Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Monnaie, inflation et réglementation

IMG Auteur
Chroniques en Liberté
Publié le 10 octobre 2012
826 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 8 votes, 5/5 ) , 2 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
2
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Dès les origines, les hommes ont observé que les pommes tombaient au sol en se décrochant des arbres mais il a fallu attendre Newton pour comprendre les lois de la gravitation universelle. Il en va de même des phénomènes économiques en général, et monétaires en particulier : on les observe depuis des siècles mais il faut du temps pour en comprendre le mécanisme.


A l’époque romaine, la monnaie se présente sous forme de pièces métalliques en or, argent, cuivre ou bronze. La planche à billet n’existe pas encore. L’empire romain s’est bâtie par une succession de périodes de guerres, destinées à conquérir de nouveaux territoires, et de périodes de constructions : les romains étaient de grands bâtisseurs. Mais les romains ne disposaient pas assez de richesses pour financer les guerres (payer les soldats, ceux qui touchent la solde) ainsi que les travaux de construction.


C’est pourquoi les empereurs ont rapidement manipulé la nature et le poids des pièces en circulation. Ainsi, l’aureus, pièce d’or de 7,2 g sous Néron, fut remplacé par le solidus de 4,5 g, qui se maintint ensuite en France sous le nom de sol, puis de sou. Les pièces nouvelles contenant moins d’or, on pouvait mettre en circulation une quantité plus importante de pièces avec la même quantité d’or. Mais pour obtenir la même quantité d’or en échange de sa marchandise, le commerçant augmentait les prix. On ne défie pas impunément l’économie…


Pour lutter contre l’inflation, les empereurs allaient s’attaquer non pas à la cause de l’inflation (l’augmentation de la masse monétaire en circulation, c’est-à-dire de la quantité de pièces dépréciées) mais à son effet (hausse des prix) en interdisant l’augmentation des prix sous peine de mort. Il est vrai que les romains, contrairement aux grecques, ne disposaient pas de connaissances économiques leur permettant de faire un lien entre prix et quantité de monnaie en circulation.


Malgré l’évolution de la science économique, la tentation de bloquer les prix (agir sur les effets plutôt que sur les causes) pour lutter contre l’inflation a toujours été présente chez les hommes de pouvoir. Ainsi, les dirigeants de l’union soviétique bloquèrent les prix des denrées de première nécessité, croyant pouvoir ainsi éradiquer l’inflation. En fait, ils ne firent qu’engendrer pénurie et files d’attente devant les magasins vides. Plus près de nous, le gouvernement français pratique le gel de certains prix comme le gaz, l’essence, les loyers ou encore les tarifs des médecins.


A l’heure où l’on attend tout de la réglementation, l’histoire enseigne que l’inflation est née de la toute première réglementation monétaire qui consista à marquer les pièces d’or d’une effigie royale et d’en imposer le cours forcé ou cours légal. Car, réfléchissons un instant, pourquoi imposer le cours d’une monnaie en or ? De tout temps, tous les agents économiques acceptaient spontanément l’or. De ce fait, les pièces d’or n’avaient nul besoin d’être marquées d’une effigie officielle (tout comme les lingots d’or aujourd’hui). Leur poids en or faisait leur valeur réelle. L’or ne « fond » pas et conserve la valeur, premier service que l’on attend d’une unité monétaire. Or, l’inflation fait « fondre » la valeur de la monnaie. Et quand ils en ont le choix, les agents économiques préfèrent toujours se débarrasser de la monnaie qui perd sa valeur. Personne ne veut mettre ses économies dans un coffre percé…


Mais, les rois ont toujours eu à faire face à des problèmes de finances publiques, notamment pour financer les dépenses de conquêtes, de guerres ou tout simplement le maintien du train de vie et du prestige de l’Etat. Et face à un peuple au bord de la misère, ils leur étaient difficiles d’augmenter indéfiniment les impôts au risque d’être impopulaires et de provoquer des révoltes dangereuses pour la couronne.


Même s’ils s’entouraient volontiers d’alchimistes, ils ne sont pas parvenus à transformer le plomb en or. Alors ils ont compris qu’ils pouvaient produire plus de pièces d’or avec la même quantité d’or en coupant les pièces d’or avec un autre métal. A partir de ce moment là, la valeur faciale ou valeur nominale de la pièce d’or ne correspondait plus à sa valeur réelle, c’est-à-dire son poids physique en or.


Bien-sûr, les agents économiques allaient s’en apercevoir et refuseraient d’être payés avec de telles pièces préférant utiliser les pièces non manipulées. Alors les rois ont marqué de leur effigie ces pièces et en ont imposé le cours, ouvrant la voie au contrôle de la masse monétaire par le pouvoir central.


En réponse, et puisqu’ils n’avaient plus le choix des monnaies, les agents économiques augmentaient les prix pour compenser la perte de valeur de l’unité monétaire officielle et imposée. Ce mécanisme sera encore plus facilité avec les billets de banque centrale, dont le coût de production est infime, d’autant plus qu’avec l’époque moderne, ils ne sauront plus du tout rattachés à un équivalent-or. Et, comme l’a souligné Milton Friedman, le XX° siècle inaugura « l’ère de l’inflation », voire de l’hyperinflation dans de nombreux pays.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (8 votes)
>> Article suivant
Jean-Louis Caccomo est Maître de Conférences en Sciences Économiques à l'Université de Perpignan. Chercheur, il est expert international spécialisé dans les questions de croissance, innovation et tourisme international. Responsable de l'atelier tourisme au GEREM (Université de Perpignan). Il est par ailleurs responsable des programmes de coopération avec Prince of Songkla University (Phuket - Thaïlande), avec l'université de Tabasco (Mexique) etavec l'université de Moroni (Comores).
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Vous traitez uniquement de la monnaie fiduciaire, cette monnaie d'échange et de réserve, mais dès lors que notre économie repose sur la monnaie scripturale qui représente les 9/10e de l'économie et que celle-ci ne voit sa destruction que lors du parfait remboursement, un autre désordre différent de l'inflation vient rompre la confiance des agents économiques car ils ne comprennent pas que si leurs propres emprunts (habitations ,véhicules, développement entrepreneuriaux, etc) sont financés avec de la dette et qu'ils sont tenus de la rembourser, à côté d'eux des états s'endettent pour des dépenses courantes qui ne participent pas à l'économie. La monnaie fiduciaire des agents économiques est détruite par la consommation et leur dette par son remboursement. Ce qui est la règle. Mais lorsque les états empruntent pour des dépenses courantes il y a destruction de cette dette immédiatement et son remboursement en reste cependant obligatoire aussi et va peser à un moment ou un autre sur les agents économiques par l'impôt (l'inflation étant un impôt) donc va réduire sa capacité d'investissement et de consommation et l'ensemble de l'économie s'en trouvera bloqué. Cet effet d’éviction était prévisible, mais n’a pas été respecté, il se rappelle tout simplement à nous. Mais cet effet d’éviction est la puissance carrée, car l’argent emprunté par les états est bel et bien de l’épargne, donc de la monnaie fiduciaire (revenu – consommation) qui a été consommée et détruite d’une part mais qu’il va falloir rembourser d’autre part. C’est la double faute des dirigeants politiques et notre double peine. Et rien ne sert de vouloir s’exonérer de cette dette, elle sera remboursée de toute manière dans les larmes ou le sang. Milton Friedman avait l’art de dire la chose « TANSTAAFL » There Ain't No Such Thing As A Free Lunch ou There Is No Free Lunch». Il n’y a pas de repas gratuit.
Les hommes de " pouvoir" ....Une vraie plaie du genre gangrène hydrogénée...
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Vous traitez uniquement de la monnaie fiduciaire, cette monnaie d'échange et de réserve, mais dès lors que notre économie repose sur la monnaie scripturale qui représente les 9/10e de l'économie et que celle-ci ne voit sa destruction que lors du parfait  Lire la suite
CLAUDE F. - 21/10/2012 à 08:01 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
L’avenir inquiétant des banques… et de vos frais !!
22 sept.blitzel
La vidéo d'explication de France Info est pour le moins simpliste ou deérisoire, comme à son habitude. D'où le peu de connaissances des gens sur l...
L’avenir inquiétant des banques… et de vos frais !!
22 sept.blitzel
Mieux, vous attendez que le criminel pédophile passe derrière le banquier et vous tirez deux coups sur le banquier.
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
22 sept.blitzel
le cash oui, c'est super, ... tant que le crash de l' Euro ne surviendra pas !!! Et que les banques n'empêcheront pas le bon peuple de s'en servir....
Les revenus rééls des américains sont inférieurs à ceux de 1973
21 sept.Fortuna
Vous etes tetu vous. Puisqu'on vous dit que le principal problème des banques centrales est qu'il n'y a pas d'inflation !
Pétrole : alerte rouge pour la France et nos approvisionnements
16 sept.Josey Wales2
Avant on n'avait deja pas de petrole mais on avait des idees. Maintenant qu'on a plus d'idees...
Clownerie ministérielle : Bruno Le Maire veut une blockchain publique
14 sept.Fortuna
This country is fucked up
La BCE en mode Père Noël avec 1000 euros pour à Noël !!
10 sept.ramin974
Bonjour, Tout ça me rappelle les parties de monopoly que je faisais quand j'étais petit. Normalement quand un joueur n'a plus de sous, il ...
Martin Armstrong : de nouvelles découvertes compromettent le dogme ...
10 sept.Alain J.
Bonjour Venez habiter entre 1800 et 2200 m d'altitude Mr Flamel. L'expérience en science vaut mieux que toute théorie avec des idées préconçues...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX