Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Pourquoi la théorie de Keynes est définitivement fausse ?

IMG Auteur
Chroniques en liberté
Publié le 02 juillet 2019
1043 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 0 vote, 0/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

Même si c'est un débat interdit en France (mais tout sera peu à peu interdit dans ce pays en voie de disparition) et réglé à l'étranger,tranchons le débat une fois pour toutes, même si cela relève du miracle en France ou d'une banalité admise depuis longtemps à l'étranger, notamment dans les pays qui ont renoués avec la croissance en abandonnant les chimères marxistes et keynésiennes. La théorie keynésienne est fausse, et ce n'est pas mon opinion, ce n'est d'ailleurs pas une question d'opinion. Mes opinions relèvent de la sphére privée, sont subjectives et intimes et je ne les rend jamais publiques pour cette raison. C'est donc une question de rigueur et de sciences, et là je m'exprime en tant qu'écononiste, je fais mon travail, ma vocation en fait. Pourtant, en France, on ne comprend toujours pas ce qu'est la science économique, au point que l'on refuse à donner le statut de sciences – qu'elle a conquis en 1776 avec Adam Smith – à la théorie économique. Ce qui permet à n'importe quel idiot utile de parler économie sans avoir jamais étudier ses principes. Le fait qu'elle soit une science humaine ne change rien, et ne la rend pas moins objective. Bien au contraire, puisque l'économiste s'intéresse à ce qui reléve de la Nature Humaine, et qui échappe donc à notre subjectivité : le comportement rationnel, l'échange et l'optimisation sous contrainte.

 

Personne n'y échappe, comme la loi de la gravité. C'est pourquoi il existe bel et bien des lois économiques, et les ignorer engendre les crises et les désastres. Premièrement, dans un raisonnement modélisé à caractére scientifique, on enchaine des déductions à partir d'hypothèses, comme en mathématiques. C'est pourquoi les mathématiques constituent le langage puissant de toutes les sciences (mais ni de la religion, ni de l'idéologie). Avec la baisse dramatique du niveau en mathématiques en France (ce qui constitue une défaillance – ou une volonté ? - flagrante du monopole de l'éducation nationale), on assiste à un retour inquiétant du scientisme : les gens, plutôt que de reconnaitre leur ignorance, mélangent opinion, jugement, science et idéologie. Deuxièmement, et comme en mathématiques encore une fois, il suffit qu'une hypothèse soit fausse pour aboutir à un résultat faux. C'est ce cauchemar qu'a vécu – et que redoute tous mathématiciens honnêtes et rigoureux – Andrew Wiles quand il s'est attaqué à la démonstration du dernier théorème de Fermat. Ceci étant posé, examinons les hypothèses sur lesquelles sont fondées la thèorie de Keynes, pour débusquer la supercherie sur laquelle repose toute la politique économique française depuis 1981. Keynes considère TROIS HYPOTHESES, toutes essentielles pour fonder tout son raisonnement.

 

HYPOTHESE 1 : Le taux d'épargne (ou propension à épargner) s est exogène et fixe (constant). C'est donc un paramètre macroéconomique qui échappe au choix des agents. Mais, dans le monde réel dans lequel nous vivons, et qui intéresse seul un vrai scientifique, ce sont les ménages qui décident – ou pas – d'épargner : c'est donc le résultat d'une optimisation, d'un arbitrage entre consommation présente et consommation future (arbitrage intertemporel). En conséquence, le taux d'épargne moyen et global, s, est le résultat de l'agrégation de taux d'épargne individuel et microéconomique. C'est ce qui a été établi, dans les années 80, par les théoriciens de la croissance du MIT (modèle RCK).

 

Donc, cette première hypothèse keynésienne est fausse. Rappelons, pour mémoire, que toute la théorie du multiplicateur, qui sous-tend l'idée même de relance de la croissance par la consommation chère aux keynésiens, repose sur cette hypothèse (fausse) de fixité (c'est plus fort que constance) du taux d'épargne. En effet, dans la thèorie de Keynes, l'effet multiplicateur k est l'inverse de la propension à épargner : k = 1/s HYPOTHESE 2 : Keynes propose une théorie de la conjoncture, donc du court-terme, puisque, selon lui : "à long-terme, nous serons tous morts". Autrement dit, après moi, le déluge. En plus, cette proposition est elle-même totalement fausse : à long-terme, nous ne sommes pas tous morts : il y a la génération suivante, c'est-à-dire celle issue de ceux qui sont vivants dans la période présente. Keynes s'intéresse donc uniquement à la conjoncture (la photographie de l'économie) et il pose donc une théorie statique de l'économie, c'est-à-dire un modèle économique sans progrès technique. Qu'en est-il dans les faits ? Nous vivons tous dans une réalité économique fondamentalement dynamique et évolutive (le film de l'économie), caractérisée notamment à un changement technologique incessant, depuis le néolithique (ce n'est pas propre et cela n'a pas commencé avec la révolution industrielle). C'est dans la nature humaine d'apprendre donc, par essais et erreurs (Schumpeter) d'innover. Donc la deuxième hypothèse keynésienne est aussi fausse.

 

HYPOTHESE 3 : Keynes raisonne, par hypothèse, en économie fermée. Qu'en est-il encore une fois de la réalité : nous vivons dans un monde ouvert (et ce n'est pas propre à la mondialisation, ni récent) et c'est toujours lié à la nature humaine : il est dans la nature des hommes d'échanger, et pour cela, il faut s'ouvrir aux autres, au monde. Vous voulez rendre fou un homme, enfermez le dans l'isolement total (et je sais de quoi je parle). Donc, la troisième et dernière hypothèse keynésienne est totalement fausse.

 

 

 

Pour résumer, les trois hypothèses sur lesquelles est bâtie toute la théorie de Keynes, laquelle sous-tend toute la politique économique française, depuis 1981, et malgré toutes les alternances politiques, sont FAUSSES. Or, une théorie fausse ne peut jamais fonctionner, et c'est même sa principale caractéristique. Et cela n'a rien d'une opinion : c'est un fait scientifique (et établi par une vingtaine de Prix Nobel qui ont développé la théorie macrodynamique de la croissance à partir du modèle fondateur de Robert Solow, prix Nobel d'économie en 1983). On abandonne une théorie, non par opinion ou idéologie, mais au nom de la rigueur : parce que les hypothèses ne correspondent pas à la réalité. Un vrai scientifique (un sage), qui se soucie de comprendre le monde réel, abandonne donc la théorie jugée fausse. Un idéologue, ou un politicien, qui ne vit pas dans le monde réel, voire qui le nie, conserve SA THEORIE, et abandonne la réalité, mettant toujours le monde réel en péril. En psychiatrie, on appelle cela le déni, prélude à la dépression (vocabulaire emprunté à la science économique), et l'enfermement (protectionnisme en économie).

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :0 (0 vote)
>> Article suivant
Jean-Louis Caccomo est Maître de Conférences en Sciences Économiques à l'Université de Perpignan. Chercheur, il est expert international spécialisé dans les questions de croissance, innovation et tourisme international. Responsable de l'atelier tourisme au GEREM (Université de Perpignan). Il est par ailleurs responsable des programmes de coopération avec Prince of Songkla University (Phuket - Thaïlande), avec l'université de Tabasco (Mexique) etavec l'université de Moroni (Comores).
Voir son site webS'abonner à ses offres
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Le gouvernement micromanage avec succès
27 maiCédric572
L'union soviétique arrive...
Les banques vont déclarer aux impôts si vous possédez un coffre à l...
25 maizelectron
Donc ça va en obliger certains à creuser au fond du jardin pour couler quelques tonnes de béton ferraillé pour faire un chouette bunker piégé, domm...
La division de la société ou distanciation sociale vue par Orwell. ...
11 maiLouis L.1
le "Grand Etre Lumineux qui a pour corps physique la Terre" *, n'en peut plus. Un nombre grandissant, parmi nous, est révulsé par ce sinistre a...
Et maintenant, une tempête de cerfas
08 maiPatrick W1
Déconfinement: J'adore l'image des administrations qui jappent des contraintes comme des Teckels sous cocaïne.... Humour décapant. Merci.
Démondialisation. Les États-Unis vont aider leurs entreprises manuf...
08 maiPatrick W
Excellent....!!
La division de la société ou distanciation sociale vue par Orwell. ...
08 maiC.3
Un vent de Jacquerie se lève.. Il faudra bien en passer par là, quel qu' en soit le prix à payer..
Bill Gates, futur maître de la planète?
07 maiPatrick W
et sur ' opednews.com" Sans vaccin vous ne serez plus autorisés à acheter, voyager, travailler, ou vous déplacer.....
Bill Gates, futur maître de la planète?
07 maiPatrick W
Bonjour Lucifer......et pour les âmes non-sensibles, on trouve à propos de ce groupe de maniaques délirants" des révélations à vomir.....sur le si...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX