Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Le Portugal sur la même « pente » que la Grèce ?

IMG Auteur
Publié le 01 février 2012
537 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 13 votes, 4,5/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Alors que les négociations autour de la restructuration de la dette en Grèce occupent le devant de la scène, la situation d’autres pays continue de se détériorer. C’est le cas du Portugal qui après la Grèce et l’Irlande – a bénéficié en mai 2011 d’un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros.


Pas encore sous le feu des projecteurs, la situation du Portugal est pourtant préoccupante. En effet, en dépit des plans de rigueur et mesures d’austérité, la situation de ses finances publiques continuent de se détériorer.


Le taux d’intérêt des obligations à 3 ans atteint des niveaux quasi-prohibitifs, à plus de 24,5% (30 janvier 2012). Le coût de la dette à 10 ans a grimpé à plus de 17% (voir Figure 1) et le prix pour s’assurer contre la faillite du Portugal (les fameux CDS ou credit default swaps – Figure 2) touchent des niveaux record. Il coûterait dans ces conditions plus de 1,4 millions de dollars pour assurer 10 millions de dette portugaise pour une période de 5 ans.



Figure 1 : Coût de l’obligation portugaise à 10 ans en % (GSPT10YR)




Source : Bloomberg.



Figure 2 : Evolution du prix du CDS souverain portugais




Source : Bloomberg.



Tout cela indique que les investisseurs se méfient de plus en plus de la situation du Portugal. Et ils ont raison.


Car selon les dernières prévisions de la Commission européenne, le PIB portugais devrait continuer à se contracter cette année (-3%), le taux de chômage pourrait monter à 13,6%, soit largement au-dessus des 12% relevés en 2010. Sa dette devrait continuer à croître et atteindre 111% du PIB en 2012 et 112,1% en 2013. Elle dépassera ainsi largement le niveau de 90%, identifié comme critique par les économistes Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff.


Du côté du déficit, on ne peut malheureusement pas se réjouir. En effet, si le niveau annoncé se révèle inférieur à ce qui était initialement prévu pour 2011 (4,5% du PIB contre  5,9%), c’est du fait de la nationalisation des régimes de retraites privés de quatre banques. Des actifs d’environ 5,6 milliards d’euros, soit environ de 3,3% du PIB, ont ainsi été « saisis » et « versés » sur les comptes de l’État. Sans cette opération unique visant à « habiller » les comptes publics – en pillant au passage l’épargne des futurs retraités portugais – le déficit aurait été largement supérieur aux 5,9% prévus.


Le déficit de 2010 avait d’ailleurs aussi été réduit de cette façon artificielle par la nationalisation de 3 régimes de retraites de Portugal Telecom. Le versement de ces retraites est maintenant à la charge de l’État portugais et cela ne manquera pas de peser sur ses finances publiques dans l’avenir.


Soulignons que Bruxelles n’a pas réagi face à ce type d’opérations « trompe l’œil », alors qu’elle n’a pas manqué de le faire récemment dans le cas de la Hongrie.


Dans un tel contexte, il apparaît de plus en plus plausible que le pays soit obligé de renégocier les conditions de son premier plan de sauvetage, ou qu’il soit nécessaire de lui octroyer un deuxième plan de sauvetage ou encore qu’une restructuration de sa dette devienne incontournable. Cela signifierait de nouvelles pertes pour les créditeurs de dette souveraine.



 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Grèce | Hongrie | Portugal | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Grèce | Hongrie | Portugal | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,5 (13 votes)
>> Article suivant
Valentin Petkantchin détient un doctorat ès sciences économiques et est diplômé du Magistère média et formation économique de l’Université d’Aix-Marseille III. Il a été chercheur au Centre d’analyse économique et enseignant d’économie au sein de cette même université. Entre 2004 et 2006, il a été le directeur de la recherche de l’Institut économique de Montréal. Il est l’auteur d’un livre sur l’histoire de la pensée économique et l’œuvre d’Adam Smith, intitulé Les sentiments moraux font la richesse des nations. Il est actuellement chercheur à l’Institut économique Molinari et analyste à la société de gestion Overlord France Finance.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Une question me turlupine : Le gouvernement portugais précédent (il a changé depuis juin) n'etait il pas socialiste ? Le gouvernement Grec, n'etait il pas socialiste ? Le gouvernement espagnol (idem il a changé depuis 2 mois) n'etait il pas socialiste ? A méditer, avant les prochaines élections en France : Les socialistes n'ont ils pas de solutions face à la crise ;-)
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Et le gouvernement français, n'à t'il pas fait une politique socialiste ?
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
C'est pas faux ! et ceci explique surement celà ! Et il est sur qu'à vouloir méner le choux et la chèvre et à vouloir jouer l'ouverture, comme en son début de mandat, il a sans doute fait une politique dite de gauche (et de gauche dans le sens maladroit). Qui sait s'il reproduirait ses erreurs et quelle politique serait la sienne, s'il était réélu ?!
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
"QUI SAIT s' il reproduirait ses erreurs... ? " : oui, moi !
depuis Giscard, il est bien évident que la fausse droite n' a jamais fait autre chose que de la surenchère socialiste.
et bien évidemment que si Sarkozy est ré-élu, il continuera cette "fuite en avant" dans la démagogie et le socialisme...
outre la TVA sociale, un simple exemple dont il est question dans les média aujourd' hui : leurs propositions catastrophiques pour la politique du logement ( dont la construction massive de logement sociaux = toujours plus de collectivisme ; folie totale !! )
bref, la situation est déjà totalement hors de contrôle et sans espoir
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Mais que dire de Francois Hollande qui promait s'il est élu une augmentation des quotisations salariales et patronales de 0.1% ? Ni y'a t il que les gens qui travaillent qui tombent malade ? Pourquoi ne pas trouver des moyens complémentaire pour sauvegarder la protection sociale ?
De plus, dans les autre mesures annoncées par le PS, la création d'emplois jeunes ?!! on rêve ?! n'est-ce pas ces socialistes qui envoyaient les jeunes manifester contre le CPE de M. Villepin (qui avait au moins le mérite de déboucher sur un CDI obligatoire!).
Je pense vraiment que ce n'est pas le PS qui pourra relancer l'emploi et l'economie avec de telles mesures :-(
reste toujours le choix entre la Peste Socialiste ( = P.S. ) ou le Choléra Socialiste ( = U.M.Pet )
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
reste toujours le choix entre la Peste Socialiste ( = P.S. ) ou le Choléra Socialiste ( = U.M.Pet ) Lire la suite
fredbob - 02/02/2012 à 11:31 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX