Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Oups ! Avec les biocarburants, l’Europe a augmenté les émissions de CO2

IMG Auteur
Publié le 29 avril 2016
1190 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 11 votes, 5/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

S’il y avait un marché des idées idiotes, nul doute que les politiciens y seraient des acteurs de premier plan. Et parmi ces idées idiotes, celle d’utiliser de la nourriture pour faire rouler nos voitures afin de réduire les émissions de CO2 aurait sans doute une place de choix, dans le podium des imbécilités de choix.

Et pourtant, malgré cette place évidente au sommet des idioties, l’usage des bio-carburants (tant les huiles que les alcools) ne cesse de s’étendre.

On sait, depuis la dernière crise et les rapports circonstanciés de la Banque Mondiale et de la FAO, qu’utiliser du maïs, du colza ou du tournesol pour produire des huiles et de l’éthanol qu’on brûlera joyeusement dans nos voitures ensuite, incline furieusement à provoquer des tensions sur les marchés des matières premières agricoles, tensions qui peuvent aller jusqu’à des émeutes.

24hGold - Oups ! Avec les bioc...

Mais quand bien même : ce n’est pas parce qu’une idée est intrinsèquement idiote qu’il faut s’en tenir là.

Même si la production de biocarburants est extrêmement coûteuse et complètement inadaptée au parc automobile mondial, cette idée ne pouvait pas être arrêtée en si bon chemin. D’une part, cela reviendrait à remettre en cause les douzaines de petits robinets à subvention qui déversent de l’argent public gratuit dans les gosiers de ceux qui, justement, mobilisent des terres arables pour ce genre de lubies. On comprend que certains se sont fait des fortunes avec le procédé (en entrée, des terres cultivable et un gros paquet d’argent des autres, en sortie, quelques litrons d’un produit qui partira en fumée) et ils n’entendent absolument pas que la bonne combine s’arrête, quitte pour eux à arroser, à leur tour, quelques élus compréhensifs et quelques organisations non gouvernementales-mais-presque.

D’autre part, arrêter brutalement la production de ces biocarburants reviendrait à admettre que les écologistes et les politiciens à leur suite se sont trompés en les promouvant avec autant d’entrain. Dans un cadre scientifique, cela pourrait encore aller, mais l’écologie ne souffre pas d’amendements dans le dogme, comme toute religion directement révélée à ceux qui en sont les doctes professeurs.

Et puis, même si le bilan économique d’un litron de colza est franchement mauvais — cela coûte beaucoup plus cher qu’un litron d’essence minérale, surtout avec la récente dégringolade du prix du baril — au moins ce produit peut-il fanfaronner dans les dîners mondains d’être éco-compatible puisque renouvelable. Autrement dit, dans la doxa officielle, l’huile de tournesol ou l’éthanol de maïs sont peut-être des produits de luxe réservés à la population occidentale riche au ventre plein, mais au moins ils ne polluent pas notre atmosphère en la lardant de coups de CO2 néfaste.

Soit. Sauf que ça aussi, c’est une légende taillée dans du bois de pipeau : les biocarburants ont un « bilan-carbone » franchement mauvais. Dans une étude récente de l’ONG Transport & Environment au nom particulièrement rigologène de Globiom et commandée par la Commission européenne, tous comptes faits, les biodiesels (qui représentent 70% des biocarburants dans l’Union européenne) provoquent 80% d’émissions de CO2 en plus des diesels fossiles qu’ils remplacent, avec une mention spéciale pour les biodiesels issus d’huile de palme et de soja qui sont trois et deux fois pires respectivement (cf p8 du rapport).

Entre les changements d’utilisation des sols pour les productions de ces huiles et de ces éthanols, le déplacement de ces huiles parfois sur de grandes distances (l’huile de palme n’est pas produite là où elle est consommée, loin s’en faut), le bilan est donc globalement très mauvais.

24hGold - Oups ! Avec les bioc...Oh, zut alors ! Encore un projet écolo, correctement identifié comme idiot dès le départ par tout ceux qui ont deux doigts de bon sens, qui s’avère effectivement ruineux à court et moyen terme et qui loupe finalement l’objectif qu’on lui avait assigné dès le début avec maestria. Si d’autres projets écolos aussi ambitieux n’étaient pas construits sur le même schéma avec les mêmes résultats désastreux, la surprise aurait vraiment été totale.

On pourrait parler de l’énergie éolienne, par exemple, avec ces turbines chargées de terres rares dont l’extraction est extrêmement polluante et dont le bilan carbone est désastreux. On pourrait, mais ce serait méchant.

24hGold - Oups ! Avec les bioc...

On pourrait aussi évoquer le bilan carbone des voitures électriques qui sont remplies de lithium (là encore, très polluant) et qui se rechargent en tétant des réseaux électriques dont l’énergie est produite à partir de fossiles dans l’écrasante majorité des pays du monde. Ce serait probablement inutile, tout comme il serait inutile de mentionner les autonomies jusqu’à présent rikiki de ces mêmes véhicules.

Mais plus dans l’actualité, et toujours pour continuer dans les exemples de projets écolos idiots et rigoureusement contre-productifs, on aura surtout envie d’évoquer la récente course de Formules E organisée par l’inénarrable mairie de Paris, jamais en retard pour soutenir des événements écologiquement catastrophiques en croyant faire avancer « la bonne cause ». Comme il fallait promouvoir des voitures électriques, et que les Mia de Ségolène Royal ont eu quelques petits soucis, l’équipe municipale a jugé bon d’installer une piste de course au milieu de la Capitale, histoire de faire vrombir ou disons buzzer les auto-tamponneuses monoplaces devant tout le monde. Dans la bouche de Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris chargé des sports et du tourisme, cela donne même carrément ça :

« Au départ, la Fédération internationale de l’automobile avait pensé au bois de Vincennes. On a dit non. Si on le faisait, il fallait frapper fort, au cœur de la ville. On assume. »

Enfin, « on », « on », c’est vite dit, puisque ce sera surtout le contribuable parisien qui va assumer, et c’est lui qu’on va frapper fort avec la jolie facture de l’événementiel branchouille écopublicitaire. De surcroît, il faut rappeler que cette magnifique illustration de la politique écologique gérée en dépit de tout bon sens aura nécessité l’épandage de plusieurs milliers de litres de bitume sur les pavés parisiens (un bitume bio, éco-conscient et syntonisé avec Gaïa, soyez en convaincus), avec de pesants engins de chantiers (qui ne roulent pas au bio-éthanol ou au bio-diesel, désolé). Bitume qu’il va falloir retirer une fois la manifestation terminée. Là encore, ce n’est pas cher, c’est le bio-État qui paye. À tel point que le projet a franchement irrité le groupe … écolo à la mairie tant le « bilan carbone » de la manifestation a été déplorable.

Autrement dit, en parfait accord avec les habitudes écologiques, on lance des projets dont le résultat est à peu près diamétralement opposé avec les buts officiellement recherchés, et tout le monde se congratule joyeusement en s’enfilant des coupettes de champ’, voire on relance le bastringue dans la foulée en décrétant non pertinente cette réalité qui refuse de se plier aux demandes impérieuses.

Compte-tenu des conclusions de l’étude Gloubi-Globiom, l’Union européenne aurait donc tout intérêt à diminuer nettement les incitations à produire un carburant finalement pas du tout écolo. L’avenir dira ce qu’il en est, mais, rassurez-vous, pendant ce temps, en France, le cap a été choisi et on n’en changera pas avant un moment : c’est décidé, même lorsque tout le monde aura compris l’erreur économique et écologique de ces produits, la France continuera de trouver des débouchés aux biocarburants.

Source : h16free.com
Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (11 votes)
>> Article suivant
H Seize écrit sur http://h16free.com ses chroniques humouristiques d’un pays en lente décomposition, et apporte des solutions dans son livre, Egalité, Taxes, Bisous. Dans un monde toujours plus dur, et alors que la crise, la vilénie, les aigreurs et les misères allant de la maladie aux bières tièdes font rage, un pays fait courageusement face et propose toute une panoplie de mesures plaisamment abrasives qui permettront d'aplanir les aspérités, gommer les difficultés et arrondir les angles. Ce pays, rempli de gentils et d'aimables tous les jours mieux pensant, est devenu un véritable phare scintillant dans la nuit noire de l'obscurantisme des méchants et des vilains. Et pour mieux scintiller, il s'est doté d'une devise qui est parvenue à se hisser au rang de slogan, d'accroche et de modus vivendi : pour chacun et pour tous, il faudra de l'égalité, des taxes, et des bisous.
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Si en plus les politiques devaient être cultivés, ça se saurait ! ! !
Les chiffres sont effectivement très mauvais surtout pour le biodiésel, mais restent globalement positifs pour l'éthanol (que j'utilise personnellement).

La production d'éthanol est en train de passer à la 2G (dont quelques chiffres spectaculaires sont mentionnés dans ce rapport), c-à-d produit à base de déchets végétaux (un site pilote est opérationnel depuis plus d'un an en France).

Et l'éthanol est produit en France quasiment à 100% de sa consommation, donc bon pour l'économie agricole et l'emploi (et pour le porte-monnaie, à 0,65€/litre en moyenne !)

Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
Les bio-carburants de seconde génération (biomasse non alimentaire, déchets) sont effectivement en progrès par rapport à la précédente, et la suivante est en expérimentation dans les labos (culture de micro-algue).

Le sujet abordé dans cet article est effectivement une honte à bien des égards (bilan écologique négatif, réduction des ressources alimentaires...), mais il faut du temps pour que les technologies progressent et deviennent intéressantes.

D'autant plus que celle-ci est en concurrence directe avec le pétrole, brassant énormément d'argent et disposant de lobbys extrêmement puissants.

Pour moi, le plus gros progrès écologique sera la diminution drastique du gaspillage, ce qui rejoint le principal sujet du site, l'économie (d'autant plus que la planète n'est pas infinie).
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Les bio-carburants de seconde génération (biomasse non alimentaire, déchets) sont effectivement en progrès par rapport à la précédente, et la suivante est en expérimentation dans les labos (culture de micro-algue). Le sujet abordé dans cet article est e  Lire la suite
Cracker's - 29/04/2016 à 20:22 GMT
Note :  0  1
Top articles
Derniers Commentaires
La Russie achète, de nouveau, des titres de la dette américaine
19 oct.blitzel
Et pendant ce temps-là, des manoeuvres militaires de l' Otan en Allemagne préparent actuellement une confrontation fictive d'une guerre nucléaire à...
La crise du REPO… éternelle. Ca r’commence !
19 oct.blitzel
J.P. Chevallier parle de crask obligataire en monétarisme.*1 Delamarche parle d'Obligations insuffisantes de bonne qualité pour garantir ses c...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX