Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Liquidité des banques : nouvelles tensions

IMG Auteur
 
Publié le 21 juin 2012
748 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 5 votes, 5/5 ) , 13 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
13
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

La liquidité des banques de la zone euro a été exposée à des pressions renouvelées depuis mi-mai. L'incertitude politique accrue en Grèce et l'insolvabilité du groupe Bankia en Espagne ont été deux facteurs, largement commentés, à l'origine de retraits de dépôts plus ou moins importants. Cet article examine l'ampleur du phénomène et conclut que la comparaison avec la période post-Lehmann n'est pas exagérée à certains égards.

Le bilan consolidé de l'Eurosystème a encore gonflé de quelques 56 milliards depuis mi-mai. Il ne s'agit pas ici d'un phénomène trivial, car l'Eurosystème avait déjà accru son bilan de plus de 300 milliards d'euros suite aux deux opérations de refinancement de très long-terme. L'injection de ces liquidités massives avait rendu pratiquement superflu le recours aux opérations hebdomadaires de refinancement. Or, ce sont précisément ces opérations qui viennent d'atteindre 167 milliards d'euros, et qui ont gonflé d'environ 93 milliards d'euros entre le 12 mai et le 16 juin. Elles reflètent un besoin renouvelé de liquidités qui semble être dû à trois facteurs, dont l'un est particulièrement intéressant.

Premièrement, quelques autres sources de liquidités pour les banques se sont taries à la marge. Ainsi, l'ensemble des autres actifs et des autres créances domestiques en euros a baissé de 22 milliards d'euros depuis mi-mai. L'Eurosystème a également réduit son portefeuille de titres financiers d'un peu plus de 4 milliards d'euros. Au final, après prise en compte de quelques autres facteurs de moindre importance, la liquidité nette injectée par l'Eurosystème depuis mi-mai correspond à l'agrandissement de son bilan, à savoir 56 milliards d'euros.

Deuxièmement, la demande de billets par le public a augmenté de plus de 16 milliards d'euros, générant un besoin de liquidité équivalent pour les banques. Si l'on ne peut pas s'empêcher de penser aux Grecs retirant leurs dépôts, il est cependant difficile à ce stade d'y voir le résultat d'une ruée plus ou moins importante sur certaines banques, étant donné la volatilité et la saisonnalité de la demande de billets. Pour satisfaire cette demande supplémentaire de billets, ainsi que quelques autres fuites de liquidités mineures, les banques ont puisé dans leurs propres réserves, en diminuant le total de leurs dépôts auprès de l'Eurosystème de presque 20 milliards d'euros. Reste donc la question de savoir quel a été le facteur qui a généré la presque totalité du besoin net de liquidités des banques, lui-même à l'origine de l'expansion du bilan de l'Eurosystème?

Ce troisième facteur consiste en une hausse significative du poste  « engagements externes en euros ». De fait, cette hausse traduit une augmentation des créances sur l'Eurosystème détenues par le reste du monde. Ces créances résultent de paiements excédentaires en euro vis-à-vis du reste du monde, et en particulier de transferts d'euros vers des banques hors de la zone euro.

Ce poste a été historiquement très faible, et sa dynamique mimait plus ou moins son opposé du côté des actifs, à savoir les créances en devises étrangères détenues par l'Eurosystème sur des banques domestiques. Les opérations de swaps euro/dollar réalisées avec la Réserve Fédérale Américaine ont été à l'origine d'une hausse considérable et parallèle de ces deux éléments d'actif et de passif, comme illustré par le graphique. (La BCE s'endettait en euros auprès de la FED, pour prêter ensuite en dollars aux banques de la zone euro).

L'écart net entre les engagements externes en euros et les créances domestiques en devises indique de combien les fuites accumulées d'euros de banques de la zone euro vers des banques hors de la zone euro excèdent les fuites accumulées en sens inverse, c.à.d. de devises étrangères de banques hors de la zone euro vers des banques de la zone euro. Or, c'est cet écart-là qui s'est fortement creusé ces dernières semaines, passant de 31 à 91 milliards d'euros entre le 12 mai et le 16 juin. Il avait atteint son plus haut historique de 98 milliards d'euros le 1er novembre 2008, à savoir dans la période post-Lehmann.

Les dernières semaines ont donc été marquées par une importante fuite de liquidités de la zone euro vers l'extérieur. Il s'agit probablement d'une nouvelle étape dans l'évolution de la crise financière, où les fuites ne sont plus confinées à des transferts intra-zone euro entre la périphérie et le centre. Si ces fuites vers l'étranger devaient s'accélérer, la BCE n'aurait pas d'autre alternative que l'expansion de son bilan, quel que soit le moyen choisi (achat de titres financiers, nouvelle opération de refinancement à très long terme, etc.).


Créances domestiques en devises et engagements externes en euros de l'Eurosystème



 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Espagne | Grèce | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Espagne | Grèce | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (5 votes)
>> Article suivant
Siméon Brutskus a vécu sa jeunesse à l'Est, avant de parfaire son éducation économique en France. Sa carrière d'enseignant-chercheur l'a conduit à s'intéresser à la théorie et politique monétaires, et au rôle qu'occupent les banques centrales dans la déstabilisation des systèmes financiers.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Tous vos commentaires sont pertinents...je rajouterais que tout finira, comment dire... mal...très mal.
Ne paniquez pas, ça ne sert à rien, Mais si vous paniquez, soyez LE PREMIER...

Y'en a qui vont se réveiller avec une sacrée gueule de bois, un week-end d'été...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
A force de lire des articles affirmant une flambée des MPX, j'ai décidé, le 10 octobre dernier, d'investir dans l'or et l'argent.
Résultat, j'ai bien perdu, car depuis, ça ne fait que baisser. A part quelques belles remontées, malheureusement aussitôt anéanties par des baisses, toutes ces affirmations ne se révèlent pas exactes.
J'en arrive même à me demander si tout ces articles ne seraient pas écris par des gens ayant des intérêts dans la vente des MPX, et prêts à raconter n'importe quoi pour continuer à vendre leurs produits.
Pourtant, vu l'actualité économique actuelle, je continue malgré tout à croire en l'opportunité des MPX pour protéger mes économies, et m'aider à passer un peu mieux ce qui se prépare, et qui me parait inévitable.
Mais j'avoue douter fortement par moments, ne comprenant pas pourquoi, malgré une actualité économique qui devrait être favorable aux MPX, ceux ci ne connaissent pas une montée plus prononcée.
Alors, quand je lis comme vous l'écrivez dans votre commentaire:
" Y en a qui vont se réveiller avec une sacrée gueule de bois, un week-end d'été...", j'aimerais que vous développiez un peu, et si possible, m'expliquer comment vous voyez la suite pour l'évolution des MPX. Moi aussi, je pense que cette année pourrait réserver des surprises, des bonnes pour ceux qui ont pris les devants en ayant investis dans l'or où l'argent, et des mauvaises pour ceux qui ne sont pas encore montés dans le train, tellement convaincus que l'état providence continuera à les protéger.
J'espère que vos arguments seront appuyés sur des éléments concrets, et non pas comme certains, qui racontent n'importe quoi, cédant certainement à des envies, qu'ils prennent pour des réalités...
Il y a des moments, j'aimerais pouvoir mettre au courant les gens , en leur expliquant à quel point il est risqué de laisser ses tunes sur des comptes en banques, livret A, assurances vie...ect...
Mais ils ne veulent en général pas écouter mes arguments, convaincus que les médias les préviendraient si quelque chose de grave se préparait. Ils n'ont apparemment pas encore compris que les médias mangent la même soupe que l'état, et sont de ce fait leurs complices.
Voilà, excusez moi pour avoir été un peu long. J'attends donc les explications de ceux qui maintiennent que les MPX ne pourront être qu'une bonne chose pour se protéger contre cette crise. Merci...
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
On ne peut pas, par quelque procédé que ce soit augmenter la quantité de métaux précieux présents sur terre... ça c'est un fait...
On peut, par contre, sans aucun problème augmenter la masse monétaire (Euro, Dollar etc...) et ça c'est une réalité.

Donc si en 100 ans la masse monétaire du monde a été multiplié par 100... et que la quantité de métaux précieux n'a pas bougé (voir à diminué pour l'argent), alors, les métaux précieux doivent avoir pris 100 fois leur valeur... c'est mathématique.

Si comme c'est le cas actuellement, on trafique ce marché pour que le prix des métaux précieux ne suivent pas l'évolution de l'augmentation monétaire actuellement vertigineuse... il y a un moment où cela ne pourra plus continuer...
C'est comme les montagnes russes... ça monte... ça monte... ça monte... et puis à un moment, la descente arrive d'un coup... et ça secoue pas mal...

Je comprends tout ceux qui ont investi en 2011 suite à une montée de 100% de l'argent en 1 an... et qui maintenant se posent des questions...
Mais il faut tenir, ce serait bête d'avoir fait tout ce chemin pour laisser tomber et de perdre 2 fois... une fois maintenant en revendant à perte... et une fois bien plus grave lorsqu'on se rendra compte qu'on avait un trésor dans les mains...
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
@ jack.be.
C'est sûr, revendre maintenant serait la pire des choses à faire...
Surtout dans le cas où les MPX venaient à monter fortement par la suite !!!
J'imagine...Les boules !!!
Comme vous le dites, à force de monter(l'argent fiduciaire), il faudra bien redescendre un jour. Et ce jour là, c'est les MPX qui risquent de monter à leur tour...
Bonjour,

Le marché des métaux précieux est très volatil et tous ceux qui y investissent sont confrontés un jour à votre type de réflexion et de dilemne. La bonne solution pour dormir tranquille, à mon sens, est la suivante :

1. Valider que l'on a bien couvert les fondamentaux (c'est manifestement votre cas, vous n'en avez pas acheté sur un coup de tête mais pour des raisons de fond)

2.Valider que les fondamentaux n'ont pas changé : c'est le cas, et bien au contraire les raisons d'acheter des métaux précieux augmentent de jour en jour

3. Raisonner en termes de poids : vous avez acheté xx grammes d'or, ou yy kilogrammes d'argent, et les avez en votre possession. Avez vous perdu un seul gramme ? Non ? Donc vous n'avez rien perdu, et ne vous souciez pas du prix en euros, à long terme il n'a aucune importance.

4. Raisonner en termes d'assurance. Vous pouvez investir dans les métaux précieux pour faire fortune, ou pour vous protéger. Si c'est pour vous protéger, voyez donc votre investissement comme une police d'assurance, un peu comme une police anti incendie. Vous achetez la police d'assurance pour vous protéger, mais n'espérez certainement pas que votre maison va bruler.

Dans le cas des métaux précieux, vous en achetez parce que vous pensez que l'économie va s'effondrer et que vous serez protégé. Mais je ne pense pas que vous souhaitiez que l'économie et notre monde s'effondre.

Il existe toutefois une grande différence avec une police d'assurance quand vous achetez des métaux précieux : vous gardez la prime pour vous. Au lieu d'envoyer l'argent à la compagnie d'assurance, vous le gardez pour vous.

Rien que cette vision devrait vous permettre de dormir sur vos deux oreilles.

Et si l'or vaut un jour 5.000, 10.000 ou 50.000 euros l'once, vous aurez eu, en plus de votre assurance, un très beau ticket de loterie.

En espérant que ces quelques remarques auront pu vous être utiles.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
@ ELS.
Je suis d'accord avec vous, complètement d'accord avec vous.
Et malgré qu'il m'arrive de douter, ce qui est tout à fait normal dans un sens, car après tout, nous ne sommes absolument pas certains que les MPX sont la solution à cette crise, je continuerais d'investir dans ceux ci au fur et à mesure que mes moyens me le permettent.
Mon but principal est plutôt comme police d'assurance qu'autre chose. Mais si au passage, je peux "gagner à la loterie", cela ne me dérangera pas ! lol.
Espérons donc que les MPX tiendront leur rôle de protecteur, en espérant aussi que nos gouvernants ne créeront pas de nouvelles taxes pour nous priver de nos bénéfices. Ils en sont bien capables ces en.....és !!!
Mais comme s'ils le font, un marché parallèle se créera très certainement, je ne me fais pas trop de souci. Nous n'en sommes heureusement pas encore là, et attendons donc de voir comment les choses évolueront...

Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Il faudra un jour appeler un chat un chat.

Remarquez comment on évite de parler du vrai problème, qui est celui de la solvabilité. On utilise uniquement le mot de "liquidité", comme si le problème n'était qu'un problème temporaire de trésorerie, un cap difficile à passer. Dans le cas d'une crise de liquidités, il suffira, nous dit on, que les Etats donnent leurs garanties et que la banque centrale prête de l'argent aux banques pour régler le problème.

En réalité, nous sommes face à une insolvabilité des banques de l'Eurozone, au sens que leurs actifs sont inférieurs à leur passif, c'est à dire que si elles liquidaient tous leurs actifs, elles ne pourraient pas rembourser leur passif. En un mot, elles sont en faillite.

Tout est fait pour masquer cette réalité. Les ratings, les critères prudentiels, notamment Bale III, les évolutions d e la réglementation, les achats massifs d'actifs pourris aux banques à leur prix d'achat, tout est bon pour faire croire que les actifs des banques sont solides et qu'ils reprendront un jour leur valeur.

Aucune chance. La Grêce, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, la France, la Belgique ne rembourseront jamais leurs dettes (pas nécessairement dans cet ordre) et entraineront les banques dans leur faillite.

Bien évidemment il ne faut pas le dire, sous peine de risquer une panique bancaire immediate.

Mais les conséquences à long terme n'en seront que plus catastrophiques.

Comme le disait Camus, mal nommer les choses, c'est ajouter du malheur au monde.
Evaluer :   8  0Note :   8
EmailPermalink
@ Phypsi et ELS :

Je suis tout à fait d'accord avec vous deux. Effectivement ON ment à la population, et ON a raison puisque la population gobait à peu près tout, notamment en France. Par contre, en Grèce, Espagne, Suède, et probablement très bientôt dans d'autres pays, les gens commencent à se réveiller. Pour le moment, il semble que ce réveil soit "gentil" puisque les gens vident leurs comptes juste pour avoir les billets chez eux, voire les échanger contre d'autres devises. Ceci dit, ce qui est préoccupant, c'est qu'ils ne retirent pas leur épargne d'un compte européen vers un autre compte européen, mais carrément vers leurs placards ou vers l'étranger.

Et c'est relativement gentil, tout ça. Ca montre qu'ils ont encore UN PEU confiance dans l'euro. Je pense que d'ici quelques temps, ils vont tellement s'en méfier qu'ils vont commencer à convertir leurs devises en or et argent plutôt qu'en autres devises.

Et comme chacun sait, au prix actuellement bon marché des métaux, soit on va vite arriver en pénurie de métaux précieux, soit il va vite falloir en augmenter le prix. Dans le 1er cas, cela se traduirait par une forte augmentation, brutale, soudaine, suivie d'une panique. Dans le 2e cas, cela se traduirait par une augmentation entrainant un engouement croissant, et vis et versa... et au bout d'un moment, tout allant en s'accélérant,...

Au fait, @ TOUS : j'ai lu sur ce site des critiques concernant ceux qui souhaitent que le système actuel se casse la gueule, et j'ai lu des choses comme "mais non, personne ici ne souhaite que ça se casse la gueule". Je voudrais répondre deux choses :

1/ Lors du débat sarko-hollande, sarko a eu ce lapsus génial : "nous sommes actuellement dans un système économique qui va bientôt se term.... se relancer, repartir,...." Et oui ! si même l'homme qui disait que la crise est derrière, lache un lapsus comme quoi la fin est proche, ce serait bien que même ici, on arrête de se mettre des oeillères.

2/ Personnellement, pour des raisons diverses, JE souhaite que ce système se casse la gueule et je m'en explique. Jusqu'où faut-il aller pour que le monde se réveille?
Plus vite il se cassera la figure et moins graves en seront les conséquences. Il vaut mieux qu'il tombe de lui-même, plutôt que d'attendre des "printemps arabes" en Europe comme aux USA. De plus, et ici vous le savez tous, plus ça tardera, plus la masse monétaire aura augmenté et la quantité de métaux disponibles aura diminué. Déjà là, on s'achemine vers un or multiplié par 10 à 50 voire plus, et un argent multiplié par 50 à 12 500 ( 5 fois la valeur de l'or, et si lui-même multiplié par 50). Mais plus ça tarde, et plus les stocks asiatiques augmentent, de même que les stocks des investisseurs privés ( dont nous faisons partie ).... faisant baisser d'autant la quantité réellement disponible à la surface du globe. Peu importe ce qu'il reste sous terre ! Lorsqu'il faudra convertir les devises en métaux, il faudra du concret dans les mains, pas des "promesses papier" de ce qui se trouve sous terre et sera livrable ultérieurement. Car ce sont ces mêmes types de promesses qui ont fait que les cours sont si bas et les stocks si bas également.

Alors s'il semble égoïste de ma part de souhaiter que tout se casse la figure au plus vite, il est encore plus égoïste, à mon sens, de souhaiter que la chute soit retardée, tellement sa violence "programmée" augmente avec le temps.



Evaluer :   6  2Note :   4
EmailPermalink
Vous avez raison. Les fondations du système sont chancellantes mais comme tout le monde touche de l'argent dudit système (ou espère en toucher, cas des retraites), il ne sera pas possible qu'il se réforme de l'intérieur.

Sa chute est donc inéluctable, et le plus tot sera le mieux, en effet
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Bonsoir La Caye,
heureusement que l'on ment à la population ! Sinon, ça serait la panique, et la fin du système actuel, avec un état de guerre ou presque...;On calme toujours les bétes avant de les ammener à l'abattoir. Ce qui est sur, c'est qu'en prenant les devant, on limitera la casse. Et le fait d'avoir de l'or ou de l'argent, physique, bien sur, aidera à tenir le temps que ça se calme.De là à vouloir la chute de suite, oui, sur le fond, car plus on attends, plus ça sera dur. Mais sur la forme, c'est pas souhaitable.... du moins pas de suite : le peu de personnes préparées se retrouveraient isolés dans la masse et ça serait dangereux.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Oui et non... c'est pas être isolé dans la masse qui est dangereux, c'est être repérable. La discrétion sera toujours le meilleur des atouts. En attendant que ça se relance, comme après les guerres, les crises... Sauf que là, ce sera comme après une guerre, mais sans qu'il y aie eu une guerre. On remettra une nouvelle monnaie en circulation dans chaque pays, basée sur l'or restant, et on se démerdera avec ça...
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Bien entendu, en théorie, je suis entièrement d'accord... mais dans la pratique, cela va être terrible...

Le monde est arrivé à un tel point de non retour qui préfère fermer les yeux pour vivre encore quelques minutes d'utopie plutôt que de les ouvrir pour voir la réalité.
De toute façon, il sait très bien qu'il n'y a plus de solution globale possible pour régler le problème et qu'alors, il vaut mieux le repousser au plus tard possible... qui sait... un miracle...

Par contre, ELS a très bien souligné qu'il y a une minorité de personnes qui savent très bien que tout va sombrer et qui ont déjà programmé la suite... et là, vu les hommes concernés, il est probable que la suite devient pire que la chute pour les libres penseurs...

Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Tous vos commentaires sont pertinents...je rajouterais que tout finira, comment dire... mal...très mal. Lire la suite
Macoll - 07/09/2012 à 16:26 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
La Russie achète, de nouveau, des titres de la dette américaine
19 oct.blitzel
Et pendant ce temps-là, des manoeuvres militaires de l' Otan en Allemagne préparent actuellement une confrontation fictive d'une guerre nucléaire à...
La crise du REPO… éternelle. Ca r’commence !
19 oct.blitzel
J.P. Chevallier parle de crask obligataire en monétarisme.*1 Delamarche parle d'Obligations insuffisantes de bonne qualité pour garantir ses c...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX