Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Najat et son éducation nationale bousculante

IMG Auteur
Publié le 09 mars 2017
771 mots - Temps de lecture : 1 - 3 minutes
( 5 votes, 5/5 ) , 4 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
4
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Il s’en passe, des choses, dans les établissements scolaires français.

Quand certains, à Dinan, se patchent un peu trop fort à la morphine après un ou deux petits pétards, d’autres décident de mettre le feu à un établissement : au lycée Suger à Saint-Denis, c’est plusieurs dizaines de personnes qui ont pris part à une véritable opération de saccage en tentant d’y mettre le feu en plusieurs endroits et en y répandant de l’essence.

Rassurez-vous : la République, ferme et décidé, a relâché rapidement 47 prévenus sur plus d’une cinquantaine de gardes à vue pour ne conserver que 8 mineurs qui seront présentés devant un juge pour chérubins enfants. Cela me rappelle ce petit billet de 2014 où l’on découvrait que dès le primaire, nos chères têtes blondes apprenaient les rudiments du kick-boxing sur maîtresse, les arcanes du commerce de stupéfiant et, sans doute, les gestes utiles de premiers secours.

Devant ces petits dérapages évidents à un vivrensemble qu’on sait pourtant ancré dans les mœurs, quelques candidats lancés dans l’actuelle campagne présidentielle n’ont pas pu s’empêcher (les fourbes !) de rappeler que l’école se devrait normalement d’imposer la culture du respect et de la discipline et qu’actuellement, ce n’est pas tout à fait ce qu’on observe, scrogneugneu. La pique n’est évidemment pas passée inaperçue chez l’actuelle ministrillon justement en charge de l’Education Nationale qui s’est empressée de saisir le premier gros micro mou qui passait à porter pour y sortir quelques consternantes âneries :

« Monsieur Fillon ou madame Le Pen, je le rappelle à titre personnel, dans le cadre de cette campagne, se soustraient à la justice pour les affaires qui les concernent, passent leurs temps à déclarer la justice de ce pays illégitime et non-indépendante. Comment veulent-ils faire respecter cette même justice ensuite par les jeunes qui nous écoutent ? »

Cette saillie de la part de la ministricule ne surprendra que les plus naïfs, mais laisse un peu pantois par l’amas de fantaisies qu’elle comporte et par le décalage qu’elle représente avec le sérieux de la situation.

D’une part, affirmer que Fillon s’est soustrait de quoi que ce soit est une aimable plaisanterie compte tenu de la véritable tempête médiatique à laquelle on assiste actuellement (du reste, on attend toujours une mise en examen). Madame le Pen a utilisé son immunité parlementaire comme elle en a le droit : or, on ne peut pas d’un côté déclamer que la justice serait indépendante et légitime et retirer ce droit fondamental aux parlementaires, comme tente de le faire Najat Vallaud-Belkacem en oubliant l’aspect non seulement indispensable mais aussi constitutionnel.

D’autre part, la grosse relativité de l’indépendance de la justice française n’est pas une nouveauté. La Cour européenne des droits de l’Homme s’est d’ailleurs largement expliquée à ce sujet. Quant à son efficacité et sa légitimité, cette même justice française a quelques soucis à se comparer avec d’autres pays européens, surtout si l’on y ajoute ses problèmes persistants en terme de moyens financiers et humains.

Mais le pompon reste tout de même dans le décalage entre l’affirmation péremptoire de la ministre et la situation qui a déclenché les remarques acides des deux candidats. Apparemment, ce qui choque le plus la piètre excuse qui sert de ministre à l’Education nationale n’est pas qu’un établissement scolaire se retrouve en proie à des départs d’incendies volontaires et le siège d’une sorte de guérilla urbaine moderne, mais bien que deux candidats lui rappelle ses devoirs, au motif qu’elle « n’admet pas que l’on souffle sur les braises ».

Mais, ma pauvre Najat, il n’y aurait aucune braise sur laquelle souffler si tu faisais ton travail, si le mammouth que tu es censée cornaquer faisait preuve d’instruction dans le meilleur des cas, d’éducation plus simplement (et dans le cas qui nous occupe d’une société déjà fort déliquescente), et surtout si l’Etat dont tu es une représentante faisait aussi son travail, régalien pour le coup, d’assurer ordre et sécurité au sein de la République dont tu nous bassines les oreilles à longueur d’antenne ! Ces braises sont d’autant plus facilement attisées qu’absolument rien, dans ce que tu dis ni ce que tu fais, ne permet d’en atténuer le nombre et l’importance, au contraire !

Oui, Najat, commencez par vous occuper de vos affaires, celles pour lesquelles on vous paie manifestement bien trop. Ensuite seulement pourrez-vous prétendre édicter aux candidats ce qu’ils ont le droit ou pas de vous dire.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, aidez à mettre Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Source : h16free.com
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (5 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Une petite correction s'impose. Madame Najat Belkacem "dirige" le ministère de l'abrutissement national.
D'ailleurs, la baisse de niveau scolaire n'est pas une fatalité. C'est un souhait fort des gouvernements socialistes successifs.

Figurez vous qu'ils ont remarqué qu'un citoyen sans culture, sans connaissance, et donc sans racine, est bien plus malléable, bien plus facile à berner.

Il faut bien comprendre que la société Française n'était pas majoritairement socialiste. Le peuple Français était donc un mauvais peuple qu'il fallait impérativement changer.

“Quand le peuple vote mal, il faut changer le peuple” a dit Bertolt Brecht. Les socialos en ont fait leur devise...

Et à force d'affaiblir la religion dominante (pour la remplacer par une autre), à force d'affaiblir la famille, à force de réduire l'éducation, ils ont fini par obtenir que le peuple vote bien.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Il lui a tout appris, son frère Vincent Peillon.

" Et donc l'école a un rôle fondamental, puisque l'école doit dépouiller
l'enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l'élever jusqu'à
devenir citoyen.
Et c'est bien une nouvelle naissance, une transsubstentiation qu'opère
dans l'école, cette nouvelle église avec son nouveau clergé, sa nouvelle
liturgie, ses nouvelles table de la loi. "

(Vincent Peillon)

" Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécessaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyauté envers les traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs dogmes religieux. "

(George Brock Chisholm (1896-1971), ex-directeur de l'Organisation Mondiale de la Santé)

http://lesakerfrancophone.fr/sus-a-la-famille-traditionnelle-allemande
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Petite remarque au sujet de ce Monsieur :

Après avoir quitté ses "responsabilités" ministérielles, il n'a pas mis longtemps à quitter la France...

Son pays d'accueil est loin d'être partisan d'un gouvernement mondial. Il est également plus religieux que la France (autant que je sache).

Le contrôle de l'immigration y est aussi beaucoup plus stricte.

https://www.unine.ch/unine/home/pour-les-medias/communiques-de-presse/2014/un_ancien_ministre_francais_de_l_education_nomme_professeur_associe_a_l_unine_1.html

Les universités Françaises, pourtant chapeautées par son ministère, ne sont pas fréquentables pour Monsieur Peillon ? A moins qu'il soit attiré par un pays plus souverain que la France... et nettement moins socialo ?
Ayant fait preuve de son incompétence et de sa mauvaise foi, elle fera une parfaite candidate socialiste à la prochaine présidentielle.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Petite remarque au sujet de ce Monsieur : Après avoir quitté ses "responsabilités" ministérielles, il n'a pas mis longtemps à quitter la France... Son pays d'accueil est loin d'être partisan d'un gouvernement mondial. Il est également plus religieux qu  Lire la suite
glanduron - 11/03/2017 à 10:22 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX