Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Rase campagne XI

IMG Auteur
Publié le 28 mars 2012
597 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 3 votes, 4,7/5 ) , 3 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
3
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

Dernière ligne droite avant l’élection présidentielle. Les candidats, déclarés ou non, rivalisent de propositions censées nous sortir de la crise. Mais aucun n’ose aller à l’encontre des idées étatistes. Petit décryptage hebdomadaire de la langue de bois et de la mauvaise foi habituelle de nos politiciens.


• Ne cherchez pas Rase Campagne X, cette chronique n’a jamais vu le jour. Les événements de la semaine dernière ont imposé le silence et une prise de recul. Mais ne soyons pas dupes : bien qu’officiellement suspendue, la campagne n’a jamais cessé. Elle s’est même intensifiée sur de nouvelles bases. Les tragédies de Montauban et Toulouse sont trop marquantes pour que les candidats ne cherchent à les exploiter à leur avantage. D’autant que le dénouement a mis en avant Nicolas Sarkozy.  Non seulement le pouvoir est place apparaît toujours vainqueur d’une crise rapidement résolue, mais en plus la nature des événements semble donner entièrement raison à cette branche de l’UMP qui flirte sans vergogne avec les idées de l’extrême-droite. Quant à la démonstration de force du Raid - quelles que soient les polémiques qui ont suivi -, elle vient illustrer, un peu trop parfaitement, le slogan du président-candidat. Le temps d’une semaine, ses adversaires n’ont été que des spectateurs. Aujourd’hui, ils doivent accepter de le suivre dans une campagne mettant la sécurité au centre des débats. Ça ne vous rappelle rien ? La campagne de 2002.


• Le mécanisme est connu : dès qu’une situation extrême frappe l’opinion publique, l’État en profite pour limiter les libertés publiques. Ainsi, la semaine dernière, Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il souhaitait durcir la lutte contre l'apologie du terrorisme et des « idéologies de haine », afin de court-circuiter les filières d'endoctrinement terroristes. Notamment par la surveillance du « discours de radicalisation propagés sur Internet ». Le président-candidat souhaite donc étendre au terrorisme un mécanisme déjà en vigueur dans la lutte contre la pédopornographie en ligne. Très bien. Mais ne doit-on pas craindre l'instauration, à plus long terme, d'une surveillance généralisée des communications sur Internet ?

Depuis 2001, nous avons pris l’habitude de nous déchausser dans les aéroports par mesure de sécurité. Nous sommes fouillés, passés au rayon X, tout comme nos bagages, nous ne pouvons plus embarquer une inoffensive bouteille d’eau et nous l’acceptons tous, bien docilement, car nous redoutons… Tiens, au fait, que redoutons-nous encore ? Nous ne savons plus… Nous avons juste pris l’habitude de voir notre intimité bafouée sans raison, sans preuve de culpabilité, juste par principe de précaution. Ce même principe s’appliquera d’autant plus facilement à l’internet et à la téléphonie mobile que ces outils permettent un flicage invisible et permanent. Et après ? Finira-t-on par créer une machine capable de lire dans les pensées pour approfondir la traque ?


• Alors que la France voit la lutte pour le fauteuil présidentiel se recentrer sur les questions sécuritaires et sur le contrôle de l’immigration (au fait, où est né Mohammed Merah ?), le Royaume-Uni a dévoilé son troisième budget consécutif placé sous le signe de l'austérité. Avec pour objectif d'éradiquer le déficit budgétaire en l'espace de cinq ans. Contrairement aux autres pays européens qui tentent de diminuer leur endettement par l’augmentation des prélèvements, les Britanniques ont décidé de baisser l'impôt sur le revenu et d'accélérer la réduction de l'impôt sur les sociétés. De même, pour encourager la croissance et les investissements étrangers, le taux de l'impôt sur les sociétés sera par ailleurs ramené de 26 % à 24 % dès le mois prochain et à 22 % d'ici 2014. Y aurait-il un candidat en France capable d’une telle audace ?

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,7 (3 votes)
>> Article suivant
Noël Labelle est journaliste professionnel depuis une dizaine d’années. Observateur attentif de la vie politique française, il a notamment couvert l’élection présidentielle de 2007 pour Le Quotidien Indépendant du Luxembourg. Il est aujourd’hui rédacteur en chef d’Agefi Magazine, en Suisse.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
" un flicage invisible et permanent. Et après ? Finira-t-on par créer une machine capable de lire dans les pensées pour approfondir la traque ? "

ça ne vous rappelle rien ? 1984 d'Orwell et Big Brother ! (La bible de notre époque)

Noël Labelle a oublié les caméras installées un peu partout avant de l'être partout !
A moins que ce soit les politiques qui gouvernent les banques !?
Que l'on M’arrête si je me trompe !
Il me semble que le problème de fond n'as rien à voir avec les politiciens de tous bords. Ce n'est plus eux qui gouvernent le monde actuel mais bien les banques; les actionnaires; la "bizness finance"...etc...
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
A moins que ce soit les politiques qui gouvernent les banques !? Lire la suite
Manuwou - 28/03/2012 à 19:25 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX