Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Le Portuguese

IMG Auteur
 
 
Extrait des Archives : publié le 05 novembre 2013
731 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 1 vote, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 


Photo: Chip Clark

 

Peu d’informations circulent sur cette pierre, qui n’a eu que deux propriétaires majeurs. Le diamant est aujourd’hui en exposition permanente au Smithsonian Institute, à Washington DC.


Le Portuguese, avec ses 127,01 carats, est le plus gros diamant à facettes de la collection Nation Gem. Sa clarté est quasiment sans aucun défaut, et sa taille octogonale originale en fait l’un des plus somptueux diamants au monde. Il est plus que surprenant qu’il n’existe quasiment aucune information relative à son origine et son histoire. Ce manque a cependant été comblé par un certain nombre de conjectures et de légendes. Le diamant doit son nom actuel à l’une de ces légendes, selon laquelle il aurait été découvert au Brésil au XVIIIe siècle et aurait intégré les joyaux de la couronne Portugaise. Il n’existe cependant aucune documentation quant à sa relation avec la royauté Portugaise. Comme vous le verrez ci-dessous, la version la plus plausible est que le Portuguese aurait été découvert dans la mine Kimberley, en Afrique du Sud, au début du XXe siècle.

 


Le Portuguese, parmi d’autres diamants célèbres du Smithsonian Institute :

Le Victoria-Transvaal, le Pearson de 16 carats (diamant rond blanc), De Young Pink, Blue Heart,

un diamant ovale sans nom, et l’Oppenheimer à l’arrière-plan.

 

Il est assez intéressant de noter que la couverture médiatique dont a profité le Portuguese lors d’expositions en 1946-47 n’y fait pas référence sous son nom actuel, ni ne mentionne son passé Portugais ou Brésilien, mais plutôt d’autres histoires bien souvent conflictuelles. De nombreux articles indiquent que le diamant, qui appartenait à l’époque à un syndicat de revendeurs de diamants Américains, est mystérieusement apparu à Amsterdam quelques années auparavant sous forme de pierre brute en forme de coussin d’un poids de 187 carats.


(D’autres articles indiquent que ce diamant en coussin pesait 150 carats, et non 187. Je ferai cependant confiance au Smithsonian institute. Si quelqu’un est capable de rechercher ce genre d’information, c’est bien lui). J’ai pu lire que les revendeurs de diamants se sont tous montrés surpris de son absence d’histoire, et auraient sans succès tenté de retracer son origine. Un article mentionne que le Portuguese aurait appartenu à un potentat Indien qui l’aurait donné en gage à Londres. A l’époque, le diamant était monté sur un pendentif en platine serti de 380 petits diamants.


En février 1928, ce diamant a été acheté par Peggy Hopkins Joyce à Black, Starr & Frost. Pour l’obtenir, elle a échangé un diamant de perles d’une valeur de 350.000 dollars et y a ajouté 23.000 dollars en liquide. Selon les journaux New-Yorkais, le diamant était alors monté sur un tour-de-cou en platine (certainement celui décrit plus haut). Le porte-parole de la société a alors indiqué que le diamant avait été découvert à Kimberly, en Afrique du Sud, en 1910, et que sa firme l’avait obtenu peu de temps après. Madame Joyce est la blonde qui a joué dans Ziegfeld Follies, l’incarnation de la femme glamour des années 1920. Elle a eu six maris, dont cinq étaient fortunés, et aurait été fiancée 50 fois. Il est dit qu’elle aurait été tout aussi amoureuse des hommes qu’elle l’était des bijoux. Peu de temps avant 1946, madame Joyce plaça son diamant en consigne auprès du groupe de bijoutiers mentionné ci-dessus dans l’espoir de le vendre.


Harry Winston acheta le Portuguese à madame Joyce en 1951. Au cours des années qui suivirent, le diamant le suivit dans tout le pays à l’occasion de son exposition ‘Court of Jewels’. En 1957, il le vendit à un industrialiste international, qui le lui revendit en 1962. Le Smithsonian Institute obtint le Portuguese de Mr. Winston en échange de 2400 carats de petits diamants.


Sous la lumière ultraviolet, le Portuguese est légèrement bleu fluorescent. Une légère fluorescence est également visible à la lumière naturelle ou artificielle, et donne à la pierre un reflet suffisamment bleuté pour qu’elle se soit vue appeler ‘le plus gros diamant bleu du monde’. En l’absence de cette fluorescence, le Portuguese serait de couleur jaunâtre.


SOURCE: The National Gem Collection par Jeffrey E. Post.


Il me semble que certains livres citent le Queen of Holland comme étant le plus gros diamant bleu du monde, alors qu’il est en réalité un diamant de couleur D. Il a peut-être des tons bleus comme l’Idol's

 Eye, qui a été décrit comme étant très légèrement bleuté.

 

Tous les articles sur les diamants célèbres

 

 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Heureusement, il y a une majorité pacifique !
20 oct.Dorothée
le socialisme pourrit nos vies.
Encore un week-end festif au commissariat de Champigny-sur-Marne
12 oct.JR71
La loi classait les infractions en trois grandes catégories : contravention, délit et crime. Les peines s'accroissant à chaque degré. Ces dernières...
Encore un week-end festif au commissariat de Champigny-sur-Marne
12 oct.merisier1
Avant de passer à la phase 2 consistant à légaliser, peut-être qu'un bon coup de phase 1 permettrait déjà un nettoyage conséquent...
Encore un week-end festif au commissariat de Champigny-sur-Marne
12 oct.Dorothée2
il semblerait que la France ait vraiment un grand besoin de toujours plus d'immigration arabe et africaine !
Élection américaine : une presse française coûteuse, borgne et hémi...
12 oct.Dorothée1
il suffit d'écouter régulièrement l'ultra-gauchiste FRANCE INFO et d'y subir le rouleau compresseur permanent de propagande mondialiste et socialis...
Le petit séparatisme de Macron
05 oct.Dorothée1
pauvre France !
Sur les deux types de pays dans le monde
30 sept.Dorothée1
il me semble qu'une troisième catégorie ( des nations où gouvernement et peuple soient l'objet d'une crainte réciproque ) existe également
Sur les deux types de pays dans le monde
30 sept.Dorothée1
traduction pour les francophones : les seules qui SOIENT libres ( est-ce que le subjonctif sert encore à quelque chose ?? )
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX