Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les règlements pourront-ils mettre fin aux manipulations ?

IMG Auteur
Publié le 05 mai 2017
1800 mots - Temps de lecture : 4 - 7 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or fractionnaire

Leurs craintes de voir imposées de nouvelles règlementations pourraient entraver les activités de manipulation des banques sur le prix de l’argent

  • De nouvelles règlementations attendues pour 2018 ont effrayé les banques commerciales et les opérateurs du prix de l’argent de Londres
  • Le manque de liquidités sur le fixing de l’argent a généré une importante volatilité sur le marché
  • Le prix de référence de l’argent s’est détaché du prix au comptant du métal à plusieurs reprises depuis 2016
  • Aucun nouvel opérateur ne s’est encore présenté pour reprendre le fixing à l’automne prochain
  • Pas de fumée sans feu : les actions laissent sous-entendre une manipulation du prix de l’argent
  • L’argent demeure supprimé et sous-évalué

Le fixing de l’or de Londres a été lancé à Londres en septembre 1919, dans les bureaux de NM Rothschild and Sons.

Les lois économiques nous indiquent que les marchés et les prix sont influencés par l’offre et la demande. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas pour ce qui concerne le marché de l’argent. En revanche, la menace de nouvelles règlementations pourrait entraver les activités de manipulation des banques commerciales et des opérateurs du fixing de Londres.

La question de la manipulation du prix de l’argent a toujours été un sujet épineux, sur lequel se sont penchés des universitaires ainsi que des analystes et groupes comme Ted Butler et le Gold Anti-Trust Action Committee (GATA), et pour lequel des procès ont été entrepris. Comme je l’ai déjà noté précédemment, les accusations de manipulation du prix de l’argent vont désormais bien au-delà de simples rumeurs. Au cours de ces dernières années, des banques commerciales ont dû répondre de leurs actes, et Deutsche Bank a même accepté de verser 38 millions de dollars de dommages suite à un recours collectif intenté devant les tribunaux.

Il semblerait pourtant que l’attention accrue du public pour la manipulation (et ses coûts) du prix de l’argent par les banques commerciales ne soit pas la seule raison pour laquelle ce comportement, désormais évident depuis plus de dix ans, semble aujourd’hui prendre fin. Reuters a rapporté hier que leurs craintes d’être accusées de manipulation de marché par les agences de règlementation ont incité les banques participantes à se montrer plus réticentes à ajouter des liquidités lors des enchères quotidiennes.

Les banques ont enfin peur des règlements

Le petit volume d’ordres et le manque de liquidités ont fait que le prix de référence de l’argent a manqué à plusieurs reprises de représenter de manière fiable et juste ce qui est connu sous le nom de prix au comptant de l’argent. Le prix au comptant est calculé sur la base d’un marché bien plus vaste. Les divergences survenues ont généré des gains inattendus, mais aussi des pertes, comme le montrent les données publiées par Thomson Reuters, et ce depuis le mois de janvier 2016.

Traditionnellement, les sept banques impliquées dans le fixing s’assurent à ce que le prix de référence demeure proche du prix au comptant en ajoutant des liquidités ou en achetant et vendant de l’argent au cours du processus d’enchères. En revanche, les récents procès pour manipulation des prix de l’or et de l’argent, ainsi que les enquêtes lancées sur d’autres marchés comme celui du LIBOR, ont poussé les banques à se montrer plus prudentes, de peur d’attirer l’attention des agences de réglementation.

Des sources ont indiqué à Reuters que « les banques ne souhaitent désormais plus intervenir au-delà d’un simple placement d’ordre préalable, de peur d’être accusées de manipulation par les agences de règlementation. »

En conséquence, des fluctuations imprévisibles sont survenues sur le prix de référence de l’argent, qui ont beaucoup tourmenté le marché :

« Entre les mois de  janvier et mars de cette année, les volumes ont parfois atteint des hauts de 12,9 millions d’onces et des bas de 200.000 onces ; alors qu’à sept reprises, le prix de référence de l’argent s’est détaché du prix au comptant du métal de 10 cents ou plus. Il a enregistré une divergence de 5 cents ou plus à plus de 24 reprises, dont cinq sur le seul mois de mars. C’est quelque chose de très inhabituel, puisque les divergences d’affichent généralement autour d’1 cent. »

L’inaction des banques sur les marchés a beaucoup réduit le niveau de confiance en le marché, pour faire diminuer les activités et augmenter la volatilité. Preuve peut-être que les sept banques participantes ne savent pas comment se comporter correctement et gérer un marché efficace quand les agences de règlementation ont les yeux rivés sur elles.

Un grand besoin de nouveaux outils

Et ce n’est pas que les banques qui ont peur des agences de règlementation. La récente volatilité a d’autant plus compliqué les problèmes qui menaçaient déjà le fixing de l’argent. Au début du mois dernier, le LBMA a annoncé que CME Group et Thomson Reuters ne participeraient bientôt plus à sa plateforme, bien que leurs contrats n’expirent pas avant encore deux ans.

Les deux organismes ont décrété que les nouvelles règlementations annoncées étaient les raisons pour lesquelles elles ont décidé de se retirer, bien qu’elles n’aient pas apporté d’explication supplémentaire. Certains ont suggéré que les deux organismes se retirent parce qu’ils savent que le mécanisme de détermination des prix de référence de l’or et de l’argent ne pourra bientôt plus opérer comme il a pu le faire de nombreuses années durant.

Les fluctuations de prix et le manque de liquidités signifient que le LBMA éprouve des difficultés à trouver de nouveaux opérateurs, comme l’a rapporté Reuters. L’organisation espère qu’un nouvel opérateur pourra permettre au fixing de se poursuivre. Qu’elle y parvienne dans le cadre de nouvelles règlementations et face à des banques commerciales qui trouvent difficile de se comporter honorablement reste encore à voir.

De nouvelles règlementations à l’horizon

Pourquoi les banques et les opérateurs sont-ils soudainement effrayés par les questions règlementaires ? Nous aurions pu penser qu’après l’affaire du LIBOR et la crise financière, elles se seraient montrées plus méfiantes. Mais elles ne le sont devenues que depuis quelques années.

La nécessité d’imposer de nouvelles règlementations se fait ressentir depuis 2013, alors qu’un projet de règlement a été proposé quant aux « indices utilisés en tant que repères pour les instruments et les contrats financiers ». La règlementation finale a été approuvée en avril dernier. Le fait qu’elle mentionne spécifiquement les indices de référence est assez pertinent.

Les nouvelles règlementations de l’Union européenne seront adoptées le 1er janvier 2018. Elles rendront plus difficile pour les banques et les plateformes de manipuler les marchés financiers tels que celui du LIBOR, du Forex et des métaux précieux.

Comme je l’ai expliqué en introduction, les banques manipulent les indices de référence plutôt que de permettre aux marchés des métaux précieux de déterminer les prix. En conséquence, la découverte des prix a été laissée de côté, et les acheteurs et vendeurs en sont sortis perdants. Mais la manipulation des prix est restée ignorée par les bureaucrates de nombreuses années durant. Elle s’est poursuivie sous le nez des agences de règlementation, mais la récente prise de conscience du système légal fait que le problème ne puisse désormais plus être ignoré.

Pas de fumée sans feu

Alors qu’une recherche en a conclu que les preuves de manipulation des prix de l’or et de l’argent sont « au mieux suggestives », les évènements survenus ces dernières années en ont poussé beaucoup à se demander s’il pourrait vraiment y avoir tant de fumée sans feu. Après tout, comme nous avons pu le voir, une majorité des marchés sont manipulés. Voyez par exemple ceux du LIBOR et du Forex, sans parler des programmes d’assouplissement quantitatif, qui reviennent à la même chose.

Les marchés de l’or et de l’argent laissent s’échapper beaucoup de fumée, voire parfois des étincelles. Comme je l’ai expliqué en introduction, Deutsche Bank a l’année dernière été la principale accusée dans une affaire selon laquelle la banque aurait « illégalement conspiré avec Bank of Nova Scotia et HSBC Holdings Plc pour manipuler le prix de l’argent aux dépens des investisseurs ». La banque allemande a accepté de verser 38 millions de dollars à la cour, et a également accepté d’offrir des informations concernant ses homologues.

Dans la lettre qui détaille le règlement du procès, Deutsche Bank a accepté de donner le nom d’autres banques participantes, dont UBS AG Barclays Plc, BNP Paribas SA, Standard Chartered Plc, Bank of America Corp et HSBC :

« Deutsche Bank a également accepté de coopérer avec les plaignants, et de leur fournir des messages instantanés et autres communications électroniques dans le cadre du règlement du procès. Selon les plaignants, cette coopération devrait inclure une assistance de Deutsche Bank dans le cadre de nouveaux procès envers d’autres défendant. »

C’est là un canon fumant qui ouvre la porte à de nouvelles actions en justice contre d’autres banques impliquées sur les marchés des métaux précieux. Ces procès, ainsi que les nouvelles règlementations attendues, pousseront peut-être les banques à mieux se comporter.

Le manque de liquidité et de volatilité sur le marché de l’argent de Londres montre que les banques impliquées sont conscientes de ce que l’avenir nous réserve en matière d’enquêtes et d’actions judiciaires. Seul le temps pourra nous dire ce que cela signifiera pour le prix de référence de l’argent.

Conclusion

La manipulation des prix, qu’il s’agisse de ceux des métaux précieux, des taux d’intérêt ou des devises étrangères, n’est pas un crime sans victimes. Plusieurs milliers de sociétés et d’investisseurs individuels ont enregistré des pertes sur leur investissement, parfois en conséquence directe de ces manipulations.

Ironiquement pour ceux qui cherchent à manipuler le marché, ce comportement représente une opportunité pour ceux qui souhaiteraient accumuler de l’or et de l’argent. Parce que les prix en sont supprimés, les investisseurs peuvent en profiter pour accumuler plus de métal physique.

Et leur désir de posséder du métal grandira à mesure que s’écoulera l’année 2017. Depuis le début de l’année, nous ne cessons plus de nous lever le matin pour entendre une nouvelle information inquiétante au regard de la sphère géopolitique globale. Qu’il s’agisse de la Corée du Nord, des élections européennes, des bombardements en Syrie ou des terroristes domestiques, l’incertitude règne partout. Pour cette raison, les gens devraient s’intéresser de plus en plus aux métaux précieux, et les investisseurs devraient leur allouer toujours plus de capital.

Qu’en est-il de la manipulation des prix ? Se poursuivra-t-elle ? Nous ne le savons pas, mais comme nous l’avons expliqué l'année dernière, surpasser artificiellement le mécanisme de découverte des prix revient à pousser un ballon sous l’eau – il ne peut qu’en ressortir, et ce bien souvent avec une force phénoménale.

Plus un ballon est forcé sous l’eau, plus haut il s’en trouvera éjecté. Il s’agit ici d’une grande opportunité pour les investisseurs qui cherchent à accumuler des métaux précieux à des prix qui seront, d’ici quelques années, perçus comme très peu chers.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX