Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Le savoir tiré des théories aprioristes

IMG Auteur
Thorsten Polleit
Extrait des Archives : publié le 25 février 2015
1871 mots - Temps de lecture : 4 - 7 minutes
( 1 vote, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 

I.

Que savons-nous du monde qui nous entoure – de la réalité ? D’où viennent nos connaissances à son sujet ? Les tentatives d’apporter une réponse à ces questions appartiennent à une discipline que l’on appelle épistémologie, une branche de la philosophie qui se penche sur l’origine, l’étendue et la validité du savoir humain.

Le débat épistémologique présente des concepts archétypes et diamétralement opposés : l’empirisme et le rationalisme. L’empirisme veut que nos expériences sensorielles (notre capacité d’observation) soit la source de savoir principale (sinon la seule) de l’Homme. Le rationalisme veut quant à lui que ce savoir émane de la raison humaine.

Seuls très peu de gens nieraient que certains savoirs sont tirés de nos expériences sensorielles. Prenez par exemple le fait que l’eau gèle à zéro degré Celsius. Une certaine observation est nécessaire à l’acquisition d’un tel savoir.

En revanche, dans le domaine de la science, qui formule des savoirs appliqués universellement, à n’importe quel moment ou endroit, le rationalisme prétend que le savoir empirique obtenu au travers d’expériences sensorielles n’a pas la même validité que le savoir tiré du raisonnement.

Prenons par exemple les observations suivantes :

1.     Au cours de ces dernières décennies, la masse monétaire fiduciaire a gonflé de 200% par an, alors que le PIB réel a gagné 50% par an.

2.     Au cours de ces dernières décennies, les recettes fiscales du gouvernement sont passées de 10 à 50% du PIB.

Comment pouvons-nous expliquer ces savoirs ? Le PIB réel a-t’il augmenté en raison de la hausse de la masse monétaire fiduciaire, ou malgré cette hausse ? Nous pourrions aussi nous demander si le PIB a augmenté en raison de la ou malgré une hausse des taxes.

Chacune de ces explications est plausible. Laquelle est correcte ? Afin d’établir la réponse à cette question, nous devons d’abord comprendre qu’employer une théorie (l’idée de mettre ensemble nos connaissances des aspects de la réalité de manière systématique) est indispensable à l’observation des faits.

 

II.

Il n’existe en effet aucune observation de faits sans présupposition [1], comme Ludwig von Mises l’a expliqué :

Il n’existe pas d’archives de faits inaltérés si ce n’est quelques références à des théories. Aussitôt que deux évènements sont enregistrés ensemble ou intégrés dans une catégorie d’évènements, une théorie est opérationnelle. [2]

L’idée de « laisser les faits parler d’eux-mêmes » sans avoir recours à une théorie n’a absolument aucun sens. [3] Mises savait que le raisonnement des gens « peut être défectueux et leurs théories incorrectes, mais les actions ne sont jamais dénuées de réflexion et de théorisation ». [4]

Comment savons-nous, et comment nous assurons-nous de l’exactitude d’une théorie ? Dans la science sociale, une réponse satisfaisante peut être apportée à ces questions en ayant recours à la théorie d'a priori — des propositions qui apportent un savoir en matière de réalité, et dont les valeurs de vérité veulent être vérifiées indépendamment de l’expérience.

Pour expliquer cela plus clairement, tournons-nous vers le philosophe prussien Emmanuel Kant (1724–1804) et sa Critique de la Raison Pure (1781). Le point central de l’enquête transcendante de Kant est sa découverte de ce qu’il appelle les jugements synthétiques a priori. [5]

Un a priori dénote une proposition (une déclaration) qui présente un savoir qui a été acquis avant, ou indépendamment de, l’expérience. Un a posteriori dénote en revanche un savoir acquis au travers et sur la base d’une expérience.

Un jugement synthétique fait référence à un savoir qui n’est pas contenu dans le sujet. Un exemple pourrait être que « tous les corps sont lourds ». Le mot « lourd » réfère ici à un savoir qui va au-delà du simple concept de corps. Un jugement synthétique fait naître un savoir nouveau concernant le sujet.

Un jugement analytique répète ce que le sujet présuppose. Un exemple pourrait être que « tous les corps sont allongés ». Afin de savoir si tous les corps sont allongés, nul besoin d’expérience, puisque cette information est déjà incluse dans le concept de corps.

On pourrait s’attendre à ce qu’un jugement analytique soit un a priori, et qu’un jugement synthétique soit un a posteriori. En revanche, selon Kant, il existe des jugements a priori synthétiques – des savoirs qui ne répètent pas la signification du concept étudié et ne requièrent pas d’expérience pour pouvoir en établir un savoir nouveau.

Comment identifier ces jugements a priori synthétiques ? Selon Kant, une proposition doit satisfaire deux caractéristiques afin de pouvoir être qualifiée de jugement a priori synthétique. Premièrement, un jugement a priori synthétique ne doit pas découler de l’expérience, mais d’un raisonnement. Deuxièmement, il ne peut pas être nié sans causer de contradiction intellectuelle.

 

III.

Mises a réalisé que l’axiome de l’action humaine est un jugement à priori synthétique. L’axiome de l’action humaine stipule que les Hommes agissent. Voilà qui à première vue pourrait sembler trivial. Mais en observant ce fait plus en profondeur, il devient évident que l’axiome de l’action humaine a de lourdes implications. [6]

L’axiome de l’action humaine satisfait les caractéristiques du jugement à priori synthétique. Premièrement, nous ne pouvons observer que les Hommes agissent. Pour ce faire, il nous faut comprendre ce qu’est l’action humaine. Ce savoir ne peut pas être acquis par l’expérience, parce qu’il provient de la raison.

Deuxièmement, nous ne pouvons pas nier que les Hommes agissent, puisque le faire résulterait sur une contradiction intellectuelle. Dire que les Hommes n’agissent pas est en soi une action.

Mises réalisait également qu’en utilisant la logique formelle, d’autres vérités peuvent être déduites de l’axiome véritable de l’action humaine. Cette approche est appelée praxéologie: la logique de l’action humaine. Mises a reconstruit l’économie sur la base de la praxéologie.

La praxéologie est une théorie de l’a priori. Elle présente des propositions relatives à la réalité qui sont irréfutablement vraies – qui peuvent être validées sans passer par l’expérience. Prenons par exemple le concept de causalité — l’idée que tout effet ait une cause.

Comme Mises l’a lui-même écrit,

L’action requiert et présuppose une causalité. Seul un Homme qui perçoit le monde sous la lumière de la causalité peut être poussé à agir. En ce sens, la causalité est une catégorie d’action. La catégorie « moyen et fin » présuppose la catégorie « cause et effet ». Dans un monde dénué de causalité et de régularité, il n’y aurait ni raisonnement ni action humaine. Un monde comme celui-ci serait un monde de chaos dans lesquelles Hommes ne pourraient trouver de lignes directrices. L’Homme n’est même pas capable d’imaginer les conditions d’un tel univers. Si un Homme ne perçoit pas de relation de causalité, il ne peut pas agir. [7]

La théorie de l’apriori offre une approche de critique et de révision des explications théoriques apportées aux évènements historiques. [8] Du point de vue de la théorie de l’a priori, que peut-on dire des observations faites au début de cet article ?

1. Du point de vue de la théorie de l’apriori, nous pouvons dire avec certitude qu’une hausse de la masse monétaire ne fait pas grimper le niveau de vie d’une société, et n’apporte pas de bénéfices sociaux, parce que la seule fonction de la monnaie est de servir de moyen d’échange.

De plus, la monnaie fiduciaire exerce des effets négatifs sur l’économie. La monnaie fiduciaire est typiquement créée par le crédit bancaire, qui génère une consommation de capital et des mal-investissements.

Les injections de monnaie fiduciaires abaissent le taux d’intérêt des marchés en-deçà du taux d’intérêt naturel (déterminé par la préférence temporelle sociétale), et permet aux sociétés qui produisent des biens et services ne correspondant pas aux demandes du marché de poursuivre leurs activités. Elles génèrent un boom, qui débouche à son tour sur une contraction.

La hausse de production qui accompagne une expansion monétaire n’est pas soutenable et doit tôt ou tard être corrigée. Les gains tirés des activités liées à la masse monétaire fiduciaire tendent à se présenter avant les pertes qui les accompagnent, ce qui donne l’impression qu’une hausse de la monnaie fiduciaire peut faire grimper la production. La vérité, c’est que la création de monnaie fiduciaire n’augmente pas le niveau de vie d’une population, mais le force à baisser.

2. Nous pouvons dire avec certitude que l’imposition de taxes aux salariés entraîne une diminution plutôt qu’une hausse du niveau de vie. La raison en est que les taxes divertissent les ressources les plus rares depuis les propriétaires, producteurs et entrepreneurs vers les autres.

Voilà qui réduit les revenus des propriétaires, producteurs et entrepreneurs, et augmente leur préférence temporelle respective. En conséquence, l’épargne et l’investissement déclinent, et le capital et les salaires réels augmentent plus lentement (voire déclinent) par rapport à une situation exempte de taxation.

 

IV.

La théorie de l’a priori nous apporte des savoirs réels concernant le monde réel, et le savoir dérivé de cette théorie peut être validé indépendamment d’une expérience sensorielle.

Le savoir aprioriste trompe le savoir empirique : « une proposition théorique aprioriste ne peut jamais être réfutée par l’expérience ». [9]

La praxéologie, la science aprioriste de l’action humaine et, plus spécifiquement, sa catégorie la plus développée, l’économie, nous apporte une interprétation des évènements passés et une anticipation des effets auxquels nous devrions nous attendre dans le futur d’action d’un caractère spécifique. [10]

Un théoricien aprioriste peut donc décider en avance (c’est-à-dire sans s’engager dans une expérience sociale ou s’adonner à un quelconque test) si une action est capable d’apporter les effets attendus.

Nous savons par exemple qu’émettre de la monnaie fiduciaire ne génère pas de prospérité économique, que les gouvernements financés par les taxes ou la dette n’améliorent pas le bien-être matériel d’une société, et que ces mesures sont en fait économiquement dangereuses.

Une théorie de l’a priori est une puissante défense face aux promesses faites par les fausses théories et leurs conséquences économiques néfastes. Les étudiants en sciences sociales devraient donc être encouragés à s’engager dans la théorie de l’a priori.

Notes

[1] Mises, L. (2003), Epistemological Problems of Economics, 3rd ed., "The Task and Scope of the Science of Human Action," Ludwig von Mises Institute, Auburn, US Alabama, p. 29.

[2] Mises, L. (1996), Human Action, 4th ed., Fox & Wilkes, San Francisco, p. 647.

[3] Voir par exemple Cohen, M.R., Nagel, E. (2002 [1934]), An Introduction To Logic And Scientific Method, Simon Publications Inc., Safety Harbor, Chapitre XI, p. 199.

[4] Mises, L. (1996), Human Action, 4th ed., Fox & Wilkes, San Francisco, p. 177.

[5] Introduction recommandée écrite par Marcus Weigelt en introduction à Kant, I. (2007 [1781]), Critique of Pure Reason, Penguin Books, pp. xv–lxix.

[6] Dans ce contexte, Hoppe, H.H. (2007 [1995]), Economic Science and The Austrian Methodology, Ludwig von Mises Institute, Auburn, US Alabama.

[7] Mises, Human Action, 4th ed., Fox & Wilkes, San Francisco, p. 22.

[8] Dans ce contexte, Hoppe, H.H. (2006), Democracy, The God That Failed: The Economics and Politics of Monarchy, Democracy, and Natural Order, Transaction Publishers, New Brunswick (US) et Londres (UK), notamment son introduction, pp. xv–xix.

[9] Mises, L. (2003), Epistemological Problems of Economics, 3rd ed., "The Task and Scope of the Science of Human Action," Ludwig von Mises Institute, Auburn, US Alabama, p. 30.

[10] Mises, L. (1985), Theory and History: An Interpretation of Social and Economic Evolution, Ludwig von Mises Institute, Auburn, US Alabama, p. 309.

 

 

  

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Hidalgo a ruiné Paris
16 aoûtmerisier
Se présenter aux élections pour la mairie de Paris c'est accepter le commandement d'un navire en train de sombrer, de nuit et dans le brouillard. M...
Zapata contre Greta
16 aoûtLéopold II
Dieu seul sait comment ce mouvement finira ! C'est pourtant simple, cher Merisier : les Jeunesses Climatiques ( Klimatjugend ) finir...
Introduction de WeWork : potentiel 3,000 milliards de dollars avec ...
15 aoûtJack A.
La prétendue "nouvelle économie" n'existe que du fait de l'alliance de Wall Street et de la FEd, qui inonde le marché de "liquidité", entendez d'ar...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
15 aoûtblitzel
La machine comme l'instrument est fait pour l'homme. Non l'homme pour la machine. Quand l'homme est soumis au rythme de la machine et notre soc...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
14 aoûtFortuna
La France est un pays merveilleux, ou tout est possible entre adultes consentants. Sauf travailler l'un pour l'autre, bien entendu
Taxes par-ci, taxes par-là, échec partout.
11 aoûtAlain J.
Il faut savoir il est de gauche ou de droite. Il est socialiste ou libéral. Il taxe ou pas. tout est relatif dans la vie ça dépend de votre...
L’arrogance d’un commissaire européen qui se permet d’insulter la S...
11 aoûtmerisier1
Ce petit commissaire européen qui doit se goberger de son titre ronflant pourrait avec profit revoir cet excellent film (eh oui en noir et blanc !)...
Zapata contre Greta
10 aoûtmerisier1
Le XXième siècle a eu en particulier les jeunesses hitlériennes (à l'échelon national), les jeunesses communistes (à échelon international), le XXI...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX