Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Napoléon III et l'argent du Mexique

IMG Auteur
Colorado Gold
Publié le 26 mars 2009
1737 mots - Temps de lecture : 4 - 6 minutes
( 6 votes, 4/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : France Mexique
Rubrique : Histoire de l'or





Plusieurs choses ont eu un sérieux effet sur la France à partir de 1850. En tout premier lieu, la découverte de l’or en Californie en 1849, puis les découvertes en Australie et en Sibérie ont rendu l’or beaucoup plus abondant que l’argent dans un certain nombre d’endroits et en particulier en France. La production aurifère mondiale entre les années 1850 et 1875 a excédé la production des 350 années précédentes. En raison d’une loi de 1803, le ratio or-argent était de 15,5 contre un en France, et donc l’argent était indispensable puisque la monnaie française était frappée essentiellement en argent.

En 1832, la Belgique a obtenu son indépendance de la Hollande. En 1854, la Belgique a cessé de produire des pièces de monnaie en argent et dépendait de la France pour frapper sa monnaie argent. C’était moins cher que de battre sa propre monnaie. En 1854, la France frappait moins de pièces de monnaies qu’à aucun moment avant la Révolution en 1795. L’argent était thésaurisé et tout le monde spéculait sur sa valeur. Et il était rare en effet. Les importations d’argent par la Belgique en provenance de France grimpèrent de 6 millions de Francs en 1850 à 78 millions en 1859. La Suisse faisait face au même problème pour obtenir de l’argent pour sa monnaie.

L’or était littéralement partout, et il semblait que les nations qui possédaient un système monétaire basé sur l’argent, comme c’était le cas de la France et de quelques autres, souffraient d’une pénurie sévère d’argent. Réalisant ceci, les citoyens amassaient de l’argent de sorte qu’il en restait peu de disponible pour produire les pièces de monnaie. Il semblait que tout le monde payait et commerçait avec l’or. Et il y avait tant d’or que son prix baissait et que celui de l’argent augmentait : un principe économique de base.

La France avait désespérément besoin de métal argent.

Ensuite, vient la guerre d’Agression du Nord des Etats Unis contre le Sud, improprement appelée  « Guerre Civile » [Guerre de Sécession]. L’industrie française la plus importante était le textile et le Blocus instauré par le Nord en 1861 stoppa les exportations de coton en provenance du Sud dont la France dépendait. C’était un désastre pour le moins. En 1863, la France avait 223 336 chômeurs, ce qui affectait la vie quotidienne d’environ 670 000 personnes. Napoléon pestait contre la dépendance française au coton américain et se tourna vers l’Inde pour obtenir du coton. Le coton indien avait une fibre plus courte, beaucoup d’impuretés, ce qui se traduisait par un fil plus fragile et plus cassant. La France se tourna donc vers l’Inde à contrecœur mais l’Inde demanda un paiement en … devinez quoi …, en argent ! L’Amérique acdeptait de l’or mais l’Inde refusait d’exporter son coton, à moins qu’il ne soit payé en argent. Entre-temps, de nombreuses petites filatures française avaient fait faillite et les plus grandes avaient de graves difficultés financières.

Vous voyez le tableau? La France, comme les autres pays, avait désespérément besoin d’argent et des montants énormes d’or inondaient le marché en raison des découvertes récentes. Personne n’avait d’argent, sauf le Mexique, et tout le monde en voulait. Les plus grosses réserves étaient à Sonora, dans le coin nord ouest du Mexique. Sonora était, et c’est toujours, une sorte de coin inhabité, desséché par le soleil et désolé dont la ville principale est Hermosillo. En fait, la frontière Mexicaine recula énormément quand les Etats-Unis acquirent la moitié du Mexique par le traité de Guadalupe qu’Hidalgo signa le 2 février 1848. Moins de deux semaines plus tôt, on avait découvert de l’or en Californie et les aventuriers descendaient vers Sonora, pensant que la région devait être aussi riche en or. La Californie faisait partie des Etats-Unis tandis que Sonora était encore possession mexicaine. Les autorités à Sonora craignaient l’afflux soudain de toutes ces personnes. Sonora était extrêmement riche en argent. Tellement riche, qu’elle fournissait trois quart de l’offre mondiale totale. Des pépites énormes pesant des milliers de livres ont été trouvées à Sonora. La richesse en argent du Mexique, et la pénurie de la France et des autres pays, pouvaient facilement restaurer l’équilibre entre l’or et l’argent.

Dans les années 1850, Sonora faisait face à différentes difficultés. Les Apaches faisaient régulièrement des raids et les défaites récentes contre les USA les avaient laissés ruinés et démoralisés. Beaucoup d’habitants de Sonora, ironiquement, ignoraient que d’énormes réserves d’argent existaient dans leur sous-sol et ils étaient attirés par l’or californien. Leurs deux menaces les plus importantes, les indiens et les américains étaient ignorées par la capitale, Mexico City, qui envoyait peu de renforts. Charles de Pindray et 88 hommes partirent de Californie pour Sonora le 21 novembre 1851, à bord du Cumberland, et débarquèrent bientôt à Guaymas, au Mexique. Ils tentèrent plusieurs fois de négocier avec les mexicains pour obtenir l’argent dont ils avaient tant besoin mais furent rabroués par les autorités. Les indiens les harassaient aussi et bientôt tout espoir fut perdu. Pindray fut mystérieusement abattu le 5 juin 1852, et il est possible que se soit en fait un suicide imputable à son échec de ramener de l’argent.

Une seconde expédition fut lancée en 1852 par Pierre Charles de Saint-Amant. Lui et 80 hommes quittèrent San Francisco mais échouèrent aussi. Un troisième groupe fut conduit par Raousset-Boulbon en 1852, utilisant la diplomatie plutôt que la force. Il alla à Mexico City et non à Sonora et obtint un soutien financier, politique et diplomatique, et en sus, une concession accordée par le président Mariano Aristra pour des mines d’argent en Arizona, situées à la frontière nord de Sonora. Cela devint réellement complexe à partir de ce moment là, la Suisse entrant également en jeu, mais il n’en ressortit rien et Aristra renonça à la présidence en janvier 1853 et Santa Anna lui succéda.

Antonio Lopez de Santa Anna prit le pouvoir en mars 1853. En décembre 1853, le traité de Gadsden octroyait aux Etats-Unis un territoire encore plus grand du Mexique. Antonio Lopez de Santa Anna était un enfant illégitime, un coureur de jupons, cruel et à franchement parler pas exactement un type bien, un euphémisme. Le Mexique avait permis aux Américains de s’installer au Texas pour le peupler. Ainsi des milliers d’américains venant d’Arkansas, du Tennessee et d’autres lieux décidèrent de déménager pour le Texas, où ils obtinrent du terrain pour 2 cents l’acre. Parmi eux, il y avait Sam Houston, un ancien député et Gouverneur, alors dans une mauvaise passe. Sa femme l’avait quitté et il avait sombré dans l’alcoolisme et la dépression. Santa Anna décida que les immigrants devraient payer des impôts au Mexique mais il voulait favoriser le Mexique. Il avait peur de perdre le Texas qui était largement peuplé d’immigrants américains. Il avait vraiment peur. Les « Texians » ainsi qu’ils se désignaient eux-mêmes, répliquèrent « jamais de la vie¨ ! » et la bataille d’Alamo eu lieu. Les Texians perdirent celle-ci mais à la bataille de Jacinto, ils vainquirent en dépit du fait qu’ils devaient combattre à quatre contre un. Les hommes de Santa Ana étaient prêts pour la bataille mais les Texians ne se montrèrent pas. Il ordonna à ses hommes de faire la sieste et de se détendre. Il rentra dans sa tente avec une fille qui était une alliée secrète des Texians et qui, plus tard fut célèbre sous le nom de « La rose jaune du Texas ». Elle séduit Santa Anna et lorsque les Texians arrivèrent, son pantalon était sur ses chevilles et il n’y avait personne pour mener ses troupes.

Les Mexicains perdirent et la République du Texas était née. Santa Anna annula son contrat sur l’argent avec la France.

Napoléon III fit tout ce qui était en son pouvoir pour obtenir de l’argent mexicain et il y réussit mais pas de la manière qu’il souhaitait. Il n’obtint jamais ses propres mines à Sonora ou ne la colonisa jamais, en dépit de ses divers efforts, comme envoyer des émissaires, proférer des menaces ou tenter par la diplomatie et une douzaine d’autres essais vains. Alors qu’il se démenait, l’argent du Mexique arrivait effectivement en France. La pénurie catastrophique de l’argent en Europe avait baissé un peu. Et puis, le Mexique interdit l’exportation de tout argent en 1863.

Ceci nous montre très succinctement à quel point l’or et l’argent sont importants, parce qu’ils constituent une MONNAIE réelle et honnête : Il y a 150 ans, pratiquement toutes les monnaies étaient couvertes par de l’or ou de l’argent et les pièces d’argent étaient acceptées partout dans le monde comme monnaie. Les transactions quotidiennes étaient faites en pièces d’argent et l’or servait de réserve dans les coffres pour garantir les monnaies. Tout le monde possédait de vraies pièces d’or et d’argent, qui étaient et sont toujours, de vraies monnaies au sens le plus véritable. C’était un fait accepté et personne ne le mettait en doute. « Les années d’inflation » ne faisaient pas partie du vocabulaire de qui que se soit, sauf en temps de guerre, et les tentatives pour faire circuler une monnaie non garantie échouaient toujours. La France avait un besoin désespéré d’argent, et ce, juste pour assurer les transactions quotidiennes de ses citoyens. Les Indiens étaient assez intelligents pour demander de l’argent en échange de leur coton et toute nation en manque d’or ou d’argent était dans une gêne terrible. Comme les temps ont changé !

Aujourd’hui la vraie monnaie est dédaignée par la majorité et des bouts de papier avec des gravures dessus sont acceptés comme des biens de valeur ou comme de la monnaie. Ils ne sont ni l’un ni l’autre et avec le temps et les planches à billets qui n’en finissent plus d’imprimer des millions de milliards de billets, de plus en plus de gens réalisent toute la supercherie et regrettent de ne pas avoir placé leur épargne dans l’or et l’argent.

Aujourd’hui comme c’était déjà vrai sous Napoléon III, il y a une pénurie d’argent. Nous en utilisons deux fois plus que nous n’en produisons. Le monde consomme aussi deux fois plus d’or qu’il n’en produit. Combien de temps faudra t’il encore avant que tout le monde ne réalise que les véritables monnaies sont le seul moyen d’épargner ? Leur prix exprimé en papier monnaie est un bon indicateur de cette compréhension.   Protégez-vous.



Don Stott

Colorado Gold



Don Stott est le fondateur de Colorado Gold et écrit régulièrement des chroniques sur l’or, l’argent et les marchés financiers.



Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Mexique | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Mexique | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (6 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX