Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Qu’arrivera-t-il à l’or de la Grèce lorsqu’elle quittera l’Euro?

IMG Auteur
Publié le 31 décembre 2012
955 mots - Temps de lecture : 2 - 3 minutes
( 8 votes, 4/5 ) , 4 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
4
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : L’or Swaps
Rubrique : Marchés

 

 

 

 

Où se trouve l’or de la Grèce ?


Les 111 tonnes d’or possédées par la Grèce sont placées auprès de trois banques centrales que sont la banque d’Angleterre, la banque de France et la réserve Fédérale. De mon humble avis (la BRI n’oserait jamais faire état d’une telle chose), l’or de la Grèce a déjà été utilisé dans le cadre des swaps or/devises qui ont eu lieu il y a deux ans et s’élevant à plus de 500 tonnes d’or.


Il semblerait que ces swaps aient été mis en place par des nations ayant éprouvé des difficultés à obtenir de nouveaux prêts à des taux abordables. Les swaps or/devises furent mis en place en tant que collatéraux, ce dont les créditeurs avaient besoin pour faciliter de nouveaux prêts. En tant que tel, la valeur de l’or concerné par ces swaps fut évaluée bien au-delà de son prix de marché.


Lorsque la Grèce obtenait pour la première fois un plan de sauvetage de la part de créditeurs Européens, beaucoup ont pensé que les 111 tonnes d’or de la Grèce étaient incluses dans le collatéral. La nation Grecque serait donc aujourd’hui en danger de perdre son or.


Le fait que l’or Grec ne soit pas conservé par la banque centrale de son propre pays signifie qu’il a été placé entre les mains d’autres banques centrales qui n’hésiteraient pas à le remettre aux créditeurs de la Grèce.


Pourquoi stocker l’or d’une nation à l’étranger 


Il peut paraître surprenant qu’une majorité des banques centrales de la planète ne conservent pas l’or de leur pays dans leurs propres coffres. Les choses en ont été ainsi tout au long de ce dernier siècle. Bien que la réputation des trois banques centrales auprès desquelles la Grèce a placé son or soit sans taches, compte tenu de l’état financier du monde, il semblerait bien plus prudent pour une nation de ne pas confier son or à une autre.


L’an dernier, le Venezuela s’est inquiété de la sécurité de ses réserves d’or avant de les rapatrier, ce qui est probablement la raison pour laquelle le pays ne fait pour le moment plus partie de la liste des chouchous des Etats-Unis. Son or était placé auprès de nombreuses banques centrales, dont la banque d’Angleterre. Le président Chavez, sur les conseils de sa banque centrale, a pris la décision de rapatrier l’or de son pays. Les choses ne furent pas simples, mais elles ont abouti. L’or du Venezuela est désormais en sécurité et hors de portée de tous ceux qui pourraient ne pas être très heureux des politiques de nationalisation du pays.


L’une des principales raisons pour lesquelles un pays devrait conserver son or est de pouvoir un jour le vendre pour s’ouvrir l’accès à des prêts et au commerce international, à une période où sa solvabilité et sa devise ne sont plus acceptable en dehors de ses frontières. En plaçant son or auprès de nations étrangères, un pays risque de le voir saisi par d’autres. Nous avons récemment pu voir l’Iran souffrir d’une situation similaire, l’ensemble de ses avoirs étrangers ayant été bloqués afin de forcer le pays à mettre fin à ses activités d’exportation pétrolière. Qu’une telle chose soit ou non justifiée, la vulnérabilité des actifs de toute nation devrait être prise en considération par chaque gouvernement et chaque banque centrale. Rendre ses actifs vulnérables à la saisie représente, et c’est le moins que l’on puisse dire, un acte de parfaite imprudence.


Si la Grèce devait utiliser son or pour couvrir une partie de son défaut, alors elle ne pourrait le faire qu’au prix du marché. La capacité des swaps sur l’or d’utiliser un prix supérieur à la valeur marché ne serait donc plus de rigueur. Selon moi, ce devrait être le devoir de chaque banque centrale que d’utiliser les actifs de sa nation dans le plus grand intérêt de cette dernière. Toute banque centrale devrait donc conserver l’or de son propre pays, et non le placer entre les mains de nations qui pourraient un jour le saisir pour quelque raison que ce soit.


Que se passera-t-il si la Grèce quitte l’Euro ?


La Grèce devrait bientôt se voir forcée de quitter complètement l’union monétaire, de la même manière que le faisait l’Argentine dans les années 1990. Après tout, son manque de solvabilité nécessitera tôt ou tard une dévaluation de sa devise. Une telle chose ne pourra se produire tant qu’elle utilisera l’Euro. En observant le passé, nous pouvons voir qu’il lui serait tout à fait possible d’établir une Drachme d’une valeur s’élevant à 50% de celle de l’Euro. Il se pourrait également que le pays soit forcé de limiter fortement ses exportations, après quoi nous pourrions assister à la naissance d’une Drachme financière (peu importe le nom que la banque centrale Grecque décidera de lui donner) ainsi que d’une Drachme commerciale, du fait des contrôles qui seront mis en place afin de protéger ce qu’il reste de viabilité financière à la Grèce.


La Drachme commerciale serait utilisée pour les activités d’importation et d’exportation et les activités liées au tourisme. La Drachme financière serait utilisée pour les flux de capitaux entrants et sortants. Je me lancerai dans une explication plus détaillée de tout cela une fois que la Grèce aura quitté l’Euro, mais pour le moment, je dirai juste que cette dernière serait une devise capable de fluctuer à hauteur de plus ou moins 30% par rapport à la Drachme commerciale (disons 35% du taux de change de l’euro). Dans un prochain article, nous verrons les avantages qu’aurait la Grèce à utiliser un tel système.


Elle pourrait également mettre en place un système de conversion de dette à l’intérieur de ses frontières afin d’encourager l’investissement sur le développement de projets et d’infrastructures en Grèce.



 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (8 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
l'or des Grecs partira en mains privées comme celui de l'espagne, du portugal, etc.... point à la ligne.
nous assistons à la privatisation du monde et son esclavage par la dette universelle et éternelle.
PS: lisez "seeds of destruction" de W.Engdahl. Si vous avez faim, choisissez la proximité pour votre Beefsteak!
Ces mecs sont fous, pour ne pas devoir dire démonisés. Ils ne s'arrêteront pas d'eux-mêmes.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Meuh non, les dirigeants européens ont dit que le problème grec est résolu, tout va bien, le pays est de nouveau prospère. Et ailleurs j'ai lu que François Vidal annonce que la crise financière est terminée, donc y a plus de problèmes de dettes, notations et trucs du genre. Tout va bieeeeeeen.
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
mais oui , ils l'ont meme dit à la messe, heu j'veut dire a la télé..
la religion cathodique est ce qu'il y a de plus intergre et est exempt de tout mensonges . nous croyons en elle. :)
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Aaaaaamen le pognon.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
l'or des Grecs partira en mains privées comme celui de l'espagne, du portugal, etc.... point à la ligne. nous assistons à la privatisation du monde et son esclavage par la dette universelle et éternelle. PS: lisez "seeds of destruction" de W.Engdahl. Si  Lire la suite
MadLock - 31/12/2012 à 18:09 GMT
Note :  2  1
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX