prix de l’or passait de 515 à 850 dollars en seulement quelques semaines.

Conclusion

Voilà qui conclut la première partie de cette série. Il y a beaucoup à digérer ici. Dans la deuxième partie, je reprendrai où je me suis arrêté, et couvrirai les discussions relatives au nouveau pool de l’or qui ont eu lieu à compter de janvier 1980. Pour l’heure, en voici quelques extraits :

« Je ne cherche pas à défendre un échange direct d’or contre du pétrole – le marchandage pourrait s’avérer bien trop acrimonieux. Les interventions de marché devraient permettre au G10 d’agir en parallèle au prix de l’or tout en tentant de contrôler son évolution, et les banques centrales devraient être en mesure de mettre fin à cette expérience dès que nécessaire. »

- John Sangster à Gordon Richardson, Anthony Loenhis et Kit McMahon, Banque d’Angleterre, 17 septembre 1980

« Je trouve nécessaire pour nous, au sein du groupe des dix et de la Suisse, de considérer diverses manières de réguler le prix de l’or, et de le maintenir dans des fourchettes relativement larges. »

- Jelle Zjilstra, directeur de la BRI et président de la banque centrale des Pays-Bas, 27 septembre 1981

« D’abord il y a eu la réunion pour le pool de l’or, puis, après le repas de midi, les mêmes têtes se sont réunies au G10. »

- Président de la Bundesbank, Karl Otto Pohl (qui n’a commencé à travailler pour la Bundesbank qu’en 1977) au journaliste Edward Jay Epstein, lors d’une conversation à la Bundesbank en 1983.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Hidalgo a ruiné Paris
16 aoûtmerisier1
Se présenter aux élections pour la mairie de Paris c'est accepter le commandement d'un navire en train de sombrer, de nuit et dans le brouillard. M...
Zapata contre Greta
16 aoûtLéopold II
Dieu seul sait comment ce mouvement finira ! C'est pourtant simple, cher Merisier : les Jeunesses Climatiques ( Klimatjugend ) finir...
Introduction de WeWork : potentiel 3,000 milliards de dollars avec ...
15 aoûtJack A.
La prétendue "nouvelle économie" n'existe que du fait de l'alliance de Wall Street et de la FEd, qui inonde le marché de "liquidité", entendez d'ar...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
15 aoûtblitzel
La machine comme l'instrument est fait pour l'homme. Non l'homme pour la machine. Quand l'homme est soumis au rythme de la machine et notre soc...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
14 aoûtFortuna
La France est un pays merveilleux, ou tout est possible entre adultes consentants. Sauf travailler l'un pour l'autre, bien entendu
Taxes par-ci, taxes par-là, échec partout.
11 aoûtAlain J.
Il faut savoir il est de gauche ou de droite. Il est socialiste ou libéral. Il taxe ou pas. tout est relatif dans la vie ça dépend de votre...
L’arrogance d’un commissaire européen qui se permet d’insulter la S...
11 aoûtmerisier1
Ce petit commissaire européen qui doit se goberger de son titre ronflant pourrait avec profit revoir cet excellent film (eh oui en noir et blanc !)...
Zapata contre Greta
10 aoûtmerisier1
Le XXième siècle a eu en particulier les jeunesses hitlériennes (à l'échelon national), les jeunesses communistes (à échelon international), le XXI...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX