Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Recommençons à appeler la monnaie par son poids

IMG Auteur
Extrait des Archives : publié le 27 août 2008
1166 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 12 votes, 4,3/5 ) , 6 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
6
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Université de l'or






Le système monétaire international est sérieusement affecté d’une maladie qui apparait évidente à tous ceux d’entre nous qui ne sont ni banquiers ni hommes politiques.  Un petit historique est de rigueur avant de faire un diagnostic :

          1. Le dollar (comme toutes les monnaies au XIX° siècle) était auparavant lié à l’or. La constitution américaine prévoit que tel montant d’or (ou d’argent) vaut tel montant de dollars, et que les banques devraient échanger des dollars contre de l’or à tout instant,

          2. La loi a autorisé les banquiers à imprimer plus de dollars qu’il n’y avait d’or dans leurs caisses, et a appelé ce système le « système bancaire à réserves fractionnaires » : les banques ne doivent conserver en caisse qu’un très faible partie des dépôts  effectués par leurs clients, bien que ces dépôts soient considérés comme dépôts  à vue).


L’erreur fondamentale se trouve dans le système de l’étalon or.

L’erreur que commettent la plupart des analystes est de penser que les problèmes monétaires actuels proviennent de la sortie du système de l’étalon or.  Ce n’est pas le cas. La confiscation de l’or des américains par Roosevelt en 1933 et la répudiation des dettes en or par Nixon en 1971 ne furent que des symptômes, pas des causes. La réintroduction de l’étalon or n’aurait rien pu faire pour soigner la maladie.

D’autres analystes arguent que la source du problème vient de l’autorisation donnée aux banques d’imprimer plus de billets qu’elles n’avaient d’or en caisse (d’où le terme de réserves « fractionnaires »), et que ce fut la raison pour laquelle Franklin Delanoe Roosevelt dut abolir l’étalon or. Le remède suggéré dans ce cas est d’interdire aux banques d’émettre plus de papier qu’elles n’ont de fonds en caisse.

Faux à nouveau. La solution proposée par ces analystes n’est rien d’autre que d’améliorer le système de l’étalon or, alors que c’est précisément ce système qui est la source des problèmes.

Remarquons que ces deux analyses impliquent l’intervention du gouvernement dans la mise en œuvre du « remède ». En réalité, la maladie ne peut être traitée qu’en interdisant au gouvernement de participer à la solution.


Le remède : interdire aux gouvernements de définir la monnaie.

Le seul remède possible est d’interdire aux gouvernements de définir par la loi ou la règlementation ce qui est de la monnaie et ce qui n’en est pas, ce qui a cours légal ou non.

Les problèmes commencent souvent lorsque les politiciens ont la possibilité d’appeler par le mécanisme de la loi une chose qui n’est pas ce qu’elle est nommée. Voici ce que j’entends par là :

La Constitution américaine prend un morceau d’or d’un certain poids et le nomme un “dollar”. Plus spécifiquement, depuis 1933 la loi américaine définit qu’une once d’or « vaut » 20 dollars.  En pratique, cela revient à affecter un nom arbitraire à un morceau de métal et à définir arbitrairement en combien d’unités on peut diviser ce nom arbitraire. Ceci n’a aucun sens.

De plus, une fois que la loi s’est attribué le pouvoir d’appeler une once d’or par un autre nom et de déterminer les sous divisions, elle s’est arrogé le pouvoir de manipuler ces définitions.

Le remède magnifiquement simple et efficace pour tout ceci est de recommencer à appeler les choses par leur nom. Une once d’or est une once d’or. Rien d’autre.

Pas besoin d’une loi ou d’un amendement de la constitution pour cela. Une once d’or est déjà une once d’or, pas besoin d’une quelconque déclaration pour affirmer ce qui est déjà.

La seule chose dont nous avons besoin est que la monnaie soit appelée par son poids.  C’est ensuite l’affaire du marché de décider ce que l’on peut acheter avec cette monnaie.

Remarquons que cette solution est parfaitement adaptée par nature à notre monde moderne. Les métaux précieux sont déjà mesurés en unités de poids (en grammes la plupart du temps), et il n’y a pas de frais supplémentaires à payer pour la frappe des pièces. L’or et l’argent peuvent être détenus en grammes sur des comptes bancaires électroniques avec la plus grande facilité.

Une fois ceci établi, examinons les aspects plus pratiques, comme l’établissement des prix des produits ou services dans un tel système financier. Rien de plus simple : laissons les prix des biens et services produits s’établir librement en grammes ou onces d’or, et laissons ces unités de poids de métal précieux en concurrence libre avec le dollar (ou tout autre monnaie fiduciaire).

Remarquons que la taille de l’unité est sans importance. Une once d’or est-elle trop grosse pour effectuer la plupart des transactions ? Qu’à cela ne tienne. Nous pouvons la diviser en dixièmes, ou centièmes d’onces. Si ces unités deviennent trop petites, utilisons l’argent à la place.

Il n’y a pas de solution alternative

Seul un système monétaire fondé sur le libre établissement par le marché de la valeur d’une monnaie mesurée par son poids pourra régler les problèmes monétaires auxquels nous sommes confrontés.  L’alternative n’est que de repousser l’inévitable effondrement du système, et de rendre la situation bien plus grave en attendant.


La raison en est que si vous remplacez la vérité par quelque chose d’autre, vous vous retrouvez in fine avec un gros mensonge. Techniquement, appeler une certaine quantité de métal un dollar, un franc, un marc ou toute autre chose n’était peut-être pas un mensonge à l’époque de la conception de ces monnaies or, mais cela a ouvert la porte à un déluge de possibilités de manipulations, qui ont toutes été exercées au cours du siècle dernier.  Cela a indubitablement permis aux pouvoirs politiques, dont celui des Etats-Unis, de masquer la vérité jusqu’à ce la monnaie de ce pays n’ait même plus l’apparence d’une ombre. Mais il en va ainsi de toutes les monnaies fiduciaires.

Elles ont permis de monter la plus belle escroquerie de toute l’histoire de l’humanité : remplacer de la vraie valeur par rien d’autre que de la dette comme mesure communément acceptée de la valeur économique.

Une once ou un gramme d’or est  une once ou un gramme d’or. Il n’est pas possible de discuter de ceci. Il est en revanche tout à fait possible d’argumenter sur la valeur d’un dollar, d’un euro ou d’un yen : ce n’est que l’étiquette que vous pouvez attacher sur ce que vous voulez, même un morceau de papier ou un blip électronique.

La perversion du nom de la monnaie et les mensonges qui en résultent sont la cause de la maladie économique du monde actuel.  Vous ne pouvez pas endiguer l’infection en ajustant la quantité ou la rapidité de circulation de vos mensonges.

Tout ce que vous pouvez faire est d’arrêter de mentir, ou d’arrêter de forcer les gens à appeler vos mensonges de la « monnaie ».

Les mensonges sont devenus le système par lequel nous mesurons la valeur de tout. Pas étonnant que nous soyons perdus.

A propos, vous avez de l’or ?


Alex Wallenwein

Editeur
The
EURO VS DOLLAR MONITOR

Analyse monétaire et économique du coté libre.



1

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,3 (12 votes)
>> Article suivant
Alex Wallenwein est l'éditeur de l'Euro vs. Dollar Monitor, une publication qui s'intéresse aux phénomènes financiers modernes.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Petite réponse (très personnelle) aux commentaires à cet article

L'auteur de l'article a fait l'impasse, ou, du moins, ne fait que de brèves allusions, sans démonstration à l'impossibilité de mettre au point une unité de mesure commune. C'est pour cela qu'il suggère que l'on appelle les choses par leur nom. Et donc par exemple qu'une once d'or est une once d'or, et rien d'autre.

Il peut sembler effectivement tentant de mettre au point un étalon quelconque, par exemple basé sur le travail, mais cette entreprise est vouée à l'échec.
Tant que tous les états du monde n'auront pas la même fiscalité, le même régime social, les mêmes cotisations de tout poil, il sera impossible d'avoir un "étalon" autre qu'un bien tangible et quasi perpétuel, qui perdure au delà des générations.
La raison est simple à comprendre : une heure de travail en Chine ne vaut pas une heure de travail aux USA ou une autre heure en France. Quand bien même ces deux dernières ont moins d'écart entre elles qu'avec la première, elles restent fondamentalement différentes toutes les trois. Ajoutons à celà que la baguette de pain est une spécialité française, le hamburger une spécialité américaine et les nouilles cantonaises une spécialité chinoise. Ainsi, dans chaque pays, la culture a elle aussi une influence sur la consommation - et donc sur le travail - et, au final, les prix seront sans rapport entre eux. Même à supposer qu'on définisse une "unité de valeur".
Si on rajoute à celà l'inflation, qui n'est pas partout la même, les modifications de législation, les variations de taxations et encore au moins une bonne centaine de paramètres qui influencent le prix d'un bien quelconque, on voit que notre baguette, à la supposer de qualité égale partout (ce qui n'est pas vrai) ne vaudra pas le même prix à Shangaï, Washington ou Paris. Idem pour le hamburger ou les nouilles cantonaises.
Tout le monde est donc bien obligé de se référer à quelque chose d'universel.

Et pour l'instant, il n'y a guère que l'or qui permette de créer une référence qui soit comprise de tous, et appréciable également par tous, chinois, français, américains ou autres ! Et ce, quel que soit le statut social, du simple ouvrier ou paysan au PDG de multinationale.

Parce que la petite ouvrière chinoise, le boulanger français ou le mécanicien américain sauront au fond d'eux ce que représente un gramme d'or pour leur vie, dans leur patrimoine comme leur culture. Parce qu'ils sauront cela, ils sauront aussi trouver autour de ce gramme une compréhension de l'étranger qu'ils ne peuvent avoir avec leur monnaie, puisqu'elle n'a pas les mêmes bases d'un pays à l'autre.

Il me semble que c'est là où voulait en venir l'auteur.
Mais j'ai peut-être mal décodé...
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
Un nouvel ordre mondial, un monde uniformisé, standardisé ect non merci. Vive la FRANCE !
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Un étalon travail ? Comme vous le signaler, des centaines de paramètres donc infaisable.
Déjà que personne n'est d'accord pour la paramétrer la pénibilité, alors le travail !
Le travail en Chine est il le même qu'en France ? Un étalon sur la production ?
Mais pourquoi pas un étalon rentabilité ? Ou un étalon bénéfice ?
Pourquoi pas pas d'étalon ? Les salaires versés en or ? Où alors on fait du troc.
Monnaie = Monnaie de singe ? La monnaie n'est elle pas lié à un bien, à un valeur ajouté, quelle qu'est soit ? Combien vaut mon travail ? Combien vaut ma maison ? Combien vaut ma voiture ?
Le prix du service qu'elle me rend ou que je suis prêt à payer pour le service qu'elle me rend ou que je produit ?
Il y n'existe pas un étalon Hamburger ? combien d'heure dois-je travailler pour me payer un Hamburger ? C'est pas mal comme mesure.
La valeur du papier monnaie ne dépend plus que de la capacité d'un pays à s'endéter, bati sur des notes et la confiance des banques (ou crédulité) et non plus des réserves et ressources, et des productions de celui-ci.
L'étalon travail à fait ses preuves sous Hitler...
la meilleure référence à la monnaie, la plus logique et la plus équitable ( et à laquelle personne ne semble songer ! ) serait, selon moi, un "étalon-travail" ( cette référence commune serait certes, un peu difficile à établir, paraîtrait peut-être arbitraire et devrait sans doute prendre en compte des centaines de paramètres,... mais ce serait faisable et tellement souhaitable )
Monnaie = Mensonge, "Bon sang mais c'est bien sûr!" Excellent raccourci.
Dernier commentaire publié pour cet article
L'étalon travail à fait ses preuves sous Hitler... Lire la suite
haclimacli - 17/08/2013 à 01:27 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
La Russie achète, de nouveau, des titres de la dette américaine
19 oct.blitzel
Et pendant ce temps-là, des manoeuvres militaires de l' Otan en Allemagne préparent actuellement une confrontation fictive d'une guerre nucléaire à...
La crise du REPO… éternelle. Ca r’commence !
19 oct.blitzel
J.P. Chevallier parle de crask obligataire en monétarisme.*1 Delamarche parle d'Obligations insuffisantes de bonne qualité pour garantir ses c...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
11 oct.glemet
Il y a longtemps que la chèvre de M Seguin rêvait de quitter son petit enclos. L’herbe est si verte ailleurs et l’Europe montre tant de faiblesses,...
Nouveau Monde, la mobilité de masse arrive. Un visuel
09 oct.Patrick W2
C'est drôle..... quand on clique sur vos liens pour obtenir des renseignements pour trouver vos livres, ça ne fonctionne pas. En tout cas, brav...
Opération Yellowhammer. Le plan ultime de Boris Johnson pour le Brexit
09 oct.Patrick W3
Oui, il est fort possible que Boris Johnson arrive à ses fins et on doit reconnaître que pour ou contre le Brexit, Boris Johnson est droit dans sa ...
La France et ses administrations criminelles
08 oct.Louis L.
Heureusement, il est consolant de savoir que pour cette épidémie d'incendies industriels depuis Notre Dame jusqu'à ce jour, aucune autre cause qu'...
Les réserves de cash au plus haut ! 600 milliards planqués sous les...
07 oct.Louis L.
Charles parle ici de 600 Mds € stockés par tous les européens sous forme d'espèces. Sa phrase est ambigüe car tous les européens sont 513 mil...
La France et ses administrations criminelles
07 oct.blitzel
Très bon article.... vu la situation critique. Les choses hélas ne sont plus comme elles étaient dans le temps il y a 50 ans. Il y avait ...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX