Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Protectionnisme et balance commerciale

IMG Auteur
 
Publié le 12 septembre 2012
791 mots - Temps de lecture : 1 - 3 minutes
( 10 votes, 3,3/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Jean-Marc Ayrault, estimant sans doute que ses objectifs de relance de la croissance, de baisse du chômage et d’équilibrage du budget n’étaient pas assez ambitieux, s’en est fixé un nouvel : celui de ramener à zéro le déficit de la balance commerciale de la France (hors facture énergétique) dans les cinq ans à venir.


Comme tout objectif, il convient d’abord de s’attarder sur la pertinence de l’indicateur. Dans le cas de la balance commerciale, le problème est justement que cet indicateur n’est absolument pas pertinent. Il faut de prime abord remarquer que le commerce extérieur n’est en fait qu’une convention. Comme le fait remarquer Ludwig von Mises [1], « le commerce extérieur ne diffère du commerce intérieur que dans la mesure où les biens et services sont échangés au travers des frontières séparant deux nations souveraines. ».


De plus, la dénomination même de déficit commercial est particulièrement trompeuse du fait de la connotation péjorative attachée au mot « déficit ». Chacun ressent intuitivement qu’il n’est pas bon d’être en déficit, et donc qu’avoir un déficit commercial est mauvais. Pourtant, à s’y pencher de plus près, on s’aperçoit qu’il n’en est rien. Supposons que je choisisse d’acheter un produit à l’étranger. Apparaîtra alors un déficit commercial de la France. Pourtant, cette opération n’aura fait que des gagnants : l’acheteur et le vendeur. En effet, dans tout libre échange les parties ne contractent que si elles trouvent cela plus avantageux que de ne pas le faire.


Comme souvent, Frédéric Bastiat fut celui qui analysa le mieux ces sophismes. Son article sur la balance du commerce [2] démontre admirablement l’absurdité du concept. Un commerçant bordelais exporte du vin pour un montant de 50 francs en Angleterre où il le vend pour un équivalent de 70 francs. Il convertit ceux-ci en houille, qu’il réexpédie en France et où il la vend pour 90 francs. L’habile commerçant a ainsi réalisé un bénéfice de 40 francs, quand on vient lui annoncer qu’il a généré un déficit commercial. Et si le bateau transportant le vin avait coulé, il aurait certes subit une perte mais aurait créé un excédent commercial !


D’un point de vue comptable, l’équilibrage de la balance commerciale ne peut se faire que par une augmentation des exportations (par gain de compétitivité des entreprises ou des subventions de celles-ci) ou une baisse des importations. Il est clair que c’est sur ce deuxième volet qu’il est plus aisé d’agir, comme l’a exprimé Arnaud Montebourg dans son plaidoyer pour un protectionnisme européen. Il n’y a en effet aucune raison pour que les entreprises françaises deviennent soudainement plus compétitives (surtout avec une fiscalité encore alourdie), et les subventions ne semblent pas faire partie des plans du gouvernement (surtout avec le déficit actuel).


Or, le philosophe Hans-Hermann Hoppe démontre avec pertinence  les effets néfastes du protectionnisme [3] : si le protectionnisme international pouvait rendre une nation entière prospère et forte, il devrait en être de même pour le protectionnisme régional et même individuel (chacun serait dans un état d'isolement autosuffisant). Dans ce cas plus personne ne serait au chômage, mais une telle "société de plein emploi" ne serait composée que de gens condamnés à la misère car obligés de tout produire eux-mêmes, c'est-à-dire pas grande chose voire pas de quoi survivre. 


Il est également à noter que la comptabilisation peut être trompeuse. Alain Madelin donne ainsi l’exemple de l’iPhone qui est comptabilisé 179$ dans les statistiques américaines des importations en provenance de Chine. En étudiant en détail le processus de fabrication on s’aperçoit que les composants proviennent de nombreux pays (dont les États-Unis), l’assemblage final en Chine ne représentant que 6,5$, soit 1,3% du prix de vente aux États-Unis !


Comme le constate Ludwig von Mises [4] : « Il est évidemment possible de protéger un producteur peu efficace contre la concurrence de collègues plus efficaces. Un tel privilège confère à celui qui en jouit les avantages que le marché ne fournit qu'à ceux qui parviennent le mieux à satisfaire les désirs des consommateurs. Mais c'est nécessairement au détriment de la satisfaction des consommateurs. ». De plus, comment ne pas voir qu’en donnant au législateur le pouvoir d’offrir des faveurs à certaines industries, c’est-à-dire en excluant la concurrence (au détriment du consommateur), le protectionnisme fait le lit de la corruption ?



[1] Ludwig von Mises, L’Action Humaine, Chapitre XXIV — Harmonie et conflit d'intérêts, 1/ L'origine première des profits et des pertes sur le marché, p.775

[2] Frédéric Bastiat, Tome quatrième - Sophismes économiques - Petits pamphlets, VI. Balance du commerce

[3] Hans-Hermann Hoppe, The Case for Free Trade and Restricted Immigration, Journal of Libertarian Studies 13:2 (Summer 1998) : 221-233

Traduction française

[4] Ludwig von Mises, L’Action Humaine, Chapitre XV — Le marché, 12/ L’individu et le marché, p.367

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Chine | France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Chine | France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,3 (10 votes)
>> Article suivant
Après un diplôme de Statisticien et d’Actuaire à l’Institut de Statistique de l’Université Pierre et Marie Curie (Université Paris VI), il a d’abord exercé la fonction d’économiste, avant de se tourner vers l’actuariat et l’ingénierie financière. Il travaille actuellement dans la direction financière d’une grande banque française.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
"si le protectionnisme international pouvait rendre une nation entière prospère et forte, il devrait en être de même pour le protectionnisme régional et même individuel (chacun serait dans un état d'isolement autosuffisant"

Des barrières ne créent pas de richesse. Tout au plus développent-elles des monopoles ou des situations protégées pour certaines personnes choisies, ce qui ne saurait être que transitoire.

Le libre choix des critères dans un acte d'achat de la part du consommateur ne crée en revanche aucune distorsion néfaste. Celui qui achète le plus localement possible, outre le fait d'économiser des frais logistiques, a aussi plus de chances de voir son argent lui revenir plus tard. Peu import qu'il y ait ou non une frontière entre le vendeur et l'acheteur ou pas.
Si je suis carreleur ou garagiste et que je suis régulièrement client du petit poissonnier d'en face au lieu d'aller chercher du poisson africain au supermarché distant de 15Km, il est bien plus probable que c'est à moi qu'il fera appel lorsqu'il aura besoin de rénover sa boutique ou de réparer sa voiture.
L'argent change de main, satisfait les deux parties et les enrichit mutuellement.

On a beau considérer la petite terre comme un vase clos, il y a des régions desquelles l'argent ne revient pas. Il y des groupes ou des individus desquels l'argent ne revient pas, ils ne renvoient jamais l'ascenseur. La proximité géographique est encore un des meilleurs moyens de trouver quelqu'un satisfait de mon produit qui saura à son tour me satisfaire avec le sien. La proximité intellectuelle ou affective est tout aussi efficace. Un jeune brésilien qui a eu la chance de venir faire une année d'études en France ou au Japon a de forte chances ensuite de préférer consciemment ou non un produit français ou japonais.

Le périmètre de cette zone de proximité ne correspond pas forcément aux frontières nationales. Il peut finalement correspondre à n'importe quel espace dans lequel se trouve le produit désiré ou à plus grande échelle dans lequel se trouve l'essentiel des besoins ordinaires. (ce qui exclut l'autarcie individuelle ou même villageoise!)

J'invite au passage le lecteur à se documenter sur les résultats économiques étonnants de la région de la Chiemsee en Bavière et de sa monnaie locale le Chiemgau.

Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
"si le protectionnisme international pouvait rendre une nation entière prospère et forte, il devrait en être de même pour le protectionnisme régional et même individuel (chacun serait dans un état d'isolement autosuffisant" Des barrières ne créent pas d  Lire la suite
Rüss65 - 19/09/2012 à 13:34 GMT
Note :  2  2
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX