Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Les fondements de la hausse du prix de l’or II. Un système monétaire voué à l’échec

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 23 avril 2009
542 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 17 votes, 3,9/5 ) , 7 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
7
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Université de l'or




(…La création monétaire, vraie définition de l’inflation)


De nos jours, les banques centrales (les agents du gouvernement disposant du monopole d'émission de la monnaie) produisent volontiers presque n'importe quelle quantité de crédit et de monnaie demandée par les acteurs de marché aussi longtemps que l'inflation des prix de consommation ne s'éloignent pas trop du niveau d’alerte abordé précédemment. Cependant, du point de vue des économistes autrichiens, une telle politique monétaire est inflationniste.


L'inflation est pourtant demeurée invisible pour la majorité des gens.


Ces dernières années, la forte augmentation de la quantité de crédit et de monnaie a entraîné une forte inflation des prix des actions, des valeurs immobilières, etc. et, de façon bien moindre certes, entraîné une augmentation des prix à la consommation. Pour empirer les choses, l'augmentation du prix des actifs consécutive à l’augmentation de la quantité de monnaie  a été largement saluée comme un “effet de richesse”, « un marché haussier «  des actions et de l’immobilier accueilli comme un bienfait pour la production et l'emploi.


Au même titre que la hausse des prix consommation traditionnelle, on peut s'attendre à ce que la hausse du prix des actifs encourage une mauvaise allocation des ressources, entraînant des investissements inutiles. Pire encore, un “boom” de l'inflation ne peut être soutenu qu'à la condition que les effets stimulants illusoires provoqués par l'inflation demeurent. Si l'inflation ralentit, ce “boom” va tôt ou tard s'effondrer.


Les économistes autrichiens considèrent que cette augmentation obstinée de la quantité de crédit et de monnaie est au cœur de ce “boom” crée par l'inflation : la hausse des prix des actifs n'en est que le symptôme. Par conséquent, sitôt que cette augmentation du crédit et de la monnaie va commencer à ralentir, les économistes autrichiens prédisent l'arrivée d'une phase de récession, voire même de déflation.


Cependant, ce sont ces phases de récession et de déflation – très coûteuses en termes de diminution de la production et de pertes d'emploi – qui constituent les processus d'ajustement nécessaires au retour de l'économie à un équilibre obtenu par les changements des prix relatifs.


Il n'est pas difficile de prévoir que les banques centrales contrôlées par les gouvernement, au moment de décider entre le fait de garder le contrôle de l'inflation ou d'éviter toute récession, risquent très probablement de faire le choix de la croissance, quoi qu'il arrive, même si cela signifie une baisse du pouvoir d'achat de la monnaie.


Une fois que la crise, ou que l'angoisse qu'une telle crise se produise, devient manifeste, le public exige des taux d'intérêts encore plus bas et davantage de crédit et de monnaie. De bas taux d’intérêt et le crédit facile sont largement perçus comme la recette magique permettant d'éviter et récession et déflation. Il est donc peu probable que les banques centrales s'opposent à la satisfaction de ce genre de demandes.


Et ce, d'autant plus que les économistes tenants de la théorie dominante considèrent l'abaissement des taux d'intérêt – quels que soient les effets d'une telle politique sur la quantité de crédit et de monnaie – comme la bonne politique à mener aussi longtemps que l'inflation des prix de consommation reste à un “niveau acceptable”.


(… à suivre)



Thorsten Polleit



Thorsten Polleit est professeur honoraire à l’Ecole de Finance et de Management de Frankfort




<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,9 (17 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Le contexte économique, social et politique que nous connaissons dans le monde ces temps-ci me ramène systématiquement à la phrase suivante : "Et quand l'influence de l'ignorance devient prépondérante, les ténèbres, l'inertie, la folie et l'illusion apparaissent.", Bhagavad Gita

Et pourtant, ce texte a été rédigé entre le 5ème et le 1er siècle avant J.C. ;-)
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Chère Lolo27, Avant J.C. , la loi de causalité régissait, comme toujours, l' Univers matériel et immatériel : aucune cause sans effet, aucun effet sans cause(s).
A ce propos, et puisque vous nous avez menés en Inde, restons-y pour aborder la magnifique légende Boudhiste du grand prêtre et de la petite chèvre.

Il était une fois un grand prêtre qui s'apprêtait à sacrifier une petite chèvre. Il élève son grand coutelas, prêt à frapper, lorsque la petite chèvre se met à rire.
Stupéfait, le grand prêtre suspend son geste et demande à la petite chèvre la raison de sa joie. " Hé bien, voilà, grand prêtre, je suis paradoxalement heureuse car ton geste va mettre fin à une épouvantable série de réincarnations que je viens de vivre en tant que chèvre sacrificielle. Tu vas me libérer de cette horrible fatalité.
" A ton aise " lui répond le grand prêtre nullement perturbé, et il élève à nouveau son grand coutelas, alors la petite chèvre se met à pleurer.
Re-stupéfait, le grand prêtre suspend à nouveau son fatal geste et demande à la petite chèvre pourquoi, elle qui était joyeuse de sa prochaine libération, change d'avis.
" Ce n'est pas sur moi que je pleure, grand prêtre, mais sur toi " . " Et pourquoi donc ? " . " Parce qu'avant cette épouvantable série de réincarnations en tant que chèvre sacrificielle, j'étais moi-même grand prêtre et avais sacrifié beaucoup, beaucoup de petites chèvres. "

A partir de cette possibilité, qui peut se permettre d'affirmer que la Justice n'existe pas ?
La loi de causalité, jointe à ma soif, m'amène à être convaincu que si .

Et puis il y a le bon sens, si bien illustré par ce petit quatrain ciselé par Voltaire sur son lit de Mort :

L'Univers m'interroge
et je ne puis songer
que marche cette horloge
et n'ait point d'Horloger.


Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
A Philvar- Je pense que votre propos n'aurait pas dû être écrit. Car si Mises, Bastiat l'inflation, la déflation, la monnaie,... sont de l'histoire ancienne, il vous faut vous abstenir d'être idiot devant tout le monde. Que le billet ait été écrit en avril 2009 je le trouve au contraire très actuel et je pourrais m'avancer que tant que les hommes tripoteront la monnaie nous seront confrontés à la hausse des prix. D'ailleurs Milton Friedman disait"l'inflation n'est que monétaire" mais c'est sûrement suranné!!!
Je ne cherche pas à entretenir un échange. C'est un fait, c'est tout.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
La création monétaire est un facteur de l'inflation. Ce n'est pas le seul.

Je pense qu'il faut bien retenir de ce texte que le mal a été fait.

"Par conséquent, sitôt que cette augmentation du crédit et de la monnaie va commencer à ralentir, les économistes autrichiens prédisent l'arrivée d'une phase de récession, voire même de déflation" et que "ces phases de récession et de déflation" sont "très coûteuses en termes de diminution de la production et de pertes d'emploi"

Après de savoir si les "phases de récession et de déflation" "constituent les processus d'ajustement nécessaires au retour de l'économie à un équilibre obtenu par les changements des prix relatifs".

Je pense que l'auteur ne se perçoit pas comme la variable d'ajustement. Le jour où il perd ce qu'il a, il prend en compte que derriere les ajustement, il y a des hommes, des femmes et des enfants.



Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Avril 2009 ! De l'histoire ancienne ! Sans intérêt car très largement dépassé.
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
Les banques centrales sont-elles vraiment contrôlées par les gouvernements?

Thierry
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Si le souverain délègue son pouvoir à un tiers, en se privant de la possibilité de le contrôler, ce dernier devient le souverain.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Chère Lolo27, Avant J.C. , la loi de causalité régissait, comme toujours, l' Univers matériel et immatériel : aucune cause sans effet, aucun effet sans cause(s). A ce propos, et puisque vous nous avez menés en Inde, restons-y pour aborder la magni  Lire la suite
LOUIS L. - 03/05/2012 à 13:39 GMT
Note :  2  0
Top articles
Derniers Commentaires
L'illusion de la gratuité
19:43zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19:38zelectron
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Grâce aux taxes, la France s’appauvrit sans souci
07 nov.Bernard Conte
Le gouvernement "force" la consommation notamment par la norme. https://blog-conte.blogspot.com/2018/11/forcer-la-consommation-par-la-norme.html
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX