Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les politiciens sont-ils idiots ?

IMG Auteur
 
Publié le 23 novembre 2013
942 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 15 votes, 4,7/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

L’opinion des personnes de mon entourage est divisée entre ceux qui pensent que les politiciens sont idiots, ceux qui estiment qu’ils sont normaux et ceux qui prétendent qu’ils sont compétents.


Étrangement, ces derniers sont toujours eux-mêmes des politiciens.


Je pense qu’ils ont tous tort.


Socialement intelligents


Les politiciens européens que je connais sont tout sauf stupides. Cela se voit assez rapidement. Mais faire la liste des traits de leur caractère qui relèvent de l’intelligence sociale peut être utile.


Les femmes et les hommes politiques couronnés de succès tendent à être doués dans la maîtrise de leur communication. Ils vérifieront scrupuleusement ce qui est écrit en leur nom. Tendez-leur un micro, posez-leur une question sur un sujet ardu, ils ne déraperont pas. Ils diront des choses justes ou fausses, parleront peut-être pour ne rien dire, ne répondront quelquefois pas à la question, mais ils ne diront rien qui fera parler d’eux en mal.


C’est souvent ce qui distingue le politicien d’un parti extrême d’un politicien de gouvernement. Le premier accuse, insulte puis se rétracte ou s’enfonce. Plus prudent ou sagace, le second se retient de baver.


Certains disent que les politiciens sont experts au billard à deux bandes, qu’ils ne planteront pas directement de couteau dans le dos de leurs compétiteurs mais s’arrangeront plutôt pour que quelque chose de négatif soit dit à leur sujet.


Ce comportement existe mais il est rare. Car il est risqué et mine la réputation de celui qui l’initie. Raisonnable, le politicien à succès préfèrera investir son temps à parler et faire parler favorablement de lui-même.


Un élu se souciera de devenir et de demeurer le champion d’une catégorie d’électeurs nécessaires à assurer la victoire du parti auquel il appartient. Un élu vu comme inutile par ses électeurs et par les dirigeants de son parti est rapidement mis à la retraite anticipée.


Il faut du discernement pour identifier et entretenir une niche électorale. Il faut du flair et du bon sens pour déterminer les sujets qui préoccupent le plus les électeurs de sa niche. Il faut de la perspicacité pour construire son image en fonction de la niche que l’on prétend représenter et du jugement pour vérifier que le résultat de son travail puisse s’inscrire dans la narration de son image personnelle et celle de son parti.


Sagacité, raison, discernement, flair, perspicacité : autant de synonymes de l’intelligence qu’il est nécessaire d’avoir et d’entretenir pour réussir en politique. Il y a donc peu de risques que les politiques soient idiots.


La soutenable étrangeté d’être élu

Mais tout de même, les politiciens sont étranges. Ce n'est pas la politique qui les a rendus bizarres : c'est leur bizarrerie qui les a poussés en politique.


Regardez-les bien. À part certaines exceptions, les personnes attirées par les mandats électifs partagent certains traits de caractère. Ils sont avides d’attention, aiment prendre des risques et sont assez narcissiques.


Mettez-vous à la place d’une personne souhaitant devenir député.


Vous traînez pendant des années, abandonnant des carrières plus lucratives ou plus sûres, dans l’espoir statistiquement improbable d’être choisi par votre parti comme candidat à une élection. Vous vous présentez ensuite aux élections dans l’espoir statistiquement incertain d’être élu. Une fois élu, esclave du contexte politique, peu influent, vous végétez à nouveau dans un travail qui n’est pas reposant et qui est peu stimulant intellectuellement. En tant que député, vous êtes traité comme un roi par votre équipe et comme un pion par les ministres, les dirigeants de votre parti ou leurs délégués, dans l’espoir - et là encore les chances sont contre vous – d’intégrer le cabinet d’un ministre. Vous y traînerez quelques années de plus, peu considéré par vos collègues, dans l’espoir - presque certain d’être déçu - de devenir vous-même ministre.


Et pendant tout ce temps, vous êtes obligé de vous soumettre tous les cinq ans aux caprices des électeurs de votre circonscription. Tout autour de vous gireront les corps des hommes politiques mis à la porte par les électeurs au moment où ils commençaient à devenir prometteurs.


Même si vous sautez tous ces obstacles, vous aurez peut-être le droit à un bon dossier, on vous épinglera une médaille mais vous serez forcé de vous éclipser à la prochaine bourrasque et les commentateurs, s’ils vous mentionnent, diront que vous avez échoué.


Accrochés à leur bonne étoile


Qu’est-ce qui les pousse à être aussi vains ? Tout d’abord, le désir d’être quelqu’un, d’être regardé, d’être applaudi. Le pouvoir est un aphrodisiaque.


Deuxièmement, une croyance complètement irréaliste mais tenace en leur bonne étoile. Ils savent qu’ils ne seront probablement pas élus… mais cette fois, pour eux, ce sera différent. Même quand tout semble perdu, ils se disent qu'un miracle peut se produire, qu’ils peuvent encore sortir des mailles du filet. Au fond, ils s’en sont toujours sorti puisqu’ils sont encore là, non ? Donc quelqu’un là-haut veille sur eux et, cette fois, cela marchera, ils le savent.


Enfin - et c'est contre-intuitif – une sensibilité à fleur de peau. Ils sont chaque jour attaqués et chaque jour blessés. Ils lisent, écoutent et regardent obsessionnellement ceux qui les étripent. Mais ils remontent sur le ring en en redemandant. Ils ne savent pas pourquoi ; leur femme ou leur mari ne le savent pas non plus.


Tout cela mène à des douleurs fréquentes, des moments d’euphorie réguliers et un optimisme irrationnel. Certaines des personnes répondant à la description ci-dessus ont fait de grandes choses. Certaines ont aligné les absurdités. Certaines ont fait les deux à la fois.


Ils iront jusqu’au bout, jusqu’à ce que quelque chose d’extérieur, d’immense, d’irrésistible  les terrasse. Au fond, comme toutes les personnes dépendantes, ils ont à moitié envie que cela se produise.

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (15 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Il y a sûrement des politiciens qui sont idiots.Ne serait-e que parce que leur recrutement se fait dans la société.Dans le lot,il y a des idiots utiles,au sens communiste du terme...

Maintenent,je pense que plus ils ont grimpé dans la hiérarchie propre à la politicaillerie,plus les politiciens sont tordus et retors.Il leur faut le temps des campagnes électorales faire oublier leur turpitudes passées,faire croire qu'on allait voir ce qu'on allait voir,et persuader le troupeau éléctoral,que ce qu'ils n'ont pas fait dans le passé,alors qu'ils devaient le faire et qu'ils avaient les moyens de la faire,ils allaient le faire la prochaine fois!

Allo socialistes et fillino-copéistes,dites,pourquoi vous toussez?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
j' ignore si la plupart des politiciens sont idiots ( il y en a qui le sont manifestement, mais en tout cas et en règle générale, ce n'est sûrement pas là leur principal défaut )... par contre, je m' inquiète beaucoup plus concernant la masse de leurs électeurs qui imperturbablement, n' ont de cesse de les ré-élire.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Si on peut pardonner aux électeurs qui se sentent légitimement floués d'avoir aucun moyen de virer les politiciens menteurs et corrompus après avoir été désinformés par les médias aux ordres , on peut avoir moins d’égards pour la masse encore plus importante de crétins qui font encore confiance aux banques et n'ont encore rien compris à l'argent dette.

Vous savez , les types qui pataugent dans leur crasse intellectuelle et en sont fiers.
Qu'ils soient psychopathes, mégalo et tout ce qu'on veut n'est pas le fond du problème. L'homme est ainsi fait, chez certains ça se voit plus que chez d'autres.
Non, le fond du problème c'est que la législation leur permet un cumul éhonté de mandats et qu'ils peuvent se représenter à un poste leur vie durant. Voir par exemple Chaban-Delmas à Bordeaux. Homme ou femme politique est devenu une profession. Si vous les virez par la porte, ils passent par la fenêtre : avec plusieurs mandats ils ont toujours un ratelier où aller se goinfrer. Alors pourquoi se gêner ?!
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Article d'un grand comique .

Le point commun des politiciens c'est d'être franc-maçon , sataniste et payé comme on paye les putes par le système rothschildien.

Cela demande en effet certaines caractéristiques du caractère , toutes bien présentes , comme la veulerie , l'indignité et le manque total de conscience.
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
Dans un autre genre, il y a aussi les dynasties (Bush Sarko etc...). A ce niveau, la morale et la façon de penser doivent être à mille lieux de la façon dont l'homme ordinaire est conditionné.
Et puis quand on voit les conférences à 10 patates (pas des pommes de terre bien sûr) ou plus que les présidents se font après avoir passé la main, les postes de conseils bidon offerts aux ministres par des grandes entreprises, les chaises musicales entre privé et public, les avantages en nature, les cadeaux etc..., on peut se dire que ce n'est pas totalement désintéressé.
Le chien aussi a droit à son no-nos si il a bien obéi.

des exceptions : Laurent Louis en Belgique ou Nigel Farage au parlement européen (voir leurs interventions truculentes sur youtube) mais ils seront classés dans les extrémistes, comme tout ce qui sort du moule de la pensée unique.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Si on peut pardonner aux électeurs qui se sentent légitimement floués d'avoir aucun moyen de virer les politiciens menteurs et corrompus après avoir été désinformés par les médias aux ordres , on peut avoir moins d’égards pour la masse encore plus impo  Lire la suite
D. - 25/11/2013 à 10:58 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
L’or de la banque de France appartient-il encore à la banque de Fra...
21 févr.GAP
Excellent :)
Surnuméraire. Comment vous êtes de trop et pourquoi il faut vous tuer
23 févr.merisier
Charles vous parlez d’Or et votre schéma (Ermite, sans H !, militaire et prêtre) renvoie à la stabilité de la société telle qu'elle était vue par ...
Vite, il nous faut un service public de l’Humour officiel !
22 févr.merisier1
La censure existe même à l'échelon départemental... Je reçois par e-mail tous les 15 jours les news du département, via un site que je ne citerai p...
Les robots au cœur du nucléaire !
21 févr.Monrose1
L'onde de submersion du barrage de Vouglans sur l'Ain pose problème: Quatre centrales nucléaires seraient inondées, risquant de perdre leur ali...
Les Français n’auraient pas confiance dans leurs élus ? Comme c’est...
21 févr.Bernard Conte1
Le problème de notre démocratie élective c'est aussi le copinage. voir : https://www.pouruneconstituante.fr/spip.php?article1174 c'est ce q...
Les Français n’auraient pas confiance dans leurs élus ? Comme c’est...
20 févr.Saphir
https://twitter.com/AntoineRtfrance/status/1098140483484831744
Le plus gros goulot d'étranglement de la révolution des énergies re...
19 févr.Louis L.
Merci Monrose, "Perdre Mais perdre vraiment Pour laisser place à la trouvaille Perdre La vie pour trouver la victoire." ...
Heureusement, nous ne manquerons pas de catastrophes
18 févr.merisier3
L'écologie-politique, la nouvelle secte qui permet de justifier d'aller un peu plus profond dans nos poches. Dire que l'homme n'est même pas re...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX