Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Libérer les banques du carcan réglementaire et monétaire

IMG Auteur
 
Publié le 03 octobre 2013
651 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 14 votes, 2,8/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Évidemment dans une période où les banquiers sont plus souvent vilipendés que salués, prôner la liberté bancaire comme solution idéale semble totalement déplacé. Pourtant pas autant qu’on pourrait le penser quand on connaît le fonctionnement d’un système de banques libres. La liberté bancaire repose la responsabilité ce qui est loin de caractériser le comportement de nos banquiers actuels. En effet, la liberté bancaire signifie que les banques sont en mesure d’offrir leur propre monnaie et pour que les clients aient envie de la détenir, il faut inspirer confiance. Contrairement à ce que l’histoire « officielle » vous bien nous faire croire, la confiance dans la monnaie n’a pas été le seul apanage des rois. Au contraire, les banquiers de par leur réputation pouvaient tout à fait l’inspirer. La responsabilité étendue voire e y contribuait largement.


La liberté bancaire signifie, en effet, que les banques peuvent émettre leur propre monnaie ce qui ne signifie pas que toutes les banques auront envie de se lancer dans cette activité exigeante. Émettre de la monnaie privée exige de détenir et de gérer les réserves en monnaie de référence. Historiquement, les monnaies privées étaient des billets de banque convertibles en or. Aujourd’hui les monnaies privées seraient à la fois des billets mais également de la monnaie électronique. En revanche, leur convertibilité en or est plus difficilement imaginable. Même si l’or reste aujourd’hui une valeur refuge – en témoigne la hausse sensible de ces dernières années -, il n’est plus utilisé dans les transactions. Peut-être le choix des utilisateurs se porterait sur des monnaie-papier existantes avec un historique de stabilité comme le franc suisse.


L’avantage d’un système de liberté bancaire est que les modèles de banque seront plus diversifiés. Elles ne feront plus partie d’un système centralisé comme le système actuel. Cela ne signifie pas pour autant qu’elles ne feraient pas partie de réseaux En effet, si les banques libres émettent des monnaies différentes, elles ont intérêt à conclure des accords de conversion pour faciliter leur circulation mutuelle. En outre, dans le cadre de ces accords et pour faciliter les compensations journalières, elles ont tout intérêt à créer des chambres de compensation. Ces chambres de compensation jouent un rôle similaire aux banques centrales dans la gestion de la liquidité et peuvent même aller jusqu’à jouer le rôle de prêteur en dernier ressort en cas de besoin. De la même façon chaque chambre de compensation peut également édicter ses règles en matière de ratio de liquidité, de ratio de fonds propres…


Ce n’est pas parce que le système est décentralisé qu’il est sans règle. Par ailleurs, la critique la plus récurrente adressée à un système de banques libres est qu’il aboutirait inéluctablement à une surémission monétaire en raison de l’intérêt des banques privées à dominer le marché compte tenu des économies de réseaux qui caractérisent la production monétaire. Compte tenu de la situation actuelle, il est peu probable que les banques libres arrivent au même niveau de surémission que celui atteint aujourd’hui par notre système de banques centrales. Néanmoins, essayons de voir dans quelles conditions une telle situation pourrait se produire. Dans un système de banques libres, une surémission générale serait le fruit d’un accord entre banques privées émettrices de monnaie. Tout d’abord, la théorie économique nous apprend à relativiser le risque de surémission dans le temps puisque un cartel est par essence une forme instable de coopération. Par ailleurs, les consommateurs ont tout intérêt à trouver des alternatives stables. Dans ces conditions il est fort probable qu’une des banques, membre de l’accord, ait intérêt à faire cavalier seul pour remporter le marché. Contrairement au système actuel, il y aurait des limites à une surémission généralisée.


Compte tenu des avantages que présente un tel système pourquoi n’est-il jamais prôné ? … Parce que ni les banquiers protégés par le « too big to fail », ni les États  qui ont besoin de financer leur déficit n’y ont intérêt.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :2,8 (14 votes)
>> Article suivant
Nathalie Janson est économiste spécialiste de la théorie de la banque libre et de la régulation bancaire. Elle enseigne depuis 10 ans au sein du groupe Rouen Business School ainsi qu’à Sciences-Po. Elle intervient régulièrement dans les médias et sur le net et publie des articles dans des revues scientifiques sur ces mêmes questions
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Elle ne propose rien de plus que de démanteler la FED et de revenir plus de 200 ans en arriere.
Pas sur que les gens accepteront de recevoir 80 cent de leur dollar; comme à cette époque
Evaluer :   0  4Note :   -4
EmailPermalink
Pour votre information la FED a été créée en 1913, c'est donc 100 ans pas 200 ans.

Par ailleurs, il y a 200 ans a commencé le siècle où il y a eu la plus formidable création de richesse de tous les temps, alors que le 20° siècle, le siècle des banques centrales qui ont financé deux guerres mondiales, a été le siècle des plus grandes destructions de tous les temps.

Je ne suis pas certain que vous ayez pesé le contresens historique de vos propos.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Mmmouais..... ! On peut même faire sans les banques = liberté absolue !
J'te prête un terrain, tu fais un potager et tu me payes le loyer en légumes.
J'te donne des oeufs, tu me donnes du fromage. Etc... Etc...
C'est pas mal aussi. Bien sûr il y a des limites... Comme dans tout système, rien n'est parfait en ce bas-monde.
Par contre là, pour taxer, ça devient compliqué pour les gabelous de la ripoux-blique.

Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Je paye avec une poule et tu me rends la monnaie avec son oeuf de demain !!

LOL ;-)
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Liberté bancaire oui ,mais avec son corolaire inséparable qui est la responsabilité totale des dirigeants sur leur fortune personnelle ; la possibilité à chacun d'entre-nous individus , collectivité ou états de créer notre propre monnaie librement afin que la création monétaire ne soit pas le privilège exorbitant d'un groupe et pour finir la convertibilité en or obligatoire pour toute monnaie.

Le tout dans la liberté aussi totale pour le peuple de choisir sans contrainte la monnaie de ses échanges , qu'il ne soit pas appliqué de cours forcé entre les monnaies et que l'impôt se paye en or.

Ce qui est l'exact contraire des lois et règlements qui régissent la monnaie fiduciaire actuelle.

Sinon , cette supplique biaisée pour l' accroissement du pouvoir des banques est la énième tentative d'un économiste larbin de présenter la fraude bancaire honorable et la servitude des peuples par la dette odieuse comme un idéal démocratique.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Je paye avec une poule et tu me rends la monnaie avec son oeuf de demain !! LOL ;-) Lire la suite
Rüss65 - 04/10/2013 à 21:44 GMT
Note :  2  1
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX