Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Quelques Considérations sur les marchés des métaux précieux

IMG Auteur
Publié le 23 février 2012
1482 mots - Temps de lecture : 3 - 5 minutes
( 10 votes, 1,6/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

·         Qu’on le déplore ou non, la stricte objectivité consiste à reconnaitre que l’or et l’argent-métal exprimés en USD ont enregistré en 2011 un renversement majeur de leur tendance haussière commencée il y a près de dix ans et que le dollar US lui-même (considéré sous la forme du US Dollar Index) a enregistré en 2011 un renversement majeur de sa tendance baissière ayant également commencé il y a prés de 10 ans. La plupart des investisseurs, abreuvés de faux signaux contradictoires émis par les banques centrales comme par les grandes banques privées et de nombreux gestionnaires, n’en n’ont pas encore tiré les conclusions qui s’imposent.


A savoir qu’il est fort peu probable que les résistances respectives vers 1.922 et 50 USD l’once sur l’or et sur l’argent-métal puissent être franchies à la hausse tant que le dollar US ne reprendra durablement pas sa baisse. Et qu’il est prévisible que les deux métaux précieux précités aient entamé une baisse d’assez longue période qui pourrait les faire chuter vers 1.200-1.300 et 16-18 USD l’once avant de trouver des supports solides leur permettant de se stabiliser. Il n’y a qu’en euros et autres monnaies désormais faibles que l’or et accessoirement l’argent-métal puissent encore monter, puisque ces deux métaux en réalité ne voient leurs prix s’apprécier que lorsque les monnaies dans lesquelles ils sont exprimés baissent.


La hausse du dollar US étant loin d’être terminée puisque que la zone euro n’est pas viable dans sa forme actuelle, faute d’acceptation par l’Allemagne d’une mutualisation complète des dettes actuelles et futures des PIIGS et autres Etats regroupées en un seul type d’instrument et nouvellement émises via des eurobonds (avec garantie inconditionnelle par l’État allemand ou par la BCE de leur remboursement final), tout permet de penser qu’une chute de la monnaie unique européenne en direction des 1,15 USD voire à parité est plus que probable lorsque le processus d’éclatement de ladite zone deviendra inévitable. Ce qui pourrait alors aussi provoquer des ventes d’or en panique, tant de la part de certaines banques centrales nationales européennes, de la BCE ou du FMI, pour lever du cash en dollars US et faire face à certaines situations d’urgence liées au risque de défaut sur les dettes nationales européennes. On notera, enfin, qu’il n’y a pas que contre l’euro que le dollar US monte mais aussi contre le franc suisse et plus récemment contre le yen japonais.


Le retournement à la baisse des métaux précieux exprimés en USD tient également au renversement des anticipations inflationnistes initialement suscitées du fait de la création massive de monnaie ex nihilo par les banques centrales (en particulier les Quantitative Easing aux USA et en Grande Bretagne et les LTRO en zone euro) qui ne se sont pas encore concrétisées puisque, cette liquidité n’étant pas rentrée dans l’économie réelle mais étant allée sur les marchés financiers (actions et obligations américaines en dollars US surtout) en ou étant restée dans les livres des grandes banques privées qui les ont reçues (voire étant revenue dans les livres des banques centrales elles-mêmes), il n’y a pas eu d’accélération de la vitesse de circulation de la monnaie (condition nécessaire à l’inflation) qui au contraire est en nette décélération. Sans compter que le poids des endettements étatiques massifs et le fort ralentissement économique (apportant chômage de masse et perte généralisée de pouvoir d’achat des consommateurs) ont continué d’exercer une pression déflationniste globale sur les économies réelles occidentales, même si la plupart des prix des biens, marchandises et services au détail ne baissent pas faute d’élasticité de l’offre via plus de concurrence.


Deux autres facteurs militent pour une correction baissière durable des métaux précieux exprimés en dollars US:


- Premièrement, en raison de l’explosion de leurs coûts de production, la plupart des sociétés minières ne réalisent plus de profits si l’or et l’argent ne se maintiennent pas durablement au dessus de 1.650 et de 28 USD l’once respectivement, ce qui va les obliger à recourir de plus en plus à l’arbitrage, c’est-à-dire à la vente à terme systématique de leur production actuelle et future. Un facteur éminemment baissier pour les cours de leurs actions comme des métaux eux-mêmes, comme on a pu le voir dans le passé. La situation est même pire pour les sociétés produisant du platine qui disent avoir besoin d’un prix de 1.900 USD l’once pour rester rentables alors que le prix actuel du platine n’est que de 1.600, ce qui explique que ce métal a été incapable de remonter au delà de son plus haut à 2.300 atteint en 2008.


- Deuxièmement, les bullion banks, qui opèrent pour leur propre compte sur les marchés des métaux précieux pour accumuler des profits financiers à la hausse comme à la baisse comme pour se financer (carry trade) à partir des métaux qu’elles empruntent à des taux très bas aux banques centrales (lesquelles les leur louent via les gold ou silver loans) puis qu’elles vendent aussitôt à terme, ont repris ces ventes à découvert à grande échelle dans le but de “squeezer” les sociétés minières en les forçant à vendre leur production ce qui, faisant chuter les prix des métaux, assurerait auxdites bullion banks des profits importants.




A noter que les opérations des bullion banks, américaines pour la plupart, se font avec la “bénédiction” de la Federal Reserve qui s’oppose à l’appréciation des prix de l’or et accessoirement de l’argent-métal dans la mesure où elle pourrait remettre en question le rôle du dollar US comme monnaie mondiale, en précipitant une réforme du Système monétaire international dans le sens du rétablissement de l’étalon-or ou du bimétallisme, dont les banquiers centraux ne veulent évidemment pas parce qu’elle les priverait de tout pouvoir monétaire et donc de leur possibilité de manipuler les économies et les marchés. A ce sujet, on doit bien convenir que nous ne vivons évidemment plus en Occident dans un système démocratique et décentralisé libéral d’économies de marché où les prix sont fixés par la loi de l’offre et de la demande, mais dans des économies fortement étatisées et centralement planifiées (proches de celle de l’ex URSS) gérées par des banquiers centraux keynésiens non élus (les nouveaux apparatchiks) qui décident seuls des taux d’intérêt, de la quantité d’argent émise et du prix des principaux actifs pour le plus grand bénéfice des grandes banques privées et de quelques super riches, sans avoir à en rendre compte ni aux gouvernements ni aux peuples. Pour ces banquiers centraux, la conjoncture actuelle est hélas idéale pour qu’ils donnent un coup de massue sur les métaux précieux, une classe d’actifs dont ils espèrent détourner les investisseurs puisqu’ils veulent promouvoir les actifs de papier qu’ils émettent et non pas les actifs réels, comme l’or qui reste pour eux “la relique barbare” ainsi que la stigmatisait le calamiteux Keynes alors même que le métal jaune, n’étant pas imprimable par nos manipulateurs, constitue l’expression de la Liberté (une valeur qui ne figure évidemment pas dans les politiques dirigistes qu’ils poursuivent).



Plus que jamais, une stratégie Long+Short, comme celle que nous pratiquons, s’impose sur les marchés des métaux précieux. Si l’on a des actifs importants en métaux précieux physiques exprimés en USD, il est à conseiller de les arbitrer sans tarder via l’achat d’ETF ultra short métaux en dollars US (comme les GLL et ZSL). Quant aux actions des sociétés minières, qui ont d’ailleurs constamment sous performé la hausse des métaux depuis plusieurs années (comme le montrent leurs indices GDX ou HUI), il importe d’en sortir et de les oublier pour longtemps en raison du risque de forte chute qui ne manquerait pas d’affecter leurs cours en cas de baisse additionnelle sensible des prix des métaux eux-mêmes, sans parler d’une forte correction des marchés d’actions en général (actuellement surachetés) qui affecterait négativement les actions des sociétés minières beaucoup plus que d’autres en raison de la stagnation voire de la disparition à venir de leurs profits.


A lire:


Objet : Gold miners need gold above $1650 to keep nose above water - Mining | Moneyweb


http://www.moneyweb.co.za/mw/view/mw/en/page292523?oid=561612&sn=2009+Detail


Objet : Platinum industry needs $1 900/ozAmplats


http://www.miningweekly.com/article/platinum-industry-needs-1-900oz-amplats-2012-02-13

—————————————————–

Prochains objectifs: 1.670 sur l’or en USD et 31 sur l’argent-métal en USD puis, s’ils cassent à la baisse, retour aux plus bas de 1.520 et 26.






Depuis mai 2011, le dollar US s’est retourné à la hausse et tout indique que cette tendance va se poursuivre.




Il n’y a qu’en euros et autres monnaies désormais faibles que l’or peut continuer de monter, surtout si la zone euro sous sa forme actuelle implose. L’achat d’or en euros ne permettra peut être pas de réaliser des gains réels puisque la valeur de cette monnaie et son pouvoir d’achat baissent (ce qui est loin d’être fini) mais de se protéger desdites baisses en maintenant le pouvoir d’achat de son capital placé en euros, ce qui n’est pas rien et constitue le but recherché lorsque l’on achète de l’or.




Pierre Leconte


Article originellement publié ici


 


Données et statistiques pour les pays mentionnés : Suisse | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Suisse | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :1,6 (10 votes)
>> Article suivant
Economiste, essayiste, consultant financier et gérant de fortune, Pierre Leconte préside le « Forum monétaire de Genève pour la paix et le développement ». Il a été membre des bourses des marchés à terme de Londres et de New York. Il a aussi conseillé plusieurs institutions publiques, dont une banque centrale sud-américaine, et travaille actuellement à la création de produits financiers peu risqués, adaptés aux besoins de placement d’investisseurs institutionnels comme privés et de gestion des réserves de change de pays émergents. Pierre Leconte a publié en 2007 : La grande crise monétaire du XXIe siècle a déjà commencé !
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
La situation actuelle est pire qu'il y a 10 ans.
Que peut il donc arriver aux métaux précieux dans ces conditions a part de fortes amplitudes à la hausse ou à la baisse?
De là a prétendre que le jouet est cassé comme ce monsieur l'affirme............
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Comme toujours, assez difficile à suivre et en contradiction avec les articles précédents...

Le problème est que c'est une analyse de courbes... et non de marché...

Comment parler de l'or et l'argent sans faire la différence entre le physique et la papier... sans parler de la Chine et l'Inde... sans compter avec la demande industrielle (pour l'argent)... Sans parler de la taille du marché... En ne prenant qu'une partie des courbes (métaux sont redescendus fin 2011 mais quand même progressé de 35% sur l'année... Finalement... sans connaître le sujet...

L'auteur dit que les métaux vont baisser en dollar car celui-ci remonte et monter en Euro car il va éclater (son fantasme...)... mais depuis Janvier, l'or a pris 12.59% en Dollar pour 9,98 en Euro... et l'argent 21,68% en dollar pour 18,86 en Euro... dont tout à fait le contraire...

Evaluer :   8  0Note :   8
EmailPermalink
Et sans compter qu'il y a encore de quoi extraire de l'or pour 15 puis ce sera fini et qu'en ce qui concerne l'argent, il n'y en a plus que pour 12 ans et une partie de l'argent se perd dans les panneaux photovoltaïques, gsm, ordi et autres.

Décidément, cette analyse est bien en contradiction avec tout ce qu'on peut lire sur le sujet dans d'autres articles, y compris sur d'autres sites.

En outre, si on regarde les graphiques de l'or et de l'argent en dollars ou en euros sur ces 10 dernières années, 5 dernières années, dernière année, dernier mois, dernière semaine, dernières 24h, on constatera pour les deux matérieux une hausse régulière avec un pourcentage "haussier" supérieur en dollars (tapez "Aktueller Silberpreis in Euro - Tageschart, Wochenchart" dans Google et vous aurez ces graphiques) qu'en euros. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Alors entre ce monsieur qui tient le discours ci-dessus et Warren Buffet qui dit que l'or n'a aucune valeur... au moment même où Georges Soros prévoit un chaos économique et des émeutes en Europe de même qu'une guerre civile aux Etats-Unis entraînant une grave entrave de la liberté par le pouvoir en place... (cf. goldup blogspot).

Devrions-nous penser que ces messieurs s'inquiètent de plus en plus quant à l'engouement croissant pour ces matières premières qui sont actuellement les seules valeurs refuge valables qui permettront de ne pas perdre sa chemise au moment voulu qu'ils se sentent obligés de faire de la désinformation ?
Evaluer :   5  1Note :   4
EmailPermalink
Bonjour Monsieur,

Il y a certainement des réflexions dans votre article. Celui qui cherche trouvera ce qu'il veut.
J'ai cependant du mal avec de tel sophisme; de vous citer: "..ces deux métaux en réalité ne voient leurs prix s’apprécier que lorsque les monnaies dans lesquelles ils sont exprimés baissent..."
Comment appelez vous les Milliers de milliards d'euros déversés sur le marché en février 2012? Quid de la valeur de la monnaie fiduciaire? Cordialement.

Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
BONJOUR
effectivement , il n' y aucune notion d'offre et de demande dans l’interprétation de mr leconte , toute est technique !
il ose parler de réalité pour les métaux !
on ne sais plus de quoi il parle à la fin , la pertinence devient rare en ces temps d'escroquerie !!

Evaluer :   8  0Note :   8
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Et sans compter qu'il y a encore de quoi extraire de l'or pour 15 puis ce sera fini et qu'en ce qui concerne l'argent, il n'y en a plus que pour 12 ans et une partie de l'argent se perd dans les panneaux photovoltaïques, gsm, ordi et autres. Décidémen  Lire la suite
Lolo27 - 23/02/2012 à 16:46 GMT
Note :  5  1
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX