Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Mon vice : je déteste l'environnement !

IMG Auteur
Publié le 15 janvier 2016
1534 mots - Temps de lecture : 3 - 6 minutes
( 27 votes, 2,9/5 ) , 35 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
35
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Pauvreté
Rubrique : Fondamental

 

 

 

 


Je suis un pécheur, mais je ne suis pas repentant. Rendez-vous compte, je ne pratique pas l'écologie et je n'y crois pas. Je ne recycle pas et je ne conserve rien - sauf quand ça peut rapporter de l'argent. J'aime l'air propre - vraiment propre, comme celui des climatiseurs. J'aime les intérieurs sans insectes. J'aime le développement comme celui qu'on trouve dans les immeubles, le béton, le capitalisme, la prospérité. Je n'aime ni les marais (et ceci vaut pour tous les "marécages", même les "Terres marécageuses" dont on nous bourre le crâne), ni les jungles (les "forêts tropicales"). Je considère tous les animaux, à l'exception des chiens et des chats, comme porteurs potentiels de maladies, à moins qu'ils ne soient dans des zoos.


Quand PBS parle de l'intelligence animale, je reste indifférent. Je suis content pour les dauphins qu'ils puissent pousser de petits cris. Je suis heureux pour les singes qu'ils puissent faire signe pour avoir leur nourriture. C'est charmant de voir les abeilles s'organiser si bien pour leur travail. Mais ça ne leur donne aucun droit sur moi. Leur seule véritable valeur vient de ce qu'ils peuvent faire pour l'Homme.


D'après la doctrine politique et religieuse moderne, toutes ces idées font de moi un pécheur. Les principales Églises sont devenues depuis longtemps quasi-Manichéennes, prêchant la sainte pauvreté et jurant de ne jamais perturber la nature par les taches de l'action humaine. Et nous connaissons tous la vogue des religions du New Age. On enseigne aux enfants des écoles publiques l'éco-sentimentalisme.


Même le nouveau Catéchisme catholique semble de la bouillie sur le sujet. "La domination de l'Homme sur le monde inanimé et sur les autres êtres vivants créés par Dieu n'est pas absolue... elle demande un respect religieux de l'intégrité de la création" (paragraphe 2416). Je ne sais pas ce que cela veut dire. Ca ressemble à un clin d'œil au nouveau paganisme. Est-ce que les abeilles et les bactéries tueuses ont une "intégrité" qui dicte un "respect religieux" ? A mon avis, la nature n'a de valeur que si elle sert les besoins de l'Homme. Sinon elle doit être transformée.


Même dans les cercles libre-échangistes, on me demande de célébrer la beauté et l'intégrité morale de la nature avant que je ne discute des droits de propriété et du marché. En fait, les "écologistes du marché libre" insistent pour me faire accepter les objectifs des Verts, en rejetant seulement certains de leurs moyens étatiques comme manière de parvenir à ces buts. Je ne prends pas. Les écologistes dénoncent tout ce que j'aime, et la lutte entre eux et nous est fondamentale.


On ne peut compter que sur les Randiens pour rester logiques sur cette question. Ils affirment ce qui était la position chrétienne il n'y a encore que quelques décennies : que l'Homme, en fait, occupe la place la plus haute dans le grande chaîne du vivant. Les intérêts des animaux, des espèces, des choses vivantes ne devraient jamais prendre le dessus sur le besoin de prospérité humaine. Mais, à cause d'un tel discours, les Randiens ont été bannis par de nombreux libertariens sous le prétexte que leur stratégie serait totalement erronée.


Un sage Randien m'a une fois supplié d'examiner de près le terme "d'environnement". A quoi se réfère-t-il ?, demandait-il. Eh bien, vous pouvez dresser la liste des sujets d'intérêt des écologistes : l'air, l'eau, les animaux, les arbres, l'ozone, etc. Mais où cela s'arrête-t-il ? Quelles sont les limites de ce qu'on appelle l'environnement ? Ce que ce terme veut vraiment dire, disait-il, "c'est tout sauf l'Homme". Il avait raison. Un environnement parfait serait un monde sans Homme. Combien monstrueux est le fait de permettre aux Verts d'avancer vers cet objectif !


Ce n'est pas seulement Ayn Rand, mais aussi Saint Augustin, qui croyait que le but de la nature était de servir l'Homme :


Certains essaient d'étendre ce commandement ["Tu ne tueras point"] aux bêtes et au bétail, comme s'il nous interdisait de retirer la vie à toute créature. Mais s'il en était ainsi, pourquoi ne pas l'étendre aussi aux plantes et à tout ce qui est enraciné et nourrit par la terre ? Car, bien que cette classe de créatures n'éprouve pas de sensations, on dit aussi qu'elle est vivante, et par conséquent aussi qu'elle peut mourir. Et donc, si la violence leur est appliquée, elle peut les tuer. Ainsi, par exemple, l'apôtre, en parlant des graines de telles plantes, dit, "Ce que tu sèmes n'est pas pressé sauf par la mort" ; et dans le Psaume il est dit, "Il tua leur vigne avec les intempéries". Devons-nous alors considérer comme contraire au commandement "Tu ne tueras point" de cueillir une fleur ? Devons-nous ainsi, de façon insensée, admettre les erreurs folles des Manichéens ? En mettant de côté, donc, ces divagations, lorsque nous disons "Tu ne tueras point", nous ne parlons pas des plantes, car elles n'éprouvent aucune sensation, ni des animaux irrationnels qui volent, nagent, marchent ou rampent, car ils sont séparés de nous par leur manque de raison, et donc, par la décision juste du Créateur, ils peuvent, selon notre volonté, être tués ou laissés en vie pour nos propres besoins


Comme il est glorieux, écrit aussi Saint Augustin, de voir les habitats humains se répandent où régnait autrefois une nature non maîtrisée. C'est également mon avis. Je ne me soucie pas du nombre d'homélies que j'entends sur les gloires de la nature, de la chaire, du Congrès ou des medias. Je suis contre elle, à moins qu'elle ne soit modifiée par l'Homme en quelque chose d'utile ou de valeur. Les choses qui poussent sont faites pour la nourriture, les vêtements, la décoration ou les pelouses. Tous les marais devraient être asséchés. Toutes les forêts tropicales transformées en agriculture productive.


N'étant pas bricoleur, mon rayon favori des quincailleries est celui des produits contre les insectes ou la mauvaise herbe, des pièges à animaux nuisibles et des poisons de toutes sortes. Ces produits exterminateurs représentent la haute civilisation et le capitalisme. Les emballages sont décorés avec des images menaçantes de fourmis, de gardons, d'insectes avec des pinces, et d'autres choses indésirables, pour nous rappeler que le rôle de ces produits est d'éliminer la vie des insectes pour qu'ils ne menacent plus la seule vie qui ait une âme et donc la seule vie qui compte : celle de l'Homme.


Le seul problème avec les pesticides, c'est qu'ils ne sont pas assez puissants. "Les anti-fourmis" ne font que déplacer les sales petites bêtes. Pourquoi ? Il y a un certain temps, le gouvernement a interdit le meilleur de tous les pesticides : le DDT. Le résultat, ce fut un pays rempli d'insectes volants et rampants, menaçants et porteurs de maladies Des pans entiers d'anciens lieux de vacances merveilleux ont été anéantis parce que nous n'avons plus de droit d'utiliser le seul produit qui ait jamais vraiment réussi à éliminer ces choses. Dans le tiers-monde, des milliers de gens sont morts à cause de l'interdiction d'utiliser le DDT, à cause de l'augmentation de la malaria et d'autres maladies apportées par les insectes. Tout ceci parce que nous avons décidé que les insectes ont un droit à la vie plus grand que nous. Tout ceci parce que nous ignorons un point clé de la pensée occidentale : toutes les choses non humaines "peuvent, selon notre volonté, être tuées ou laissées en vie pour nos propres besoins."


De nos jours, vous pouvez être arrêtés pour avoir de telles idées, parce que l'écologie est notre religion officielle. Considérez la question du Styrofoam [un produit isolant créé par Dow Chemical, à base de mousse de polyuréthane, NdT]. Je refuse de me servir d'un gobelet en carton pour le café chaud, quand un gobelet merveilleusement isolant est disponible. Quand je demande au café qu'on me donne du Styrofoam, ils reculent comme Dracula devant un crucifix. J'explique que le Styrofoam ne prend que 0,001 pour cent de l'espace rempli de terre, que le papier imprimé est en réalité un plus grand poison pour les nappes phréatiques, et qu'ils devraient donc peut-être ne plus s'abonner au New York Times. Mais ça ne compte pas. Pour eux, les gobelets en carton sont sacré et le Styrofoam est le diable. L'évidence ne compte pour rien.


Nous savons d'où viennent les écologistes. La Gauche a affirmé autrefois que l'Etat pouvait nous rendre plus heureux. Plus il y aurait de gouvernement, plus prospère nous serions. Quand ceci se révéla faux, ils ont changé de disque. Soudain, ils ont commencé à condamner la prospérité en elle-même, et la place du prolétariat oppressé a été prise par les sujets opprimés du royaume des animaux, des plantes et des insectes. Nous avons adopté la pauvreté comme objectif politique, avec son propre code civique de l'éthique.


Depuis les temps immémoriaux jusqu'à avant-hier, l'Occident a considéré la nature comme son ennemie, et avec raison. Elle est dangereuse et mortelle. Pour pouvoir assurer notre survie, elle doit être domptée, taillée, maîtrisée, contrôlée. C'est la première tâche de la civilisation. Le premier pas vers la destruction de la civilisation est l'incapacité de comprendre ceci, ou le fait d'appeler cette attitude un péché.


Article paru le 11/09/2000 sur le site de Lew Rockwell


Traduction :  Hervé de Quengo

 

 



<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :2,9 (27 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Moi, je déteste les cons... À quoi bon gloser.

Sinon, je salue la liberté d'expression qui prévaut sur ce site. Car on peut tout aussi bien y entendre les ânes braire que lire les propos d'esprits parfaitement articulés intellectuellement. Eh oui, la Nature est ainsi faite qu'il y en a pour tous les goûts ; comme quoi, il ne faut pas trop médire d'elle, pour les uns, et, pour les autres, il faut aussi tolérer même la bêtise qu'elle recèle ici et là, du moins quand elle est insignifiante et plutôt inoffensive, comme celle de ce monsieur.

Bravo donc pour ce bel exemple d'ouverture. Car oui, il faut le dire bien haut - c'est sans doute malheureux mais c'est là aussi notre condition humaine : il n'y a pas d'ouverture véritable sans ouverture à la bêtise. (Oui, je sais, ça fait mal.)

Et j'invite chacun à méditer quelques instants sur cette simple pensée.
C'est d'abord un article de 2012, de plus ce monsieur est americain ou anglais donc ne lira jamais ces commentaires.
Il n'a pas compris la non dualité de ce monde, il n'est pas séparé des animaux ou de la nature, il en fait partie, il est cette nature, cet univers. Donc faire du mal à la nature, aux animaux ou aux etres humains revient à se faire du mal a soi même puisque nous ne formons qu'un. Il prouve bien que l'ignorance et la connaissance sont assis cote à cote.
" Le c.. ose tout , c'est d'ailleurs à ça qu'on le reconnait" .
Evaluer :   0  4Note :   -4
EmailPermalink
Rafraichissant.

C'est vrai que la dictature écologico-politiquement bien pensante commence à fatiguer. Le problème avec les écologistes est qu'ils n'aiment pas leur espère
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink

L'auteur semble oublier que lui aussi fait partie de la nature, catégorie humain méchant.

Essayons de l'imiter: la disparition des animaux, et leur souffrance l'indifère. Seul le concerne son profit personnel.

A notre tour, ce méchant homme pourrait périr naturellement, cela laisserait indifférent quiconque à ses souffrance.

Quel que soit le profit que la nature, comme l'homme gentil, pourraient y trouver.

PS Cet article est scandaleux et il faut reporter là un abus.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
On pourrait déjà dire beaucoup sur le "droit" de l'homme de "dompter" la nature, ou sa nécessité de le faire pour survivre ou être heureux.
Mais quoiqu'il en soit, pour "dompter" notre environnement, nous devons le connaitre : c'est le rôle de la science. La science dit qu'il existe des lois qui s'appliquent à tout (nous et notre environnement) et ne souffrent aucune exception (contrairement aux lois humaines) : elles ont été, sont et seront. Il existe des lois physiques (les plus simples, découvertes en premier), et des lois de la nature (beaucoup plus complexes). Les secondes sont étudiées par l'écologie (pas le mouvement idéologico-politique mais la science) : vient du grec oikos (maison, habitat) et logos (science).
Soit vous reniez les découvertes scientifiques (notamment en matière d'écologie), auquel cas vous ne pouvez atteindre votre but ("dompter" la nature) soit vous êtes d'accord avec ces découvertes, auquel cas la quasi totalité de vos propos sont nuls, car ils vont à l'encontre de ces découvertes. Mais ça, vous devez l'ignorer, vous n'êtes pas un scientifique.
Alors fermez-la, et parlez de ce que vous connaissez ou alors sortez de votre ignorance et mettez le nez dans des bouquins d'écologie (la science). Après tout, c'est la science qui fait évoluer nos civilisations, alors ne vous privez pas.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink

Pour être parfaitement cohérent avec votre vision, vous pouvez aussi avaler une dose adéquate de DDT afin de liquider les milliards de bactéries de votre système digestif sans oublier de vous en enduire le corps pour les autres milliards trainant sur votre peau. Vous serez alors en paix avec vous même, ayant éradiqué cette horrible nature qui, comble de l'horreur, avait élu domicile au plus près de vous.

Je caricature ? pas plus que vous, qui n'avez un seul instant, envisagé que vous faisiez partie de cet ensemble que vous appelez environnement et dont votre survie dépend. Votre air, votre eau, votre énergie, votre alimentation et jusqu'à votre digestion...

Votre exemple du DDT qui occasionne une prolifération d'insectes suite à son interdiction fait juste l'impasse sur le fait que ce produit a aussi éradiquer les prédateurs qui pouvaient limiter ces insectes.
La nature et l'environnement ne sont ni bons ni mauvais... ils sont !
D'ailleurs la vision parfois angélique du monde écolo m'exaspere tout autant que vos propos.

un livre que je vous conseille qui peut peut être vous éclairer sur votre angoisse viqs à vis de cette nature indomptée:
la peur de la nature, François Terrasson
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
J'ose espérer que c'est de la provocation.

Toutefois, l'énervement que j'ai eu en lisant cet article, ainsi que la levée de bouclier dans les commentaires m'incite à repenser ma critique.
Je ne suis pas un écologiste pratiquant, mais dans les grands axes je suis pour l'écologie. Si on peut associer, et je pense que l'on peut le faire, écologie et progrès alors oui.
Avons nous besoin de toutes ces merdes que le monde capitaliste nous incite à acheter? Vivons nous mieux?
Personnellement je n'use que ce dont j'ai besoin. Je pense que le tout disponible est un danger pour l'humanité car en cas de pénurie nous ne sommes pas (plus) préparé au manque.
Nous gaspillons, pourquoi? Des chiffres virtuels sur des comptes à l'autre bout du monde sur une petite île paradisiaque.

Après, je suis d'accord l'écologie poussé au maximum est un danger, ne revenons pas Adam et Eve, mais si nous pouvions vivre en symbiose sur juste de l'utile et ce dont nous avions besoin...

Prenez l'exemple de l'étalement urbain. Fantastique du BTP, la base de nombreuses économies.
Au lieu de faire beaucoup de merde, faisons peu mais bien. Que nos villes soient insonorisées, dépollués, fluide en transports avec de grand axe gazonné. Ou est le problème??? c'est en contradiction avec une écoomie de marché? Je ne crois pas. A coté de ça, nous choisirions la qualité plutôt que la quantité.

Mais les gens veulent se sentir riche, ou a défaut avec du stock de ... vent.

Triste humanité, faites du bien à coté de vous il y aura toujours un débile pour porter plainte car lui vous ne l'avez pas aidé. UNE HONTE
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Précision : les chats sont vecteurs de la toxoplasmose... et certains chiens ont la rage. Et les humains sont porteurs de maladies comme la grippe, le sida, et autres joyeusetés..... il y a en effet plus de risques d'être contaminé gravement par un autre humain que par un écureuil ou une mouche.
Je suggère à l'auteur de prendre un AK 47 et de tuer autant d'humains que possible, genre des enfants de 5 ans dans une école, ça lui ira très bien.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
L'auteur s'attaque à l'écologie politique qui est une idéologie totalitaire. Les écologistes se fichent complètement de la nature, leur but est la création d'un état socialiste. Il suffit de voir pour quel projet de société ils militent : à gauche toute, la nature n'est qu'un prétexte. C'est bien ça que veut dire l'auteur en jouant le parfait abruti. Je ne crois pas une seconde qu'il veuille stériliser la planète, il se révolte contre les ayatollah verts.
La nature est un patrimoine. Ce qui a été détruit est perdu à jamais. Les vrais écologistes le savent et ils vivent en général dans le monde capitaliste. Les gauchistes se servent de l'éthique écologiste pour faire de la politique et cela n'est possible que dans le monde développé.
Tout le monde sait que Mamère fait du vélo (cf K. Zéro), voici un autre exemple. Dans une commune voisine, le maire était élu écologiste, il occupe depuis peu un poste plus important à paris. Une fonderie d'aluminium était bien embarrassée par ses rejets d'eau polluée. L'entreprise a demandé au maire écolo la permission de rejeter ses eaux polluées dans une ancienne carrière. Le maire "écolo" a dit oui. La pollution chimique de la nappe phréatique est maintenant impossible à nettoyer.
Evaluer :   5  2Note :   3
EmailPermalink
Affolant ! Quel gouffre parfois entre le bien penser et le bien dire. Dans un tel plaidoyer, le sophisme est omniprésent. Un exemple:

" lorsque nous disons : tu ne tueras point, nous ne parlons pas des plantes car elles n'éprouvent aucune sensation (affirmation gratuite), ni des animaux irrationnels qui volent, nagent, marchent ou rampent car ils sont séparés de nous par leur manque de raison, et donc, par la décision juste du Créateur, ils peuvent, selon notre volonté, être tués ou laissés en vie pour nos propres besoins. "

Fort bien,mais alors, songeons aux bébés humains : ils sont séparés de nous par leur manque de raison, et donc, par la décision juste du Créateur, ils peuvent, selon notre volonté, être tués ou laissés en vie pour nos propres besoins.

Voilà pile le genre de sophisme qui à déjà ouvert et pourrait bien vite rouvrir la porte aux pires monstruosités !

Je déplore ne pas pouvoir noter zéro.

P.S. je viens de noter un et sa moyenne augmente, je suis écoeuré .
Evaluer :   7  2Note :   5
EmailPermalink
Quand vous allez connaître la réalité, vous seriez consternés par votre ancienne incompréhension de toutes choses !
Mais il est nécessaire qu'il en soit ainsi.
Evaluer :   0  4Note :   -4
EmailPermalink
Ca ressemble effectivement à une provoc mais faut avouer que des fois ca fait du bien
Evaluer :   7  3Note :   4
EmailPermalink
ON PARLAIT AINSI DES AFRICAINS NOIRS IL Y A PAS SI LONGTEMPS !
POUR JUSTIFIER LEURS TRAITE ON CONSIDÉRAIT QU ILS N AVAIENT PAS D ÂME !
MR ROCKWELL n'est pas utile a l'homme , alors si dans un bouchon il m’empêche de circulé je me voit dans dans l 'obligation de l'éliminer selon des valeurs qui me regardent , il nuit a la fluidité du trafic et empêche l'homme civilisé d'avancer a sa vitesse !
a moins que pour s' isolé du brouhaha du monde ils désir méditer dans une décharges publique arrosé d''eau de javel !
je pense que cet article est là plus pour provoquer des écolos stupides , mais aller jusque là c'est plus de la névrose !!
Evaluer :   10  2Note :   8
EmailPermalink
Un homme donne son opinion et voilà que les réactions épidermiques débarquent.

Que cela vous plaise ou non, il n'existe pas de droit du végétal, minéral ou animal. Cela n'a aucun sens.
En accorder, cela signifierait qu'on devrait arrêter de se nourrir, de boire, de bâtir. Lorsqu'un lion tue une gazelle, faudra-t'il condamner le lion pour crime ?
Lorsqu'un requin tue un homme, il faut le mettre en prison, lui faire un procès ?
Et quand vous soignez une maladie, doit-on vous condamner pour crime contre la microbité ?
Faudra-t'il mettre une parité humain animaux plantes dans les gouvernements, administrations, CA d'entreprises ?

Le droit est un concept de vie en société, concernant les rapports d'individu à individu, de citoyen à dirigeant.
Les droits des oiseaux, des plantes et de petits cailloux, ça n'existe pas, c'est juste un délire de fanatiques écologistes extrémistes.
Evaluer :   6  10Note :   -4
EmailPermalink
Ce qui importe, c'est l'équilibre...
Et parce qu'il y en a qui, dans les faits et non le paroles, assassinent la planète pour des profits personnels (en argent papier en plus... quels c...) alors, il faut des extrémistes de la protection de la nature pour retrouver l'équilibre...
Je serai libéral à l’extrême si vous étiez "écolo-fasciste", mais je serai écolo si vous étiez "ultra libéral"... le tout est de garder l'équilibre...
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
«Ce qui importe, c'est l'équilibre...»

De quel genre d'équilibre parlez-vous ? En quoi y a t'il un équilibre dans la nature ? Qui a décrété un équilibre de la nature ou des idées ? Est-ce un commandement de Dieu ? Un droit naturel ?

« Je serai libéral à l’extrême si vous étiez "écolo-fasciste", mais je serai écolo si vous étiez "ultra libéral"... le tout est de garder l'équilibre... »

Si je suis innocent, vous seriez un criminel pour garder cet équilibre ? Si je suis moral, vous seriez immoral ? Si je suis beau, vous seriez laid ? Si je considère que la Terre est ronde, vous considéreriez que la Terre est plate ?
Faire de la voie du milieu un dogme est un sophisme idiot.
Evaluer :   6  7Note :   -1
EmailPermalink
Pourquoi tant d'agressivité... allez, pour garder l'équilibre, je vais rester calme.
On parle là de l'équilibre dans un débat d'idée... et non de faits. Réfléchissez bien, il y a une grande différence entre les deux...
Et pour ce qui est des idées (qui entraines les actions acceptables ou non), oui, il faut de l'équilibre, sinon, c'est le totalitarisme (une seule idée acceptable sans contrepartie)

En ce qui concerne la nature, ceux qui la connaissent savent très bien qu'elle est extrêmement équilibrée. C'est en général l'homme qui rompt les équilibres de la nature... mais il a oublié qu'il faisait lui aussi partie de cet équilibre et de cette nature.

La recherche de l'équilibre, c'est la recherche de la Raison... et c'est ce qui manque bien à notre monde actuellement.
Evaluer :   9  2Note :   7
EmailPermalink
Il n'y a nulle agressivité dans mes propos, je suis resté formel dans mon expression. Vous m'attribuez probablement un état d'esprit que je n'ai pas eu en écrivant ces lignes.
Enfin, il faut dire que dans un débat écrit, il est facile mal interpréter les propos et de se faire une mauvaise idée sur son auteur. Dans une conversation orale, il y a bien d'autres détails permettant la communication.

«Et pour ce qui est des idées (qui entraines les actions acceptables ou non), oui, il faut de l'équilibre, sinon, c'est le totalitarisme (une seule idée acceptable sans contrepartie)»

Vous vous trompez ; le fait qu'une idéologie soit prédominante ou ait un monopole idéologique n'est pas ce qu'on appelle du totalitarisme.

Le totalitarisme est un système où l'état contrôle toute chose dans la société civile, au mépris des libertés fondamentales, l'État est le centre de toutes choses, de l'économie, de la morale, des activités, de l'opinion, etc. Un système où on ne distingue plus la société civile et l'état, selon la description du concepteur du terme.
Une société où la société est gérée de façon militaire, hiérarchisée, où vous travaillez non pas parce que vous en avez besoin, mais parce qu'on vous l'ordonne, et où se faire renvoyer peut être considéré comme une trahison.

Une société étatique totale, avec une idéologie servant de fondation, sans laquelle elle n'existerait probablement pas; avec une échelle de valeurs unique; un objectif commun; un individu type, servant de modèle auquel la population doit ressembler; une pensée unique qui est la pensée imposée par le pouvoir en question, dont on ne peut dévier sans en subir les conséquences, où on ne peut qu'approuver tout ce que fait l'état.

La planification ultime de la société, c'est cela le totalitarisme.

«En ce qui concerne la nature, ceux qui la connaissent savent très bien qu'elle est extrêmement équilibrée. C'est en général l'homme qui rompt les équilibres de la nature... mais il a oublié qu'il faisait lui aussi partie de cet équilibre et de cette nature.»

Parler d'équilibre est du déterminisme, mon cher. Vous pouvez parler d'environnement favorable à l'humanité, mais pas équilibrée.

Si l'état de la nature est modifiée, elle sera simplement différente, il y aura des conditions favorables pour certaines choses et moins favorables pour d'autres.
C'est ce qu'on appelle l'évolution.

Si l'homme devait détruire la nature au point de rendre son environnement moins propice, l'humanité changera pour s'adapter, diminuera probablement. On ne peut pas vraiment savoir ce qui se passera. Mais il ne faut pas tomber dans l'alarmisme où le stéréotype de l'homme qui détruit la nature pour le plaisir de la détruire et qu'il la détruira totalement du jour au lendemain, de sorte de rendre la Terre invivable.
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Bonsoir,
Dans le totalitarisme, il est interdit d'avoir d'autres idées que celle du gouvernement en place (exemple du communisme ou de l'islamisme). Donc si le gouvernement à l'idée de tuer tous les chrétiens, les homosexuels, les cochons, les castors... personne ne peut aller à l'encontre sous peine de camps de travail ou de lapidation...
Donc il n'y a plus d'équilibre possible car les idées extrêmes (elles ne le sont pas toutes heureusement) ne rencontre plus d'opposition et donc d'évaluation.

L'homme se croit fort, mais il n'est qu'un tout petit élément sur terre et ne devrait à se point sous estimer son entourage qui le maintient en vie... son argent papier (et même métal) n'a de valeur que pour lui... le reste du monde animal, végétal, organique n'en ont rien à faire... Une fois que l'homme aura détruit l'animal, le végétal et le minéral pour avoir plus d'argent... il fera quoi...?

Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
En effet, les totalitaires ne tolèrent pas les idées concurrents, car elles mettent en question leur pouvoir.

Cependant, le totalitarisme n'est pas du à une pensée qui prévaut ; le totalitarisme, c'est l'état qui gère totalement la société civile ; le totalitarisme, c'est aller jusqu'au bout de la logique de l'étatisme.

Le libéralisme est par définition anti-étatiste, une société libérale ne peut pas être totalitaire, c'est impossible, c'est antinomique.

Sans compter que les concepts de liberté d'opinion, d'expression, de culte, sont propres au libéralisme, mais pas aux modèles socialistes qui méprisaient dès le départ ces libertés, voyant en l'homme des outils devant travailler pour l'état.
Je doute franchement qu'on arrive dans un monde ultraturbolibéral à emprisonner des gens parce qu'ils se sont exprimés contre la liberté d'expression. C'est un non-sens.

Ce n'est pas un hasard si tous les systèmes totalitaires découlent du socialisme et pas du libéralisme.
Le national-socialisme, le communisme, le fascisme… Et ceux-ci ont vu le jour dans des environnements socialistes. L’Allemagne, la Russie et l'Italie étaient très avancés du point de vue économie socialiste au début du XXème siècle.
Le totalitarisme libéral n'existe pas et n'a jamais existé, malgré un XIXème bien plus libéral qu'actuellement.

Pour qu'un gouvernement puisse faire des crimes de masses, il faut qu'il en ait le pouvoir.
Ce n'est pas possible dans un système d'état minimum : il faut qu'il ait des pouvoirs absolus, alors qu'une société libre aboutit à des pouvoirs hétérogènes.
Un pouvoir unique est supérieur à la somme des pouvoirs dispersés dans la société ; il est décomplexé, vu qu'il n'a plus d'opposition ; il favorise dans la hiérarchie les hommes sans scrupules, car il faut avoir peu de scrupules pour gérer un tel pouvoir. Par cette sélection naturelle, les dirigeant sont même les pires crapules que le système peut produire.

Pour qu'il y ait crime de masse, il faut des théories collectivistes : le nazisme décrit le monde selon des rapports de forces entre les races, les socialistes, entre les classes.
Il n'y a pas de théorie de luttes de groupes dans le libéralisme ; le libéralisme est individualiste.
Dans un système individualiste, il y a des crimes individuels, dans un système collectiviste, il y a des crimes collectivistes.

En plus, s'il y a des crimes de masse, c'est bien aussi parce qu'il existe dans la société des idées concurrentes.

Et les écolos ne voient-ils pas le monde selon un rapport homme-nature ? En extrapolant, l'homme pollue naturellement la nature, donc est une forme de pollution à supprimer ? Ce n'est même pas une lutte des classes ou des races, mais une lutte des espèces !!! Certains veulent même instaurer un contrôle totalitaire des naissances, d'autres veulent condamner l'humanité à la pauvreté…

Ne prenez pas vos suppositions pour la réalité et tâchez de vous renseigner sur les concepts avec lesquels vous débattez.

Oui, l'homme n'est pas fort, c'est bien une raison pour laquelle on ne peut pas donner des pouvoirs absolus à des hommes sur d'autres hommes. Les collectivistes veulent un pouvoir fort où les meilleurs dirigent, les libéraux veulent un pouvoir faible où même les pires dirigeant ne peuvent faire de mal.

Et enfin, l'homme ne détruira pas la nature. J'ai expliqué cela plus bas pourquoi.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
"Les droits des oiseaux, des plantes et de petits cailloux, ça n'existe pas, c'est juste un délire de fanatiques écologistes extrémistes."
Certes, mais il existe les Droits de l'Homme, et que deviennent-ils dans un monde sans oiseaux, ni plantes, ni petits cailloux ?
Evaluer :   9  3Note :   6
EmailPermalink
Vous avez déjà vécu dans un monde sans oiseaux, plantes ou cailloux pour savoir ce qui arrivera ?
Evaluer :   1  6Note :   -5
EmailPermalink
Presque. Je vis en ville et j'étouffe.
Plus sérieusement -et je déplore de devoir vous faire une explication de texte- quand l'Homme aura tué toutes les plantes et tous les petits oiseaux, je ne donne pas cher de sa peau.
Evaluer :   9  1Note :   8
EmailPermalink
Avez vous remarqué que c'est dans les pays les plus riches que l'écologie et le respect de la nature sont les plus importants ?
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Pourquoi tuerait-il tous les oiseaux ou toute la nature...

Et aussi comment le pourrait-il ? L’environnement deviendra défavorable à une telle entreprise de destruction bien avant qu'il n'atteigne ce but.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
L'environnement est déjà extrêmement défavorable à la poursuite d'une telle entreprise, et pourtant, elle se poursuit quand même. Comme c'est bizarre !
La surpêche a entraîné la diminution des stocks de poissons et on estime qu'il n'y en aura plus dans l'océan d'ici 30 ou 40 ans. Normalement, ça devrait suffire comme signal d'alerte. Ben non, on les pêchera jusqu'au dernier, même si pour ça il faudra racler le fond des abysses.
Il faut cesser de croire que tout se règlera de soi-même, par la main invisible du marché.
Evaluer :   7  2Note :   5
EmailPermalink
«L'environnement est déjà extrêmement défavorable à la poursuite d'une telle entreprise, et pourtant, elle se poursuit quand même. »

Pas assez, si ça continue.
Soyez plus objectifs que ça.
Evaluer :   1  4Note :   -3
EmailPermalink
Et bien sur que si, la main invisible nous sauvera.^^

Si les poissons se raréfient, la pêche sera plus coûteuse et difficile à rentabiliser, surtout qu'à côté se développe l'élevage qui permet de faire baisser le prix du poissons, rendant la tâche des pêcheurs encore plus difficile.

Vous voulez emmerder les pêcheurs ? Développez les cultures !
Evaluer :   4  3Note :   1
EmailPermalink
Financer la reconversion des pêcheurs en éleveurs : moins de danger et plus de profits , mais faudra avant décrasser leurs méninges embuées de pastis par la peur de la mer !
Evaluer :   1  5Note :   -4
EmailPermalink
Avant de vaincre, essayons de convaincre.
Avant de financer, il faut déjà commencer par informer les intéressés.

Si les environnementalistes sont conscient des avantages de cette concurrence, ils mettront à coup sur leurs sous dans des élevages non ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Alors, STAFF, en plus, très fâché avec la grammaire ?
Il y a seulement 50 ans tout le monde raisonnait comme l'auteur.
Vous avez une bien mauvaise image de vous-même pour aligner homme et vie animale.
D'autant que maintenant les écolos s'orientent vers la conservation des espèces... mais en zoo. Car, comme aurait dit Coluche : faut pas déconner, et laisser de la place pour les autoroutes !
Evaluer :   1  5Note :   -4
EmailPermalink
oui très fâché avec la grammaire , c'est un flingue silencieux pointé vers les personnes a faibles bagages scolaire ! donc !
(surement inquiet pour mon équilibre psychique ), je craint que ma faible image de moi même m'oblige tout même a penser par moi même , si cet auteur veut tuer tous les moineaux (admettons) , il devra faire face a une invasion de moustiques a ses dépends.
alors on arrose tout de pesticide et voila !( il y a des limites à la connerie !!)
je vous prie d’être moins offensif afin de plus blesser mon estime déjà malmenée par mon échec scolaire .
Ne prenez pas vos aises même si la grammaire ,l’orthographe et la syntaxe peuvent générer des incompréhensions lorsqu'elles sont mal maitrisées !
Evaluer :   9  0Note :   9
EmailPermalink
OK
Mais c'est limite compréhensible. Il y a des correcteurs orthographiques qui peuvent améliorer. Et, cela mis à part , ça n'enlève rien à la valeur réelle d'un homme.
Nous sommes 65 millions rien qu'en France et il y 50 ans nous étions vers les 35 millions et respections les moineaux mais pas les loups ni les ours.
Evaluer :   3  5Note :   -2
EmailPermalink
maintenant nous respectons les loups et les ours mais plus les bergers et leurs brebis.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Moi, je déteste les cons... À quoi bon gloser. Sinon, je salue la liberté d'expression qui prévaut sur ce site. Car on peut tout aussi bien y entendre les ânes braire que lire les propos d'esprits parfaitement articulés intellectuellement. Eh oui, la Na  Lire la suite
Jean T. - 18/01/2016 à 19:06 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Crise de liquidité. Mais où est donc le cadavre ?
06 oct.blitzel
Mise à jour, Delamarche vient de donner sa version (définitive ?) de la crise des taux repo, et son explication un temps évasive dans un premie...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
02 oct.Attilio
Si on considère qu'en France il y a 67 millions d'habitants,les milliards d'euros planqués en cash cela fait en en moyenne pratiquement 9 000 euro...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX