Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Les vrais croyants

IMG Auteur
Publié le 19 août 2015
1020 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 6 votes, 4,8/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

Il existe dans le monde médiatique financier une large proportion d’imbéciles qui avalent jusqu’à la dernière des salades tragiques et désespérées que notre société est capable d’inventer pour se convaincre que notre vie techno-industrielle pourra se poursuivre indéfiniment, malgré les avertissements que nous fait parvenir la réalité – et notamment les contes de fées concernant le pétrole : nous avançons jour après jour vers notre indépendance énergétique… le « miracle » du pétrole de schiste nous permettra de conduire jusqu’à WalMart indéfiniment… nos puits déborderont comme si nous étions en Arabie Saoudite… Don’t worry, be happy !

L’un de ces croyants véritables est John Mauldin, grand arnaqueur du monde de l’investissement et rédacteur du bulletin Thoughts From the Frontline, qui a jeté sur moi l’opprobre dans sa plus récente parution. Après s’être payé ma tête, il a écrit ceci :

« J’écris depuis des années déjà que le pic pétrolier est un amas de bêtises. Mes lecteurs de longue date savent que je crois en l’accélération continuelle des transformations technologiques, mais je dois admettre que je n’ai pas pu prédire la transformation exponentielle des activités de forage telle qu’elle se développe aujourd’hui. Les changements qui se produisent sous nos yeux sont à en couper le souffle, et sont jusqu’à présent largement passé inaperçus. »

Mauldin sera déçu de découvrir que les fameuses activités de forage et de fracturation dont il fait l’éloge finiront par accélérer l’épuisement des puits qui, au mieux, produisent quelques centaines de barils de pétrole par jour, et ce seulement pendant un an, après quoi leur production diminue de moitié pour s’épuiser sous quatre ans. Les comparses des intérêts publics de Cambridge Energy Research (le moulin de propagande de Dan Yergin pour l’industrie de schiste) ont sans doute forcé un gallon de Kool Aid dans l’estomac de notre pauvre John. Il croit encore en tous les bobards qu’ils sont capables d’inventer – « aujourd’hui, certains puits peuvent produire à 10 dollars le baril ».

La vérité, c’est que l’industrie de schiste ne pourrait pas enregistrer de profits même à 100 dollars le baril. Le boom du forage et de la fracturation qui a débuté en 2005 a été financé par des obligations à haut risque et à haut rendement ainsi que par d’autres sources douteuses et mal garanties. Les revenus enregistrés par l’industrie ces quelques dernières années proviennent de la location de terrains à des gens plus sots encore. Maintenant que le prix de l’or a perdu plus de 50% en un an, nous avons moins de chances de voir ces financements toxiques un jour remboursés. Puisqu’il s’est agi de financements de « fonds de tiroirs », tout laisse supposer que les producteurs de schiste auront des difficultés à emprunter plus pour maintenir le rythme de forage nécessaire au maintien d’une longueur d’avance sur l’épuisement des puits. Ils commencent aussi à manquer d’endroits à forer.

Nous finirons par observer la frénésie de l’industrie de schiste de 2005 à 2015 comme un très intéressant tour de force industriel alimenté par le désespoir. Il aura permis à une industrie chancelante d’utiliser ses infrastructures et son personnel, et aura offert de l’espoir aux rêveurs. Mais économiquement, il ne sera jamais allé bien loin. La production de pétrole de schiste ralentira en 2015, et les financements disponibles ne seront plus jamais suffisants pour ramener la production à son niveau antérieur à l’effondrement des prix. Jamais.

D’autres vérités inconfortables devraient venir tempérer les fantaisies délurées des hipsters comme Mauldin. La première est que l’âge du pétrole abordable est passé. Tout le pétrole qui deviendra disponible à partir de maintenant coûtera très cher – qu’il vienne du Bakken, des fonds marins ou de l’Arctique. Et son coût sera trop élevé pour nous permettre de maintenir en vie notre société techno-industrielle. C’est pourquoi le système financier du monde implose : nous ne pouvons emprunter suffisamment au futur pour maintenir notre petit jeu en place, et nous ne pouvons rembourser l’argent qui a déjà été emprunté. Nous devrons commencer une nouvelle partie, plus en phase avec la contraction et une consommation énergétique réduite. Pour les personnes au pouvoir, ce n’est pas une solution acceptable. Elles sont déterminées à maintenir en place leur matrice de rackets à tout prix, et la conséquence en sera sans doute un effondrement des économies et des gouvernements.

Les économies industrielles font face à une situation qui leur sera fatale : un pétrole à plus de 75 dollars le baril écrase les économies, et un pétrole à moins de 75 dollars écrase les sociétés pétrolières. Nous oscillons depuis 2005 entre ces deux conditions. En conséquence, aux Etats-Unis, la classe moyenne s’appauvrit. Toutes les manipulations financières qui visent à soutenir Wall Street et les marchés boursiers Potemkine ont été menées aux dépens de la classe moyenne, aujourd’hui privée d’emplois, de revenus, de vocations, de stabilité et de perspectives d’avenir. Elle ne peut plus se permettre de consommer de pétrole. Cette dynamique de déflation énergétique, pour reprendre les termes de Steve Ludlum, du blog Economic Undertow, représente une boucle de rétroaction qui nous mènera tout droit vers un changement de paradigme, vers une organisation moins étendue, plus locale, plus réelle.

Les hipsters et profiteurs ne le croiront pas jusqu’à ce qu’ils se trouvent devant le fait accompli. Ce sont ces mêmes idiots qui croient que nous pourrons continuer de rouler en voiture par d’autres moyens – voitures sans chauffeur, électriques… - et qui pensent que les Hommes ont une raison de s’envoler vers d’autres planètes alors qu’ils n’ont pas pu démontrer pouvoir continuer de vivre sur celle-ci.

Comme je l’ai dit la semaine dernière, les Etats-Unis sont au plus bas d’un cycle de connaissance d’eux-mêmes et sont incapables de comprendre ce qui leur arrive. La fiesta techno-industrielle a été une expérience si spéciale que nous ne pouvons imaginer la voir toucher à sa fin. L’une des solutions est de croire en des sornettes complètement détachées de réalité. Comme Tom McGuane l’a écrit il y a quarante ans : « la vie aux Etats-Unis a changé, et seul un clown aurait pu manquer de s’en apercevoir. Être un clown était donc une possibilité ».

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,8 (6 votes)
>> Article suivant
James Howard Kunstler est un journaliste qui a travaillé pour de nombreux journaux, dont Rolling Stones Magazine. Dans son dernier livre, The Long Emergency, il décrit les changements auxquels la société américaine devra faire face au cours du 21° siècle. Il envisage un futur prochain fait de crises sociales à répétition, la fin de la Surburbia et du modèle économique associé et une guerre mondiale pour les ressources en énergie. Il prédit la déconstruction des empires européens et américains et pense que, lorsque les convulsions seront terminées, le monde reviendra à un modèle décentralisé et local.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX