Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les marchés de l’or ne sont pas efficaces – partie II

IMG Auteur
Publié le 15 octobre 2013
1474 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 1 vote, 5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

La couverture de risque

L'un des principaux probl�mes auxquels font face les soci�t�s mini�res, les raffineurs, les bijoutiers et tout individu enclin � poss�der de l�or pendant un certain temps, lorsqu�ils ne sp�culent pas sur le prix de l�or, est d��viter le risque de prix inh�rent � la possession d�or pour une dur�e prolong�e. Le simple fait de conserver de l�or sur une p�riode donn�e revient � sp�culer. Comment donc les investisseurs sur l�or, qui �prouvent tant d�aversion pour le risque, font-ils pour s�en d�barrasser ? La r�ponse est qu�ils couvrent leur m�tal.

S�ils ach�tent de l�or pour le vendre pour ensuite en racheter pour le raffiner ou en faire des bijoux, et qu�ils savent quand �viter le risque, ils ach�tent ou vendent leur or avant la date � laquelle ils doivent s�en d�barrasser. Ces professionnels s�assurent de toujours acheter ou vendre de l�or ou d�acheter ou vendre une option qui arrive � maturit�. Lorsqu�ils perdent sur l�or physique, ils gagnent sur leurs positions � terme et vice-versa.

Cela leur permet de toujours faire avancer leur entreprise, et d�utiliser l�or pour en faire quelque chose. Ils travaillent pour la marge de profit qu�ils tireront de leur produit. Les entreprises de cette nature qui ne couvrent pas leur risque de cette mani�re deviennent des sp�culateurs sur le prix de l�or. Et nombreuses sont celles qui l�ont pay� tr�s cher.

Les dangers de la couverture de risque

Pour mettre en lumi�re le probl�me li� � la couverture de risque, il nous faut observer la p�riode qui s��tend entre 1980 et 2005, au cours de laquelle les banques centrales du monde et les autorit�s � la t�te du syst�me financier cherchaient � tourner le regard du monde vers les devises papier et loin de l�or.

Les autorit�s financi�res ont donc pr�t� l�or des soci�t�s mini�res aux soci�t�s mini�res en �change de leur production future. Tous savaient qu�avec le support des banques centrales et la menace d�une vente d�or sur le march� libre, le prix de l�or �tait en passe de baisser (il est pass� de 850 � 272 dollars sur la p�riode). Pourquoi les soci�t�s mini�res ont-elles continu� de produire de l�or ?

En raison de l�existence m�me du march� � terme. En vendant l�or qu�elles avaient emprunt� aux banques commerciales, elles pouvaient non seulement obtenir le prix march� actuel mais aussi l�int�r�t des fruits de la vente jusqu�� la maturit� des contrats. C�est ce que l�on conna�t sous le nom de �contango�. Cette m�thode permet de tirer plus de 500 dollars pour un prix de l�or � 3003 dollars et ainsi maximiser ses profits. Les directeurs des soci�t�s mini�res ont �t� f�licit�s non seulement pour leur prudence mais aussi leur capacit� � achever des profits accrus hors du secteur minier. Cela ne posait pas de probl�me tant que le prix de l�or chutait ou demeurait stable.

Mais en 2005, le prix de l�or a commenc� � grimper !

A mesure que le prix de l�or d�passait le prix des contrats � terme, ces directeurs de soci�t�s se sont aper�us qu�ils avaient r�duit leurs revenus � un niveau inf�rieur au prix du march�. Leurs actionnaires ont soudainement perdu leur sens de l�humour. Les directeurs des soci�t�s mini�res ont �t� montr�s du doigt comme des sp�culateurs qui utilisaient l�argent de leurs actionnaires pour parvenir � leurs fins. Les t�tes ont commenc� � tomber.

Les politiques internes des soci�t�s mini�res ont depuis cette date �t� drastiquement transform�es � mesure que les soci�t�s r�alisaient qu�elles devaient s�exposer au prix de l'or au comptant pour le b�n�fice de leurs actionnaires. Cela veut dire qu�elles devaient couvrir leur position ou racheter l�or qu�elles avaient couvert sur le march� � terme. Environ 3.500 tonnes d�or furent rachet�es par les soci�t�s mini�res au cours des ann�es qui suivirent, dans le m�me temps que le prix de l�or passait de 300 � 1.200 dollars. Voil� qui a mis fin � la sp�culation des soci�t�s mini�res sur le prix de l�or.

Mais les autres soci�t�s telles que les bijouteries et raffineries couvrent encore aujourd�hui leurs positions pour �liminer les risques et continuer de tirer profit de leur travail. Les soci�t�s mini�res qui ont besoin de financer leur production future continuent de se couvrir, mais simplement dans le but d�obtenir les fonds n�cessaires au d�veloppement d�une nouvelle mine. Elles le font d�sormais dans le but de financer et non de sp�culer. Leur niveau de couverture est extr�mement bas.

Le sp�culateur

Comme pour tout autre syst�me, certaines �volutions prennent place qui permettent d�enregistrer des profits. L�une d�entre elles a �t� la cr�ation du sp�culateur, et avec lui de la premi�re distorsion des prix de l�or et de l�argent.

Un sp�culateur peut acheter de l�or sous forme de contrats � terme sur le march� physique, notamment � Londres � c�est-�-dire acheter de l�or dont il ne compte pas demander la livraison physique. Disons qu�il ach�te de l�or et arrange la livraison de ce m�tal pour dans six mois. Il d�pose une caution pour prouver de sa bonne foi puis conserve son contrat pour une dur�e de 5 mois et demi avant de le vendre.

Bien que ses actions sortent de l�or du march� (sur une base future) et gonflent artificiellement la demande, il devient un vendeur de ce m�me or, faisant �galement gonfler l�offre. L�id�e est d�en faire grimper le prix avant de le voir diminuer � nouveau, un peu comme si une vague d�individus entrait sur le march� avant d�en sortir. L�effet net sur le prix de l�or est suppos� inexistant � la fin de l�exercice. Mais du point de vue du trader, il est suffisant pour influencer le prix de l�or � la baisse de mani�re � ce qu�il puisse en tirer profit. Tout ce dont il doit s�assurer est que les mar�es continuent de s�encha�ner.

Le coup sp�culatif le plus spectaculaire port� au march� de l�or date d�avril 2013. Deux banques Am�ricaines, JP Morgan Chase et Goldman Sachs ont occup� des positions courtes sur le COMEX � hauteur de 400 tonnes. Le COMEX est un march� papier, et non un march� physique. Ils ont jet� de l�or sur le march� physique � hauteur de 100 tonnes � une �poque o� les ventes du plus gros ETF Am�ricain, SPDR Gold, s��levait entre 20 tonnes d�or par mois et 20 tonnes par semaine. L�offre quotidienne sur le march� est d�environ 11 tonnes.

Le march� �tait pr�t � s�effondrer. Le prix de l�or a perdu 100 dollars par jour, jusqu�� passer de 1.650 � 1.180 dollars. Sans cette sp�culation, il y a de fortes chances que le prix de l�or s��l�ve encore aujourd�hui � plus de 1.500 dollars.

Un plus r�cent exemple de sp�culation ayant distordu les prix date du jour o� le gouvernement des Etats-Unis a ferm� ses portes le 1er octobre 2013. Le prix de l�or compl�tait une nouvelle phase de consolidation, mais cette fois-ci, les choses �taient diff�rentes. La tendance � la baisse du prix de l�or a trouv� un support autour de 1.300 dollars. L��tat d�esprit sur le march� de l�or et les autres march�s financiers refl�te les risques � venir et la possibilit� d�un d�faut des Etats-Unis le 18 octobre, qui pourrait pr�cipiter une crise similaire � celle de 2007.

Alors que le march� Am�ricain ouvrait ses portes, le prix de l�or a perdu 40 dollars � mesure que les participants au march� ont r�alis� que quelque chose �tait sur le point de se produire. Les sp�culateurs ont profit� de cet instant pour frapper le march� d�un grand coup. Attendons de voir si leurs coups leur seront retourn�s par la demande physique ou non !

Et ce n��tait l� qu�un �pisode de manipulation du prix de l�or par les gouvernements, les banques centrales et les banques commerciales. La premi�re occurrence de ce type a dur� pr�s de vingt ans. Une fois qu�elle a pris fin, le prix de l�or a pu grimper jusqu�� 1.900 dollars l�once.

La deuxi�me fois qu�une telle situation s�est produite, le poids du pouvoir mon�taire dont disposent les banques Am�ricaines a �t� utilis� pour influencer le prix de l�or � la baisse lors d�un exercice de shorting. C�est l� une autre mani�re de distordre l�offre et la demande.

Mais malgr� leur ampleur, ces manipulations demeurent plus faibles que la tendance de long terme sur le march� et ont au mieux l�effet d�une vague. Ce qui reste constant est que le monde per�oit l�or comme une monnaie. Je citerai maintenant les propos tenus le 30 septembre 2013 par Salvatore Rossi, directeur de la banque centrale Italienne :


Je suis persuad� que le prix et l�importance de l�or continueront d�augmenter dans le futur, en d�pit des efforts de manipulation des institutions financi�res.

Dans la troisi�me partir de cet article, nous verrons quelles sont les autres de v�hicules de distorsion du prix de l�or, qui sont �galement d�actualit� aujourd�hui bien que moins visibles.


Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (1 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Monsieur Phillips s'ennuis bcp depuis qu'ils à pris sa retraite et pour en pas s'ennuyer à ce point il écrit des affabulations (hiéroglyphites qu'on ne peut déchiffrer sans la pierre de rosette ) de toutes sortes déconnectés des réalités !
il pouvait résumer son entête en deux petites 2 phrases seulement =>
"le marché de l'or n'est pas efficace (1)car il est violement manipulé"(2)et stop !....seulement d'écrire un truc aussi cour et précis, cela lui laissera une journée vide derrière et pas facile de remplir son temps restant jusqu'au diner puis dodo !!
au passage il veut se donner l'air "expert" en la matière, ce qui complique considérablement sa tache ,car il se fait violence d'utiliser des expressions qu'il ne comprends pas lui même !
je ne sais pas par qui il est payé celui là mais c'est du n'importe quoi !
dshdhdsgb"z tzhb qaey at hj (e(e- a qauy"&-yz zuu eruy ei ' ' é. c'est plus clair comme cela
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Monsieur Phillips s'ennuis bcp depuis qu'ils à pris sa retraite et pour en pas s'ennuyer à ce point il écrit des affabulations (hiéroglyphites qu'on ne peut déchiffrer sans la pierre de rosette ) de toutes sortes déconnectés des réalités ! il pouvait ré  Lire la suite
orpilleur - 19/10/2013 à 14:29 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX