Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les indicateurs sont au rouge. Le gouvernement s’obstine à augmenter les impôts.

IMG Auteur
Publié le 09 septembre 2013
1077 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 31 votes, 4,8/5 ) , 21 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
21
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Billets d'Humeur

Nous sommes en Juin 2013. François Hollande, apparemment président de la République et qui marchait à tâtons depuis plusieurs mois, entrevoit de la lumière et s’exclame : « La crise de la zone euro est derrière nous ! ». Stupéfaction chez les Français, qui n’avaient rien remarqué. Étonnement dans l’opposition qui ne s’y était pas préparée. Surprise étouffée chez la majorité, qui n’était pas au courant non plus. Septembre 2013 : la crise était derrière nous et nous nous sommes retournés, pour voir. Elle a bondi.

Les signes s’accumulent depuis un moment. Le président François, résigné, les sourcils froncés sur son visage buriné par les ans et le rude contact permanent avec le réel, sait que la partie sera rude, qu’il y aura des cris et des grincements de dents. Il nous a promis, à tous, du sang et des larmes, et, dans la franchise de son discours, dans la fermeté de ses paroles exemptes de la moindre hésitation, dans la solidité de ses arguments, chacun a su trouver en lui le roc qui servira d’amarre à la République pendant ces temps d’ouragans.

Mhm, non, décidément, Hollande en homme à poigne, guidant son peuple au travers des tempêtes, ça ne le fait pas. Ses récents déboires photographiques (qui s’empilent sur une déjà très longue liste de précédents clichés qu’on qualifiera pudiquement d’alternatifs) ajoutent un caractère délicieusement fantaisiste au personnage dont l’assurance et la fermeté n’ont jamais été la marque de fabrique.

24hGold - Les indicateurs sont...

Mais plus sérieusement, on se demande comment lui et son gouvernement vont continuer à camoufler les indicateurs désastreux qui s’accumulent actuellement ; on ne peut pas tout miser sur les blagounettes, les petites fautes d’orthographe ou d’inattention dans les papiers officiels et des opérations militaires coûteuses pour occuper la galerie : ça ne marche qu’un moment.

Parce que pendant ce temps là, on observe par exemple une baisse des immatriculations de véhicules en France. En fait, lorsqu’on lit que le nombre d’immatriculation a baissé de plus de 10% en août, renvoyant ce mois d’août dans les plus mauvais depuis 1997, on peut parler de dégringolade, avec une descente aux enfers bien marquée pour PSA Citroën qui encaisse plus de 17% de baisse à lui tout seul. Même si le mois d’août n’est guère propice à l’achat de voiture, ces chiffres étant comparés aux mois d’août des précédentes années, on a bien du mal à n’y pas voir une belle gamelle que n’explique pas seulement la disparition de la prime à la casse.

De la même façon, on note que les salaires des cadres n’augmentent plus. Oh, en soi, cela ne semble absolument pas gênant puisqu’on parle ici de professions qui sont, en moyenne, relativement aisées, et qu’on n’hésite pas à mettre dans les classes moyennes (voire riches lorsqu’on s’appelle François Hollande). Mais l’absence de progression chez ces catégories professionnelles indique un tassement voire des réductions dans toutes les catégories inférieures. Elle indique aussi une perte de latitude des entreprises qui les emploient, une érosion des marges, voire des chiffres d’affaire.

24hGold - Les indicateurs sont...

Perte de marges qui s’observe aussi dans la compétitivité française : celle-ci a rapidement dégringolé de la 18ème place en 2011 à la 23ème place cette année, reculant encore de deux place depuis l’année dernière. Cette descente s’explique, selon l’enquête du World Economic Forum, par le fait qu’« entreprendre dans le pays est rendu difficile par les règles restrictives du marché du travail et les taux d’imposition, suivis par les règles fiscales ». Vraiment, la surprise est de taille, n’est-ce pas ?

À ces éléments déjà pas jolis jolis, on peut ajouter le chiffre de la production manufacturière qui repart partout en zone Euro, sauf en France. Flûte et zut. Quant au chômage, tous calculs faits, il continue bien d’augmenter (eh oui : c’est la surprise de la rentrée, l’infléchissement de la courbe n’a toujours pas eu lieu). On admirera au passage l’ensablement presque compulsif des têtes de notre presse française qui s’obstine à commenter sur la baisse (assez bidon) du chômage des jeunes, ce qui leur permet de décrire avec moult détails l’arbre du chômage des moins de 25 ans en oubliant commodément la forêt des demandeurs d’emplois qui elle continue de pousser, inexorablement.

Ce petit côté « Oups, pas de chance ! » qui semble s’acharner sur les gesticulations des gouvernements français ne doit en réalité pas grand-chose au hasard.

La tendance est là, depuis des années. L’accélération récente n’est finalement que le résultat d’une conjonction de facteurs qui se synchronisent malheureusement les uns avec les autres pour aboutir à ce marasme exceptionnel : des ministres absolument incompétents, un dogmatisme qui dégouline d’un bout à l’autre de la machine étatique, une obstination crétine à analyser le problème en terme de manque de lois, de règlements ou d’intervention étatique, la croyance naïve et répétée que la France serait un cas particulier, un paradoxe qui mérite un traitement différent, le vieillissement d’une population qui s’arc-boute sur des privilèges acquis par une redistribution inefficace et la spoliation plus ou moins comprise des générations futures, tous ces éléments s’additionnent pour entraîner le pays, sa population, ses institutions et ses gouvernants dans un cercle vicieux dont rien ne semble pouvoir les sortir.

24hGold - Les indicateurs sont...

Et si je parle de cercle vicieux, d’obstination maladive à toujours appliquer les solutions déjà tentées, déjà foirées, ce n’est pas par malice de libéral regardant, aussi consterné qu’amusé, les contorsions des ministres tentant d’éviter un énième échec, mais c’est simplement parce que c’est bien de ça qu’il s’agit : devant ces indicateurs catastrophiques et l’amoncellement de problèmes dont pas mal d’éléments indiquent qu’ils sont le résultat direct des politiques lamentables menées ces derniers mois, que fait le gouvernement ?

Il remet les couverts !

Comprenant qu’il ne peut pas annoncer une nouvelle giboulée d’impôts, il explique doctement qu’il va ralentir la saucée : il y aura, selon Cazeneuve, beaucoup moins que six milliards de nouveaux impôts en 2014. On se demande quelle partie de « Baisser les impôts » ces frétillants bivalves ne comprennent pas. On s’interroge : savent-ils seulement que l’unique méthode pour relancer l’économie, la seule prouvée, efficace, qui fonctionne, partout, c’est de baisser les dépenses de l’État ? On voit que non.

Pour eux, un seul robinet : celui des taxes. Un seul levier : celui des impôts. Et c’est ainsi qu’on voit des niches disparaître, des taxes fleurir, la répression fiscale se mettre en place.

Et lorsque le peuple commence à grogner, que fait le gouvernement ?

Il distribue des petits bonbons.


Source : h16free.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,8 (31 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
où s’arrêteront-ils ? Trop fort ces socialistes : quand y'en a plus, y'en a encore :-)
http://www.huffingtonpost.fr/2013/09/11/impot-ebe-excedent-brut-exploitation-entreprises-patrons-cazeneuve-buget-2014_n_3905526.html
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Rien ne les arrêtera.
sauf leur propre décès ?
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Et pourquoi s'arrêteraient-ils ? A chaque élection nous abandons nos devoirs et donc nos droits. Ceux qui élisent des représentants n'ont AUCUN droit de se plaindre de ce qu'il leur arrive. Aucun. Ils ont par ce simple geste sacrifié leur liberté pour un peu de sécurité/confort qu'on leur a promis. Ils n'auront ni l'un ni l'autre.

Il n'y a que le jour où les urnes d'élection brûleront que les règles changeront.

Mais alors les hommes devront retrousser leur manches, réfléchir à ce qu'il doit être fait pour tendre vers un monde en cohérence avec des valeurs honorables et savoir qu'aller dans ce sens demandera en permanence en contrepartie de l'énergie et du courage.

C'est pas gagné ...
Evaluer :   7  3Note :   4
EmailPermalink
Exact, à bas les gouvernements représentatifs et vive la démocratie !!
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
L'analyse de la démocratie par Aaron Russo était particulièrement juste, à partir de 16:09.

http://www.dailymotion.com/video/xo3eem
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Il a tout faux, dans une république c'est les 1% les plus riches qui font écrire les lois (humaines). Et les lois humaines ça sert à une SEULE chose : priver les gens qui en sont la cible de leurs droits. Une loi humaine ça sert à contrôler/enchainer ceux qui en font l'objet et à privilégier ceux qui peuvent s'y soustraire. C'est une constante universelle.
Plus il y a de lois et moins il y a de droits (et la liberté étant l'étendue de nos droits, plus il y a de lois et moins on a de liberté, enfin pour ceux qui y sont soumis c'est à dire 99% des gens).

L'élection c'est le règne du pognon et du mensonge.

Au passage, cherchez les vidéos qui descendent en flèche alex jones simplement en rappelant toutes les affirmations prophétiques qu'il a pu faire, vous allez bien rigoler. Ce gars joue le rôle de Emmanuel Goldstein aux US. Chez nous on en a plein comme ça, plus ou moins officiels.
Evaluer :   1  5Note :   -4
EmailPermalink
Je sais qui a à savoir sur ce Jones, qui me vaudrait au moins 9 flèches rouges si j'en parlais, c'était surtout russo que j'ai apprécié :P

parce qu'il raconte des histoires et que vous aimez ça ?
Evaluer :   0  5Note :   -5
EmailPermalink
Oui je l'écoute pour me réveiller, tandis que certains n'en ont pas besoin pour s'endormir, allez, bonne nuit.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
ça dort debout votre explication là ...
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Dites simplement que vous n'en comprenez pas le sens.
Faites comme pour le récit de russo, bouchez-vous les oreilles et passez à autre chose.
lol, aussi bien avec vous qu'avec russo, non seulement j'en comprend le sens et les idées, mais au lieu de perdre du temps à expliquer pourquoi c'est du n'importe quoi (il y a pleiiiiiiiin d'information sur le net donc je vais pas réinventer la roue) je préfère jouer avec.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
En même temps, vous ne dites toujours pas ce que vous concidérz comme étant du "n'importe quoi".

c'est juste écrit plus haut. mais faut savoir lire c'est vrai.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Vous n'avez toujours pas compris que moi je parle de Russo et non de Jones.
Si je sais pas lire, vous, vous avez perdu la vue.

Bref, discution sans intérêt.
Et vous faites semblant de ne pas comprendre que Russo raconte n'importe quoi, vous aimez les contes de fées etc.
Russo fais le beau et Jones fais son beurre.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
oui il raconte n'importe quoi, parce que vous le dites, logique implacable, pendant ce temps là vous n'avez rien entre les mains pour contredire ses fameuses histoires, pauvre type, retournez devant votre téloche, c'est tout ce que votre cerveau est capable de gérer.
Il se plaint que dans une démocratie 51% imposent leur idée à 49% de la population alors qu'il prone la république où 1% impose (sans même voter, ils gagnent à tous les coups vu qu'ils contrôlent les politiques) au 99% restant. Un choix particulièrement pertinent n'est-ce pas ? Et tout le reste est à l'avenant (NWO etc). Jones l'a pas choisi pour rien, c'est un affabulateur et un troll.

je n'ai jamais eu de télé, mais je sais réfléchir et lire (parce que ce que je viens de dire je l'ai dit plus au dessus, si si, apprenez à lire au lieu de regarder la télé justement. ça sert ;) )
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
La France fait toujours la même surface et se situe toujours à la même latitude. Pourtant il y a des choses qui ont évolué. Les improductifs ont réussi à confisquer la force vitale du pays. En bref, à l'époque de de Gaulle, même si tout n'était pas parfait, on pouvait encore être fiers d'être français. Là, on commence à raser les murs. Quand on aura été faire les kakous en Syrie et qu'on y aura laissé une paire d'avions de combat, on pourra commencer très sérieusement à sortir les mouchoirs.
Evaluer :   9  0Note :   9
EmailPermalink
Et pourtant l'insécurité n'arrête pas de monter . Mais que font-ils ?

Vous n’avez pas été cambriolé ? Patience, ça va venir…

Le 7 septembre 2013
Marie
Delarue
Ecrivain, musicienne, plasticienne.

On pousse un ouf de soulagement lorsque, rentrant de vacances, on trouve encore l’appartement intact derrière la porte close. Chaque année, le cercle des amis et de la famille ayant eu à subir un cambriolage plus ou moins traumatisant s’agrandit, si bien qu’on se dit que, statistiquement, on est le suivant sur la liste.

Vendredi dernier, la grand-messe du soir –
C dans l’air, sur France 5 – avait pour titre « Un cambriolage toutes les 90 secondes ». Encore s’agit-il d’une estimation basse, nous dit le criminologue Christophe Soullez, ce calcul étant fondé sur les chiffres enregistrés par la police. Sachant qu’une part importante des cambriolages et plus encore des tentatives ne fait pas l’objet d’une plainte, on est en effet bien au-delà : « À peine six ménages victimes sur dix disent porter plainte quand ils constatent une effraction ou une tentative. »

La hausse officielle est de 10 % en un an, 30 % sur les cinq dernières années, assortie d’une extension géographique qui atteint désormais tout le territoire, villes et surtout campagnes. Il ne s’agit absolument pas d’un « fantasme sécuritaire » mais bien d’une réalité, conviennent les intervenants, pointant du doigt un ratissage de plus en plus méthodique des « zones rurales » et une « croissance exponentielle » depuis 2009. Il s’agit d’une « criminalité organisée, systématique et quasi industrielle », dit Patrice Bayard, le très galonné directeur de l’OCLDI, l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante, rattaché au ministère de l’Intérieur. C’est dire qu’il parle d’or.

Là où l’on commence à rigoler – façon de parler –, c’est quand il s’agit d’évoquer les auteurs. En effet, c’est peu dire que le tableau n’est pas politiquement correct.

Bien sûr, on trouve là-dedans un petit tiers de « délinquants nationaux habituels » et un autre petit tiers de « délinquance itinérante ». Selon la définition de l’OCLDI, il s’agit de « malfaiteurs organisés qui usent de leur mode de vie itinérant ou agissent sur de vastes zones d’action pour tenter de freiner l’action judiciaire ». Une sorte de gens du voyage, en somme, des communautés de vanniers pas encore sédentarisés, comme on dit dans la grande presse.

Reste que le troisième tiers – et de loin le plus important à ce qu’affirme le monsieur du ministère – est une délinquance itinérante « rattachée aux organisations criminelles de l’Est ». Pour nous consoler, ces doctes experts nous signalent que les affreux n’ont pas fait de la France leur unique terre d’élection mais sévissent partout en Europe. Ça vous rassure ? Moi non.

Bref, on se le demande : qui sont donc ces barbares ? Des noms, des noms !

Monsieur Ploquin, docteur ès criminalité au magazine Marianne, tente de retarder le moment fatidique. Expert en excuses sociologiques, il nous parle de « l’effet induit des printemps arabes et de la crise économique ». Comprenez les clandestins arrivés ces dernières années de Libye, de Tunisie ou d’Égypte et qui n’auraient d’autres ressources que de dévaliser le petit commerce et piquer le sac de la grand-mère. Faut les comprendre.

Et puis, et puis… et puis il y a les autres. Les gangs organisés venus des anciennes républiques de l’Est ou de ces jolis pays où nous sommes aller porter la démocratie triomphante : la Serbie, le Kosovo, la Bosnie… Des gangs d’Arméniens, Ukrainiens, Albanais, Moldaves, Géorgiens, Roumains… Ceux-là fonctionnent sur le modèle soviétique de l’ancienne mère patrie, dit M. Bayard : un leader et des troupes interchangeables constituées de toxicos, de soldats démobilisés, de demandeurs d’asile. Enfin, il y a les groupes claniques et familiaux, particulièrement chez les Tziganes et les Roms. Ils sont structurés autour d’un chef de clan, avec des contremaîtres et des exécutants – jeunes femmes et enfants – réduits en esclavage. Rien que des gens charmants qui, au pillage systématique, ajoutent la « traite des êtres humains en bande organisée ».

Mais tout cela, Madame, fait aujourd’hui de bons Européens et fera peut-être demain de gentils Français…
Evaluer :   9  0Note :   9
EmailPermalink
Rien que de magnifiques "chances pour la FRANCE."
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Il se plaint que dans une démocratie 51% imposent leur idée à 49% de la population alors qu'il prone la république où 1% impose (sans même voter, ils gagnent à tous les coups vu qu'ils contrôlent les politiques) au 99% restant. Un choix particulièrement  Lire la suite
Atlantis - 13/09/2013 à 20:56 GMT
Note :  0  1
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX