Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Les cinq vertus inattendues du pessimisme…

IMG Auteur
Publié le 24 juillet 2014
968 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 22 votes, 4,7/5 ) , 45 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
45
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux
24hGold - Les cinq vertus inat...

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Nous sommes, nous autres les contrariens, des « cassandres », des « oiseaux de mauvais augure », bref, des pessimistes ! Ce mot est généralement lâché par nos interlocuteurs (enfin ceux qui acceptent encore de parler avec nous d’autre chose que de la pluie et du beau temps, et en plus même sur la pluie et le beau temps il y aurait bien des choses à dire en tant que contrarien, mais passons) en manque d’arguments comme une insulte « élégante » qui claque comme le fouet et dont le but est de clore tout débat.

Tu es pessimiste, bouh c’est pas bien du tout et on ne parle pas avec un pessimiste. Pourquoi ? Parce que dans notre société policée, bien-pensante et cucul-gnangnan tout doit être exprimé comme l’a si bien expliqué Bernard Kouchner avec « douceur ». En un mot : soit mièvre ou tais-toi !

Alors dans ce monde où tout le monde il est beau (alors que les laids ont toujours existé), dans ce monde où tout le monde il est gentil (alors qu’il n’y a jamais eu autant de méchants décérébrés et violents), exprimer une réalité délicate, difficile ou douloureuse est tout simplement prohibé et cela vous renvoie à la saillie de notre grand bien-aimé chef de la République, le Sieur François Hollande, rouge de colère face aux propos « inconséquents » de pessimisme tenus par l’autre chef du Medef.

Vous serez donc systématiquement taxé de pessimisme à chaque fois que vous pointerez du doigt une réalité, un risque, un problème ou encore une probabilité de soucis possible.

La mode est à l’optimisme béat

En politique, en privé ou encore dans les entreprises, tout doit être exprimé de façon positive. Un nouveau projet c’est forcément bien, c’est beau, c’est grand, c’est positif, c’est enthousiasmant même si l’idée qui le sous-tend est totalement crétine.

Le petit problème avec cette culture stupide de l’optimisme béat c’est qu’évidemment elle vous fait juste passer à côté des risques essentiels, et comme les faits tout comme la réalité sont très têtus, en général cela se finit mal. C’était évident, c’était prévisible mais uniquement pour les « pessimistes ». Pas pour les optimistes !

Dans mes pérégrinations et recherches diverses, je suis donc tombé sur cet article assez surprenant concernant la découverte des « Cinq vertus inattendues du pessimisme ».

Pour tout vous dire, c’est cet article qui était inattendu car vous, mes chers lecteurs, qui faites partie de cette espèce de bande ignoble de contrariens pessimistes, il ne vous apprendra rien tant vous pratiquez le pessimisme constructif de façon naturelle et quotidienne.

Le pessimisme est un garde-fou ! Sans blague !

« Même si l’optimisme est une valeur cardinale en ces temps troublés, on ne peut pas toujours voir tout en rose. Véritable garde-fou, le pessimisme active la vigilance qui évite revers et fiascos et peut même stimuler la créativité, selon Philippe Gabilliet, professeur de psychologie à ESCP-Europe… » Sans blague. C’est une évidence et cela s’appelle même tout simplement de la prudence. Mais comme dans nos sociétés profondément malades et « psychotoxiques » nous en oublions même jusqu’au bon sens de base. La toute simple prudence.

Voici les fameuses cinq vertus selon l’auteur.

1. Détecter les failles

Dans ce paragraphe, vous pourrez trouver deux perles que je vous cite :

« Toutefois, gare à ne pas en abuser parce que cette vision pourrait vous intoxiquer ou intoxiquer votre voisinage. » Traduction contrarienne : avec une autruche cela ne sert à rien d’en dire trop car l’autruche en question ne veut surtout pas savoir, donc si vous voulez avoir encore des amis, apprenez à vous taire.

« N’oubliez jamais que l’étape d’après, c’est le découragement. À recommander exclusivement à l’équipe de direction ou au manager à titre individuel. » Traduction contrarienne, évidemment le « pessimisme » est une qualité de « chef » et de « leader ». Cela dit, pour les troupes et la France d’en bas, ne rien leur dire, il faut continuer à bien lobotomiser les masses (cf. les paroles de notre président au patron du Medef sur la confiance du consommateur).

2. Anticiper le pire

3. Bâtir des plans B… et C

4. Évaluer ses marges de manœuvre

5. Aiguiser sa faculté de discernement

Le pessimisme, contrairement à l’optimisme béat, ne va pas entraîner de sidération. Le langage populaire est rempli de proverbes et dictons de bon sens rappelant ces règles évidentes de prudence comme par exemple « un homme averti en vaut deux », « jamais deux sans trois », « ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier », « diriger, c’est prévoir », « prévoir le pire, espérer le meilleur » ou encore « la prudence est mère de sûreté ».

Alors à vous tous mes chers amis, contrariens et pessimistes, en vérité je vous le dis, dans le monde qui s’annonce, seuls les pessimistes qui sauront anticiper survivront et pour anticiper il n’y a plus de place pour l’optimisme béat que l’on nous sert à longueur de journée même s’il est très confortable d’y croire. Vous voulez faire survivre votre patrimoine ? Alors il faut avoir une lecture critique des événements et ce n’est là qu’une application concrète non pas du pessimisme mais encore une fois de la simple prudence.

Ce qui est étonnant, quoique finalement plus rien ne soit surprenant dans notre société « crétinifiée » et totalement ramollie, c’est qu’il faille un article dans lequel un professeur d’une grande école française redécouvre l’eau chaude et le fil à couper le beurre comme s’il s’agissait là d’une grande et belle découverte.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (22 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Allons, encore une petite dose de pessimisme ?

Amazon déclare des pertes deux fois plus graves que prévu, ce qui choque les investisseurs, et ses prévisions pour le reste de l'année sont plutôt mauvaises.

Jusqu'à présent, la faible marge de rentabilité d'Amazon n'était pas un problème en raison d'une croissance soutenue de ses ventes. Mais voilà qu'en 2014 (année de la grande reprise économique) les chiffres de vente déçoivent et des pertes font leur apparition.
Le modèle économique "Amazon" pourrait-il être menacé de mort ?

Je tiens quand même à rappeler le le modèle "Amazon" est censé représenter le commerce du futur proche, celui du monde Web 2.0 voire 3.0 : on achète tout en ligne et on se fait livrer "juste à temps". Amazon envisage(ait) même de couler l'édition classique en proposant des abonnements pour télécharger autant de livres numériques/numérisés qu'on veut.

Par contre Facebook se porte très bien...il caracole en tête. Le problème est juste qu'on ne sait pas très bien à quoi ça sert ? A partager avec ses 1750 amis intimes le fait qu'on a un trou dans une chaussette ? Ou bien vérifier qu'untel se trouve dans un magasin Ikea (via foursquare) ce qui donne le temps de cambrioler sa maison ? Ou juste de mater jalousement les photos "super cool et sexy" d'une fille qui a l'air de respirer la joie de vivre alors qu'en réalité elle prend des antidépresseurs à forte dose et se sent extrêmement mal dans sa peau ?


Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Bonjour RalphZ,

"Amazon envisage(ait) même de couler l'édition classique en proposant des abonnements pour télécharger autant de livres numériques/numérisés qu'on veut."

Alors ça, c'est/c'était un très mauvais plan car il y aura toujours des lecteurs qui préfèreront un livre bien tangible plutôt qu'un fichier virtuel qui peut disparaître du jour au lendemain, autant dire "du vent" (cf. le rififi concernant le Kindle de "1984" : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/07/22/amazon-jette-1984-dans-le-trou-de-memoire_1221324_651865.html).

Facebook a, à mon sens, la même fonction qu'un jeu vidéo : fuite de la réalité dans un monde virtuel où les choses sont moins difficiles à vivre... Pendant que l'on s'occupe de cela, on se passe d'une éventuelle remise en question personnelle pas toujours très confortable. ;-)

Pourtant, c'est dans la réalité que l'on vit, que l'on peut éprouver des choses, ressentir et que l'on fait des expériences qui nous enrichissent et nous font avancer.
Bonjour,

Malheureusement le "il y aura toujours des lecteurs" n'est utile que si le nombre permet de rentabiliser l'activité d'édition, qui - pour beaucoup de petits éditeurs (ceux qui éditent des choses vraiment intéressantes) - est déjà bien mal en point.
Cette info je la tire justement d'un éditeur qui fait son boulot depuis 1991 et qui souffre pas mal de la crise.

Dans le modèle économique d'un éditeur, comme pour beaucoup d'autres activités, les clients se répartissent en différentes catégories. Les plus "voraces" sont (en termes marketing) des "vaches à lait".
Dans une activité en difficulté, les vaches à lait sont le pilier central qui fait la différence entre survie et faillite.

Or la possible tentative d'Amazon cible particulièrement ces vaches à lait, qui seront attirées par la formule abonnement.
C'est donc le pilier central qui est attaqué.

Sous un autre angle de vue, celui du produit, ces produits sont également à classer en différentes catégories. Un éditeur type peut publier de nombreux livres "intellectuels" et "spécialisés", à perte, tandis que quelques titres commerciaux rentabilisent l'ensemble de l'activité.

La manoeuvre d'Amazon pourrait justement concerner ces produits commerciaux et leur lectorat : je pense qu'une bonne partie des lecteurs de livres commerciaux (style harry potter, dan brown) n'ont pas d'état d'âme particulier en ce qui concerne le support papier ou électronique, ils prendront ce qui est le plus avantageux.

Les éditeurs sont donc attaqués de deux côtés.

Concernant Facebook, le problème est qu'il s'agit d'un jeu vidéo partagé et non-anonyme. Une fois accro, on y reste, à moins de se faire violence à soi-même (et à ses amis).
Quand j'étais accro à un jeu en ligne, j'ai pu m'en dégager facilement car j'y étais anonyme, tant pis si les gens de là-bas se disent "c'est quoi ce sale lâcheur", ils ne savent quand même pas qui je suis.
Sur facebook, c'est bien plus délicat.

C'est plus qu'un jeu, c'est une drogue électronique.

Sinon, pour compléter le tableau, une application en pleine forme est "yo!"... ça vaut des millions et ça sert juste à envoyer "yo".
J'ai même lu un article défendant l'utilité de la chose...à le croire, on pourrait réduire tout le langage humain à "yo".
Bref, bulle internet....
@ RalphZ,

"La manoeuvre d'Amazon pourrait justement concerner ces produits commerciaux et leur lectorat : je pense qu'une bonne partie des lecteurs de livres commerciaux (style harry potter, dan brown) n'ont pas d'état d'âme particulier en ce qui concerne le support papier ou électronique, ils prendront ce qui est le plus avantageux."

Je ne sais pas. Je pense que beaucoup de personnes tiennent quand même encore au bon vrai livre, même s'il y en aura toujours qui opteront pour la facilité et/ou le moins cher au détriment de la qualité.

Je suis néanmoins convaincue qu'une grosse boîte, peu importe qui est derrière, ne pourra jamais totalement supplanter tous les éditeurs. Evidemment, les éditeurs devront s'adapter aux nouvelles donnes en trouvant de nouvelles stratégies.

A l'époque où le CD est sorti, on a dit et écrit que c'était la mort des LP, etc. Et pourtant, même s'il n'y en avait plus beaucoup, de petites entreprises de fabrication de LP ont résisté et maintenant il est de nouveau à la mode.

A l'époque de la sortie du BlueRay, on a dit qu'il supplanterait le CD classique et puis pareil avec la 3D, etc.

Je pense qu'il y aura toujours des "résistants". ;-)

A propos de pessimiste sur notre avenir,en France ,ressemblerait il dans un futur proche à la Grèce???.
si nous ne sortons pas de l'UE.

Je vous propose de découvrir une vidéo sur youtube,ecrivez:
"c'était comment la Grèce avant l'UE""" (adhésion de la Grèce 1er janvier 1981)
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
A ce propos, je ne résiste pas à partager avec vous ce savoureux dialogue entre Jean Gabin et un curé dans "Le tonnerre de Dieu", de Denys de la Pattelière (1965) :

Gabin : Moi j'vais vous dire, dans la crèche de Noël, hé ben j 'vois les 35 millions de morts de la dernière guerre et les 200 millions de la prochaine. C'est pas une colombe blanche qui est sorti de l'Arche de Noé, mais un vol de corbeau !

Le curé: Vous n'êtes pas optimiste mon fils...

Gabin (gros soupir): Primo, chuis pas vot' fils mon père. Z'cundo, un optimiste, c'est quelqu'un sans imagination alors que moi, oh j'en ai de l'imagination ! ... Surtout quand je suis rond comme aujourd'hui !!

Voilà pour le petit moment détente pas trop Hors-Sujet. (!)
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Les gens du FMI ont dû lire cet article et versent à présent dans le pessimisme : le FMI revoit les prévisions de croissance mondiale à la baisse de 0,3 %
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
" Il est temps que maintenant quelque chose soit fait. Toutefois, celui qui ose faire quelque chose doit être conscient que c'est bien en tant que traître qu'il entrera dans l'histoire. Cependant, s'il s'abstient d'agir, il serait alors un traître face à sa propre conscience." Von Stauffenberg

Je suis un peu en retard mais je voulais rendre un petit hommage au Colonel Stauffenberg. Il y a 70 ans, le 20 juillet 1944, lui et un groupe de résistants allemands avaient essayé de tuer Hitler.

Merci à toi Charles pour l'hommage que tu rends aux pompiers dans le Contrarien Matin. Il faut installer un détecteur de fumée chez soi car ce petit appareil peut vous sauver la vie.

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"pessimisme de la réflexion, de l'intelligence et optimisme de l'action, de la volonté", sinon on se tire une balle tout de suite. Quand aux chances de réussite, par exemple dans une opération chirurgicale, même si le pourcentage d'échec d'une technique est de 1%, pour celui qui trinque c'est du 100% et il n'est pas plus avancé de savoir que 99 autres ont guéri. Le pire n'est pas inéluctable, mais refuser de l'envisager est une faute. "La chance s'attrape par les cheveux mais elle est chauve."
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Un optimiste qui se trompe est plus sympathique qu'un pessimiste qui a raison ...
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink

...c' est avec des arguments d' une telle indigence qu' on mène les troupeaux de veaux... MEUUUUUUUUUHHHHHH !!!!...


Evaluer :   3  6Note :   -3
EmailPermalink

Qu'est-ce qui t'arrive, mon Fred ?
Je ne te reconnais plus !

Ce n'est pas un "argument",
c'est un mot d'esprit.

Tu as perdu cette salvatrice auto-dérision
qui faisait ta superbe, l'ami !

J'en suis profondément affecté
(sans ironie).

Ressaisis-toi, diable !

Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
Cher Charlie,

Comment se fait-il que vous, qui vous occupez d'économie, ne vous intéressiez-vous pas à d'autres moyens de management ou à d'autres idées nouvelles "dans l'air" ?

"Alors à vous tous mes chers amis, contrariens et pessimistes, en vérité je vous le dis, dans le monde qui s’annonce, seuls les pessimistes qui sauront anticiper survivront"

Déjà là, il s'agit d'une énorme erreur d'interprétation car dans les grandes catastrophes, SEULS SURVIVENT CEUX QUI ONT LES MEILLEURES CAPACITES D'ADAPTATION et non ceux qui se seraient éventuellement préparés par anticipation. Ces derniers n'auront juste que quelques jours, quelques mois de survie supplémentaires ou "d'avance" mais s'ils ne savent pas s'adapter/se réorienter, inventer d'autres recettes, bref s'adapter aux conditions qui surviennent, ils ne survivront pas longtemps. Qu'il s'agisse d'êtres vivants ou d'êtres fictifs comme des entreprises. Ce fait est avéré.

"et pour anticiper il n’y a plus de place pour l’optimisme béat que l’on nous sert à longueur de journée même s’il est très confortable d’y croire."

Là, il faut voir ce que vous entendez par "optimisme béat que l'on nous sert à longueur de journée". Car si d'un côté, l'économie et les choses peuvent ne pas paraître très roses, je vous l'accorde; de l'autre, il y a, parallèlement à cela, aussi plein de nouvelles idées pour une nouvelle société qui apparaissent, de nouveaux concepts très intéressants mis en place et qui font déjà leurs preuves, de nouvelles découvertes prometteuses qui font leur apparition.

Et il y a aussi des médias publics qui en font part, comme par exemple, sur la radio de la RTBF, l'émission "Utopia" sur la Première, de 15h à 16h en semaine; ou dans O Positif, même chaîne, de 11h à 12h toujours en semaine... J'imagine que dans votre grand pays qu'est la France, il doit bien exister des émissions semblables, non ?

Dans le dernier Nexus, j'ai lu un article très intéressant, faisant état de ces entreprises dites "libérées", concept théorisé par Isaac Getz et Brian M. Carney dans "Liberté & Cie" chez Fayard, appliquant "l'holarchie" comme la société Buurtzorg aux Pays-Bas ou comme le fait Jean-François Zobrist (cf. son livre "Management par la confiance"), patron de la fonderie Favi qui estimant que "le coût du contrôle est supérieur au coût total des déviances qui pourraient survenir en l'absence de contrôle" a supprimé les pointeuses, les managers et les systèmes de contrôle, etc. Voilà un modèle de société "horizontal" et non plus "vertical/pyramidal". J'ai trouvé cela génial ! Et en plus, CA MARCHE !

Ajoutez à cela, les nouvelles façons de se nourrir plus sainement "alimentation vive" ou régime "primal-paléo" dont on parle de plus en plus et dont les spécialistes expliquent pourquoi même ceux qui pensent mangent sainement se plantent joliment car ils ont été mal informés; les sites qui donnent des infos sur d'autres façons de se soigner et/ou de faire soi-même ses propres produits cosmétiques et/ou qui remettent les anciens produits de nettoyages, totalement inoffensifs, au goût du jour (vinaigre, cendre de bois, bicarbonate de soude, etc.).

L'erreur est de se situer dans l'un ou l'autre camp.

Je pense que le VERITABLE CONTRARIEN doit se trouver à l'intersection des choses et être dans le "réalisme" - et pas le réalisme socialiste soviétique, hein ! Ni même le réalisme socialiste français ! ;-) - c'est-à-dire en étant parfaitement lucide sur les choses comme les "pessimistes", tout EN SE TOURNANT VOLONTAIREMENT vers ce qui est POSITIF ou "optimisable/optimiste" dans/pour le futur.

Si on est un VERITABLE CONTRARIEN et que l'on veut ouvrir les yeux des gens, réveiller les consciences, certes il faut leur montrer les mensonges, mais il faut SURTOUT leur montrer l'existence de nouvelles pistes pour le futur et leur donner de l'espoir. Partager avec eux l'importance capitale de certaines nouvelles découvertes (comme l'effet de vibrations positives sur l'eau et donc sur le TOUT qui nous entoure car le TOUT contient énormément d'eau); les alternatives énergétiques, etc. Sans cela, ils n'auront pas envie d'écouter car s'il n'y a que pessimisme et désespoir, il n'y a plus de raison de vivre !

J'ai l'impression que, vous aussi, vous restez trop centré sur les infos des mass-médias qui n'annoncent que des mauvaises nouvelles ou ont fait du grand mensonge (insupportable et qui saute aux yeux) leur fond de commerce. Ne relayer que leurs infos ou rebondir sur celles-ci n'apporte absolument rien d'innovant.

Sortez un peu des sentiers battus et peut-être trouverez vous aussi de nouvelles pistes à explorer qui donnent de l'espoir. Ce dont les gens ont le plus besoin aujourd'hui, c'est d'ESPOIR !

Le monde n'est pas QUE peuplé de salauds et même s'ils veulent entraîner le monde par le fond, à ceux qui sont lucides de faire découvrir ces nouvelles idées et concepts qui permettront de rebondir.

;-)
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Phoenix 1,

Merci infiniment pour ce commentaire clair et lucide ,emprunt à la fois de réalisme et d'optimisme.
L'un n'excluant pas l'autre mais étant tout au contraire tout à fait complémentaire et encourageant.
Le réaliste pessimiste qui voit tout en noir et s'avoue déjà vaincu avant la fin de la bataille est à bannir car il montre des signes de grande faiblesses et de renoncements ,faisant de cet être humain un parfait esclave bien qu'il s'en défende.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink

@Phoenix

Je n'aurais pas mieux dit.

De temps en temps, tu as de bonnes tirades, Lolo.
Il faut le reconnaître...

Réserve-toi pour ce genre de prose,
c'est tout le bien que je te souhaite.



Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Y'a un bouquin sur le sujet : "Candide" je crois ; mais c'est un pavé .
Or à notre époque le gout de la lecture s'émousse ( qu'en termes élégants ces choses la sont dites ).
Version brève : Elle a une belle vie la dinde , bien nourrie , logée , protégée , pas trop malmenée . . . jusqu'au 24 décembre .
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
C'est l'illustration même des attitudes de Nivelle au Chemin des Dames où il ne prévoit pas de recueil des blessés vers l'arrière en cas d'échec de l'offensive, et, à l'inverse, de Pétain à plusieurs reprises dont la prise du Fort de la Malmaison , quelques mois après Craonne. On a reproché à ce dernier lors de son procès en 1945, son "pessimisme", alors que c'était une analyse lucide et froide de la situation du pays. Même en Juillet 1944, à 88 ans, en plein conseil des Ministres où il somnole, il ouvre soudain un œil au récit des imprudences des maquisards du Vercors et déclare : " il faut les prévenir. Ils vont de faire massacrer, Ils ne savent pas ce dont sont capables les Allemands." Fin juillet, c'est le drame et le massacre: les parachutistes sont les Allemands du Général Karl Pflaum venus de Dijon et non, les sauveurs venus d'Alger...
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink

Pétain où le réalisme...
Il fallait la placer, celle-là !!!


C'est bien ce que je disais...
(plus bas)

Evaluer :   1  7Note :   -6
EmailPermalink
Bouillot, il ne s'agit pas de "réalisme" mais de "pessimisme". Pour le reste, explique-toi ! Est ce que tu étais en juin 1940 , à marcher sur les routes , sans savoir où aller avec les seules femmes et enfants de la famille, les pères mobilisés étant on ne savait où, et le grand père diabétique qui va mourir 4 mois après, comme mon épouse lorraine ? Est ce que tu étais, comme moi, à coté de Mers el kebir, le 3 juillet 1940, où nos "amis anglais" ont massacré 1.500 marins à bord de bateaux désarmés, alors que les amiraux respectifs ( Gensoul et Sommerville) mangeaient ensemble, la veille, et où Pétain, lucide, a interdit un raid de représailles sur Gibraltar comme le préconisaient certains, dont, je crois, Darlan.
Facile de faire le "fier à bras" des décennies après, mais, comme m'a dit un jour un acteur de ces drames: " Dans ces périodes, le problème n'est pas de faire son devoir, mais de savoir où est son devoir ?"
Evaluer :   10  0Note :   10
EmailPermalink

Je ne pensais pas parler à un vieillard de 90 ans...

Il n'empêche que je repose ma question :
Pétain, pessimiste en 40 ?

Doit-on, lors, louer ce pessimisme ?
(puisque c'est la question du jour)


Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Le Pétain de 1940, c'est celui de 14-18: c'est un paysan, les pieds dans la glèbe, à l'inverse de De Gaulle qui est un urbain intellectuel pur. Il sait que "le feu tue", alors que l'Etat Major a pour devise en 1914: " Attaquons ...comme la lune". Il est proche du soldat et voit en 1916, depuis le porche de la mairie de Souilly, monter les régiments à pied, vers Verdun et redescendre décimés d'une des 3 ou 4 plus grandes batailles de tous les temps. Il sait que la France ne pourra pas supporter une nouvelle saignée et n'a qu'un objectif en 1917 comme en 1940: attendre l'arrivée des USA qui seuls ont la capacité de bloquer la machine de guerre allemande. N'oublions pas qu'il a vu l'invasion allemande de 1870. Il avait 14 ans.
Il y a une étonnante similitude entre le conflit de 1870 et celui de 1940: même attaque remarquablement menée du coté allemand, mêmes erreurs du commandement et même anarchie du coté français, même différence d'analyse entre Thiers ( pessimiste ?) partisan de négocier, dès la catastrophe de Sedan et la reddition de Bazaine, pour sauver ce qui est sauvable, et Gambetta jusque boutiste ( optimiste ?) qui nous mènera au siège de Paris et à sa conséquence dramatique: la Commune , la perte d'une grande partie de l'Est , 20 % de notre industrie métallurgique, et une sanction énorme: 5 milliards de Frs -or à payer en 3 ans !.
Pétain, ambassadeur à Madrid en 1940, sait tout cela. Franco qui a lui aussi tout compris, lui conseille de rester et de laisser le Parlement du Front Popu gérer la défaite. Le paysan réagit en paysan, alors qu'il sait qu'il a tout à y perdre: il l'a dit à Joseph Barthelemy son ministre de la Justice. La suite, chacun la connait et réagit selon son tempérament. La zone libre jusqu'en novembre 1942, les Colonies et surtout l'AFN non envahies, un gauleiter évité, notre réserve -or totalement intacte jusqu'à la libération d'un coté. L'autre coté est connu.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
La blague à deux balles des années 40 :
Tandis que le maréchal Pétain lit, la maréchale Pétain coud.
Elle est niaise, mais elle fut très populaire, et aujourd'hui elle a un air rétro.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink

Personnellement, j' ai énormément de respect pour la mémoire du Maréchal.
Evaluer :   3  5Note :   -2
EmailPermalink

En 40 aussi il était réaliste ?!

Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
Quelle que soit la politique que nous commandent les circonstances, nous avons le devoir de développer au maximum nos forces militaires, terrestres, maritimes, et aériennes ; la force assure l'indépendance, attire les alliances et maintient l'amitié.
A l'intérieur, la santé physique et morale du peuple français, certainement ébranlée, réclame des réformes importantes Mais le législateur devra se rappeler cette maxime de Rivarol: " Lorsque l'Etat ruine la famille, la famille se venge en entraînant dans sa ruine celle de l'Etat" La famille est une cellule essentielle qui doit être non seulement préservée, mais soutenue et magnifiée. Si les lois l'avait défendue avec soin, avaient assuré sa vie moral et matérielle, le déséquilibre social qui sévit à l'heure actuelle n'aurait pas pris d'inquiétante proportion. Il faut donner aux sept millions de famille qui composent notre pays le moyen de vivre honorablement en laissant à chacune d'elles une marge d'espérance et une possibilité de progrès. Bien des injustices, bien des amertumes seraient ainsi évitées.
Philippe PETAIN 1936 (Actes et Ecrits page 432 Flammarion éditeur )
Et vous en 40 vous seriez parti pour Alger après avoir jeté votre fusil ?
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Parti pour Alger en jetant son fusil ? Vous voulez dire à Londres dans l'avion du général Spears... car à Alger, Weygand préparait déjà l'Armée d'Afrique à la revanche. C'est elle qui a bloqué en décembre 1942, sur la Dorsale tunisienne, les Allemands débarqués d'urgence à Tunis, le 9 novembre 1942, alors que les US commençaient à lâcher prise, en janvier et février 1943, Medjez el Bab, Kasserine face aux coups de boutoir de Von Arnim ( comme à Bastogne en décembre 1944) .
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Pardon, c'est exacte, mais je voulais parler de "fusil politique" le gouvernement Dalladier en partance... Pétain lui reste etc...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Non cocosec, ce n'est pas Daladier "le chef du gouvernement" qui fuit. C'est Paul Reynaud qui effectivement part en voiture vers le sud, après avoir cédé son pouvoir à Pétain, avec sa maitresse la Comtesse de Portes. Accident de voiture, où Paul Reynaud s'en sort mais sa conseillère est tuée. Daladier , lui, embarquera sur le Massilia avec d'autres hommes politiques dont Mendes-France et Jean Zay, mais sera arrêté au Maroc et ramené en France pour le procès de Riom qui se termina en eau de boudin.
Daladier, c'était le "taureau du Vaucluse". Comme beaucoup, il avait été profondément marqué par la guerre de 14 qu'il avait faite, et il ne voulait pas d'une nouvelle boucherie. D'où Munich ( 30 septembre 1938) qu'on lui a tant reproché, alors qu'on aurait dû saisir ce répit pour s'armer à outrance et mobiliser l'opinion.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Autant pour moi, Reynaud bien sur, va falloir que je révise mes classiques... toujours est t' il qu'ils prenaient le même chemin !
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink

Toi que je voyais, brave,
crier "Sus à l'envahisseur !"
(quel qu'il soit),
je suis déçu.

Un bon pessimiste se doit de :
" 1. Détecter les failles
2. Anticiper le pire
3. Bâtir des plans B… et C
4. Évaluer ses marges de manœuvre
5. Aiguiser sa faculté de discernement"
Très bien mais il faut une grosse dose optimisme pour l 'avenir ou sinon à quoi bon réaliser les 5 vertus ;)
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Il s'agit d'un pessimisme relatif : pessimiste en comparaison avec l'optimiste béat (si l'auteur prend le soin d'ajouter "béat" à "optimiste" c'est pour éviter les généralisations trop faciles ; non, tous les optimistes ne sont pas des aveugles naïfs, certains voient une partie des problèmes du monde mais pensent que ça va quand même s'arranger, tandis que l'optimiste béat ne voit pas / refuse de voir / lesdits problèmes pour ne se concentrer que sur ce qui est bien -- ceci me fait penser à une amie qui est incapable de dire combien de fois elle tombe malade par an, parce qu'elle vit ça comme une expérience négative et l'efface de sa mémoire...)

Ici on pourrait parler de "pessimiste réaliste", par opposition à "pessimiste bouché".
Le pessimiste bouché ne voit que le mal et pense que l'avenir ne lui réserve rien de bon. A partir de là, il peut soit tomber dans la criminalité cynique, ou tout simplement se suicider (phénomène en forte augmentation depuis 2008, mais assez peu médiatisé).

Le pessimiste réaliste l'est par la force des choses. Il a néanmoins une nature optimiste en cela que - en son fort intérieur - il reste convaincu qu'à la fin il pourra s'en sortir, que ce qu'il souffre maintenant sera compensé plus tard.

Un vrai optimiste béat ne vit que dans une bulle de présent. Par exemple, il refuse toute souffrance car c'est une chose négative (d'où notre culture de l'anti-douleur).
Le pessimiste réaliste accepte sa souffrance, il peut même la cultiver, voire inconsciemment la provoquer, car il pense que ça le rendra plus fort à l'avenir, le préparera à affronter le cataclysme à venir, ou lui donnera d'autres avantages.

On peut développer une théorie avec cela, mais c'est à critiquer et peaufiner.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink

Pourquoi toujours accoler l'adjectif "béat" à Optimisme ?!

Intellectuellement, ce n'est pas très honnête
d'user de ce type de vil procédé
pour tronquer le raisonnement.

L'Optimisme peut être une philosophie, un choix idéel
dans sa façon propre d'appréhender la Vie
(voire le philosophe Alain).

L'Optimisme est aussi un état d'esprit qui se cultive,
demande une rigueur de la Pensée
qui va bien au-delà de cette vision caricaturale
estampillée "béat" par le delirium sinistrosium.

Un "béat" n'est ni optimiste ni pessimiste.
Il est béat, c'est tout.

L'artifice qui consiste à associer l'optimiste à un idiot
relève d'une fallacieuse manipulation de concept.

Que vous soyez pessimiste, grand bien vous en fasse !
... Mais ne venez pas, par un insidieux glissement notionnel
baver sur ceux qui ne partagent pas votre morosité.

Merde à la fin !
Charles, quand je disais que tu étais en train de faiblir de la jugeote,
je ne me gourais pas.
Ce genre d'articles est totalement inepte et, de surcroit,
présente un défaut majeur : il DIVISE.

C'est, mon cher Charles, ce que tu fais depuis un certain temps déjà
dans tes articles : tu DIVISES.

Il n'y a qu'à voir les empoignades rhétoriques
qui suivent chacun de tes articles.

"Diviser pour mieux régner" :
c'est ce que font ceux qui nous gouvernent
pour s'assurer qu'il n'y aura pas de cohésion à la base.

En ce sens, tes articles à polémiques inutiles (et souvent bien superficielles)
oeuvrent dans le sens de ceux sur lesquels
tu tombes régulièrement à bras raccourci :
DIVISER les gens sur des broutilles.

Alors on peut légitimement se poser la question
sur les raisons d'être de cette démarche.

Là, par exemple, c'est d'une incommensurable bêtise intellectuelle
que de chercher à opposer les pessimistes et les optimistes.
En outre, ça ne sert à rien.
C'est du vent.
Un écran de fumée.

Rajouter du manichéisme là où il y en a déjà tellement
que la réflexion et le raisonnement perdent en pertinence,
je trouve cela impardonnable de la part d'un être pensant.

Le manichéisme est la plaie de l'esprit.
La plaie du monde.
En remettre une couche en opposant pessimistes et optimistes,
c'est d'une inconscience crasse car, en la circonstance,
c'est oublier que si les choses devaient mal tourner
- comme vous ne cessez de l'annoncer en vain depuis des années -
il vaudrait mieux, en tout cas, être fédérateur
plutôt que d'exacerber les scissions comme ci fait.

... Sinon vous n'irez pas bien loin,
dans votre reconstruction d'un monde nouveau.

Ferez-vous mieux que l'actuel ?
J'en doute, quand je vois que les mêmes vices humains
sont là, en latence, avec la même acuité.

... Comme quoi on peut être optimiste et LUCIDE !
(et beaucoup plus réaliste que vous ne l'êtes parfois dans votre pessimisme,
où vous partez quelquefois dans des spéculations totalement délirantes,
bien loin du simple bon-sens et de la Raison).

Etre optimiste, en l'occurrence,
peut AUSSI être une façon de ne pas perdre les pédales
(car, dans votre pessimisme aigu, vous les perdez parfois :
je pense qu'il est superflu d'étayer ce constat,
tant les exemples sont nombreux
pour qui veut se donner la peine de les voir objectivement).

L'optimisme, en ce sens, permet de
"garder les pieds sur terre",
sans trop débloquer de la calebasse.


A méditer
(avant de flécher de rouge
pour la meute en délire)




Evaluer :   3  7Note :   -4
EmailPermalink
Toujours aussi grincheux le père Bouillot :)
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink

... Comme quoi les optimistes ne sont pas toujours "béats".

Evaluer :   2  5Note :   -3
EmailPermalink

Et la meute toujours aussi prévisible.

merci mon cher Charles pour cet article .A avoir tellement les yeux ouverts sur la crue realité,je pensais etre le dernier des co... mais j'observe ne pas etre le seul ! je m'en tiens toujours au suivant dicton: un homme averti en vaut 2 ,mais un homme preparé en vaut 4 !
Depuis l'Argentine , terre d'accueil et généreuse, je te salue comme un frere d'ame !!
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
excellent article ! merci Monsieur SANNAT
Evaluer :   5  3Note :   2
EmailPermalink
A ce propos, j'ai été témoin d'un petit incident, énorme coïncidence, hier soir.

A un feu rouge, sur les bandes qui tournent à droite, je laisse passer une voiture qui désire se déporter vers la gauche (pour continuer tout droit après). La voiture se présente de biais, presque devant une autre, voulant tourner à droite. Je remarque que cette deuxième voiture a une plaque grecque... je me dis "ohlà, il ne va jamais le laisser passer, celui qui veut se déporter devrait faire attention - mais de son point de vue il ne peut pas voir que c'est un grec".
Le feu passe au vert, et les deux voitures avancent en même temps, le grec fait forcing pour passer d'abord, ils s'évitent pour quelques centimètres et la première voiture s'arrête net pour éviter un accident.

Pessimisme de ma part ? Racisme anti-grec ? Non, juste réalisme, tout le monde sait comment les grecs roulent en voiture (quand il leur reste de l'essence).

Et pour ajouter du piment à la coïncidence, la plaque de la voiture Belge comportait les lettres "GER".
Cocasse non ?

"pessimiste" est juste une défense de l'optimiste qui a peur d'être déstabilisé quand on le confronte aux défauts qu'il ne veut pas voir.

Un jour j'ai connu une fille, étudiante en programmation informatique, elle m'avait raconté que avant elle réfléchissait toujours à beaucoup de choses, mais que ça la rendait folle, alors elle avait décidé d'arrêter de réfléchir, et juste de vivre et se concentrer sur ses études.
(encore une situation cocasse, elle est d'origine syrienne et disait ne rien vouloir savoir de ce pays et même de toute la zone... à l'époque c'était encore relativement stable en syrie. Ca fait genre "je ne veux rien savoir, tout ira bien"... )
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink

votre anecdote ne me surprend pas : il est fort probable que ces 2 automobilistes se prénomment Oedipe et Laïos
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
@ S-B (au féminin)
Ahhhh, un peu de culture entre 2 récessions et la future hausse du Silver.
Si ma mémoire est bonne Laïos avait forcé la priorité à Oedipe (pas de caméras de vidéosuveillance à l'époque pour confirmer) et lui avait roulé sur les arpions. De colère il lui a foutu sur la tronche et l'a occis. Pas besoin de faire une manif autorisée ou pas, ni même de passer par une assos' subventionnée en douce par la Perse le problème a été résolu séance tenante... N'empêche, si on lui avait dit qu'il venait de dessouder son vieux, il n'aurait peut-être pas été d'un optimisme béat.
PS.... Ma conception de la mythologie n'engage que moi....!!!
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink

"la future hausse du Silver"

Mais... Ne serait-ce pas de l'optimisme "béat", ça ?


Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Etre réaliste conduit à 2 constatations.
Soit ça roule et tout est bien, soit ça part en quenouille et on va au crash si on s'entête.
Nous sommes dans le second cas de figure. Pas de quoi se prendre la tête à 2 mains et se couvrir de cendres ! Faut être lucide et préparer les canots de sauvetage calmement. Dans l'urgence ce sera trop tard.
Evaluer :   9  0Note :   9
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
@ RalphZ, "La manoeuvre d'Amazon pourrait justement concerner ces produits commerciaux et leur lectorat : je pense qu'une bonne partie des lecteurs de livres commerciaux (style harry potter, dan brown) n'ont pas d'état d'âme particulier en ce qui concer  Lire la suite
Phoenix1 - 25/07/2014 à 13:51 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX