Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Nos zamis allemands sont aussi grecophobes et portugophobes !

IMG Auteur
Publié le 03 mai 2013
1417 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 36 votes, 4,4/5 ) , 37 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
37
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Billets d'Humeur

 

 

 

 



Mes chères contrariées, mes chers contrariens !


Si hier nos zamis germains étaient « francophobes », aujourd’hui ils sont « grécophobes ». Il faut dire qu’ils ont leurs raisons. Comme tout le monde le sait, puisque c’est ce que vous explique la police de la pensée, les Grecs après tout l’ont bien cherché puisqu’ils ne paient pas leurs impôts.

Comme vous le savez aussi, pour les Espagnols, c’est un peu pareil. Ils l’ont bien cherché aussi, puisqu’ils ont construit tout et n’importe quoi… Bien fait pour eux.

Les Portugais n’en parlons pas ; là on ne sait pas trop bien mais ils l’ont vraisemblablement également cherché.

Pour les Chypriotes, leur cas a été vite réglé puisqu’ils étaient une lessiveuse d’argent sale venant de Russie. Beurk, immondes chypriotes enfin ruinés sur l’Autel de la Morale Fiscale Internationale.


Les "Zallemands", qui sont les grands zamis de toute l’Europe « unie dans la diversité », tirent donc à boulets rouges sur les Grecs qui sont considérés comme plus riches qu’eux…


Les Grecs plus riches que les Allemands : la nouvelle polémique qui agite l'Allemagne


C’est le magazine allemand Der Spiegel qui titre sur les résultats controversés d’une récente étude de la Banque centrale européenne qui n’en fini pas de défrayer la chronique outre-Rhin puisque chaque semaine les Allemands peuvent s’offusquer en cœur de la richesse patrimoniale de leurs voisins européens et se lamenter sur leur propre pauvreté.


Je remarque d’ailleurs que nos zamis allemands sont pauvres comme un ministre du gouverne-ment français, ce qui aurait dû nous mettre, nous autres Français à l’abri de la vindicte populaire germanique (mais il n’en est rien, car nous aussi nous sommes riches, beaucoup trop riches, enfin, sauf nos ministres bien sûr).


L’étude de la Banque centrale européenne est issue de données « compilées » entre 2009 et 2011 et démontre que le patrimoine allemand médian (51 400 euros) est le plus faible d’Europe mais aussi, ce qui est beaucoup plus grave plus de deux fois inférieur à celui des Grecs (101 900 euros).


Alors autant le dire, ce genre de chiffres en Allemagne fait grincer des dents puisque ce pays est le premier contributeur aux divers plans de sauvetages accordés depuis 2010 au pays pour un montant total 380 milliards d’euros.


Alors le Spiegel a titré « le mensonge de la pauvreté » et résumé son article avec un bien senti « ceux qui demandent de l’argent sont plus riches que ceux qui le donnent ».


Lorsque vous sentez un peu l’état de l’opinion en Allemagne, ceux qui parlent du grand « sot » fédéral et d’une Europe encore plus intégrée avec budget commun, me laissent pour le moins sceptique.


Une avancée majeure et fédérale ne peut en aucun cas se faire contre les peuples ou ce serait un déni démocratique qui signerait la fin d’une Europe synonyme de paix et de liberté.

Force est de constater que le peuple de la première puissance économique du vieux continent ne semble pas prêt à aller plus loin et à accepter l’idée « d’Union de transfert ».


Pour poursuivre sur l’état dramatique de notre Europe, beaucoup plus au sud, le Portugal (mais ils l’ont sans doute bien cherché) s’enfonce dramatiquement dans la crise. C’est l’Expansion qui nous livre un excellent article sur la grande braderie portugaise actuellement en cours.


Le Portugal passe sous pavillon étranger


En manque d'argent frais, l'État portugais vend ses bijoux de famille à des entreprises étrangères sous les applaudissements de la Troika (qui a versé un prêt de 78 milliards d'euros tout de même) et une révolte de plus en plus grande de la population, ce qui ne change rien aux choix effectués par les gouvernements européens.


Privatisation des chantiers navals fermés depuis presque deux ans, ou encore rachat de 21 % d'EDP (Energias de Portugal) en décembre 2011 pour 2,7 milliards d'euros par le groupe chinois Three Gorges, l’entreprise (chinoise également) State Grid et l'Oman Oil Company qui a racheté 40 % du capital de REN (les réseaux électriques nationaux ) sans oublier le groupe français Vinci qui a repris ANA (gestion d'une dizaine d'aéroports) pour 3 milliards d'euros.


On apprend également dans cet article, et hélas cela ne surprendra presque personne, que selon Antonio Borges, le très écouté conseiller du Premier ministre, « ces privatisations, nous n'avons pas le choix, il faut les faire », et de poursuivre en indiquant que « le Portugal a fait pendant des années l'inverse de ce qu'il devait faire. Il a profité des crédits européens pour financer sa demande interne et faire de belles autoroutes sur lesquelles personne ne passe, sans se préoccuper de la productivité ou des exportations ».


Il faut dire que c’est un ancien de Goldman Sachs… lui aussi oserais-je dire !


Mon passage préféré étant lorsque l’ex Goldman Sachs « s’étonne même de voir des personnes s'opposer à cette politique »… Sans commentaire. C’est vrai que sur la planète des banquiers, il est toujours honteux de voir des peuples contrarier leurs plans d’enrichissement !


Alors pour le conseiller spécial (et très écouté, ce qui signifie que c’est lui qui tire les ficelles), il faut passer à la vitesse supérieure, privatiser encore plus comme par exemple la TAP (qui est l’Air France local).


Pourtant, lorsque l’on gratte un peu pour voir la réalité des privatisations, cela donne sous la plume d’un dangereux « gôchiste » de l’Expansion :


« Depuis 1989, 240 opérations de privatisation ont déjà été menées dans le pays ! Un chiffre énorme. Et les entreprises privatisées appartenant au PSI 20 - l'équivalent du CAC 40 - ont réalisé, seulement entre 2004 et 2010, 39 milliards d'euros de profits, bien plus que ce qu'a rapporté à l'État leur privatisation. L'ancien ministre des Finances de centre droit, Bagão Félix, s'inquiète lui aussi : "Le Portugal risque de se retrouver stratégiquement désarmé. Sans parler des problèmes diplomatiques liés à l'arrivée des capitaux chinois."


Vous avez exactement la même logique à l’œuvre dans tous les pays qui procèdent à des privatisations, y compris en France. Pensez à l’exemple des autoroutes vendues une misère alors qu’elles ont été financées en totalité par le contribuable et qu’aujourd’hui les bénéfices servent à engraisser des sociétés privées et la nouvelle race de « saigneurs » appelée « actionnaires », qui peuvent réimposer droit de passage privé, gabelle, dîme, octroi sont de retour sans que cela choque nos éminences !

Notre pétrolier national Total fut privatisé pour un montant inférieur aux bénéfices annuels réalisés cette année.

Cela peut parfaitement être assimilé à de la haute trahison tellement les intérêts des peuples sont bradés par des hommes politiques au mieux totalement incompétents.


En guise de conclusion, laissons donc Antonio Borges, notre ancien de Goldman Sachs, égrener le calendrier des futures privatisations : « D'ici à la fin de 2014, nous aurons privatisé la poste et la gestion des déchets. Suivront les eaux, le transport ferroviaire de marchandises et la partie assurances de Caixa. »


On peut donc dire que d’ici fin 2014, de gros groupes privés et étrangers auront mis la main sur des « rentes » au Portugal, que les consommateurs devront payer de plus en plus cher pour des services de moins en moins performants (pensez au rail britannique privatisé qui déraillait tellement à la fin que Tony Blair fut obligé de renationaliser), que le pays n’aura pas de croissance et toujours plus de chômeurs, au bout du compte le Portugal comme les autres fera faillite mais n’aura plus aucun actif.


Cette politique menée et demandée par la Troïka dans les pays du Sud de l’Europe fut la même en Amérique du Sud exigée par le FMI en échange de financement avec le résultat que l’on sait… la saignée par des consortium privés et majoritairement américains du tissu économique de ces pays.


Heureusement, la « Gôche » française est là… sauf que le Parti socialiste, le doigt sur la couture, vendra tout ce qu’il faudra, et c’est même Arnaud Montebourg, notre ministre du Redressement productif, qui est chargé de la grande braderie.


Charles SANNAT


Editorialiste et rédacteur du Contrarien Matin

Directeur des Études Économiques Aucoffre.com

http://www.lecontrarien.com/


Ceci est un article 'presslib', c'est à dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, Directeur des études économiques.  Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com  



http://www.20minutes.fr/economie/1138943-2013...agite-allemagne


http://www.spiegel.de/international/europe...g-a-894398.html


http://lexpansion.lexpress.fr/economie/...D3b8fZeLFDTJ.99


 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Oman | Portugal | Russie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Allemagne | France | Oman | Portugal | Russie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,4 (36 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Dimanche 28 avril 2013 :

Quand les doutes sur la survie de l'euro infiltrent même le cœur du pouvoir allemand.

Le président du Conseil consultatif scientifique du ministère des Finances allemand donne à l'euro une chance de survie de cinq ans "limitée". Il propose une alternative radicale pour sortir de la crise de la dette.

Plusieurs Allemands haut-placés ont publiquement exprimé leurs doutes quant au futur de l’euro. Quelques politiciens ont essayé de glisser quelques sorties anti-euro au journal télévisé. Et un parti anti-euro, "Alternative pour l’Allemagne", s’est formé juste à temps pour se présenter aux élections de septembre, et espère remporter assez de voix pour entrer au Parlement.

Mais ceux qui sont les plus proches de l’épicentre du pouvoir, ceux qui gravitent autour d’Angela Merkel, continuent à défendre le dogme officiel. Celui selon lequel l’euro est plus qu’une monnaie, c’est un concept sacré, une sorte de religion qu’il faut sauver à tout prix. Une grande partie de l’opposition allemande adhère aussi à ce dogme. Bien que la possibilité qu’un petit pays sorte de l’euro a été plus ou moins acceptée, l’euro en lui-même est resté intouchable dans ces cercles. Jusqu’à maintenant.

« Je donne à l’euro une chance de survie à moyen-terme limitée », a déclaré le Dr Kai A. Konrad, président du Conseil consultatif scientifique du ministère des Finances, qui conseille cet épicentre du pouvoir. Au quotidien, il est également directeur de l’Institut Max Planck sur la loi fiscale et les finances publiques. Dans une interview publiée par le Welt am Sonntag, Kai A. Konrad a lancé un ballon d’essai, une alternative, une hérésie pour les Allemands, un grand compromis, une stratégie de sortie, si vous voulez, de sortie de crise pour tous les pays de la Zone euro. Un plan B dont l’existence même a été farouchement niée par le gouvernement.

Les politiques « d’austérité » mises en place en Europe – le traitement choisi pour maintenir l’union monétaire – ont été l’objet de puissantes attaques. Mais Kai A. Konrad n’y va pas par quatre chemins : « Aucun pays ne peut accumuler arbitrairement de la dette sans s’exposer au risque que les investisseurs finissent par fermer un jour le robinet », dit-il. C’est ce qui est arrivé aux pays situés au cœur de la crise de la dette.

Il devrait donc être dans l’intérêt de chaque pays de « maintenir sa dette à un niveau aussi bas que possible », assure-t-il. Mais il n’y a pas de seuil fixe, comme les 60% du PIB inscrits dans le traité de Maastricht et maintenant abandonnés de facto. La limite à partir de laquelle un pays entre dans une zone de turbulences varie, selon lui, en fonction de la croissance de son économie et de l’augmentation de sa population.

Quand le traité de Maastricht a été négocié, ce seuil de 60% était justifié par les prévisions de croissance de chaque pays. Si l'on regarde en arrière, on voit qu’il était trop haut, car « la croissance européenne n’a pas atteint les niveaux attendus au cœur des vingt dernières années », dit-il. « Les pays dont la croissance est trop faible peuvent emprunter encore moins. »

Il voit un autre problème lié aux limites strictes de la dette et des déficits. « Imposer de telles conditions aux Etats membres ne crée que du ressentiment, et finit par mettre en péril le projet européen ». Référence à la relation entre un pays sous perfusion, la Grèce, et l’Allemagne, relation qui a culminé avec des images de Merkel affublée d’un uniforme nazi. Au contraire, les pays de la Zone euro devraient être libres « d’emprunter tant qu’ils veulent, à la condition qu’ils soient seuls responsable de leur dette ».

Quelle pensée radicale, en Allemagne, que de dire que chaque pays doit pouvoir emprunter autant qu’il le souhaite ! La seconde partie, que chaque pays doit être seul responsable de sa dette, et non de la dette d’autres pays, était bien sûr l’un des principes du traité de Maastricht, et une des promesses d’airain des politiciens allemands pour que le peuple accepte d’abandonner son Deutsche Mark. Une promesse devenue mensonge à l’heure du premier plan de sauvetage.

Mais pour Konrad, c’est le grand compromis, le plan B : oublier les limites de la dette et des déficits du traité de Maastricht. Laisser chaque pays flamber tout l’argent emprunté qu’il veut. Mais lorsque les investisseurs fermeront le robinet, il n’y aura ni plan de sauvetage, ni Troïka, ni BCE pour racheter de la dette, ni inspecteurs allemands se promenant dans les ministères des Finances. Il reviendra à chaque pays de se débrouiller avec ses investisseurs et de rembourser ses déficits avec rien du tout.

Mais pour permettre à un pays de faire faillite au sein d’une union monétaire, il faut rendre le secteur bancaire « immunisé face à la crise », dit-il. Mais il ne parle pas de ratios de fonds propres ou de produits dérivés, mais d’un concept très simple : « les banques ne doivent plus du tout financer des Etats. Ainsi, si l’Etat devient insolvable, les porteurs d’obligations de ces Etats se verront présenter la facture, sans que l’on risque une crise systémique. »

C’est un changement total de paradigme. Les banques européennes achètent des montants massifs de dette de leurs propres gouvernements, et d’autres Etats. Avec sa proposition, les banques ne possèderaient aucune dette souveraine, et donc seraient protégées de tout risque de crise de la dette. Mais cela serait difficile à mettre en œuvre, vu à quel point les Etats sont dépendants des financements de leurs banques. Il conclut donc sur une note plus sombre – et un ballon d’essai pour une nouvelle doctrine gouvernementale.

« L’Europe est importante pour moi », dit-il. « Pas l’euro. Je donne à l’euro une chance de survie à moyen-terme limitée. » Quand on lui demande de définir ce qu’il entend par « moyen-terme », le président du Conseil consultatif scientifique du ministère des Finances allemand explique qu’il est difficile de définir une période exacte, car cela dépend de beaucoup de facteurs, mais que « cinq ans semblent réalistes ».

http://www.atlantico.fr/decryptage/quand-doutes-survie-euro-infiltrent-meme-coeur-pouvoir-allemand-wolf-richter-710405.html
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"Une avancée majeure et fédérale ne peut en aucun cas se faire contre les peuples ou ce serait un déni démocratique qui signerait la fin d’une Europe synonyme de paix et de liberté."


je pense que l'avancee federale se fera SANS controle democratique, et que les peuples se reveilleront APRES, est-ce que ce sera trop tard?? je ne sais pas, j'espere toujours que la conscience finara par reprendre le dessus mais Y A DU BOULOT :-(
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Vendredi 3 mai 2013 :

En septembre dernier, Mario Draghi avait annoncé son plan OMT (Outright Monetary Transactions) : il prenait la suite du plan SMP consistant à acheter de la dette souveraine de pays en difficulté, de façon à limiter la hausse des taux et à leur permettre de se refinancer. Comme cela ne plait pas du tout aux Allemands (et ils ont bien raison, c’est de la planche à billets), le dispositif OMT est assorti de conditions drastiques puisque le pays qui souhaite en bénéficier doit auparavant demander l’aide de l’Europe et accepter un sévère plan d’assainissement des comptes public imposé par la désormais célèbre "Troïka" (La Tribune).

Résultat : personne ne l’a encore demandé. Pourtant la détente sur les taux des pays européens en difficulté s’est prolongée. En apparence les choses s’améliorent. La simple annonce du plan OMT aurait suffi à rassurer les marchés, "bravo Mario !" commentent les médias.

La réalité est plus subtile, et perverse : la BCE prête sans limite aux banques du pays pour qu’elles rachètent la dette de leur Etat, ce qui au fond revient au même !

Mario Draghi l’a confirmé hier lors de sa conférence de presse, les banques pourront obtenir les liquidités qu'elles souhaitent au taux directeur, qui a été abaissé de 0,75% à 0,50% (La Tribune).

Et la BCE prête de l’argent y compris aux banques au bord de la faillite comme les banques slovènes, qui peuvent ensuite acheter la dette émise par Ljubljana. "Les analystes d'Aurel ETC Pollak rappellent ainsi que ce sont les banques slovènes elles-mêmes qui, le 17 avril, ont racheté le 1,1 milliard d'euros de dette émise ce jour-là, grâce au financement de la BCE." (La Tribune).

Et le tour est joué. Il en va de même en Espagne, Italie, etc.

C’est de la cavalerie, de la planche à billets, mais formellement la BCE n’achète pas d’obligations d’Etat.

Ce faisant, la BCE acquiert un volume croissant de créances sur des banques en difficulté, ce qui n’est pas rassurant !

Posons aussi une question : les banques slovènes avaient-elles le choix ? En fait non, tant les intérêts des grandes banques et des Etats sont intimement liés, et c’est le cas dans tous les pays européens. A partir de là, financer les Etats ou les banques revient au même pour la BCE. Le reste est juste un problème de communication.

Philippe Herlin, chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.

http://philippeherlin.blogspot.fr/2013/05/la-politique-subtile-et-dangereuse-de.html
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Si demain, on me prélevait 6% de mes économies quelque chose changerait en moi. Je ne serais plus le gentil citoyen français abruti de télé-réalité, je deviendrais une bête féroce. J'ai cesse depuis longtemps d'avoir confiance en nos politiques, l'histoire est remplie de coïncidences douteuses. Comme le disait Roosevelt en politique rien n'arrive par hasard... Concernant la seconde guerre mondiale, quel secret détient l'Angleterre, je parle du voyage de Rudolf Hess et de son suicide juste avant sa libération??? Apprendre et encore apprendre, la connaissance est la seule richesse que l'on peut le mieux protéger.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
@ Christus Regnat

...Si demain, on me prélevait 6% de mes économies...

Ce sera malheureusement bien plus ,ce sera en effet la quasi totalité des économies , plans divers , assurances vie , livrets , etc...

Dites vous bien que la tonte générale des occidentaux est prévue .

Leur morgue est sans limite , les ordures au pouvoir prévoient ainsi par le même bail-in à financer leurs propres salaires et primes !

Lien vers le futur scandale :

... the possibility to use designated bail-in instruments in remuneration schemes, and the appropriateness of imposing caps on variable as well as overall compensation....

Erkki Liikanen: On the structural reform , PDF publié par la BRI .
http://www.bis.org/review/r130425b.pdf

Vu sur Silver Doctor
http://silverdoctors.com/banksters-plan-use-of-bail-ins-to-fund-their-own-bonus-payouts/#more-26096

NB
Je pense que vous ne serez pas seul à avoir des pensées assassines à l'endroit de tous ces criminels de la finance et leurs complices , les traitres qui nous gouvernent .


Evaluer :   8  1Note :   7
EmailPermalink
« Cela peut parfaitement être assimilé à de la haute trahison tellement les intérêts des peuples sont bradés par des hommes politiques au mieux totalement incompétents. »

- Si les peuples choisissent mal leurs dirigeants, à qui la faute? Et si les Allemands sont deux fois moins riches que les Grecs, de quoi se plaignent-ils? S'ils ont perdu la guerre, ce n'est ni la faute des Grecs, ni celle des Portugais, encore moins celle des Français qui ont pourtant tout fait avant et pendant pour les aider à la gagner... Par contre les Allemands eux de leur côté, ont tout fait pour la perdre cette guerre, à commencer par la poche de Dunkerque, la bataille d'Angleterre, les batailles de Russie, de l'Atlantique et d'Afrique du nord, tout comme ils ont tout fait pour perdre la première guerre mondiale. On dirait qu'ils aiment perdre leurs guerres.
- On a le curieux sentiment que tout ça, c'était pour précipiter la fin de la civilisation européenne et chrétienne. Parce que le résultat est là : la civilisation européenne en tant que civilisation chrétienne se meure. Est-ce un bien, est-ce un mal?
- Quant à la guerre de 14-18, elle a signé l'arrêt de mort de l'Europe telle qu'on la connaissait. Le signal du commencement de la fin. Nous vivons les derniers temps de la décadence de Rome. Et je sais au moins que tout le monde est d'accord là-dessus, ce qui est une mince consolation. Par quoi tout cela sera-t-il remplacé? J'aurais bien une petite idée, mais elle est tellement scandaleuse que je préfère ne pas en parler.
Evaluer :   8  0Note :   8
EmailPermalink
Montebourg a quand même dit non pour Daily motion, il a des projets.
Thatcher a vendu les chemins de fer pour s'en débarrasser, le réseau était dans un état catastrophique et coûtait cher aux contribuables Britanniques.
Ce n'est pas dans les missions de l'état de faire rouler des trains, sa seule mission est de les laisser rouler en assurant leur sécurité et celle des passagers.
L'état du Portugal vends les bijoux de famille mais sait-on ce qu'ils coûtaient aux contribuables Portugais ?
Quand je vends une voiture ce n'est pas seulement pour en tirer un bon prix mais c'est surtout pour faire des économies en entretiens, en assurance et en consommation et ce n'est pas rien au vu des taxes sur l'automobile.

Evaluer :   2  7Note :   -5
EmailPermalink
En tout cas, j'ai clairement l'impression d'être une vache a lait quand je prends une autoroute française...
Quelques privilégiés siphonnent les bénéfices font quelques réparation d'urgence et l'on devrait dire merci parce que soit disant
ça nous coute moins cher.
C'est du foutage de gueule votre argumentation !
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Vous n'êtes pas obligé de prendre l'autoroute. En revanche, en tant que contribuable, vous payez la SNCF même si vous ne prenez jamais le train. Au sujet des autoroutes, je me souviens que les péages devaient disparaître à la fin des concessions, j'ai vu un démontage de péage étant petit donc c'était vrai. Mais la magouille a pris le dessus, il y a eu privatisation mais au profit de privilégiés comme vous dites à raison. Avant, j'avais des actions d'autoroute mais on me les a volées ! La banque a dit que plus de 98% des actions appartenaient à une seule personne et qu'elle avait le droit de me les acheter au cours de bourse sans mon accord. D'énormes profits sont en jeu vous comprenez ?
Je maintiens ce que j'ai écris : quand c'est privé, vous ne payez que si vous en bénéficiez.
L'arnaque des autoroutes, c'est autre chose. Je dirais qu'il s'agit de capitalisme de copinage mais je préfère quand même avoir des autoroutes privées parce que je garde le choix de ne pas les payer si je ne les empruntent pas.
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Ce peut être privé tout en étant obligatoire de payer.
Au sujet de l'automobile, les exemples, ne manquent pas:

Sans risquer une amende pénale,
Est-on libre de ne pas payer un contrôle technique privé?
Libre de ne pas souscire une assurance privée?
Libre de ne pas faire presser des plaques d'immatriculation par un serrurier privé?
Libre de ne pas remplacer un feu ébrêché chez un garagiste privé?
Réellement libre de se présenter en préfecture pour examen de permis de conduire en "candidat libre", sans avoir copieusement raqué auprès d'une entreprise privée d'auto-école?
Lbre de détruire la voiture sans passer par un démolisseur agrée privé?
Libre de la modifier sans avoir de facture avec TVA d'un carrossier-constructeur privé et préalablement agrée?
Libre de dormir dedans sans s'arrêter chez un privé consentant?
etc etc

L'Etat ne fournit aucun de ces services obligatoires. Ne pas aller les payer auprès d'un privé est une infraction pénale, qui déclenche une amende au profit du Trésor.

L'Etat ferait mieux de s'occuper des faits et des résultats. En reglementant les moyens d'y parvenir, il s'assure principalement une rentrée de TVA.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Argumentation un tantinet rapide... Je ne me fais pas d'illusion, vous etes plutot un ultra-libéral acharné et je ne pense pas vous convaincre.
Celà dit il peut etre utile de se demander ce que doit faire l'Etat pour que la machine globale fonctionne (entre autre grace à des infrastructures efficaces), et non pour vous fournir systématiquement le service dont vous avez besoin, vous Pierre70. Vous ne bougez peut-etre jamais de chez vous (grand bien vous fasse) mais vous apprécierez peut-etre de vous faire livrer votre courier à la maison, par des services de poste (privés ou publics) qui empruntent bien les autoroutes ou voies de chemin de fer. On pourrait multiplier les exemples mais je pense me faire comprendre.

Vous auriez pu dire: "Si l'on se débarrassait de l'Etat, on pourrait le substituer par un système alternatif comme ci comme ca" à base d'entreprises privées ou autres... Et qui sait, peut-etre auriez-vous raison ! Pour ma part j'en doute un peu, si l'on élimine l'Etat j'ai bien peur que certains grands groupes privés n'en viennent à "prendre sa place" pour n'obtenir que de gros monopoles qui vous fasse les poches avec une corruption généralisée (ce qui est un peu ce vers quoi on se dirige peu à peu), mais comme un système purement libéral n'a jamais existé (ou de manière sporadique et à petite échelle) on ne peut pas vraiment savoir...
En revanche, de la manière dont vous formulez votre critique, on peut répondre à votre désavantage: les sociétés d'autoroutes auraient sans aucun doute rapporté plus qu'elles n'auraient couté, ce qui est au coeur du scandale de la cession des autoroutes francaises... Maintenant au lieu des autoroutes gratuites qui permettent de faciliter la circulation et les échanges (projet initial une fois l'investissement remboursé comme vous le dites vous-meme) on aura ad vitam eternam un groupe privé qui nous fera les poches (en plus des impots qu'on paye toujours aux dernières nouvelles), et qui risque meme de faire appel à l'argent public quand les infrastructures commenceront à se dégrader sévèrement...
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Sur le plan économique, je suis libéral et j'ai des principes donc vous ne me convaincrez pas. J'apprécie assez votre tolérance parce qu'il faut défendre la liberté d'expression, y compris celle de ses adversaires, c'est un de mes principes.
Je ne comprends pas bien ce que vous appelez la machine globale. Est-ce la société civile ? La société n'est pas une machine et l'état ne devrait pas en être l'opérateur. Je suis pour un état minimal avec un gouvernement qui s'abstient de cornaquer la société à sa guise.
Monopole et corruption sont inévitables dans un état qui dépasse les limites de ses missions régaliennes car ces deux maux ne peuvent exister durablement sans un état tentaculaire. Les grands groupes privés ne pourraient pas se soustraire à la concurrence sans eux et c'est pour cela que les grandes entreprises françaises sont proches du pouvoir. Les sociétés d'autoroutes ne pourraient pas arnaquer longtemps leurs clients sans un état qui protège leur très lucratif monopole en échange de leur docilité et d'énormes rentrées fiscales. L'état n'est pas non plus une entreprise, il n'a pas à chercher le profit, l'état actionnaire est une ineptie.
Je suis convaincu que les infrastructures doivent êtres privées pour êtres efficaces et quand ce n'est pas possible, les routes par exemple, la gestion publique doit être au plus près du public concerné et non globale, c'est la subsidiarité. A propos de la Poste, je pense qu'il s'agit d'une institution de niveau national dont la mission à été pervertie. Selon moi, comme tout les organismes publics, la Poste doit être opérationnelle 7j/7 et 24h/24. La Poste doit se débarrasser de sa filiale bancaire et ne s'occuper que du courrier. Il doit il y avoir un bureau de poste dans toutes les communes et sa tarification doit être la plus simple possible. Je précise que la Poste est, selon moi, la seule organisation qui doit rester publique en tant que garante de l'unité nationale.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Merci de votre réponse :-) Je vois déjà que vous avez une position un peu plus nuancée que ce que je pensais.
Je pense quand meme que vous etes passé un peu à coté de mon commentaire. Passons sur le terme de machine qui n'impliquait rien de particulier (d'accord avec vous, une société n'est pas une "machine" au sens strict). Ce que je voulais dire, c'est que j'ai quelques doutes sur le fait qu'un ensemble d'entreprises privées seraient pretes à faire des investissements massifs pour la mise au point d'infrastructures lourdes qui pourraient rapporter beaucoup (et stimuler de nombreux secteurs) mais seulement à long terme. Une entreprise privée, par nature, a une tendance à se comporter comme un parasite lorsque c'est possible, à moins qu'un certain sens de l'éthique ne prévale (mais dans les grands groupes c'est presque impossible), voir les nombreux scandales sanitaires créés par la cupidité, par exemple. Autre exemple: j'ai fait de la recherche en physique des particules théorique pendant quelques années, je sais que c'est un investissement utile à long terme mais je doute que quelqu'un d'autre que l'Etat n'accepte de financer de telles recherches...
Autre point que j'aimerais souligner, c'est la violence avec laquelle les groupes les plus gros ont tendance à s'attaquer aux petits concurrents qui leur mordent les mollets, de manière carrément illégale parfois, ce qui mène à des positions de monopoles de fait au cours du temps. Pour que je puisse accepter un Etat tel que vous me le présentez, il me faudrait l'assurance que les autorités de controle étatiques soient fortes et peu corruptibles, voire qu'elles comportent un conseil citoyen de surveillance composé de personnes désignées au hasard dans la population ou dans la branche d'activité concernée.

En fait, je me méfie de toute structure qui dépasse une certaine taille et un certain pouvoir, que ce soit un Etat ou une grande entreprise ;-)
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"c'est pour cela que les grandes entreprises françaises sont proches du pouvoir."

D'après Mussolini lui-même, c'est la définition du fascisme.
@P. Hosteins: Est-ce votre rêve et votre ambition pour votre pays et les familles qui l'habitent ?
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"Selon moi, comme tout les organismes publics, la Poste doit être opérationnelle 7j/7 et 24h/24. La Poste doit se débarrasser de sa filiale bancaire et ne s'occuper que du courrier. Il doit il y avoir un bureau de poste dans toutes les communes et sa tarification doit être la plus simple possible. Je précise que la Poste est, selon moi, la seule organisation qui doit rester publique en tant que garante de l'unité nationale."

Ce n'est pas la poste qui est un besoin vital du public et en conséquence un service du public.
Le besoin vital, c'est la circulation de l'information, la communication entre personnes (physiques et morales).
Cette information/communication a pendant des siècles pris la forme d'un échange de courrier. Il y en a d'autres aujourd'hui, qui doivent AUSSI être préservées. L'Etat n'a pas à protéger la poste contre l'e-mail ou le fax. Ni à la protéger contre les coursiers concurrents car EUX AUSSI assurent un service public d'information/communication.

De même le libre voyage des personnes est un besoin vital du public. Au début ou au milieu du XXè s. le train était une évidence.
Au début du XXè, les VRP et les organisateurs du tour-de-France cabotaient en train ! Il n'y avait rien d'autre de payable ou de réaliste.
Ce n'est plus le cas. Aujourd'hui l'avion et surtout la voiture sont accessible aux familles, et même moins chers que le train. Ceci prive de ce fait le DROIT de protéger la SNCF contre l'avion ou la voiture/camion. Le vrai service public ce n'est pas la seule SNCF mais c'est le libre voyage en général. Dans la Creuse, la Lozère ou le Médoc, il n'y pas de train; le service public consiste à s'assurer que chacun puisse librement voyager avec ses moyens. Ca peut prendre la forme d'une ligne d'autocar, mais ça peut aussi prendre celle d'une simple station service pour pouvoir faire rouler les véhicules individuels. L'important c'est le résultat (chacun peut circuler de façon payable) et non pas les moyens mis en oeuvre. Si on s'accroche aux principes d'un autre siècle, on se contente de protéger des privilèges chers et inefficaces.

Idem avec la lumière qui est un besoin vital du public, ce qui ne signifie pas que l'ensemble de l'électricité (incluant le chauffage ou la force motrice) aquiert de ce fait le statut très respectable de "service du public". Seule la part d'électricité servant à l'éclairage des rues et des domiciles est "service public" !!
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"si l'on élimine l'Etat"

Rassurez-vous, il s'élimine tout seul.
Un fruit ne peut pas continuellement pourrir sans un jour tomber au sol et s'exploser comme la merde visqueuse qu'il est devenu.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
"Quand je vends une voiture ce n'est pas seulement pour en tirer un bon prix mais c'est surtout pour faire des économies en entretiens, en assurance et en consommation et ce n'est pas rien au vu des taxes sur l'automobile."

Ah bon?? Et ça réussit ?
De nos jours dans nos pays, quand on vend une voiture c'est pour en acheter une autre. D'un autre modèle. Généralement plus récent.
L'entretien d'un modèle récent est bien plus cher que pour une génération précédente.
L'assurance également, elle est liée à la valeur de remplacement, donc à l'âge.
Reste la consommation... Et encore!, sur certains modèles il y a de sales surprises, notamment à cause de la prise de poids, des grands pare-brises, des régénérations de FAP, des roues immenses etc
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Je préfère les voitures avec des grandes roues mais c'est une question de goût. Vous avez raison, les autos modernes sont des gouffres financiers. Hormis la fiscalité record, leur conception les rends de plus en plus lourdes et compliquées. Les assurances cherchent le moindre prétexte pour ne pas rembourser. Selon moi, une assurance contre le vol doit toujours rembourser sauf si le voleur est le signataire du contrat, point. Le fait de prétexter que le propriétaire à laissé la clef dessus pour ne pas rembourser est un abus, il y a bien eu vol, après tout.
De nos jours, à peu près tout le monde roule en Rolls des années 50 avec les coûts que cela implique mais ils n'ont pas le choix. Dans les années 50, une 2 cv offrait peu de confort mais ne coûtait pas cher. Je regrette le temps des voitures minimalistes mais qui convenaient bien à leur usage. Des normes draconiennes ont même rendu les petites citadines aussi sophistiquées qu'un avion.
J'ai une auto ancienne capable d'abattre le 0 à 100 en 5,5s avec seulement 170 cv en consommant 11 l/100 à rythme modéré et ce n'est pas une petite. Le secret est dans la conception du moteur et la légèreté, que demander de plus ?
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Une auto minimaliste mais moderne... il y a la Peugeot 301 qu'on nous refuse jusqu'à maintenant.
C'est l'esprit de la Logan mais là où Renault a économisé sur le design, la 301 a une belle gueule.
Et elle est conçue et construite en Europe.
Sinon, pour l'équivalent de la 2cv il faut chercher dans les "Quadricycles lourds", dont les conceptions sont très variées et pleines de fraîcheur mais dont les coûts malheureusement ne bénéficient pas d'effet d'échelle.
De plus les prêteurs comme le bénéficiaire de TVA n'ont aucun intérêt à voir baisser les prix...

5,5sec... 170ch... 11L une Alfa GTa? ou une 2002Turbo... non, ce sont pour moi des petites...
Pour une muscle-car c'est pas assez puissant
il manque des indices ! quel pays d'origine?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Pas tout à fait d'origine : préparation mécanique basique et allégée des options superflues. 140 cv à l'origine.
Japonaise, pas de turbo, 30 ans d'âge, grosse comme une GTV, 6 en ligne.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
260Z ??
Une Supra me semble au dessus des 140ch, de mémoire du moins.
Presque.
Version courte 2 places. Injection jetronic.
Je crois que la Supra développe 170 cv avec un 3 L mais c'est plus récent.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
En 2 places...
Une MR alors? mais son merveilleux 1.6 ne donne pas 140-170ch sans le compresseur auquel bien peu de pays ont eu droit.
Une RX-7 ne donnait que 105ch.

J'en reviens à la Fairlady. D'autant qu'elle correspond au "format GTV6". Mais seule la 240Z avait deux places.
Une 280Z irait bien pour la "prépa légère de 140 à 170ch" puisque les versions françaises Zx donnaient 145ch pour 170 en Belgique, Allemagne etc...

Pendant que j'écris ça... je me demande bien s'il n'y a pas eu en France quelques dizaines de 280Zx en 2places et non 2+2...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Oui, quelques dizaines de coupés 2 places. La mienne est une fairlady 280 zx 2 places à toit amovible importée des USA, ce modèle n'a pas été diffusé en france. Européanisée et préparée pour passer d'un maigre 120 cv à cause des normes antipollution US à presque la même puissance qu'une turbo. L'Allemagne a eu droit à la version turbo développant 180 cv mais plus gourmande.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Ouf!
On a dû me souffler un peu, mais j'ai quand même trouvé. ;-)
Pas évident quand il s'agit d'un modèle non officiellement importé...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Chacun son tour donc !

Lorsque les pays sous développés sont sous la coupe des banquiers et autres institutions genre FMI, BM et autre BRI, il n'était pas venu à l'idée des bien pensants que les populations de ces contrées "lointaines" de notre propre confort souffraient en vivant dans une misère crade sans autre perspective que de mourir jeune.

Non, non, on manifeste à leur égard une infime contribution sous la forme d'un don à l'UNICEF ou à CARITAS et cette solidarité s'exprime parce que le montant de ce don, oh combien symbolique, était déductible des revenus. Et pendant ce temps, la conscience tranquille, on vaquait à nos occupations mercantiles, jouissant de nos plaisirs d'ici bas, en allant à la messe le dimanche (et encore !) pour demander pardon pour notre égoïsme.

Pensez vous donc, pendant que ces pauvres criaient famine, la reine Elisabeth et son fils, ou encore le groupe LVMH et autres Prince Reynier de Monaco, touchaient des sommes faramineuses de l'Europe à travers la PAC.

Dommage que le site Telepac (https://www3.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/auth/accueil.action) ne soit plus accessible qu'aux seuls bénéficiaires de ces aides car ces derniers depuis la mise en ligne des milliers d'euros dont ils bénéficiaient ont bataillé ferme pour bloquer l'accès à ce site bien que la Commission Européenne ait justement instruit les pays à laisser les citoyens voir qui bénéficiaient de ses aides afin que chacun sache où va l'argent.

On ne protestait jamais de voir les famines en Ethiopie, au Soudan, au Bangladesh ou encore chez les Tamouls. Non, trop loin et puis il y a plus intéressant, l'émission de la télé réalité qui est là pour nous vanter quelque chose et nous ramollir le cerveau sans coup férir.

L'Occident par opposition donc aux pays sous développés qui est par définition le responsable de l'état de ce monde se dévore la queue tel un chien, il se retourne sur sa propre population au profit d'une caste qui est celle qui a maintenu les autres pays, à peine la tête hors de l'eau.

Ces zigomards donc font la même chose qu'ils avaient faits à l'endroit des pays cités plus avant. Pour leur seul intérêt. Il ne veulent plus partager et son même prêt à réduire la population de façon drastique afin qu'ils restent entre amis de même condition.

Et là, que neni, je proteste de façon véhémente car on touche là à mon propre confort. Je ne veux rien céder, je ne veux pas être au chômage, je ne veux pas abandonner mon auto, je ne veux pas, je ne veux pas, .... bref, je ne veux pas être pauvre.

J'ai beau protesté, tel un diable mais à peine comme je le faisais à l'endroit des éthiopiens en envoyant mon petit chèque et m'acheter une bonne conscience, mais je ne peux rien, tout comme ces pauvres et tant d'autres de par le monde avec qui, maintenant je vais partager le sort.

Evaluer :   7  1Note :   6
EmailPermalink
@ Nenuphar
Je suis bien d'accord avec vous.
Le FMI , la troïka , tout ces organismes non élus apparaissent enfin ce qu'ils sont au plus grand nombre, des criminels corrompus à la soldes des ploutocraties bancaires.

Ces gens là sont responsables de la souffrance et de la mort de millions de gens par le passé , ont améliorés leur techniques macabres et les appliquent dorénavant sur le continent européen .
Je souhaite qu'ils ne puissent échapper à la juste vengeance de la foule .

Car a un certain niveau de nuisance , la vengeance s'impose plus que la justice qui ne fait plus son travail depuis longtemps.
Evaluer :   12  1Note :   11
EmailPermalink
Le jour où il faudra faire le bilan du capitalisme frauduleux, je crains qu'il ne faille plutôt raisonner en milliards de victimes.
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Vendredi 3 mai 2013 :

Zone euro : récession pire que prévu en 2013, PIB en baisse de 0,4%.

La zone euro connaîtra cette année une récession plus importante que prévu, avec un Produit intérieur brut se repliant de 0,4% (contre -0,3% prévu jusqu'ici) et un chômage au-dessus de 12%, selon les nouvelles prévisions économiques de la Commission européenne publiées vendredi.

Pour l'année 2013, les pays d'Europe du sud vont voir leur PIB baisser davantage que prévu.

Pour l'année 2013, le PIB de la France va baisser de 0,1%.
Le PIB de l'Italie va baisser de 1,3%.
Le PIB de l'Espagne va baisser de 1,5%.
Le PIB de la Slovénie va baisser de 2%.
Le PIB du Portugal va baisser de 2,3%.
Le PIB de la Grèce va baisser de 4,2%.
Le PIB de Chypre va baisser de 8,7%.

Sur son blog, l'économiste Yanis Varoufakis souligne l'importance historique du document de la Bundesbank publié dans le journal Handeslblatt. Ce document de la Bundesbank montre que l'Allemagne est en train de suivre une Grande stratégie :

l'Allemagne souhaite créer une nouvelle monnaie, qui réunirait tous les pays situés à l'est du Rhin et au nord des Alpes.

La monnaie actuelle, l'euro, resterait la monnaie des pays d'Europe du sud et de la France.

http://yanisvaroufakis.eu/2013/04/27/intransigent-bundesbank-mr-jens-weidmanns-surreptitious-campaign-to-bring-back-the-greater-deutsch-mark/
Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Ce qui est vraiment ahurissant est de voir comment un pays souverain peut-être vendu à des puissances émergentes avec la bénédiction de ses dirigeants. Mine de rien, c'est aussi ce qui nous arrive. C'est un déni des peuples, de leur histoire, de leur culture. Bien sûr demain les portugais ne mangeront pas avec des baguettes, mais ils ne seront plus maîtres chez eux. On retrouvera ce schéma dans d'autres pays, ficelés à leur tour.
J'aimerais bien savoir s'il existe une solution démocratique pour nous dégager de cette immense gangrène qui nous lamine lentement mais sûrement...?
Evaluer :   8  2Note :   6
EmailPermalink
Pas de solution en démocrassie élective. Les peuples sont, de facto, nécessairement complices inconscients de la clique d'irresponsables qu'ils ne cessent de reconduire au pouvoir. Cet aveuglement chronique est coupable. Election = piège à cons .
Bien entendu aucune autre solution inédite ne peut être envisagés tant que piégeurs et piégés en refusent arbitrairement le principe.
Seul l'écroulement du système le permettra.
Wait and see.
Evaluer :   14  1Note :   13
EmailPermalink
Des idiots élisent des crétins , logique.
Evaluer :   12  3Note :   9
EmailPermalink
...et ce sont les bandits qui raflent les mises.
Nous vivons dans un monde où le principal journal belge publie sur son site un article dont le titre dit annonce une pandémie de grippe aviaire et qu'un quart de la population mondiale se trouve à moins de 2 heures d'un aéroport connecté aux zones affectées.

La suite de l'article est réservée aux abonnés.

Voilà notre monde. Les médias s'amusent à annoncer l'apocalypse, et en plus ils essaient de se faire du fric extra avec. Franchement, ça rime à quoi ça ? "Demain la fin du monde, si vous voulez en savoir plus, donnez nous de l'argent".

Ce monde mérite cette apocalypse.

EDIT : encore mieux, maintenant des entreprises veulent coincer leurs employés en les "incitant" à se faire tatouer le logo de l'entreprise contre une augmentation de 15% du salaire...
http://www.references.be/carriere/38-employes-se-font-tatouer-le-logo-de-leur-entreprise-en-echange-dune-augmentation
Evaluer :   10  1Note :   9
EmailPermalink
Vers une nouvelle monnaie européenne.

Sur son blog, l'économiste Yanis Varoufakis souligne l'importance historique du document de la Bundesbank publié dans le journal Handeslblatt. Ce document de la Bundesbank montre que l'Allemagne est en train de suivre une Grande stratégie :

l'Allemagne souhaite créer une nouvelle monnaie, qui réunirait tous les pays situés à l'est du Rhin et au nord des Alpes.

La monnaie actuelle, l'euro, resterait la monnaie des pays d'Europe du sud et de la France.

http://yanisvaroufakis.eu/2013/04/27/intransigent-bundesbank-mr-jens-weidmanns-surreptitious-campaign-to-bring-back-the-greater-deutsch-mark/

Rappel des chiffres du chômage en Europe :

1- Médaille d'or : la Grèce. 27,2 % de chômage.

2- Médaille d'argent : l'Espagne. 26,7 % de chômage.

3- Médaille de bronze : le Portugal. 17,5 % de chômage.

Et les pays qui ont le moins de chômage ?

24- Pays-Bas : 6,4 % de chômage.

25- Luxembourg : 5,7 % de chômage.

26- Allemagne : 5,4 % de chômage.

27- Autriche : 4,7 % de chômage.
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
Bref Ils n'aiment qu'eux-mêmes ! D'un autre côté tout n'est pas rose au royaume de Prusse. Mais comme on dit, au "royaume des aveugles les borgnes sont rois"!
Evaluer :   0  3Note :   -3
EmailPermalink
Excellent coup de gueule ! Notre situation ressemble a celle des paysans Indiens ultra endettés obligés de finir esclave a vie pour rembourser leur dette.
C'est la technique des mafias pour mettre la main sur des patrimoines !
Que les citoyens se réveillent bon dieu !
Il serait temps de mettre a la porte les politiques de gauche comme de droite qui valident cette situation, sont structurellement incapable de prendre une décision tant ils étaient habitués a profiter sans risque d'un fromage que l'on se refile entre copains.
Evaluer :   19  2Note :   17
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Ouf! On a dû me souffler un peu, mais j'ai quand même trouvé. ;-) Pas évident quand il s'agit d'un modèle non officiellement importé... Lire la suite
Rüss65 - 16/05/2013 à 20:23 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX