Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Nous sommes de retour en 1790

IMG Auteur
Publié le 01 avril 2016
1069 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 3 votes, 5/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editorial du Jour

 

 

 

 

 

Nous sommes en 1790, et l’Assemblée nationale révolutionnaire de Paris est inquiète.

Des plaintes arrivent des quatre coins de la France. Les affaires stagnent, les ventes sont en déclin, les gens n’ont plus de travail. Et la monnaie manque.

Cette situation était tout à fait naturelle, parce que les affaires ont tendance à décliner lorsque la source principale d’autorité est remise en question. La prison de la Bastille avait été prise l’année précédente par une foule de révolutionnaires, et toutes sortes de vilaines choses étaient dîtes du roi Louis XVI et de sa jeune reine, Marie Antoinette.

Mais nous étions alors en plein « âge de Raison », et les gens les plus instruits, intelligents et raisonnables de France étaient membres de l’Assemblée nationale révolutionnaire, qui se rassemblait tous les jours à Paris.

L’Assemblée a réuni ses grands penseurs et est parvenue à la conclusion qu’une rareté de monnaie était intolérable, et que l’Assemblée se devait de faire quelque chose pour y répondre.

« Pourquoi disposons-nous de têtes instruites si nous ne les utilisons pas pour régler le problème de la rareté de la monnaie ? Il est évident que la Raison puisse surmonter ce problème. »

Les membres de l’Assemblée nationale ont réfléchi au problème de rareté et ont été illuminés par une idée splendide : « Créons toute la monnaie nécessaire, et tous nos problèmes seront réglés ».

C’est ainsi qu’est né l’Assignat. De la sagesse collective de l’Assemblée. L’Assignat est né pour représenter une part de la vaste extension territoriale récemment obtenue de l’Eglise catholique par l’Etat français. Que pouvait-il y avoir de plus solide qu’une part du joli territoire de notre chère France ?

Les Assignats ont vite été imprimés, et se sont vus attribuer diverses valeurs en termes de Francs d’or.

Ils ont d’abord circulé en parallèle aux pièces d’or, à valeur nominale. Mais la valeur d’échange des Assignats a très vite plongé contre l’or.

C’est ainsi qu’a commencé un cauchemar qui a duré sept ans.

La première vague d’émission d’Assignats n’a pas réglé le problème de stagnation des affaires. Une deuxième vague d’émissions a donc suivi la première, puis une autre, et encore une autre, pour voir plonger la valeur des Assignats encore et encore contre l’or.

Nos intelligents membres de l’Assemblée ont décidé que la perte de valeur de leurs Assignats était le travail de gens diaboliques et peu patriotiques qui devaient être sévèrement punis.

Ils ont donc décrété qu’un marchand devrait être envoyé aux galères ou à la guillotine s’il osait demander à un client désireux de connaître le prix d’une miche de pain s’il prévoyait de payer en pièces d’or ou en Assignats.

Un réseau national d’espions a été établi pour traquer ceux qui accumulaient de l’or, leur confisquer leur métal et les séparer de leur tête par le mouvement brutal et rapide d’un gros bloc noir.

Les plus intelligents des citoyens se sont endettés en Assignats, certains que leur valeur allait bientôt s’effondrer. Avec ces Assignats empruntés, ils ont acheté toutes sortes de choses de valeur, telles que des biens immobiliers, des œuvres d’art et des bijoux. La valeur des Assignats a plongé pour ne plus valoir quoi que ce soit, et leurs dettes ont été annulées. D’énormes quantités de capital ont été transférées depuis les masses d’ignorants vers ceux qui avaient su voir ce qui se passait.

Le peuple de Paris a eu de plus en plus de difficultés à se procurer du pain. Des famines se sont développées, et le gouvernement parisien a eu à fournir des rations de pain à son peuple – du pain moisi, et plein de vers.

Napoléon est arrivé au pouvoir en France en 1797. Il a mis fin aux projets raisonnables des grands hommes instruits de l’Assemblée nationale et déclaré qu’à partir de maintenant, seul l’or pourrait être utilisé comme monnaie.

Au centre de la Place Vendôme, où se trouve aujourd’hui une haute colonne surmontée de la statue de Napoléon, un énorme bûcher a servi à brûler des piles d’Assignats fraîchement imprimés ainsi que les presses à imprimer desquelles ils étaient issus.

Les hommes instruits et raisonnables de l’Assemblée nationale sont parvenus à mettre la France à genoux. Mais aucun d’entre ces hommes, ces responsables du désastre colossal des Assignats, n’a jamais osé déclarer avoir eu tort.

2016. Sommes-nous de retour en 1790 ? Tout comme en France en 1790, nous avons aujourd’hui un groupe d’hommes aux contrôles des affaires économiques sur la base de théories intellectuelles erronées. En 1790, il y avait l’Assignat. Aujourd’hui, il y a le dollar et toutes les autres devises qui en sont dérivées.

En 1790, l’or était l’ennemi juré de ces hommes, parce que la dépréciation de l’Assignat contre l’or révélait sa fausseté. L’Assemblée nationale a donc fait de son mieux pour supprimer l’usage de l’or par la force. Aujourd’hui, l’or est une fois de plus l’ennemi de nos grands maîtres : l’or, dont la valeur menace d’exposer la fausseté du dollar non-échangeable.

En 1933, la valeur du dollar en or était d’1,5 gramme. Aujourd’hui, sa valeur n’est plus que de 2,5 centièmes d’un gramme d’or. Nos grands maîtres ont du mal à empêcher leur grande construction intellectuelle qu’est le dollar de perdre de la valeur, et il pourrait bientôt ne valoir plus que quelques millièmes d’un gramme.

Tout comme l’Assignat, dont la valeur en 1797 n’était plus que de zéro gramme d’or, le dollar fait face à un destin inévitable. Et parce que les autres devises du monde sont dérivées du dollar, elles-aussi finiront par ne plus rien valoir.

L’erreur fondamentale commise par les membres de l’Assemblée nationale de la France en 1790 était de croire qu’ils pourraient inventer une monnaie plus capable que l’or de mener leur pays à la prospérité.

Et aujourd’hui, l’erreur fondamentale commise par les grands maîtres de l’Univers est exactement la même que celle qui a aveuglé les membres de l’Assemblée nationale révolutionnaire. Tous sont convaincus que leur dollar non-échangeable a bien plus de mérite que l’or en tant que monnaie.

La vanité des membres de l’Assemblée nationale de 1790 a débouché en sept ans sur la prostration totale de l’économie de la France. La vanité des banquiers centraux d’aujourd’hui plongera l’économie du monde dans la plus profonde des crises. Et ne vous attendez jamais à les entendre admettre leurs erreurs.

Nous sommes de retour en 1970.

* * * 

Référence: Andrew Dickson White "Fiat Money Inflation in France".

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (3 votes)
>> Article suivant
Hugo Salinas Price a écrit de nombreux livres et articles sur l'argent et combat pour réintroduire l'argent comme unité monétaire au Mexique en parallele avec la monnaie fiduciaire. Son organisation, la Mexican Civic Association Pro Silver, mène de vigoureuses campagnes de sensibilisation du public et de lobbying au parlement pour instituer l'once d'argent "Libertad" comme la monnaie Mexicaine.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX