Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Prix du pétrole : l’incertitude des prévisions

IMG Auteur
 
Publié le 14 février 2014
573 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 12 votes, 2,8/5 ) , 56 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
56
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Les prévisions sur le cours du baril du pétrole sont toujours hasardeuses. Bien malin est celui dont les prédictions en la matière seront exactes. Même le grand Marion King Hubbert s’est lourdement trompé lorsqu’il indiquait que le pic pétrolier mondial prendrait place vers la fin des années 1960 ou, tout au plus, au début des années 1970.


Il faut dire qu’on est en présence d’un principe cardinal du libéralisme : l’incertitude. La « Nouvelle Économie » a bien tenté d’amoindrir ledit principe en se servant des progrès de l’informatique, rien n’y fit : l’économie n’est pas modélisable et nous réserve constamment des surprises. Tout au plus peut-on analyser certaines données et en tirer quelques conclusions (modestes) pour le futur.


Il est intéressant, à ce sujet, de relire d’« anciennes » prédictions et illustrer ainsi le caractère présomptueux de ceux qui s’y sont adonnés.


Un bon exemple en la matière est celui de Joseph Petrowski, l’ancien président de la compagnie pétrolière Gulf Oil. En juillet 2013 (soit il n’y a pas si longtemps), Petrowski avait prédit que les prix du baril pourraient plonger d’ici la fin de l’année 2013 à 50 $. Nous sommes en février 2014 et force est de reconnaître que ces prévisions furent erronées. Fin janvier 2014, le cours du baril du pétrole était supérieur à 95 $.


La très intéressante intervention télévisuelle de Joseph Petrowski garde toutefois une partie de sa pertinence. Dès l’été 2013, il avait presque anticipé un fait qui a attiré l’attention des médias en novembre 2013 : aux États-Unis, la production nationale de pétrole a dépassé, en octobre 2013, les importations. L’hyperpuissance mondiale s’en félicite puisque, déjà, sous la présidence de Richard Nixon, avait fleuri le très protectionniste concept d’« indépendance énergétique » qui a de plus en plus séduit la France, surtout dans les années 2000. Cette hausse brutale de la production aux États-Unis est due aux pyroschistes. Autre avantage permis par cette « mutation » : le fait que les États-Unis seront peut-être moins dépendants à l’avenir du régime saoudien.


De son côté, l’OPEP voit aussi sa production augmenter fortement. Il convient justement de noter que l’Arabie saoudite, contrairement à d’autres membres de l’organisation, a traversé une année 2013 difficile.


Heureusement, dans le même temps, d’autres pays ont vu leur production augmenter : c’est le cas, par exemple, pour le Canada. Par ailleurs, de nouveaux gisements sont régulièrement découverts, notamment au Brésil, preuve que les mythes propagés sur la fin imminente du pétrole sont de pures foutaises.


La hausse de la production est un des facteurs exerçant une pression à la baisse sur les prix.


Ceci dit, Petrowski, dans une approche assez binaire, occulte un point fondamental qui explique que, conformément aux prévisions – pour le coup, avérées – de l’Institut français du pétrole et des énergies renouvelables, le prix du baril est demeuré élevé en 2013 : le fait que la demande américaine en pétrole a augmenté en 2013 et continuera à le faire en 2014.


Il est également erroné d’indiquer que la demande de la Chine a baissé en 2013, les chiffres montrant le contraire.


Enfin, un autre élément doit être scruté avec attention, ce qui rend les prévisions si incertaines : l’impact non négligeable des relations entre ou avec les pays du Moyen-Orient. La situation iranienne, notamment, ne cesse d’évoluer, entraînant une instabilité des prix du baril.


Ces données ne peuvent être modélisées, illustrant l’échec de cette méthode en la matière.


 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Brésil | Canada | Chine | France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Brésil | Canada | Chine | France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :2,8 (12 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
le pétrole abiotique ne résout rien, si tant est qu'il existe, (ce qui est loin d'être prouvé), car il n'affleure pas le sol.
Comme le dit le PDG de Total, le problème n'est pas l'épuisement c'est l'accessibilité. On va pomper à plusieurs
kilomètres sous mer et cela coûte très cher. Il est possible que l'on est accès qu'à 10% du pétrole total existant
parce que notre technologie est limitée bien que puissante. Avant que le pétrole abiotique remonte dans les nappes
il y aura quelques lustres.
" problème n'est pas l'épuisement c'est l'accessibilité"

Non le problème c'est d'aller chercher un truc au fond où il ne gênait personne et de le relâcher dans l'atmosphère.
Au point de pouvoir modifier la composition de cette atmosphère. Et de le faire sciemment, ce qui n'était sans doute pas le cas aux débuts du pétrole.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Vous avez raison d'évoquer les problèmes environnementaux liés à l'extraction. Vous pensez aux schistes bitumineux je suppose, dont l'extraction est très polluante. Dans le conventionnel, il y a parfois aussi de gros dégâts écologiques pour l'extraction sous marine (ex golfe du Mexique).
Tant qu'on ne peut se passer de pétrole, on aura à affronter les problèmes écologiques, et aujourd'hui l'économie dépend encore à 80% du pétrole. Il faudra des décennies pour inverser ce pourcentage (sauf fusion froide, fusion thermonucléaire ou autres princesses lointaines).

"Et de le faire sciemment, ce qui n'était sans doute pas le cas aux débuts du pétrole." Oui, on le fait sciemment et pourquoi ? Parce qu'on n'a pas encore de vraies solutions de rechange énergétiques. Idéalement, on pourrait changer d'économie, adopter une économie circulaire, pour recycler au maximum, et produire du durable. Cela demande une révolution mentale de tous les acteurs de l'économie, et nos gouvernants en sont bien incapables (exemple : 8 ans qu'on parle de l'isolation des bâtiments d'habitation, a-t-on vu grand chose se produire ?).
Je ne parlais pas de la pollution lors de l'extraction mais lors de la combustion.
Le produit qui était caché loin de nous se trouve après combustion juste devant nos nez. Et il n'est pas prévu autre chose que de l'y laisser.

A l'extrême, on peut dire qu'on reconstitue peu à peu l'atmosphère invivable des périodes de grandes erruptuions volcaniques, avant que tout ce carbone aérien ne vienne se stocker en profondeur sous sa forme pétrolière.



"8 ans qu'on parle de l'isolation des bâtiments d'habitation, a-t-on vu grand chose se produire ?"

Je ne comprends pas... Que chacun balaye devant sa porte. Si vous en avez besoin chez vous, ou bien vous l'avez fait ou bien pas.

Quel pourrait bien être le rôle de qui-que-ce-soit d'autre que le propriétaire des murs dans cette affaire?
Vous ne voudriez quand même pas que le gouvernement vienne mettre ses gros doigts graisseux profondément au coeur de nos domiciles et agir en faveur de la vigueur de nos foyers ou de l'épaisseur de nos fenêtres ???
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
je ne savais pas que tous les français habitaient en maisons individuelles. Il y en aussi quelques uns en copropriété et dans ce cas les décisions sont collectives. Les syndics attendent les règlements que le gouvernement n'a toujours pas sortis.
Si les décisions ne venaient pas de lui, pourquoi dirait il qu'il va mettre une politique en place à ce sujet.
Tout le monde sait, qu'en ville dans les habitats collectifs, aucune décision ne se prend en individuel. Si vous avez des fenêtres en allu, vous êtes obligés d'en remettre en allu quand vous les changer, parce que vous n'êtes pas tout seul. L'isolation se faisant sur la face extérieure de l'immeuble, la décision relève de la copropriété, et la procédure de mise en oeuvre est encadrée par des décrets gouvernementaux, sinon des entreprises feraient n'importent quoi créant leurs propres normes.
Seule votre conclusion est exacte (difficultés de la prévision DES PRIX). Pour le reste, ouvrez les yeux M. KTORZA ! Tournez votre lorgnette, faites quelque chose ! Commencez par diversifier vos sources, recoupez-les, supprimez celles qui utilisent le conditionnel ! Allez voir là (http://www.bp.com/en/global/corporate/about-bp/energy-economics/statistical-review-of-world-energy-2013.html) par exemple !
HEC, ce n'est plus ce que c'était...
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
"Par ailleurs, de nouveaux gisements sont régulièrement découverts, notamment au Brésil, preuve que les mythes propagés sur la fin imminente du pétrole sont de pures foutaises."

C'est exact. le pétrole est d'origine abiotique...(études russe depuis les années 1950)
fabriqué à 200km de profondeur par catalyse... lisez Engdahl... myths... chapître 10?

ces imbécilités sur le "peak oil" ne sont que des foutaises inventée pour créer le doute et la rareté du produit. d'ailleurs ça marche bien.
les gisement trouvés se situent parfois à plus de 5000 mètres de profondeur... difficile pour une algue ou un
dinosaure d'allez s'y décomposer!

les russes on rouvert certains de leurs puits épuisés... holy shit... il y a de nouveau du pétrole...

encore un de ces mensonges éhontés du "liar's world" GBR-US. la liste est longue, le monde
s'en rend compte petit à petit grâce à internet...

comme disait Jay Rockefeller: on n'aurait jamais du inventer internet. oup! lapsus
Evaluer :   1  7Note :   -6
EmailPermalink
Ce n'est pas parcequ'il reste une goutte dans le fond qu'il faut aller la chercher et la brûler en surface.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Quant bien même il y en aurai au centre de la terre tout un réservoir : qu'elle est la quantité d’énergie qu'il faudrait déployer pour en extraire 1 baril ?

La recherche, l'infrastructure, l'exploitation pour un puits ultra profond demande une quantité phénoménale en énergie : si c'est pour en tirer 3 gouttes: ça nous fait une belle jambe qu'il puisse y avoir du pétrole à 200 km sous nos pieds;

Il y en a peut être aussi dans l'espace en quantité infini ? Et alors ?

La question est : est-ce rentable ?

Le peak oil (le pétrole tel qu'on le connaissait) est derrière nous. Se mettre la tête dans le sable n'y changera rien.

Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Tout a fait!!!
D'ailleurs, pas besoins d'aller dans l'espace pour en trouver. Il y a des milliards de barils dans le sous sol du bassin parisien, connu depuis très longtemps. Seulement, ils sont économiquement et "thermodynamiquement" pas exploitables. L’ère du pétrole facile coulant à flot est derrière nous.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
arrêtez donc avec ce "peak oil". Les "presstitutes" (médias) me l'ont déjà prophétisé en 1973 pour l'an 2000. j'ai paniqué!

Que des mensonges éhontés. les arabes ont fait la même chose avec la route des épices-Venise... des produits
soit-disant très très rares, difficiles à trouver, des régions super-dangereuses. résultat: un prix du poivre
surfait. lorsque les européens atteignirent les régions de production par la mer, le prix s'éffondra.
le pétrole: même stratégie... mêmes naïfs qui croient tout ce que leur disent les médias. l'histoire se répète.

Livre: Dirk Mueller - Showdown.
le bassin méditerannéen possède des reserves énormes de gaz et de pétrole.
la Grèce dispose de gisements probablement équivalents à ceux de la Libye. et pourtant
le pays souffre le martyr. pourquoi? parce que les parasites pétro-banksters attendent tranquillement
que le pays s'éffondre financièrement et moralement pour lui proposer des financements
"papier-cul" avec garanties matérielles en gaz/pétrole - prospection et explotation des gisements.
les américains, pilleurs du monde et les russes sont à la porte. l'Europe de M.Bricole attend! attend quoi?

le monde possède suffisamment d'énergie pour tous. (solaire, géothermie, pétrole, gaz, charbon)
le monde possède suffisamment d'eau salée transformable en eau potable.
le monde peut développer les technologies nécessaires.
la responsabilité de la misère du monde repose sur les épaules des monstres financiers et des naïfs "eyes wide shut"

il faut arrèter de réciter béatement les mensonges du 20ème siècle.
le problème est qu'une infime frange de la population veut dominer le monde,
possède les machines à imprimer de l'argent bidon, peut se payer tous les projets
pharaoniques permettant d'avancer son agenda.

tant qu'ils possèderont ce privilège satanique, le monde s'enfoncera dans la misère.
aujourd'hui la classe moyenne américaine et européenne est détruite graduellement.
il ne restera bientôt que les super-riches et les esclaves. choisissez votre catégorie.
les ordinateurs et les robots détruisent les places de travail. les produits OGM détruisent
les organismes qui les consomment. yes man! yes we can... "rule the world"...
Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
Je me souviens parfaitement de 1973, des théories du Club de Rome (Giscard) et autres. J'avais 10 ans à l'époque, et, comme tant de gamins, je ne rêvais que de conduire une voiture. J'étais terrorisé à l'idée qu'il n'y aurait plus de pétrole venu le jour de mes 18 ans et que je ne pourrai jamais accéder à ce plaisir.

L'histoire a montré l'inanité de ces théories. Merci de le rappeler.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
vous avez environs mon âge. ces jeune ne voient que le présent et la pointe de leur nez. ou de leur tamagoshi/Portable
le passé est ringuard. ils vont payer le prix de l'ignorance de l'histoire. l'esclavage les attend.

"peak oil" en 1973 (crise orchestrée par "my friend "Kiss-the ass-inger"), ... on attend toujours.

Armstrong sur la lune en 1969...??!!
la meilleure est celle de apollo13. même le Pape (Paul 6-le naïf) avait prié pour le retour sain et sauf des "astro-nuts" américains...

http://www.youtube.com/watch?v=vGqZj5dci_M
(celle-là elle est top!, Aldrin lui a balancé le poing dans la figure,Young, en le voyant s'est6 tiré en courant, un autre l'a menacé de mort avec la CIA)

je me demande: si ce toquard a été sur la lune... ou est le problème de jurer sur la bible?

je cite...Sibrel:
- bonjour M.Armstrong: veuillez jurer sur la bible que vous avez marché sur la lune... je vous donne 5000 dollars
pour des oeuvres charitables si vous le faites...

Armstrong:
- ouais! c'est une bible bidon, vous méritez pas de savoir la vérité ... etc... sacré Armstrong, pas de couilles!
dommage, il avait les moyens de détruire ce mensonge Nixon(trick Dick) US éhonté...

snif, moi j'avais vibré devant les exploits de ces gars d'apollo 11-17. ça fait mal de penser qu'ils n'ont fait que tourner
autour de la terre à 200 km bien au chaud sous les ceintures de Van Allen. (see Leika-RIP)

welcome to US Dreamworld
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink
Tu parles de tout à la fois.

géothermie, eau salée... etc qui te dis le contraire ?

On dis simplement que l'ère du petrole a profusion et rentable est fini.... jusqu'a nouvelle ordre.
L'idée qu'il y ait du petrôle à profusion exploitable à la pelle et qu'en face, les multinationales se battent pour exploiter du petrole au Brezil à des km sous la mer et le sel : je vois pas la logique ?

La compétition entre les nation pour l'or noir est tel, qu eje vois mal les Chinois ou Japonais dire aux americains : "Ok, vous avez raison. Laissons le petrole Grec et d'ailleurs inexploités, et laissons les prix flamber. C'est notre interet à tous"

C'est ridicule.
Ils se battent (au propre et figuré) pour les champs: au moyen Orient, Asie, Amerique... et même au Pôle.
Si l'europe avait du petrole exploitable, personne ne le laisserai sans l'exploiter.

Regardez les gaz de Schiste : Ils en bavent tous. Quite à polluer les nappes et les sols. (allez sur youtube pour voir les dégat aux US)

bref, imaginer que ces gens laisseraient des champs de petrole à portés de main pour aller exploiter des champs de moins en moins rentable à des km sous l'eau, le sel, ou la glace est ridicule.



Enfin quelqu'un qui pose la bonne question. Merci, c'est rafraichissant.
Effectivement, M Hubert ne s'est pas trompé du tout, bien au contraire.
Un article allant dans le sens que le pétrole est notre problème majeur ACTUEL!

La rareté croissante du pétrole est sous-estimée. Or le déclin des gisements agit comme un monstre invisible sur l’activité économique. Deux chercheurs néerlandais affirment d’ailleurs qu’il est la cause de la crise actuelle.

On le répète depuis cinq ans : les banques sont responsables de la crise économique et financière. Et si c’était faux ? Les banques casinos peuvent-elles expliquer, à elles seules, la chute de la croissance et la crise de la dette souveraine ? Et si ce n’était que l’arbre qui cache la forêt ? Si le diagnostic était tout simplement erroné depuis le début ? Spécialistes des marchés pétroliers, Oskar Slingerland et Maarten Van Mourik rappellent que lorsque Lehman Brothers s’est cassé la figure, entraînant d’autres banques dans sa chute, le prix du pétrole atteignait des niveaux historiques à 100, puis 120 et 130 dollars le baril de Brent, avec un pic de 147 dollars, à la mi-2008. « Le monde connaissait la pire crise financière depuis 1930 et le pétrole était plus cher que jamais. Il ne peut y avoir de coïncidence entre deux faits aussi majeurs », soutient Slingerland.

Dans un essai aussi iconoclaste qu’interpellant (1), le duo Néerlandais fait remarquer que, depuis 2008, les prix pétroliers se sont maintenus à un niveau élevé, au-dessus de 100 dollars. Selon eux, il faut y voir une cause structurelle. Le maximum de capacité de production est atteint. Les gisements sont de plus en plus difficiles à exploiter et donc plus coûteux. Les nouveaux projets de forage en eaux profondes ne sont rentables qu’à partir de 75 dollars le baril. Pour le pétrole de schiste, c’est davantage encore. Quant aux pays de l’OPEP, tétanisés par les Printemps arabes, ils n’ont pas intérêt à voir leur budget diminuer au risque de s’exposer à des troubles sociaux.
Bref, pour Slingerland et Van Mourik, ce n’est pas demain que le prix moyen du pétrole descendra à nouveau sous la barre des 100 dollars. Les deux experts ont mis au point un modèle de prévision basé sur un inventaire exhaustif des champs pétrolifères et des moyens pour les exploiter. Ils peuvent d’ailleurs se targuer d’avoir fait leur preuve, puisque dès le début du millénaire, ils avaient averti l’industrie d’un essoufflement des capacités de production à partir de 2005 et prévu l’augmentation des prix qui allait suivre. Sûrs d’eux, ils ont même investi, avec succès, dans des « options calls » sur le pétrole brut américain.

Slingerland et Van Mourik déplorent l’aveuglement des gouvernements face à cette crise pétrolière. Pour les deux Néerlandais, il est moins important de savoir s’il y a encore du pétrole facile pour vingt ou cinquante ans que d’être certain que l’activité de développement actuelle des gisements sera suffisamment soutenue dans les années qui viennent. « Il est urgent que les gouvernements prennent conscience qu’on est dans un dilemme, avertit Oscar Slingerland. Avec d’une part la nécessité d’un pétrole cher parce que plus coûteux à exploiter. De l’autre, une reprise de la croissance qui ne s’amorcera que si le pétrole diminue significativement. Nos Etats sont enfermés dans une stratégie désespérée de survie. Nous continuerons de barboter de crise en crise. »


http://www.levif.be/info/actualite/econ ... 64530.htm#
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Quand on voit les multinational du pétrole dépenser des dizaine de milliards de $ dans des projets pharaonique en eau profonde (pour des puits ridicules par rapport au méga puits qu'on a connu dans le passé) : je me dis qu'elles ne doivent plus trop avoir le choix.

Quand je vois les américains se ridiculiser à la face du monde en Irak (mensonge, propagande Goebellienne, faux document etc..) : c'est que la situation en réserve de pétrole devient critique.

Et quand je vois que toute honte bu, ils nous remettent une couche avec l'Iran : C'est qu'on ne va pas tarder à liquider la dernière goutte de pétrole, et ils tiennent à ce qu'elle le soit dans un chasseur US, plutôt qu' une usine chinoise.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
La pénurie de pétrole est de très loin la plus grande menace qui pèse sur nos têtes, loin devant la crise financière elle même.
Avant l'ère pétrolière vivait 1 milliard d'humain, aujourd'hui 7. Sans pétrole, il n'est possible de faire vivre que un ou deux milliards d'humains. 5 milliards devront dégager, sauf miracle technologique. Même avec une bonne gestion des ressources, la population mondiale est pléthorique et devra en grande partie disparaître comme des vers de farine pullulants dans un univers clos.
sur le sujet une excellent vidéo :
http://www.youtube.com/watch?v=8MJCam5kWUQ
Les chemtrails (bobard ou pas) auraient pour but de stériliser une grande partie de l'humanité, sans doute pour prévenir cette descente aux enfers.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
"la population mondiale est pléthorique"
C'est très loin d'être vrai.
Les zones dépeuplées sont nombreuses.
Pas besoin de chercher au Zaïre ou en Amazonie !

Regardez sous vos yeux ! La densité de population de la France métropolitaine est DEUX FOIS plus faible que celle de son voisin allemand.
Et les allemands ne crèvent pas de pollution ni d'ordures ménagères pour autant.
Ils sont alimentairement autonomes à 60%. Ils ont déjà amorcé le virage énergétique vers le "100% renouvelable".


La France a LARGEMENT la place de porter plus de 100 millions de petits Français. Et de les nourrir !
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
on a pu nourrir 7 milliards d'humains grâce au pétrole. Sans pétrole, ce n'est pas possible. Sans pétrole c'est au mieux 2 milliards et il faudra qu'ils soient végétariens. Les engrais agricoles sont issus du pétrole, les machines agricoles ne fonctionnent ni à l'hydrogène, ni au solaire, ni à l'éolien.
Aucune énergie renouvelable aujourd'hui ne peut assurer le relais. L'enjeu, c'est de pouvoir substituer au pétrole de nouvelles énergies non fossiles. Et le pari est loin d'être gagné.
C'est incroyable, le peu de mémoire de l'homme, il y a 110 ans, nous étions 7 fois moins nombreux. C'est simple à comprendre, l'économie est dépendante à 80% du pétrole, privé de cette ressource, nous tombons de la falaise.
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Pour tomber de la falaise, il faut effectivement ne pas regarder plus loin que son guidon, ne rien anticiper, ne rien voir venir.
Ce n'est pas quand l'avant-dernière goutte vaudra 1000$ qu'il faudra commencer à penser à "après".

En l'occurence, il existe des manières de produire plus et meilleur sans engais pétroliers et sans ogm.
L'ennui c'est que pour le faire savoir il faudrait que les intérêts pétroliers et ogm laissent circuler ces informations.
Ne comptez pas sur les politiciens élus, pour avoir une idée novatrice.
Reste l'internet, pour le moment.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
voir à ce sujet les travaux de Michaël RUPPERT ! ( que de réjouissantes perspectives ! )
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
On cultive au pétrole dans les pays qui n'ont pas ou peu augmenté de population en 100ans, on cultive et se nourrit sans pétrole dans les régions qui accueillent les autres milliards d'individus.
Demandez donc à Taïlandais (au hasard) qui laboure sa rizière avec une vache, combien de gazoil elle consomme et combien il en a versé au sol pour le fertiliser.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Russ65

Je soutiens les propos de Samideano. Son discours se place à l'échelon mondial et n'est pas circonscrit au territoire national.
Il est évident que sans pétrole, plus de transport notamment sur les longues distances. Alors on aura moins de phosphates, donc moins d'engrais. On ne pourra plus alimenter autant de machines agricoles qu'on ne le fait aujourd'hui. On aura donc moins de récoltes.

Ne pouvoir alimenter que 1 ou 2 milliard d'individus sans pétrole me paraît plausible dans la mesure où comme le dit Samidéano, c'est la population de l'avant ère du pétrole.

La question que je me pose à présent est comment se fera cette transition ?

1 - On laisse les choses se faire naturellement. Je n'ose pas imaginer le chaos et l'anarchie pendant la période de transition.
2 - On crée une crise financière dont le but est d'impacter les zones à forte population : Inde, Chine, Afrique, autres pays asiatiques.
3 - On se fait une petite guerre, en commençant par la L'irak, l'afghanistan, la Lybie, puis la Syrie, l'Iran et pour quoi pas la Chine et la Russie

D'autre suggère de créer l'infertilité humaine via les semences (OGM), les vaccins..... C'est moins douloureux et très efficace sur le moyen terme. Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, travaillerait activement sur le développement de cette voie.(http://www.liberterre.fr/liberterres/eugenisme/gates-vaccins.html)

C'est bizarre, mais tout cela me dit quelque chose ???
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
L'agriculture comme nous la pratiquons aujourd'hui est une aberration qui n'est pas plus durable que le pétrole.

Depuis qu'on cultive avec du pétrole, les autres sciences et techniques ont aussi énormément progressé.
L'agronomie non-chimique par contre a vu sa route barrée dans les années 30, pile-poil quand sont arrivés les engrais pétroliers.
Et comme par hasard, les universités cherchent dans une direction qui ne déplait pas aux fondations qui les financent.
Voyez aussi la place des universitaires de premier plan depuis 1880 dans les structures-clés des vrais pouvoirs qui ont dominé le XXè siècle.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Aujourd'hui, on ne sait pas remplacer le pétrole. On ne tire que 15% du potentiel de l'énergie solaire. Cette énergie à elle seule pourrait fournir toute l'énergie nécessaire au monde. A moins de découvrir le plein potentiel du solaire ou de la fusion froide (qui est une énergie absolument énorme), nous sommes cuits. Il ne faut pas se voiler la face, et penser qu'on n'a déjà les moyens de faire autrement. Au jour d'aujourd'hui, on est absolument incapables de faire face à un effondrement de la production pétrolière.
Le plus grand levier que nous avons face à cet effondrement est d'économiser l'énergie, et il n'est pas utilisé. Le volet capital qui est celui de l'isolation des bâtiments est en projet depuis 7 ans environ, et il n'y a pas l'ombre d'un commencement de changement de cap dans ce domaine (à part 0.5% d'écoquartier dans quelques villes). Il y a une inertie considérable et les politiques ne se préoccupent de faire évoluer les choses.
Quantité de civilisations (Maya, Khmer...) ont disparu faute d'avoir trouver la solution au problème écologique qui les dominait. La Nature a toujours raison sur l'homme. Si ce dernier ne sait pas s'adapter il disparaît. Et cela a été souvent le cas dans l'histoire des civilisations. Nous ne sommes à l'abri de rien.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
Avez-vous besoin des politichiens ou des autres en général pour faire des choix pour vous même?

Qu'est-ce qui vous empêche aujourd'hui en France d'être autonome alimentairement et énergétiquement?

Essayez! Vous verrez le sentiment de liberté !
Et en plus "La joie fait aussi partie de la récolte".
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Qu'est-ce qui vous empêche aujourd'hui en France d'être autonome alimentairement et énergétiquement?

J'ignorais que ce soit si facile. Le fonctionnaire qui vit dans un 2 pièces à Paris, peut effectivement aisément devenir autonome alimentairement et énergétiquement. C'est pourtant si simple.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Le fonctionnaire, de par sa nature, a décidé d'etre dependant du Leviathan. La notion d'indépendance n'a pas de sens pour lui, et je pense que la remarque ne le concerne donc pas
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Si on en a la volonté, on en a (encore) la possibilité.

Facile, certainement pas. La liberté et l'indépendance commencent par l'esprit de liberté et d'indépendance.
Donc par une volonté d'apprendre et d'acquérir des compétences. Ca ne se fait ni devant la télé ni dans un sous-bureau du ministère.

Quand au petit fonctionnaire parisien, il ferait mieux de rapidement élargir son horizon car il se pourrait bien, contrairement à ses rêves les plus douillets, qu'il ne puisse pas rester fonctionnaire parisien toute sa vie.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Je ne suis pas partisan des engrais issu de la pétrochimie. On a fait croire aux paysans que sans engrais, on ne pouvait avoir une agriculture dynamique. Mais la forêt pousse très bien sans engrais. Voir l'agriculture du génocide de Claude Bourguignon :
http://www.youtube.com/watch?v=Yq4GIMnxgKs
En fait, les engrais tuent les sols. C'est plutôt, le machinisme agricole qui a besoin du pétrole. Avec le pétrole vous avez environ une centaine d'esclaves chaque jour à votre disposition. Cela donne vraiment le vertige, le jour où çà s'arrête.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
au fou !!!!!! : "La France a LARGEMENT la place de porter plus de 100 millions de petits Français. et de les nourrir !" ( ah bon ? et pour en faire quoi ? grands dieux ! )

...et moi qui réside dans la grande banlieue parisienne, j' aime particulièrement bien la touchante expression : "petits Français"
Evaluer :   0  3Note :   -3
EmailPermalink
Pour faire de grands gueuletons, pour chanter et pour danser. Et recommencer le lendemain.

(merci pour le compliment! dans votre bouche, je suis ravi d'être considéré comme fou. Mon ardent désir est de ne jamais ressembler à ce que vous chérissez)
"pour faire de grands gueuletons, pour chanter et pour danser. Et recommencer le lendemain"

...oh là ! c' est sûr qu' avec des arguments d' une telle force et tellement aussi imparables, il n' y a plus qu' à s' incliner !

oui ! oui ! allons-y... organisons tous de grandes "voisinades" et tous les jours renouvelées... couscous et boule de mil à volonté... "bouffer", s' en foutre plein la panse, et aussi plein de youyous devant les matchs de foot sur écrans géants... tout cela est vraiment magnifique !... j'en ai presque les larmes aux yeux.
Evaluer :   0  2Note :   -2
EmailPermalink
Quand on fait un jardin, c'est pour subvenir à ses besoins et donner aux voisins ou aux gens de passage.

Quand on travaille c'est pour subvenir à ses besoins et pouvoir inviter et faire des cadeaux.

C'est quoi le problème ?

Le reste est de l'égoïsme honteux.

A vous lire je me demande si vous savez ressentir régulièrement de la joie.
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
oh le beau !... oh qu' il est beau !!... c' est pas vrai !?... quel beau cas ; je n' en crois pas mes oreilles... encore bien plus atteint que je m' imaginais !... le magnifique petit sermont du total petit cureton du socialisme bien pensant... que c' est beau ! que c' est grand !... toute la tartufferie à la con et dans toute son horreur ! un vrai régale :

merci pour les 2 petits couplets du parfait petit catéchisme socialiste... et puis l' anathème contre l' "égoïsme honteux"... grandiose ! moi qui ait une parfaite abomination des faux-culs et des enflures, me voilà servi !... quelle désopilance et "pour le coup" ( selon la nouvelle expression journalistique à la mode et à la con ) quelle JOIE !!!

le socialisme a donc de bien beaux jours devant lui...

P.S. : voici l' une de mes théories à propos de la prolifération du genre humain : quand on a à peine de quoi élever et nourrir un enfant on en conçoit pas 7 ou 8 ! ( suivait mon regard ! )... car on a sûrement pas à infliger au reste de la communauté le fardeau d' avoir à élever, nourrir et éduquer ses enfants par les autres et au grand détriment des autres membres de la collectivité qui ont bien autre chose à faire du fruit de leur travail, de leur précieux temps personnel et de leur vie ( à cet égard, c' est aussi une des raisons pour lesquelles je suis viscéralement anti-communiste ) ;
en plus, le monstrueux corollaire de la stupide prolifération humaine, c' est que cela abouti nécessairement à l' instauration de systèmes collectivistes et totalitaires ne serait-ce que pour la gestion rationnelle de l' espace et des ressources... en plus, j' aime mieux la qualité à la quantité et particulièrement en ce qui concerne l' "espèce humaine"...

vive Malthus !

Evaluer :   0  4Note :   -4
EmailPermalink
Ne vous sentez pas visé, je ne vous avais pas invité, je ferai la fête sans vous. Ne venez pas mendier à la porte, vous seriez mal reçu.

Mais je m'intéresse quand même et je me (vous) demande alors pourquoi vous travaillez au delà de vos besoins?

Ou plus exactement, si on n'a pas envie d'inviter et de faire des cadeaux, comment peut-on être assez con pour bosser plus que le minimum et ainsi donner à se faire plumer à chaque coin de rue par la myriade de socialistes parasites et même charognards qui gouvernent ce pays ?
A ce niveau de taxes c'est du vol, mais à votre niveau de masochisme, c'est aussi de la complicité.
M. Ktorza a encore pondu un article inepte dont le niveau a été heureusement relevé par la qualité des commentaires...
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Cher maître Ktorza

Apparemment vous dites n'importe quoi. King Hubbert n'a pas prédit un "pic pétrolier mondial" mais seulement un "pic pétrolier pour les État-Unis" au début des années 70. Cette prédiction s'est effectivement vérifiée dans les faits contrairement à votre affirmation.

Aujourd'hui, concernant le volume de production de pétrole à l'échelon mondial, nous sommes sur un plateau, alors même qu'avec les pays émergents il y a de plus en plus de consommateurs. Heureusement qu'il y a la crise qui limite la consommation occidentale et compense l'appétit oriental. A défaut de crise financière les prix du pétrole auraient explosé et plongé le monde dans la crise plus brutalement. A croire que la crise financière a été initiée exprès ???

Après tout la crise financière n'est peu là que pour masquer un problème encore plus grave relevant de la raréfaction des ressources.

Donc contrairement à ce que vous avancez, il y a un vrai problème avec la production de pétrole. Je trouve votre article un peu léger.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Je vois que Pégase connaît le problème du pétrole (au sens large), contrairement à Me Ktorza...

En fait, le prix du baril ne peut pas dépasser durablement les 100 $. Au dessus de ce prix, la consommation mondiale réagit immédiatement en baissant fortement. On l'a vu il y a 4-5 ans quand le prix a flambé à 140 $. On croyait la consommation de pétrole non élastique, on constate qu'elle est élastique, mais au prix d'un refroidissement économique dramatique. L'économie mondiale est toujours aussi dépendante du pétrole. La demande est forte, mais pas à n'importe quel prix !

La production mondiale de pétrole au sens strict stagne ou baisse (d'où la situation de l'Arabie saoudite) et le plateau n'est obtenu que grâce aux schistes bitumineux ainsi qu'aux sables bitumineux de l'Alberta.

Quant aux gisement brésiliens, ils ne représentent que 3 mois de consommation mondiale. Pas de quoi changer la face du monde...
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
@Pégase

C'est clair! King Hubbert n'a pas prédit un "pic pétrolier mondial" mais seulement un "pic pétrolier pour les État-Unis" au début des années 70. Pour le reste, votre hypothèse est intéressante. Mais il semble bien que la crise de 2008 ait pris les grands banquiers internationaux par surprise. D'ailleurs, ils sont tous en faillite virtuelle. Seules les injections massives des banques centrales leur sauvent la mise : ils empruntent à 0% et achètent des obligations d'état à 2-3%. Avec ce qui leur reste, ils font monter les bourses occidentales au cric. Le but de l'opération étant d'améliorer leur bilan. Conclusion : les actions ne peuvent pas baisser. C'est l'outil de mesure qui rétrécis. La monnaie perd sa valeur inexorablement. Seule grimpe la valeur faciale des actions tandis que la monnaie dégringole. La relative stabilité des prix n'est due qu'à un équilibre précaire entre diminution de la masse monétaire et augmentation de la base monétaire. Attendez-vous à un coup fumant!
Evaluer :   7  0Note :   7
EmailPermalink
"la crise de 2008 ait pris les grands banquiers internationaux par surprise"

Si vous croyez qu'ils ont été surpris, qui d'autres soupçonnez-vous de l'avoir causée?
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Même Goldman Sachs y ont perdu des billes, et pas qu'un peu. N'oublions pas que Ben Shalom Bernanke n'a pas daigné répondre aux membres du congrès sur la destination de centaines de milliards de $. La Fed n'ayant pas de comptes à rendre au congrès. Si quelqu'un a prévu le coup, on devrait pouvoir le repérer en consultant le classement des milliardaires du monde entier (Forbes).
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Ce n'est pas incompatible, même si des auteurs peuvent se faire dépasser par ce qu'ils ont causé/déclenché.
On peut accepter des pertes d'une part si on estime gagner par ailleurs quelque chose qui nous est plus cher.
Quel est votre sentiment?
(à qui le crime profite?)
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
C'est trop complexe! On manque d'informations fiables.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
On a besoin d'INFORMATIONS validées pour TERMINER une enquête.
Pour démarrer une enquête par contre, on a besoin d'INTUITIONS et d'HYPOTHESES.

Pourquoi prendre le problème à l'envers?
Salut Calefactor,

Je suis d'accord avec avec Russ65 pour la question : "A qui profite le crime ?"
Je ne suis pas d'accord avec toi Calefactor, quand tu dis qu'il faut regarder le classement des milliardaires de Forbes

A titre personnel, j'ai toujours été surpris de ne pas y retrouver certaines familles dans ce classement.
A priori, celui-ci ne recense que les personnes qui sont d'accord pour y paraître, histoire de flatter leur réussite et leur égo.
A mon avis, certains autres n'ont pas besoin de cela. Ils ne recherchent que le pouvoir.
Ceux là, on ne les retrouvent pas dans les classements. Ils restent tapis dans l'ombre, à tirer les ficelles.

Je lance un petit JEU : Qui pourrait être plus riches que les plus riches de la liste des milliardaires de Forbes ?????
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Voilà un excellent jeu auquel j'ai toujours rêvé de participer !
Une première piste :
http://www.mondialisation.ca/le-cartel-de-la-r-serve-f-d-rale-les-huit-familles/25107
J'espère qu'on sera beaucoup à jouer.
Pour le moment, peu de joueurs. Ce jeu pourrait faire perdre la tête/

Boutros... ton lien est excellent
Les noms de famille cités ne sont effectivement pas dans le classement Forbes.
D'ailleurs dans ce classement, on remarque qu'il n'y a aucun banquier..... bizarre

Pêle Mêle, on retrouve les noms des Rothschild, Rockefeller, Goldman Sachs, Lehmans (des classiques), mais aussi Kuh Loebs, Warburg, Lazards, Israël Moses Seifs
Le classement de Forbes braque les projecteurs sur d'autres qu'eux, nettement moins fortunés histoire de les oublier un peu.

Je me demande quel est leur niveau de fortune.... des trilliards ?
Je me demande dans quelle mesure ils dirigent le monde. Ils tiennent apparement jusque 80 banques centrales dans le monde... autant dire toute la sphère financière planétaire. Une bonne question serait de savoir qui leur résiste : L'Iran ? la Russie? ...qui ?

Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Peut être un début de réponse pour les Rothschilds

Lu dans : http://www.mondialisation.ca/le-cartel-de-la-r-serve-f-d-rale-les-franc-ma-ons-et-la-maison-rothshchild/26318

"L’écrivain Frederick Morton estime que dès 1850, les Rothschilds pesaient 10 milliards de dollars. Quelques chercheurs pensent que leur fortune aujourd’hui s’élèverait à plus de 100.000 milliards de dollars."

Pour comparer, en 2013 :
- Carlos Slim Helu est classé 1er par Forbes avec 73 milliards de dollars
- Larry King créateur de Google est classé 20ème avec 23 milliards de dollars

- La famille Rothschild disposerait de plus de 100.000 milliards de $ alors qu'en 2013 le cumul des PIB des 10 plus gros producteurs du monde est à peine de 50.000 milliards de $. A elle seule, cette famille disposerait d'un capital équivalent à plus d' 1,5 fois le PIB mondial. C'est vertigineux. C'est difficile d'avoir une comparaison entre valeurs d'actifs, mais pour donner une vague idée, en moyenne depuis 1850, les Rothschild auraient augmenté leur capital de 6%/an alors que sur la même période le PIB mondial a lui augmenté de 1.8%/an.

C'est puissance de frappe est phénoménale. Les Rothschilds seraient plus fort que n'importe quel pays au monde. On comprend mieux comment les Goldman Sachs et consort se déclarent "Too big to fail" et que ces familles puissent se hisser au dessus des lois, avoir leur propres services secrets voire posséder, via les pays qu'ils contrôlent, la plupart des services secrets du monde et des armées.... c'est la porte ouverte à tous les despotisme.

Est-ce que cette puissance explique les banquiers qui tombent des fenêtres comme par enchantement ces derniers temps, la mort de Kennedy qui voulait nationaliser la Fed, l'invasion de la Libye qui voulait créer un dinar-or, l'invasion de l'Irak qui voulait créer une bourse au pétrole en euro, l'effondrement des trois tours le 9/11, la persistance de la politique d'Israël sans aucune réaction dans le monde outre des réactions de connivence....

C'est bien ce que je pensais, on nous embrouille totalement. Il me semble y voir plus clair. Tout ceci pose énormément d'interrogations.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
10 milliards en 1850... à 6% sur 165ans... 150.000 milliards.
Mais si à l'époque c'étaient des dollars en or à presque une once la vingtaine (13000T ?) ça va chercher dans les 200 mio de tonnes aujourdhui... ou 60 millions de milliards à 31.000 le lingot... ???????????????

De toutes façons, ils ne peuvent pas figurer dans un classement puisqu'ils ne se considèrent pas de la même espèce animale que les humains. On ne classe pas ensemble les vaches et les cow-boys.
Rüss65 ton calcul n'est pas le bon. On serait alors à environ 3 millions de tonne d'or au cours d'aujourd'hui ce qui n'est pas possible car il n'y en a pas autant. Je suppose que les chercheurs ont évalués l'ensemble des actifs financiers, fonciers, immobiliers, artistiques, parts d'entreprises......
J'espère bien que le calcul est faux.
Mais le prix de l'or est faux aussi puisqu'il est extrêmement loin de représenter la totalité de la monnaie en circulation.
Louis XV a acheté la Corse et Napoléon vendu la Louisianne contre des tonnages ridicules au cours officiel actuel.
Ce genre de transaction donne une idée de la grande valeur qu' ont reconnu à l'or d'autre générations.


Quand à la quantité d'or totale... entre ce qui a disparu à la fin de la guerre du Pacifique et ce qui a disparu plus récemment des banques centrales... et les quantité d'or-papier (100x !!) qui n'a pas besoin de disparaîter pour ne pas exister...
On ne peut avoir de certitudes que sur ce que l'on DETIENT (et non pas possède).
Pas moyens d'estimer leur fortune mobiliaire, elle est privée et c'est bien comme ça .

J'ai lu que chez les Bouclierrouge de Gironde, pour le réveillon de l'an 2000 on avait tiré de la cave une bouteille de 1999, une de 1899 et une de 1799.
P'tain, ils en ont encore beaucoup à boire, des Mouton-Rothchild 1799? Ca vaut combien d'ailleurs...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Question:
Les énergies FOSSILES sont elles indispensables ?
Il n' ya pas intérêt, vu qu'elles se tarissent (-ront) tôt ou tard.

Le pétrole était renouvelable jusqu'au niveau de consommation de 1939.
Dernier commentaire publié pour cet article
Tu parles de tout à la fois. géothermie, eau salée... etc qui te dis le contraire ? On dis simplement que l'ère du petrole a profusion et rentable est fini.... jusqu'a nouvelle ordre. L'idée qu'il y ait du petrôle à profusion exploitable à la pelle e  Lire la suite
c_idem - 24/02/2014 à 15:38 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX