Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Le Tereschenko

IMG Auteur
 
 
Extrait des Archives : publié le 18 mars 2013
734 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 3 votes, 4/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...

 

 

 

 

 

 

Pour les historiens spécialisés dans les gemmes et, à en juger par la réaction de la presse, pour le grand public, il est toujours un évènement que d’apprendre l’existence d’une pierre différente des autres et qui autrefois n’était connue que d’une poignée de personnes. C’est ce qu’il s’est produit en 1984 lorsque Christie’s annonçait la mise aux enchères d’un diamant bleu en forme de poire d’un poids de 42,92 carats, le quatrième plus gros diamant bleu jamais enregistré (bien que les choses aient pu changer depuis, la pierre a conservé son titre de quatrième plus gros diamant bleu pendant environ une décennie).

 

A l’origine, ce diamant appartenait à la famille Tereschenko, qui a fait fortune sur le sucre en Russie pré-communiste. L’un des membres de cette famille, Mikhail (1886-1956), qui avait une opinion politique très avancée, devint Ministre des Affaires Etrangères en 1917. Quatre ans avant cela, Mikhail avait déposé le diamant auprès d’un spécialiste basé à Paris. En 1915, il lui demanda de sertir son diamant sur un collier au côté de plusieurs autres petits diamants de couleur. Le bijou final comprenait 46 diamants taillés en marquise, en poire et en forme de cœur, pesant de 0,13 à 2,88 carats. Leurs différentes couleurs ont été décrites par des termes tels que ‘jonquille, citron, vert raisin, bouton d’or, gris crevette, lilas, rose, vieux porto, madère et topaze’. Ces diamants ont fait de cette création la plus célèbre de son siècle dans la catégorie des diamants de couleur.

 

En 1916, à l’aube de la révolution Russe, le diamant Tereschenko fut secrètement transporté hors de Russie puis vendu à un investisseur privé.

 

Comme d’autres diamants bleus, le Tereschenko appartient au groupe très restreint des diamants de type IIb. Nous ne savons rien sur l’endroit où il a été découvert. Il pourrait provenir des dépôts d’origine alluviale du Kollur, en Inde, ou de la mine Premier Mine, en Afrique du Sud. En revanche, en 1913, la Premier Mine fêtait à peine sa première décennie d’existence, et puisque nous ne disposons d’aucune archive citant la découverte d’un gros diamant dans cette mine, il y a de fortes chances que le Tereschenko soit d’origine Indienne.

 

Quelques jours avant la vente du diamant à Genève, quatre personnes ont contacté Christie’s et lui ont offert de le lui acheter pour une somme variant entre trois et quatre millions de francs Suisses, ce qui leur aurait permis d’épargner la charge de 10% ajoutée au prix de vente. Christie’s a refusé chacune de ces offres. Un groupe de revendeurs de diamants a suggéré une inspection du diamant par le Gemological Institute of America puisque, malgré le caractère impeccable du rapport du laboratoire Suisse de Lucerne, un certificat obtenu par le GIA a une valeur commerciale bien plus intéressante, tout particulièrement en Asie et au Proche-Orient. Un tel certificat facilitait la revente du diamant dans ces régions. Christie’s décida donc d’envoyer le diamant au laboratoire du GIA à New York qui lui a ensuite retourné avec les documents demandés.

 


Voici un dessin que j’ai fait des facettes du Tereschenko

en me basant sur une photo publiée dans le livre d’Ian Balfour intitulé Famous Diamonds.

Sur mon dessin, lorsque l’on regarde à travers la couronne, les facettes du pavillon

ne sont pas identiques à la vue de profil. Il n’en est pas moins qu’il vous donne une idée de la disposition des facettes.

 

Le Tereschenko a été mis aux enchères le 14 novembre 1984. A dix heures du soir, tout le monde attendait avec impatience dans un salon éclairé de l’Hôtel Richmond à Genève que le directeur de Christie’s annonce la mise en vente du lot 454. Les enchères ont commencé à 3 millions de francs Suisses, ce qui n’a pas semblé surprendre qui que ce soit dans la salle emplie de revendeurs célèbres venus des quatre coins du monde et d’une poignée de milliardaires. En 40 secondes, les enchères avaient déjà atteint 6,5 millions de francs Suisses, un prix bien plus élevé que les estimations les plus optimistes de Christies. Le commissaire-priseur frappa son bureau d’un coup de marteau lorsqu’une voix au fond de la salle annonça le prix de dix millions de francs Suisses. Robert Mouawad, un revendeur de diamants Saoudien, venait d’ajouter une pierre à sa collection pour la somme de 4.508.196 dollars.

 

Sources: Famous Diamonds par Ian Balfour et The Fancy Colored Diamond Index.

 

 Tous les articles sur les diamants célèbres

 

 

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (3 votes)
>> Article suivant
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
  Tous Favoris Mieux Notés  
article intéressant ( indépendamment de quelques fautes de français ).
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
article intéressant ( indépendamment de quelques fautes de français ). Lire la suite
gloopy - 03/03/2019 à 17:18 GMT
Note :  1  0
Top articles
Derniers Commentaires
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
24 févr.MERLOU
à bas le communisme, qu'il soit chinois ou français !
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
12 févr.LB64401
ET gnagnagna les nazis, et gnagnagna shoah 6 milions, p***n même ici il faut qu'on nous empoisonne avec ces salades !! A ce charabia imbitable pond...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
02 marsglanduron2
Video intéressante ! Je commence à voir des français s'exprimer de la sorte. Et je les comprends car il y a bien peu de différence entre la dictatu...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
23 févr.Saphir3
Rien de tout ça dans mon petit écran, un type qui se tire sur la nouille sur le net, c'est nettement plus important selon nos chers médias.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien
Et dans le même ordre d'idées entrer sur Google: "Marschieren". Un avant gout de ce qui se prépare ? Cette fois ci les victimes ne seront p...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien2
Lire la LTI ( la langue du III° Reich ) de Victor Klemperer les analogies du parcours de Macron avec l'ascension d'Adolph Hitler sont hallucina...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
13 févr.Pâris1
Criant d'actualité, malheureusement.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.hyoe lo7
Hi Charleston The human nature is probably what less changed on this planet. For our biggest misfortune. Thank you for the text.
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX