Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Que reste-t-il de l’Europe ?

IMG Auteur
Que reste-t-il de l’Europe ?
Publié le 26 avril 2012
565 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 4 votes, 4/5 )
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
0
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Quand il est question d’Europe dans la bouche d’un politique ou sous la plume d’un journaliste, l’ultralibéralisme n’est jamais bien loin. Il y a pourtant tout à reprocher à l’Union Européenne, sauf le libéralisme. Bien au contraire, c’est le manque et non l’excès de liberté qui mine aujourd’hui le projet européen.


La liberté était portant au cœur de ce projet censé aider à tisser les mailles de l’échange économique pour assurer la paix et la prospérité : liberté d’échanger et de se déplacer, liberté de bâtir des projets ensemble, dont le programme Erasmus est un exemple à succès.


Le projet mis en œuvre ne se limite malheureusement pas à ce grand espace de liberté mais devient chaque jour d’avantage une zone réglementée de contraintes et d’interdictions qui viennent la contredire. À force de vouloir réglementer les conditions de la liberté (fusse pour prétendument la garantir), l’Union européenne impose des normes et multiplie les décrets.


Où est donc la liberté quand, en Europe, le réel est laborieusement classé selon deux critères :

-ce qui est obligatoire, et

-ce qui est interdit ?


Où est donc la liberté quand le moindre détail de la préparation d’une terrine ou d’un munster est réglementé par une norme sanitaire ?


La jungle des subventions


Où est l’ultralibéralisme quand la principale action de l’Union consiste à subventionner massivement l’agriculture, selon des critères qui tiennent du commissariat au plan le plus déconnecté de la réalité de l’offre, de la demande, et de la nature ?


Quel libéral sérieux peut voir d’un bon œil les primes à l’arrachage consistant à donner de l’argent en l’échange de destruction de richesse (concernant en particulier les pieds de vigne) ?


Où est l’ultralibéralisme quand l’activité des institutions européennes consiste à toujours plus réglementer, ou à injecter de l’argent ici et là, au gré des intérêts politiques et des lubies idéologiques de l’époque ?


Pour se faciliter la tâche, les fonctionnaires de l’Union réfléchissent d’ailleurs à la solution la plus indolore pour lever directement l’impôt européen, parlant pudiquement de « ressources propres de l’Union » pour commencer à plumer la poule sans qu’elle ne crie.


Mutualisons nos vices, il en naitra la vertu


L’exemple le plus récent et malheureusement le plus flagrant du non-libéralisme manifeste de l’Union Européenne est évidement la gestion de la crise de la dette publique.

Valentin Petkanchin dresse dans un brillant  article un portrait sans appel de cette gestion de la crise.  

Il y indique qu’« au lieu de chercher les origines de la crise actuelle du côté des politiques monétaires laxistes des banques centrales, comme le suggère l’école d’économie autrichienne, les gouvernements européens ont adopté une série de mesures de « gouvernance économique » (le « six pack »), entrées en vigueur le 13 décembre dernier. » Ces mesures consistent à mutualiser les risques des différents pays de la zone Euro pour permettre aux plus dépensiers de pouvoir continuer à l’être, en misant sur la bonne gestion et la vertu des « bons élèves » (les contraintes conditionnant l’aide n’étant qu’une liste de vœux pieux, comme le démontre la Grèce depuis trois ans). Il s’agit en réalité tout simplement de financer l’échec des uns par le succès des autres.


La encore, l’ultralibéralisme est loin. Je ne sais pas si depuis Kissinger l’Europe a trouvé un numéro de téléphone, mais une chose est sûre, elle a complètement oublié son histoire et sa liberté.

 

 

<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4 (4 votes)
>> Article suivant
Renaud DOZOUL est architecte de formation. Il crée une agence à Paris en 2004 après avoir exercé pendant deux ans à Mexico. Il se consacre désormais à la recherche et à l’écriture. Il publie notamment en 2011 « 10 bonnes raisons de restaurer la Monarchie » aux éditions Muller et travaille actuellement sur un ouvrage consacré aux fondements de la liberté en occident.
Publication de commentaires terminée
Dernier commentaire publié pour cet article
Soyez le premier à donner votre avis
Ajouter votre commentaire
Top articles
Derniers Commentaires
Amiante : vous reprendrez bien un petit repérage obligatoire ?
21 aoûtmerisier1
Contrôle amiante avant le passage d'un artisan ???? On rêve ! Encore une raison de plus de faire du black !
L’arrogance d’un commissaire européen qui se permet d’insulter la S...
20 aoûtblitzel
"le commissaire européen Johannes Hahn" Le Commissaire, c'est tout dire. L' UE est un Commissariat Central de police économique où tous les...
Hidalgo a ruiné Paris
16 aoûtmerisier1
Se présenter aux élections pour la mairie de Paris c'est accepter le commandement d'un navire en train de sombrer, de nuit et dans le brouillard. M...
Zapata contre Greta
16 aoûtLéopold II1
Dieu seul sait comment ce mouvement finira ! C'est pourtant simple, cher Merisier : les Jeunesses Climatiques ( Klimatjugend ) finir...
Introduction de WeWork : potentiel 3,000 milliards de dollars avec ...
15 aoûtJack A.
La prétendue "nouvelle économie" n'existe que du fait de l'alliance de Wall Street et de la FEd, qui inonde le marché de "liquidité", entendez d'ar...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
15 aoûtblitzel
La machine comme l'instrument est fait pour l'homme. Non l'homme pour la machine. Quand l'homme est soumis au rythme de la machine et notre soc...
L’insupportable ultra-libéralisme des supermarchés ouverts le diman...
14 aoûtFortuna
La France est un pays merveilleux, ou tout est possible entre adultes consentants. Sauf travailler l'un pour l'autre, bien entendu
Taxes par-ci, taxes par-là, échec partout.
11 aoûtAlain J.
Il faut savoir il est de gauche ou de droite. Il est socialiste ou libéral. Il taxe ou pas. tout est relatif dans la vie ça dépend de votre...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX