Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les absurdités qui se cachent derrière l’interventionnisme

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 16 janvier 2014
629 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 3 votes, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Article du Jour

24hGold - Les absurdités qui s...Les Keynésiens, comme les monétaristes, pensent que des dépenses gouvernementales accrues et l’injection de nouvelle monnaie dans l’économie sont parfois nécessaires. Les interventions qu’ils préconisent prennent la forme de dépenses gouvernementales sans financement préalable, d’un maintien des taux d’intérêts à des niveaux très bas pour stimuler la demande ou d’une augmentation de la compétitivité d’une devise par la dévaluation. Ces méthodes se sont déjà de nombreuses fois prouvées sans succès, et elles doivent être dénoncées pour que nous puissions comprendre la situation économique dans laquelle nous sommes réellement.

La raison pour laquelle elles ne fonctionnent pas est à la fois une inadvertance et une idée fausse. L’inadvertance revient à n’observer qu’un côté de l’équation d’une proposition de dépenses gouvernementales : un nouveau pont ou une nouvelle école sont des bénéfices visibles. Ce qui est souvent ignoré est le coût de ces nouvelles infrastructures, qui est divisé entre de nombreux individus. Si ces ressources n’étaient pas redirigées, elles seraient disponibles aux consommateurs, et ils pourraient les utiliser comme ils l’entendent. C’est un point très important, parce que la demande des consommateurs est la clé du progrès économique et de l’innovation, ce qui n’est pas le cas de la redistribution par le gouvernement.

L’idée fausse qui se cache ici est liée au coût de production, ou à la théorie travailliste de la valeur, et aux tentatives de la forcer à la réalité de la subjectivité des prix à la consommation. La liste des économistes qui ont commis cette erreur est bien plus longue que celle des économistes qui la comprennent, et inclue entre autres Thomas d’Aquin, Adam Smith, David Ricardo, John Stuart Mills et Karl Marx. Elle est le fondement de la pensée socialiste, qui nous divise péjorativement entre classe d’exploités et classe de capitalistes. La vérité est très différente : le consommateur, au travers de ses choix, décide de ce qui doit être fabriqué et quel doit en être le prix. Tout producteur qui ne répond pas à cette logique fait faillite.

Le cœur du problème est que les économistes grand public ne comprennent pas les prix. Ils dessinent des courbes de l’offre et de la demande qui illustrent que, puisque tout le reste est égal, une baisse des prix stimule la demande. Laissant de côté le fait que rien n’est jamais égal, c’est un point de départ raisonnable. Il est cependant contredit par les macro-économistes qui pensent qu’une baisse des prix supprime la demande, et qu’une hausse des prix modérée la stimule.

Ainsi, la contradiction s’installe dès l’échelle la plus basique. A partir de là, les erreurs se multiplient. Plutôt que d’abandonner les théories du coût de production, les économistes grand public cherchent à subventionner les producteurs, que ce soit directement ou au travers de politiques monétaires. Cela revient à la subvention d’entreprises qui seraient autrement destinées à la faillite. Les entreprises qui réussissent sont encouragées à rechercher des subventions et sont tout sauf encouragées à redéployer leur capital en investissant de manière profitable.

Au travers de la propagande du gouvernement, une majorité de personnes pense aujourd’hui que l’intervention de l’Etat fait le bien, mais c’est tout le contraire. L’intervention gouvernementale revient à réduire les salaires et détruire l’épargne au travers de l’inflation monétaire tout en gonflant les prix. Il peut y avoir un épisode de croissance sur le court terme à la suite d’une baisse des taux d’intérêts et d’une expansion monétaire, mais elle est rapidement renversée à mesure que les prix commencent à grimper.

Une analyse raisonnable des effets réels de l’intervention des gouvernements suffit à révéler une vérité clé : son coût économique est considérable, elle perturbe le progrès économique et ne fait qu’empirer les choses. Est-il vraiment surprenant que la ‘relance’ ait désormais cessé de générer des bénéfices même sur le plus court terme ?


<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (3 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Et maintenant, le couvre-foutoir
27 oct.Clepsidre
Parfois et même si on souscrit à ce qui est dit, on a envie d'apporter son obole ; enfin une forme de... Mais là, tout est dit sur un mond...
Heureusement, il y a une majorité pacifique !
20 oct.Dorothée
le socialisme pourrit nos vies.
Encore un week-end festif au commissariat de Champigny-sur-Marne
12 oct.JR71
La loi classait les infractions en trois grandes catégories : contravention, délit et crime. Les peines s'accroissant à chaque degré. Ces dernières...
Encore un week-end festif au commissariat de Champigny-sur-Marne
12 oct.merisier1
Avant de passer à la phase 2 consistant à légaliser, peut-être qu'un bon coup de phase 1 permettrait déjà un nettoyage conséquent...
Encore un week-end festif au commissariat de Champigny-sur-Marne
12 oct.Dorothée2
il semblerait que la France ait vraiment un grand besoin de toujours plus d'immigration arabe et africaine !
Élection américaine : une presse française coûteuse, borgne et hémi...
12 oct.Dorothée1
il suffit d'écouter régulièrement l'ultra-gauchiste FRANCE INFO et d'y subir le rouleau compresseur permanent de propagande mondialiste et socialis...
Le petit séparatisme de Macron
05 oct.Dorothée1
pauvre France !
Sur les deux types de pays dans le monde
30 sept.Dorothée1
il me semble qu'une troisième catégorie ( des nations où gouvernement et peuple soient l'objet d'une crainte réciproque ) existe également
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX