Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Le traité de Maastricht et l’euro

IMG Auteur
Publié le 08 novembre 2013
363 mots - Temps de lecture : 0 - 1 minutes
( 5 votes, 4,2/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Le Traité de Maastricht (anciennement Traité de l’Union Européenne) a été signé le 7 février 1992 par les membres de la Communauté Européenne à Maastricht, aux Pays-Bas. Il a donné naissance à l’Union Européenne et abouti sur la création de la devise unique, l’euro.

Obligations

L’une des obligations imposées par le Traité était de ‘conserver des politiques fiscales stables et de limiter la dette à 60% du PIB et les déficits annuels à 3% du PIB’.

Vingt ans plus tard, voyons où en sont ces obligations.

Je vous prie de bien vouloir considérer cet article des Echos : Sévère crise d’adolescence pour le traité de Maastricht et sa monnaie unique

Une fois dans la zone monétaire, les gouvernements devront, sous peine de sanctions, limiter leur déficit public à 3% de leur PIB et leur dette à 60% du PIB. Le traité est toutefois violé avant même que leuro ne voit le jour puisque sur les 11 Etats qui ladoptent, en 1999, 6 sont au-dessus du niveau de dette requis, notamment lAllemagne, lAutriche les Pays-Bas et lItalie.


Poursuivant la logique du « chacun pour soi», une clause de « no bail-out» interdit à la banque centrale et aux Etats de porter secours à un partenaire si celui-ci, trop endetté, n’avait plus accès aux marchés financiers.


Le péché originel




La désillusion de Maastricht


Eurointelligence a publié ceci sur la désillusion de Maastricht.


Le monde a beaucoup changé depuis que le traité de Maastricht a été signé. Les Echos montrent bien comment la dette publique a augmenté dans tous les pays membres. Aujourd’hui, seuls quatre états membres ont une dette inférieure à 60% de leur PIB. Les trois grandes erreurs du Traité de Maastricht ont été soulignées par la crise : manque de solidarité, surveillance mutuelle insuffisante et manque de convergence économique. Et ces erreurs remettent en question le projet dans son intégralité.


Un récent sondage prouve que 36% des gens voteraient aujourd’hui en faveur du Traité de Maastricht (contre 51% en 1992) si un référendum devait être tenu. La rhétorique anti-euro est désormais acceptable. Les bureaucrates tiennent le système debout de force. Un vote ne jouerait même pas en leur faveur.


<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,2 (5 votes)
>> Article suivant
IMG Auteur
Mish 13 abonnés
Réflexions sur de débat de l’inflation /déflation/stagnation et autres remarques sur l’or, l’argent, les monnaies, les taux d’intérêts et les politiques monétaires affectant les marchés mondiaux.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Bonjour Monsieur,

Je suis bien sûr d'accord sur le fond et sur votre conclusion comme sur l'architecture de votre rappel.
Cependant, il n'y avait pas 2 critères mais... 5 Critères obligatoires et en fin 1998, seuls 3 Pays : France, Luxembourg et FINLANDE les respectaient OFFICIELLEMENT !
La Grèce fut dans un premier temps écartée et ne vînt se joindre que deux ans plus tard, 1 an avant la mise en place de l'Euro Fiduciaire qui eut lieu en 2002. La FINLANDE sortait du bloc communiste avec bizarrement des Stats officielles excellentes, le Luxembourg a toujours été une place forte des "euro-devises" ( NB : aucun rapport avec l'Euro ) disproportionnées d'avec le PIB d'où des ratios mirobolants, la France a truqué ses stats depuis si longtemps que... La conclusion fut que, normalement, il n'était pas possible de passer à la Phase III de la progression vers l'Union monétaire prévue à Maastricht. Jean-Claude TRICHET, alors Gouverneur de la Banque de France, s'exclama dans un colloque que "Puisque tous les Pays concernés ont fait des efforts, il faut donc passer à la réalisation malgré des ratios immédiats non conformes", sous-entendu, qui s'arrangeront avec le temps grâce à la mise en place de la supposée panacée : la fameuse MONNAIE dite "UNIQUE".
Seulement, la monnaie prévue dans le Traité de Maastricht, assorti de 5 conditions non remplies, était l' ECU devenant concret au sens fiduciaire après avoir déjà été concrétisé scripturalement pour plus de 10 Milliards d'Ecus d'emprunts européens, dont celui resté célèbre de MOULINEX à... 21 % qui eut raison de la société. Ces ECUS étaient NON FONGIBLES, et ils ont été remboursés au cours quotidiennement calculé de l'ECU contre EURO. L'ECU n'a donc pas disparu avec l'avènement en 1999 de l'Euro scriptural, il a perduré 10 ans...
De plus, l'ECU était surtout l' "Européean Composit Unit", panier des monnaies liées par le SME depuis déjà des années... Comme l'Euro ne fut mis en place que dans une partie seulement des 15 ou 17 pays alors, du SME (11 au début), il se produisit que l'Euro fit son entrée en remplacement des monnaies abandonnées dans le SME-BIS que j'avais prévu depuis 1996 - c'était forcé - et l'abandon de l'ECU pour un EURO complètement nouveau et... indépendant totalement des clauses du Traité de Maastricht. De ce fait, qui ne fut ni prévu, ni donc calculé, par les idéologues comme CHIRAC pressés de mettre cette invention en place, l'Euro perdit rapidement 35% de sa valeur face au dollar quasi-uniquement à cause de ce problème arithmétique simple. J'en fus ravi ! DASSAULT aussi qui pouvait enfin vendre, en théorie et mis à part les autres soucis, ses avions ! Depuis 1999, le SME-BIS impose le calcul du cours de l'Euro vis-à-vis des autres monnaies du SME-BIS donc le calcul d'un E.C.U. quotidiennement ! L'EURO rentre dans l'ECU qui était visé par le Traité, il n'a JAMAIS été l'ECU prévu ! Il y a eu là une propagande absolument inouïe de la part des gouvernements successifs, occultant cette VERITE, et faisant croire que l'EURO... c'était l'ECU de Maastricht !!! DINGUE...
En fait personne n'était engagé juridiquement dans l'EURO inventé en 4 ans plus tard en... 1996 !
Et voilà comment on conditionne les peuples et comment on les emmène sur une voie idéologique sans aucune justification réelle ni économique, ni monétaire, ni juridique !
En plus, en 2002, je découvris que les billets en euros étaient illégaux car mal remplis, et de plus revêtus du drapeau OFFICIEL de l'UNION EUROPENNE dont l'EURO n'est toujours pas et ne sera JAMAIS la monnaie officielle commune aux 27 Pays du fait du retrait de l'U-K par exemple, et d'autres... Ce sont donc des faux grossiers avec une signature illisible, sans aucune qualité, et des SIGLES communs, rien qu'en France en 2002 à 383 entreprises !!! Des billets aussi faux que ceux-là cela n'avait jamais été osé dans l'Histoire !
Bref, ayant expliqué tout cela des milliers de fois dans des articles, des dossiers, des conférences et à la radio, je m'étonne que l'on puisse encore croire à cette saloperie de pseudo-monnaie ?
Dire qu'il faut la foutre au placard des inepties de l'HISTOIRE c'est peu dire et... c'est URGENT !

LMDM
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Le pire dans cette sordide histoire, c'est que les européens ont voté un texte qui n'a finalement jamais été appliqué. C'est cela , la démocratie? oui, manifestement... on vote, mais quel que soit le résultat, les élus et leurs élites feront ce qu'ils veulent. 2 alternatives à la plaisanterie : le boycott des urnes, et l'insurrection populaire. Sur ce dernier point, c'est même prévu :

Constitution du 24 juin 1793

DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN
Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Le hic c'est que le peuple préfère l'illusion et l'espoir à la colère et le chemin vers l'inconnu, quand je dis aux autres sur le net qu'une abstention massive ferait chavirer la république, ils sont conscient que ce serait un bon début pour notre émancipation, mais ont tellement peur qu'ils préfèrent tout de même aller voter.

On reconnait un esclave à ses réflexes de soumission.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Bonjour Monsieur, Je suis bien sûr d'accord sur le fond et sur votre conclusion comme sur l'architecture de votre rappel. Cependant, il n'y avait pas 2 critères mais... 5 Critères obligatoires et en fin 1998, seuls 3 Pays : France, Luxembourg  Lire la suite
LMDM - 08/11/2013 à 15:31 GMT
Note :  2  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX