Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Où sont passés les 1 000 milliards prêtés par la BCE aux banques ?…

IMG Auteur
Publié le 13 mai 2014
937 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 31 votes, 4,9/5 ) , 7 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
7
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux
24hGold - Où sont passés les 1...

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Le 14 janvier dernier, dans l’édito du Contrarien, je m’interrogeais sur où était passé notre pognon ! Aujourd’hui, nous progressons parce que c’est le magazine L’Expansion qui se pose la question puisque cette fois la Commission européenne de Bruxelles s’apprêterait à demander « aux banques européennes ce qu’elles ont fait des 1 000 milliards d’euros prêtés récemment par la BCE. L’heure des comptes a enfin sonné »…

On va donner des sous aux banques pour relancer l’économie !

Voilà ce que dit L’Expansion un brin naïf tout de même, on voit que les élections européennes approchent à grands pas !
« L’heure des comptes a enfin sonné : la Commission européenne s’apprête à demander aux banques ce qu’elles ont fait des 1 000 milliards d’euros libérés par la BCE en décembre et février, à l’occasion des deux opérations de refinancement à trois ans. Ces dernières, qui avaient pour but de relancer l’économie et d’inciter les banques à continuer à financer les États en achetant de la dette, n’ont visiblement pas eu l’effet escompté. »

Évidemment que cela ne pouvait pas avoir l’effet escompté et la raison est assez facile à comprendre. Lorsque la BCE met en place ce plan d’aide aux banques pour 1 000 milliards d’euros, personne ne croit un seul instant que ce sera pour « financer » l’économie. L’objectif unique était de sauver les banques d’une déroute financière totale sur fond de bilans monumentaux (« too big to fail » cela veut surtout d’abord dire trop gros !) et évidemment de permettre, dans un marché de dupe, aux banques de financer les États en achetant les obligations émises par nos pays surendettés en empochant la différence. Comment croyez-vous que les taux d’intérêt puissent être orientés à la baisse alors que les dettes des pays n’ont jamais été aussi élevées ?

Dans le langage policé de L’Expansion, cela donne le texte suivant :

« Il faut dire que financièrement l’affaire était plutôt juteuse pour les banques, qui ont emprunté à 1 % auprès de la BCE pour refinancer des États avec des taux compris entre 3 et 6 %. Les établissements espagnols notamment se sont jetés sur cette aubaine : ils ont acheté 32 milliards d’euros d’actifs publics en janvier et 22 milliards en décembre. Mais désormais les tensions sur les taux des obligations d’État des pays fragiles ont refait surface, et remettent donc en cause l’utilité de l’opération. »

Mais il s’agit ici d’un secret de polichinelle ! Tout le monde a bien compris la mécanique et, disons-le, elle arrange bien sûr tout le monde. Alors venir accuser les banques de s’enrichir grâce à un système concocté exprès pour qu’elles puissent le faire et ainsi améliorer leurs bilans sur le dos des contribuables européens, en douceur et sans avoir à signer de gros chèques, c’est un peu fort.

Pourquoi maintenant ?

Reprenons. Les banques vont mal et les États doivent emprunter pas cher. La BCE refile 1 000 milliards d’euros à 1 %, les banques reprêtent ces sous-là aux États en empochant 4 % des 1 000 milliards, ce qui revient à leur donner directement 40 milliards d’euros mais avec cette méthode-là c’est beaucoup plus discret et l’on peut crier que tout va bien, que la crise est réglée et que les bénéfices des banques sont de retour. Les États sont financés et les taux baissent… Youpi tralala, là encore, on peut dire que les États sont sauvés et la crise de l’euro derrière nous.

Et là, patatras, il faudrait faire une enquête ?

« Selon une information du Monde, Michel Barnier, le commissaire au marché intérieur, aurait demandé au président de l’Autorité bancaire européenne, Andrea Enria, de s’intéresser à l’usage qu’ont fait les établissements financiers de ces prêts bonifiés. Il a aussi déposé un amendement à la directive européenne sur les liquidités bancaires qui «impose aux banques d’isoler les profits qu’elles ont réalisés en investissant dans des titres rémunérateurs les liquidités à faible coût de la BCE, et oblige que ces bénéfices ne puissent être inclus dans le calcul des bonus». »

La proximité des élections européennes peut donc et doit être notée car sans nul doute cette annonce est du meilleur effet. Se montrer « méchant » avec les banques c’est toujours populaire ! Mais ce n’est pas tout. Il y a probablement un petit jeu de mise sous pression des banques afin que ces dernières continuent de jouer le jeu. Quel jeu ? Celui de financer des États en faillite pour maintenir les taux au plus bas et reculer le moment de l’inévitable. Ensuite, il serait également bien que les banques financent un peu plus l’économie réelle en augmentant les crédits aux PME qui est en chute dramatique. Hors sans financement, notre tissu d’entreprises se meurt.

Mais n’ayons point trop d’inquiétudes. Normalement, nos banques ne craignent pas grand-chose, elles sont bien trop grosses pour faire faillite et tiennent fermement les rênes des différents pouvoirs.

Finalement, les banques ne sont pas si solides !

Surprise, cet article révèle aussi – alors que, je vous le rappelle, la crise est finie et que Hollandouille voit très clairement venir le retournement) – « qu’il semblerait que les banques françaises, qui ont encore des problèmes de liquidité, soient allées lourdement au guichet de la BCE, juste derrière les espagnoles et les italiennes, explique Christophe Nijdam »…

Allez, dormez tranquilles puisque c’est ce que l’on exige de vous.

Préparez-vous, l’hiver vient et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,9 (31 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Je suis loin d'être un expert, mais alors que la BCE prête directement aux états à 1% sans passer par l'intermédiaire des banques qui se sucrent de 3 ou 4% au passage. C'est de nouveau les banques qui se remplissent les poches. Et le bon peuple qui va devoir, par les impôts, payer l'adition. Cool!
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
J'ai bien peur, que ce petit jeu risque de durer encore un peu...
La BCE prête de l'argent (sorti d'on ne sait où) à très faible taux (1%) aux banques privées acculées.
Celles ci le re-prêtent (à un taux de 3-4 %) à des états qui s'endettent toujours plus.
Et hop, les banques font leur bénef, condamnant le peuple de ces états à rembourser encore et toujours plus, par le biais d'impôts, de taxes et autres mesures d'austérités.
ça fait durer encore le suspens...! Bien que nous autres, devinons ce qu'il y a au bout de cela.

Car à moyen terme, il est très probable qu'il y ait de moins en moins de gens (car devenus assistés, chômeurs ou pauvres, c'est selon) en mesure de faire tous ces efforts: l'argent servant non pas à l'économie et à la production de richesses mais à créer encore et toujours plus de dettes.

Elle est là la faille de ce système (cette croissance) que l'on croit sans fin : quand plus personne ne pourra payer et rembourser les crédits, les rouages de l'économie s'enrayeront définitivement, ces rouages sont déjà plus qu'oxydés, les boulons se desserrent, les courroies sont toutes détendues, des cailloux se coincent dans les engrenages, la machine n'est plus correctement huilée, les billes de roulements partent les unes après les autres,...Bref cette mécanique (jadis belle) a fait son temps et est bonne pour la casse !

Et les goldeux, eux, attendent patiemment la prime à la casse...! ils savent qu'en cas de pépin grave, le temps de la réparation (restauration ?) ils seront de fait prioritaires, tout en espérant pouvoir inventer une nouvelle machine plus sûre, plus solide, plus durable et plus respectueuse de ceux qui la font tourner. Car cette fois, ils se promirent que, ce ne serait pas à la machine de faire tourner l'homme.
C'était la minute mécanique...
Je vous souhaite un bon entretien, en n'oubliant pas de purger/filtrer si nécessaire les excédents de résidus dans vos durites de comptes bancaires, avant une éventuelle vidange décidée par les bricoleurs de la Troïka ou une remise des compteurs à zéro par cet escroc de mécano de grands chemins qu'est l'état ...
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink

Superbe métaphore mécanique !
Je m'incline devant la prouesse rhétorique.

J'ajouterai juste le pot d'échappement obstrué à la calamine
et les bougies de chauffe qui ne font plus d'étincelles.

Après, évidemment, c'est déclinable à l'infini :
- la courroie de distribution élimée
- les joints de culasses qui laissent passer le liquide de refroidissement
(là ça sent la fin, généralement)
- le câble d'accélérateur effiloché et prêt à rompre
(sur une départementale déserte à 3 h du mat' : ouille-ouille-ouille !)
- la pompe à injection qui ratatouille
- le carburant gazoil dans lequel on a mis un trop gros pourcentage d'huile de colza
(euh.. celle-là, non... il y a juste à se foutre des claques)
- la boîte de vitesses qui fait "scrouitch"
(vécu, avec une vieille AX, en traversée d'un pont : pas le bon plan !)
- la courroie de l'alternateur qui décède subitement
(vécu, à minuit, dans une banlieue lugubre)
- le circuit hydraulique qui chie et la direction bloquée
(pour ça, il faut avoir connu Xantia et consorts)
- pour finir - car ce serait trop long -, le classique :
la batterie qui lâche un froid matin par moins dix.

En tout cas, merci Stêr Arc'hant pour la métaphore mécanique :
elle était originale, tout en étant pertinente.
Ca change de ce qu'on lit habituellement...

Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Quand ma copine demande où se trouve quelque chose, j'ai ce petit défaut gamin de répondre "dans ton c..." (pas toujours, cela dépend des situations).

Je pense que les banques auront à peu près la même réponse, mais formulée avec plus de complexité dans un jargon d'économiste intello
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Ahhh je viens de comprendre pourquoi Flamby me parlait dernièrement de retournement, alors même que je me posait la question d'où était passée la reprise...tout s'explique !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Aha, ils vont devoir inventer un gros truc ultramédiatisé pour masquer cette affaire.....genre le vainqueur de l'eurovision assassiné par des militants pro-russes, ou bien la belgique championne du monde de foot,... ils trouveront bien quelque chose.

Ici en belgique le gros truc c'est tout un ramdam autour des soi-disant vélléités séparatistes flamandes (si la NVA tend effectivement vers ce séparatisme, la majorité de la population flamande préfère rester en Belgique, donc même avec la NVA au pouvoir, cela n'arrivera pas sans aide extérieure - grosse crise), et aussi autour du plan de dispersion des vols d'avion au-dessus de Bruxelles.
Et surtout, on évite de laisser les petits partis expliquer leur programme. Ainsi on s'amuse à traiter le Parti Populaire de facho presque nazi (alors que son président, Modrikamen, est juif), mais son programme relève juste d'une Droite normale (sans pollution socialiste), il propose quelques mesures strictes mais bien nécessaires.

Evaluer :   4  1Note :   3
EmailPermalink
Et bien là, vous m'apprenez quelque chose. Moi qui croyait que la plupart des Flamands étaient séparatistes...

J'ai ce lien qui m'a peut être trop influencé sur cette idée :

http://www.adsav.org/actualite-53-Flandre-Bientot-l-independance.php

Sur mon lien, la photo n'apparait pas, dommage car le Ronan a une bonne tête de vainqueur ;)

Et quand le Breton que je suis se renseigne sur le peuple Flamand, je tombe sur ça (pour ceux que ça intéresse...)

http://blog.adsav.org/1905/marche-silencieuse-flamande-35me-marche-peene/

N'hésitez pas à surfez sur ce blog, en cherchant vous trouverez même un compteur de la dette publique de la France
-depuis que vous connecté
- et depuis début 2014
ça vous changera du compteur de 24H gold qui lui n'est pas à jour (y en a t il seulement un, véritablement à jour... ?

Et désolé si je passe pour un nationaliste au premier degré, ça aura au moins le mérite de peut-être me faire passer en dessous de la note de 18... car franchement je ne la mérite pas ...

Mais l'ennui avec tous ces partis, c'est qu'ils ont toujours plein de bonnes idées, mais il y en a toujours une ou deux qu'on ne veut surtout pas voir appliquer ...Pour ADSAV, c'est leur idée d'Europe que je trouve trop proche de L'UE actuelle, pouvant même devenir pire...
En tous cas longues vies aux peuples d'Europe. Les vrais peuples, de la vrai Europe...
Et l'Algérie aux Algériens ! Voyez, je ne suis pas raciste !
Mais allez y quand même les flèches rouges, en argumentant bien sûr...
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Ahhh je viens de comprendre pourquoi Flamby me parlait dernièrement de retournement, alors même que je me posait la question d'où était passée la reprise...tout s'explique ! Lire la suite
Teubass - 14/05/2014 à 23:04 GMT
Note :  1  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX