Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Pourquoi la science moderne est-elle née en Occident ?

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 21 mai 2012
1284 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 29 votes, 3,9/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Chine Europe
Rubrique : Fondamental

 

 

 

 

Pourquoi la science moderne est-elle née en Europe et pas ailleurs ? Pourquoi n'est-elle pas née en Chine par exemple ? Dans l'Antiquité, la Chine et l'Occident avaient le même niveau scientifique. Or c'est seulement à partir de l'époque de la Renaissance que la modernité a pris son essor en Occident, la Chine ne faisant que stagner.


Parmi les explications de l’origine de la science moderne, on trouve cette idée que la science elle-même n’apparaît qu’en fonction d’un contexte culturel, de l’idée que les hommes se font de Dieu, d’eux-mêmes et de l’organisation sociale. On se souvient de la thèse de Max Weber sur les origines du capitalisme dans son livre : L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme. Telle est la thèse que nous allons explorer dans le domaine épistémologique.


Cette thèse ne minimise pas l’importance d’autres facteurs, comme les facteurs sociaux-économiques ou politiques. Mais elle tend à montrer que, contrairement à l’analyse marxiste, des facteurs d’ordre culturels ou métaphysiques ont pu jouer dans la naissance de la science moderne.


De la Renaissance aux Lumières


Aux XVe et XVIe siècles, l'Europe était ravagée par les guerres de religion. Certains attribuèrent alors ces malheurs aux croyances religieuses de l'ère métaphysique médiévale. La méthode scientifique pensait-on, allait unifier les hommes par-delà les préjugés dans une même conception du monde. En 1604, Galilée formule la loi de la chute des corps, première loi de la dynamique moderne. Et en 1687, les Principes mathématiques de la philosophie naturelle d'Isaac Newton exposent de façon systématique un ensemble de lois physiques qui demeureront inchangées pendant plus de deux cents ans.


Au XVII et XVIIIe siècle, on assiste à la proclamation de l’égalité entre les hommes, fondée sur le principe que tous les hommes sont dotés de la faculté rationnelle : tous les hommes ont accès au savoir. Mais cette idée d’égalité, qui s’affirme pleinement au siècle des Lumières à partir de Descartes, a été précédée par l’affirmation du caractère rationnel et objectif de la réalité. Or cette idée est propre à l’Occident. Elle a d’abord été défendue par les savants grecs, Platon, Aristote, Épicure, mais elle a été aussi fortement réaffirmée par le christianisme au cours du Moyen Âge.


En effet, à la différence de la pensée orientale, la tradition judéo-chrétienne attribue à Dieu d’une part la rationalité et d’autre part la création d'un univers ordonné qui lui est extérieur. Dès lors, le monde naturel possède une consistance propre. Il n’est ni une illusion, ni un être divin. Et l'idée d'un ordre naturel indépendant et ordonné est un présupposé fondamental de la méthode scientifique. C’est sur cette base qu’il devient possible d’étudier les rapports de cause à effet. D’une certaine manière, la doctrine de la création a eu pour effet de désacraliser le monde et de l’ouvrir à l’analyse rationnelle.


« Avec le temps, la physique de Newton est apparue comme le modèle d'une œuvre vraiment scientifique, détachée des spéculations métaphysiques ou religieuses. Mais en fait Newton s'appuyait sur des convictions chrétiennes ; il rattachait l'ordre du monde à l'intelligence du Créateur ». Pierre Thuiller, Jeux et enjeux de la science : Essai d'épistémologie critique. 1972 pp. 46-47.


La Chine et l’Occident au Moyen Âge


Dans ses travaux sur la science et la technologie chinoises (La science chinoise et l’Occident, Paris, Seuil, 1969), le grand savant biochimiste Joseph Needham (1900-1995), communiste repenti, a posé la question de savoir pourquoi la science moderne n’était pas née en Chine. En effet, la Chine était particulièrement bien placée pour devenir le berceau des sciences et des techniques modernes.

Parmi les raisons invoquées par Needham pour répondre à sa question figurent :


1° l'absence d'un Dieu législateur souverain, idée profondément enracinée dans la pensée chrétienne de la fin du Moyen Âge ;

2° l'organisation bureaucratique de la Chine. En effet, l’Europe médiévale disposait d’un Dieu fort et d’un pouvoir faible du fait de la querelle permanente entre les papes et les rois. Au contraire, la Chine connaissait une divinité faible et un pouvoir bureaucratique fort.


Le prix Nobel de chimie, Ilya Prigogine, (1917-2003), suivant en cela Needham, a beaucoup insisté sur ce facteur culturel dans l’émergence de la science. Sa thèse est que la science moderne est née dans une culture où dominait l'idée d’une alliance entre un homme doué de raison et un Dieu unique législateur et intelligible, architecte souverain. Il écrit : « ma conviction est que l'idée d'un dieu garant des lois de la nature et de leur rationalité a joué un rôle essentiel lors des premiers développements de la science européenne. » (Ilya Prigogine, Quel regard sur le monde ? Communiqué lors de la Conférence des lauréats du Prix Nobel « Nobel Laureates Facing the 21st Century » Paris, 18-21 janvier 1988.)


Dès le Haut Moyen Âge, la croyance biblique selon laquelle le monde est l’œuvre d’un Dieu personnel, créateur et auteur des lois, imprégnait toute la civilisation occidentale. Cette foi en un Dieu créateur a conditionné la confiance dans l’idée d’un ordre naturel que la raison peut connaître. De même, au XVIIe siècle, le concept de lois de la nature renvoie à l’idée d’un législateur suprême.


Needham écrit : « Dans la civilisation occidentale on peut facilement montrer que les idées de loi naturelle (au sens juridique) et de lois de la nature (au sens des sciences de la nature) ont en fait une racine commune. L'une des plus vieilles notions de la civilisation occidentale est, sans doute, celle qui dit que de même que les législateurs impériaux terrestres ont constitués des codes de loi positives pour que les hommes y obéissent, de même une Divinité créatrice céleste, suprême et rationnelle a donné une série de lois auxquelles doivent se soumettre les minéraux, les cristaux, les plantes, les animaux et les astres dans leurs cours. Il y a peu de doute que cette idée s'est trouvée intimement liée au développement de la science moderne tel qu'il s'est opéré à la Renaissance en Occident. » (La science chinoise et l'Occident, p. 32).


La théologie chrétienne fonde en un sens la démarche scientifique, même si elle ne suffit pas à l’engendrer. En revanche, les grandes civilisations comme l’Inde ou la Chine, malgré leur puissant développement mathématique ou technique, ont toutes échoué à formuler le concept de loi physique ou de loi naturelle. Leur cosmologie est le reflet d’une vision théologique panthéiste et animiste vouée à l’éternel recommencement. La civilisation indienne est à l’origine de l'invention du concept de zéro et du système de numération, indispensable à l’essor de la science. Mais la métaphysique hindoue a fait obstacle au développement de la démarche scientifique. Dans le panthéisme hindou, les cieux sont perçus comme divins et animés. De même, le concept hindou de « maya » affirme que l’expérience sensible n’est qu'une illusion et non le reflet du monde extérieur.


Par ailleurs, c’est en Chine que furent faites les découvertes fondamentales de la boussole, de la poudre et du gouvernail. Mais en Chine, on conçoit l'ensemble de la nature comme une sorte d’animal ou de grand organisme traversant un cycle répétitif de naissance, de maturation et de mort. Un tel cadre de pensée interdit de penser la nature comme une machine et de formuler les lois de la mécanique.


Au contraire, pour les théologiens du Moyen Âge, Dieu est rationnel et il a créé un univers ordonné. Cela signifie que l'univers n'est pas Dieu, qu’il a une existence autonome et qu’il peut être soumis à l’analyse rationnelle. Or la croyance métaphysique dans un univers intelligible, structuré et ordonné par Dieu, qui peut être compris par la raison humaine, a constitué l’une des conditions de possibilité de la science moderne. En ce sens, le christianisme a favorisé l'essor du progrès scientifique, parfois malgré lui.


 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Chine | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Chine | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,9 (29 votes)
>> Article suivant
Damien Theillier est professeur de philosophie. Il est l’auteur de Culture générale (Editions Pearson, 2009), d'un cours de philosophie en ligne (http://cours-de-philosophie.fr), il préside l’Institut Coppet (www.institutcoppet.org).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
Un mot, un flèche rouge ! Quelle efficacité !

Bien à vous ...
Evaluer :   2  3Note :   -1
EmailPermalink
Sont payés par le Parti.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Et en plus les archers rouges sont bêtes. Si ils n'aiment pas l'article, ils n'avaient qu'a le noter. J'ai quand même le droit d'écrire un mot élogieux au sujet de cet excellent article. En outre je n'ai pas exprimé le moindre argument qui puisse être critiqué donc sanctionable avec une flèche.
Merci.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Si les rouges étaient intelligents ça se saurait depuis le temps !

Ce sont les plus grands criminels de l'histoire. Les plus grands pollueurs de l'histoire, les plus grands asservisseur de population, les plus grands liberticides etc.
Mais comme ils partent sur un dogme "positif et moral" tout le monde se fait enfumer !
Et c'est là que c'est le plus terrible !
Qu'il faut être CON pour croire encore à cette idéologie .....
Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
Ouf ! C'est réconfortant pour un pauvre "conservateur" que je suis, de pouvoir absorber de temps en temps ce genre de littérature oxygénée. Le plus souvent, on étouffe sous la pression des atmosphères délétères de la nouvelle pensée obligatoire. Merci à l'auteur de me donner un peu d'air.
Je ne suis pas un grand philosophe ( à peine bachelier) mais je voudrais néanmoins ajouter quelques détails, surtout historiques, à ce merveilleux article.
Dès l'aube de la Renaissance, en effet, la prise de Constantinople par les Turcs provoqua l'émigration, vers l'Italie notamment, de l'intelligentsia byzantine, héritière de la culture de l'Empire Romain d'Orient. De nombreuses oeuvres grecques, jusque là pratiquement inconnues de l'Occident, émigrèrent avec leurs propriétaires et furent rapidement publiées par de célèbres éditeurs italiens.
C'est sur cette nouvelle base, jointe à l'héritage latin et chrétien, voire hébreu, que se constitua le nouvel enseignement chrétien (il n'y en avait guère d'autre à l'époque) du niveau secondaire qui s'appelait alors humaniste. Grâce aux Jésuites notamment, mais pas seulement. J'ai eu la chance, il y a plus d'un demi-siècle, de bénéficier de ce type d'enseignement. Merci à mes chers maîtres d'alors, même s'ils n'étaient pas toujours tendres, loin de là. Et voilà pour ceux qui s'obstinent à qualifier l'enseignement pré-révolutionnaire d'obscurantiste.
Les choses ont bien changé depuis lors. Sous le couvert des "nouvelles" valeurs , promues symboliquement en mai '68 (simple date-fétiche) et qui ont pour nom égalitarisme, hédonisme (ou individualisme), relativisme, intuitions et autres émotions-sensations, on a progressivement (le progrès ?) écarté de la sphère culturelle les valeurs rationnelles qui avaient façonné depuis plus de deux millénaires notre univers de pensée, siècle des Lumières inclus.
Désormais, nous voilà ramenés à des modes de pensée pré-socratiques , globalistes, fusionnels, collectifs, indifférenciés - en un mot panthéistes -dans lesquels l'unicité de la personne n'est plus qu'un obstacle à abattre pour restaurer l'antique paganisme. C'est la voie royale qui nous mènera bientôt à la servitude. Pour peu de temps, heureusement, car la véritable Histoire de l'humanité ne peut qu'aller dans l'autre sens.
Evaluer :   7  2Note :   5
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Si les rouges étaient intelligents ça se saurait depuis le temps ! Ce sont les plus grands criminels de l'histoire. Les plus grands pollueurs de l'histoire, les plus grands asservisseur de population, les plus grands liberticides etc. Mais comme ils pa  Lire la suite
Noumounke - 22/05/2013 à 15:43 GMT
Note :  1  2
Top articles
Derniers Commentaires
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
24 févr.MERLOU
à bas le communisme, qu'il soit chinois ou français !
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
12 févr.LB64401
ET gnagnagna les nazis, et gnagnagna shoah 6 milions, p***n même ici il faut qu'on nous empoisonne avec ces salades !! A ce charabia imbitable pond...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
02 marsglanduron2
Video intéressante ! Je commence à voir des français s'exprimer de la sorte. Et je les comprends car il y a bien peu de différence entre la dictatu...
Une mère de Wuhan s'exprime: "Pas de lits, pas de médicaments, que ...
23 févr.Saphir3
Rien de tout ça dans mon petit écran, un type qui se tire sur la nouille sur le net, c'est nettement plus important selon nos chers médias.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien
Et dans le même ordre d'idées entrer sur Google: "Marschieren". Un avant gout de ce qui se prépare ? Cette fois ci les victimes ne seront p...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.Y.Jullien2
Lire la LTI ( la langue du III° Reich ) de Victor Klemperer les analogies du parcours de Macron avec l'ascension d'Adolph Hitler sont hallucina...
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
13 févr.Pâris1
Criant d'actualité, malheureusement.
Quand les Nazis sont arrivés : le peuple qui se croyait libre
10 févr.hyoe lo7
Hi Charleston The human nature is probably what less changed on this planet. For our biggest misfortune. Thank you for the text.
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX