Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Libor : on n’a sans doute encore rien vu

IMG Auteur
 
Publié le 09 juillet 2012
846 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 15 votes, 3,6/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Dans la « Final Notice » de la décision par la FSA (Financial Services Authority), le régulateur britannique, d’infliger le 27 juin une amende de 85 millions de livres (moins un rabais de 30% pour coopération exemplaire à l’enquête) à la banque Barclays pour manipulation des taux interbancaires LIBOR, deux périodes doivent être distinguées. Dans la première période, qui s’étend à peu près de 2005 à 2007, les taux sont manipulés au niveau des salles de marché par des opérateurs de niveau subalterne, dans la seconde période, qui va de 2007 à 2009 et qui correspond au plus fort de la crise, les taux sont manipulés par ces subalternes sur instructions venant d’en-haut.


Les chiffres apparaissant dans les conversations rapportées dans les documents sont sans équivoque : durant la première période, les manipulations de taux portent le plus souvent sur 1 point de base (un centième d’1 %) et quelquefois sur 1,5 points de base, dans la seconde période, il est question de manipulations qui vont de 17 à 46 points de base. Soit un tout autre ordre de grandeur.


Quand Bob Diamond, P-DG démissionnaire de la Barclays, expliquait jeudi dernier devant les parlementaires britanniques qu’il avait été « choqué », « écœuré » par le comportement de certains des employés de sa banque, parlait-il des traders du rang (la « douzaine de Kerviels » que j’évoquais vendredi dans ma vidéo) de la période 2005 à 2007, ou des dirigeants de la période 2007 à 2009 ? Je crois que poser la question c’est y répondre.


Cela dit, comme je le rappelle dans mes compte-rendu de l’« affaire du LIBOR », des plus anciens en avril 2008 (L’affaire du LIBOR), aux plus récents (LIBOR : le retard à l’allumage de l’indignation), d’une part, minorer les taux soumis pour le calcul du LIBOR par les 16 banques concernées s’assimilait à un devoir national dans le climat de panique qui s’était installé sur les marchés financiers, d’autre part, la Barclays était d’après ce que l’on savait déjà en 2008 et que la Final Notice confirme, la banque londonienne qui rechignait le plus à falsifier les chiffres. L’observation suivante est représentative de ce point de vue :


« … le 20 septembre 2008, un « soumetteur » [de taux] déclarait dans une conversation téléphonique avec le Dirigeant D qu’il entendait soumettre un taux de 4,75% pour le LIBOR $ à un mois parce que tel était bien le taux qui avait été exigé de [la Barclays] par le marché […] Le « soumetteur » s’exécuta et baissa le taux qui serait soumis au niveau 4,50%. Ce jour-là, le taux soumis le plus élevé après celui de la Barclays se situait 50 points de base plus bas » (p. 30).


Qu’on comprenne bien : 1) dans les années 2005-2007, une « douzaine de Kerviels » travaillant pour la Barclays soumettent régulièrement pour le calcul du LIBOR (aux côtés de 15 autres banques), des taux manipulés de 1 à 1,5 points de base à la hausse ou à la baisse ; 2) dans les années 2007-2009, dans le cas rapporté, un dirigeant de la banque donne instruction à un subalterne de minorer le taux constaté de 25 points de base ; 3) le même jour, dans une autre banque de la place de Londres (la moins manipulatrice après la Barclays), un dirigeant donne instruction à un subalterne de soumettre au nom de la banque un taux qui est manipulé d’au moins 75 points de base : 25 [comme la Barclays] + 50 [supplémentaires].


Résumons. Parmi les seize banques qui soumettaient des taux pour le calcul du LIBOR (18 aujourd’hui), quinze ou un peu moins trichaient davantage que la Barclays. Celle-ci s’est vue infliger une amende de (avant rabais) 85 millions de livres (107 millions d’euros) et a perdu depuis la semaine dernière dans la tourmente, MM. Bob Diamond, Président-Directeur Général, Marcus Agius, président et Jerry del Missier, Chief Operating Officer, qui se sont faits fermement indiquer la porte par la FSA, la Banque d’Angleterre et le Chancelier de l’Échiquier. Ce dernier, M. George Osborne, a déclaré que les faits révélés « sont symptomatiques d’un système financier qui a élevé la cupidité par-dessus toute autre considération et a mis notre économie à genoux », et il a ajouté : « La fraude est un crime quand il s’agit des affaires ordinaires – pourquoi devrait-il en être autrement quand il s’agit de la banque ? ».


On ne peut qu’approuver les propos du ministre des finances britannique. Mais qu’en pensent les dirigeants des quinze autres banques « soumetteuses » de taux pour le LIBOR ? Je préfère en tout cas être à ma place plutôt qu’à la leur.


(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.


 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,6 (15 votes)
>> Article suivant
Paul Jorion, sociologue et anthropologue, a travaillé durant les dix dernières années dans le milieu bancaire américain en tant que spécialiste de la formation des prix. Il a publié récemment L’implosion. La finance contre l’économie (Fayard : 2008 )et Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte : 2007).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
je ne comprend pas grand chose mais celà me tracasse beaucoup, je souhaiterais obtenir une explication simple sur les implications de ce scandale sur notre vie courante à tous.
Franchement ça commence à bien faire, on ne sait vraiment plus que faire quand on n'est pas très fort en économie mais qu'on se sent attaqué de tous les côtés.
Comment se protéger un minimum?
les medias n en parlent pas, ferait il partie de ce meme tonneau troué !!
Scandales LIBOR sur les manips métaux!


Parole aujourd'hui que Deutsche Bank est à l'étude pour le gréement taux LIBOR a envoyé ses parts sensiblement diminué.



Bien sûr, nous savons qu'ils étaient tous dans le coup ce qui signifie que beaucoup plus de «Annonces» sont à venir. Voici les 17 banques qui forment le comité de mettre en LIBOR:


•Bank of America
•Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ Ltd
•Barclays Bank plc
•BNP Paribas
•Citibank NA
•Crédit Agricole CIB
•Credit Suisse
•Banque allemande
•HSBC
•JP Morgan Chase
•Lloyds Banking Group
•Rabobank
•Banque Royale du Canada
•Société Générale
•Sumitomo Mitsui Banking Corporation Europe Ltd (SMBCE)
•La Banque Norinchukin
•La Royal Bank of Scotland Group
•UBS AG
Il est important de noter que de ces 17 banques qui se sont entendus pour définir faux taux LIBOR, 9 de ces banques sont "autorisés" collusion participants à truquer les marchés de l'or et l'argent dans l'or et l'argent bidon ETF (GLD & SLV).


Barclays Capital Inc

Citigroup Global Markets Inc

Credit Suisse Securities (USA) LLC

Banque allemande

HSBC


JP Morgan Securities Inc

Merrill Lynch (Bank of America)

RBC Marchés des Capitaux, LLC,
UBS Securities LLC
Comme un raz de marée à mesure qu'elle s'approche rivage, les scandales se multiplient.


http://www.zerohedge.com/news/deutsche-bank-shares-slide-bafin-discloses-liebor- probe-biggest-german-bank
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Je crains que toute cette excitation autour du Libor ne se termine comme un pétard mouillé.

Oui, toute cette opération est le plus grand scandale financier de tous les temps. Cependant, les banques impliquées font partie du cartel bancaire controlé par les banques centrales.

Or quel est le métier et la seule activité des banques centrales ? Manipuler les taux d'intérêts.

En conséquence et comme d'habitude, quelques amendes symboliques seront appliquées ici où là sans le moindre rapport avec les profits générés, personne n'ira en prison et le tout sera écrasé pendant l'été, passez muscade.
Evaluer :   18  2Note :   16
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
je ne comprend pas grand chose mais celà me tracasse beaucoup, je souhaiterais obtenir une explication simple sur les implications de ce scandale sur notre vie courante à tous. Franchement ça commence à bien faire, on ne sait vraiment plus que faire quan  Lire la suite
sensea - 14/07/2012 à 07:55 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX