Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Retirer votre consentement passif aux pouvoirs en place

IMG Auteur
 
Extrait des Archives : publié le 25 février 2014
725 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 32 votes, 4,4/5 ) , 48 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
48
commenter
Notre Newsletter...
SUIVRE : Justice Liberté
Rubrique : Fondamental

Retirer votre consentement passif aux pouvoirs en place signifie plus que ce que cette courte phrase laisse suggérer.

Le retrait de consentement va très loin. Il représente un divorce avec l’Etat sous toutes ses formes. Il signifie que vous n’avez plus de devoirs face à l’Etat, que vous percevez comme fondamentalement injuste et une source d’injustices continuelles, que vous n’aiderez l’Etat d’aucune manière et ne vous sentirez pas responsable de ses actions, et que vous percevez l’Etat comme hostile à la paix et à la société. Il signifie ne pas participer à ses rituels et ne ressentir aucune appréciation pour ses mythes et symboles. Il signifie un éloignement psychologique de ses victoires, une avancée vers l’opposé de l’Etat, la liberté, la paix, l’amitié et le comité, en un mot, la société. Il signifie ne plus penser à soi comme à un citoyen, et ne plus penser qu’un citoyen a des devoirs face à l’Etat et les autres citoyens.

Le retrait de consentement signifie ne pas se considérer comme propriétaire de l’Etat ou influence de ses idées et actions. Il signifie percevoir l’Etat comme une nuisance. Il signifie abandonner toute forme de patriotisme et d’adhérence aux symboles de l’Etat, à ses parades, ses drapeaux, ses promesses, ses hymnes et ses monuments. Il signifie l’absence de vénération d’une quelconque figure politique, passée, présente ou future. Il signifie l’absence de vénération de la Constitution. Il signifie éviter toute forme d’interaction avec le gouvernement.

Le retrait de consentement ne signifie pas devenir antisocial. Il signifie le contraire. Préférer un ordre naturel et la vie en société, la liberté et la propriété sont les alternatives à l’Etat et à son ordre légaliste artificiel.

Le retrait de consentement va bien plus loin. Il peut signifier l’entrée dans l’économie souterraine, l’éducation de ses enfants à domicile, quitter son pays, et éviter les interprétations des médias grand public.

Le retrait de consentement est une épreuve de créativité, capable d’être achevé grâce à des techniques diverses. Il peut se manifester par le boycott de films qui glorifient les militaires, ou le fait de ne pas supporter les troupes. Il peut signifier éduquer les autres et encourager les jeunes hommes et femmes à ne pas joindre l’armée et ne pas travailler pour le gouvernement. Le principe du retrait de consentement est large. Je ne peux pas possiblement lister tout ce qu’il recouvre. Ce qui fonctionne pour moi est certainement différent de ce qui fonctionne pour d’autres, et ce que je dis n’est pas nécessairement vrai pour tout le monde. Que je n’organise pas des manifestations ou ne me lance pas dans une grève de la faim ne signifie pas que d’autres ne devraient pas le faire. Je ne participe à aucun parti politique et je ne vote pas, mais je ne me mets pas en boule lorsque d’autres me disent qu’ils le font. Au contraire, les voies du Seigneur sont impénétrables, et il nous est impossible de savoir ce qui déclenchera un changement. Tout ce que j’essaie de dire est que le retrait de consentement est un principe bien plus important que ce qu’il ne paraît.

Pour ma part, le retrait de consentement ne signifie pas se mettre en colère contre l’Etat ou avoir recours à la violence. Je n’ai jamais ressenti de haine ou de colère, et j’essaie tant que possible de ne pas les ressentir. Je ne vais pas confronter les membres du gouvernement ou leur montrer mon hostilité. J’ai l’impression que si je m’emportais, l’Etat aurait gagné. Je paie mes impôts et enregistre ma voiture. Je n’utilise la violence pour aucune raison, que ce soit contre d’autres personnes ou contre le gouvernement.

J’ai foi en l’ordre naturel des choses, en la liberté et la propriété privée, qui un jour viendront à prévaloir sans que la violence ait été utilisée ; et que l’Etat sera un jour perçu comme une aberration perverse basée sur des idées fausses. A mesure que le temps passe, même s’il faut attendre cent ans, les idées de base erronées du gouvernement deviendront si évidentes aux yeux des gens que le monde entier regardera notre époque comme pure folie. Je n’ai pas les moyens de savoir ce qui mènera la liberté au pouvoir. Ce qui est important aujourd’hui, c’est d’avancer vers la justice et le plus loin possible de l’Etat, et de bien comprendre ce que tout cela signifie.


<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :4,4 (32 votes)
>> Article suivant
Michael S. Rozeff est l’auteur de plusieurs livres sur l’empire américain. Il publie régulièrement ses idées et articles sur www.LewRockwell.com.
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
C'est devenu tout, sauf un forum MP ici. Cà cause médecine, sécurité sociale, retraites, économie, politique etc...
De temps en temps, on revoit un article ancien, qui refait surface pour nous rappeler où nous sommes.
Il y aussi le palmarès des devins plus malins que la FED, dont les gourances sont devenues tellement récurrentes, qu'elles font sourire. Sans doute, quelques vendeurs de métaux qui tentent de raviver la flamme olympique.
Mais, où est passé Bir Weix le Fol et ses objectifs quantiques ? Depuis, la dernière fois qu'il a sévi, c'est à la baisse que les cours ont répondu.
Quant à Théodore Butler, qui disait il y a deux ans "assez, c'est assez", il s'est repris un direct du droit, et dans un article Antal Fekete se demandait qui était ce monsieur Butler, si vénéré par les adeptes de la secte du Temple du Silver. Le Grand Fekete, auteur du mondialement connu livre sur l'étalon or ignorait royalement ce monsieur. C'est dire, si le milieu des MP est hétérogène et peu fiable.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
RUSS.
Merci pour la remarque, je ne suis pas allé dans ce sens, parce que je crois que "le peuple a toujours tord tant qu'il ignore qu'il est la source de toutes richesses".
Mais il a toujours raison dans ses combats et pour quelques raisons que ce soient, même s'il devait disparaître face à la bête eugéniste du nouvel ordre mondial.
Plutôt mourir que d'être esclave.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
Patriote Occitan refusant la domination de l'état français sur mon pays, j'applique depuis des années les préceptes évoqués dans cet article. J'appelle ça l'exil intérieur et je pratique la résistance passive quand c'est possible. Comme je suis aussi libertarien minarchiste, je connais bien la différence entre nation et état; Je reste dans ma patrie au sein de la nation Occitane mais je "snobe" l'état français et ses gens.
Evaluer :   1  7Note :   -6
EmailPermalink
j' ai décidé d' attribuer le Grand Prix du "neu-neu d' or"

et aujourd' hui, toutes mes félicitations, car c' est à toi que j' ai décidé de l' attribuer.
Evaluer :   4  2Note :   2
EmailPermalink
Vous défendez votre patrie, je défends la mienne. Les Occitans ne revendiquent pas la france, je n'attends ni plus ni moins des français envers l'Occitanie.
Evaluer :   1  5Note :   -4
EmailPermalink
Vous maîtrisez bien la langue de l'occupant dites-donc !
Non, sérieux : allez vous réunir dans la cabine téléphonique du coin avec des bigoudens et faites moins de bruit. On sait que vous êtes financés par l'UE avec l'empire US en sous-main pour détruire notre Nation et la souveraineté (c'est-à-dire la démocratie) qui va avec, alors profil bas svp.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
"Notre nation" vous dites ? Mes parents sont Occitans donc je suis Occitan et ma nation est le peuple Occitan. Vous, les français, ne savez même plus ce c'est qu'un Français alors occupez-vous d'abord de vous mêmes. Au sein de chaque nation il y a des patriotes, des apatrides de fait, des collabos et des traîtres. Les patriotes Occitans ne menacent pas la nation Française ni sa souveraineté, encore faut-il comprendre que l'Occitanie n'est pas en France. La décadence de la France, la vraie, me désole mais la patrie de mes ancêtres est en danger et le chemin est long pour lui rendre sa liberté. Au regard de ce qui reste à accomplir pour mon pays, se qui se passe à l'étranger est secondaire.
Vous prêtez à l'UE et aux Américains la volonté de détruire la nation française ? Ca vous donne une idée de ce que l'état français fait à mon pays.
Merci pour le compliment, le français est ma première langue vivante et mon occitan est merdique mais je n'ai pas eu le choix.
Evaluer :   2  6Note :   -4
EmailPermalink
autiste, quoi.... prends tes pilules, avant de poster Fernandel....
Evaluer :   2  3Note :   -1
EmailPermalink
Visiblement certains sont imperméables aux notions de peuple, nation, identité et patriotisme. Ils ne comprennent pas que tout les patriotes de toutes les nations poursuivent le même idéal. Je souhaite autant la sauvegarde de la nation Occitane que celle de la nation Française mais je milite d'abord pour la mienne. Je demande juste aux patriotes Français de ne pas se tromper de combat. Vouloir imposer sa domination sur les autres n'est pas du patriotisme, c'est de l'impérialisme. Pendant ce temps la nation Française périclite et disparaît, il ne lui restera bientôt plus que des grands mots pour exister, être français ne vaudra pas plus qu'un bout de papier tamponné "RF". Ce qui me console est que les Occitans ne se fabriquent pas aussi facilement et pour savoir qui on est il faut savoir d'où on vient.
Evaluer :   3  3Note :   0
EmailPermalink
Mais tais -toi donc : je viens du sud , et on y parle 100000 fois plus l'arabe que" l'occitan", qu'au passage tu ne parles même pas toi-même...Et tu t'en prend aux français ?? comique !
alors arrête ton petit numéro de séparatiste de coin de comptoir, et tu gardes tes "leçons" de nationalisme pour les demeurés de ton hosto.
Ce faisant, tu roules pour Bruxelles et les impérialistes anglo-saxons comme tous ceux qui cherchent à saper la nation française (et pas uniquement celle là...) ; et la voilà, la vérité Escartefigue !!
Evaluer :   6  1Note :   5
EmailPermalink
Je remonte chez moi et je vous dis merde.
Evaluer :   0  4Note :   -4
EmailPermalink
le jour où l'Occitanie sera emmerdée, c'est quand la Provence va faire sécession, car le problème de l'Occitanie, c'est que pour l'Union elle est encore beaucoup trop grosse. C'est un morceau de la taille de l'Angleterre. Va falloir encore atomiser.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
l' Occitan est une farce ; j' ai quelques attaches familiales dans le Lot et dans le Gers et sérieusement, absolument personne parmi les anciens et même dans les patelins les plus reculés n' a jamais entendu parler cette "langue" ( totalement tombée en désuétude et oubliée depuis le quatorzième siècle )... on y parle un certain patois certes, mais aucunement cette lubie de soixante-huitards attardés qui nous vient tout droit de quelques sorbonnards parisiens ultra-gauchisants...
Evaluer :   1  2Note :   -1
EmailPermalink
l'occitan dans ses formes dialectales a été parlé jusqu'à la première guerre mondiale. Je ne suis pas spécialiste, mais l'Occitan en tant que langue unifiée doit être une création récente. Mistral au XIXème siècle, écrivait en provençal, et non en occitan.
De même le breton est une création à partir de 4 dialectes, et ces dialectes sont d'origine galloise (Pays de Galles). Ils ne constituent pas une langue distincte du gallois à l'origine. L'Armorique était un pays sous peuplé quand les Gallois sous la poussée des Angles ont du fuir vers de nouvelles terres.
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
excellent, je n'aurais pas dit mieux.
Il n'y a qu'avoir le cas de la Catalogne. L'UE a reconnu récemment, le catalan comme une des langues officielles de l'Union. L'union est en train d'enfoncer un premier coup de ciseau pour disloquer l'Espagne, avec un levier fantastique : le catalan. C'est la plus grande langue régionale européenne, même poids que le portugais (hors Brésil), présent en France, aux Baléares, dans le nord du pays valencien, en Catalogne, en Sardaigne et langue nationale officielle de la Principauté d'Andorre.
Mais, c'est sûr que les militants des causes régionales sont devenus les idiots utiles de l'Union dans son projet de décomposition des états. Je dis cela alors que j'ai toujours eu la fibre régionaliste, mais sans vouloir casser l'entité nationale. Comme Marie France Garaud, je pense qu'il n'y a déjà plus d'Etat, mais un état de choses, et à vrai dire de petites choses. On ne déconstruit pas comme cela une oeuvre qui s'est forgé avec tellement de sacrifices, d'un coup de plume en bas d'un traité. Et pourtant, on voit dans les soit disantes élites plein de cerveaux malades, prêts à défaire, (dans quel but ? le savent-ils eux mêmes ?) l'héritage des siècles. Je pense, que ce sont uniquement des apôtres de Mr Le Marché. Et on les retrouve partout, pour saboter les sols, empoisonner l'alimentation et les eaux et bien d'autres choses encore.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
ça c' est bien envoyé ! un grand merci Boutros !!
Evaluer :   0  1Note :   -1
EmailPermalink
CONFUSION et AMALGAME
Le fait de payer ses impôts, déclarer sa voiture etc..., c'est reconnaitre une légitimité à l'état, c'est accepter les obligations imposées par celui ci, c'est un consentement à l'état et la naissance d'un quasi contrat.
Le retrait du consentement "passif" au pouvoir, devient ainsi obsolète, puisqu'il devient "actif" et se transforme en une désobéissance civile.
D' autre part, à aucun moment, il n'est fait allusion à une confusion entre la nation et l'état et on peut très bien ne pas aimer ou contester l'armée, sans pour autant être catalogué "non patriote", tout au plus d'objecteur de conscience.
Les guerres ne se font pas obligatoirement dans l'affrontement, les explosifs et le sang.
Les guerres économiques sont silencieuses mais meurtrières avec pour soldats, des hommes et des femmes sans arme et uniforme.
L' ordre des choses a changé, le peuple n'est plus l'ossature de la nation, mais l'état, l'ossature de la nation, ce qui va dans le sens d'une Europe des états et non plus des nations telle qu'elle est aujourd'hui.
Pour que le peuple retrouve sa légitimité, il lui faudrait ne plus voter, tout en sachant que cela ouvrirai sans doute la porte à une dictature, un push, ou toute autre forme de totalitarisme, la nature ayant horreur du vide c'est bien connu.
Mais quel que soit le combat, le peuple aura toujours raison parce qu'il est la base de tout.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
"Mais quel que soit le combat, le peuple aura toujours raison parce qu'il est la base de tout."

Je croyais que vous alliez finir par "Mais quel que soit le combat, le peuple aura toujours tord parce qu'il est la source de toute richesse."
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
je ne vois vraiment pas en quoi le fait de vouloir retirer son "consentement à l' Etat" vous empêche d' être patriote ?... la Patrie et l' Etat sont 2 choses très distinctes et souvent même opposées... et on peut sans doute vouloir combattre l' Etat par patriotisme, cela me semble même logique et naturel... on peut ( et notamment en France ) et par sentiment absolument patriotique, combattre absolument l' Etat socialiste qui incarne une déchéance totale de la nation dans des domaines fondamentaux ( déchéance morale, économique, sociale, atteinte aux droits fondamentaux : liberté d' expression, paternité, droit de propriété, possibilité d' épargner etc... )... personnellement, c' est aussi par patriotisme que je récuse le droit à l' Etat socialiste français de vouloir m' assujettir à tous crains, spolier le fruit de mon travail, décréter ce qui est bon ou moral pour moi, m' imposer sa sous-culture de masse,... etc à cet égard aussi, l' absence de reconnaissance de l' institution militaire ne devrait sans doute pas être citée en premier comme démarche de retirer son consentement à l' Etat... je suis peut-être animé de conceptions surannées mais parmi les personnes qui m' ont le plus marquées dans ma vie ( sens et valeur moraux, probité, qualités humaines etc... ) j' ai le souvenir de beaucoup de militaires et d' officiers... l' esprit du soldat de l' AN UN persiste même dans nos Armées tellement noyautées désormais par les "doctrines" socialistes... j' aurais pour ma part beaucoup plus volontiers cité de tenter de se soustraire à l' impôt par tous les moyens sans omettre la fraude qui est désormais une question de survie légitime...
Evaluer :   10  2Note :   8
EmailPermalink
Tout à fait d'accord Frédéric.

Il règne ici une énorme confusion entre la notion de nation et la notion d'état. Cette confusion est présente dans l'ensemble des strates de la société actuelle et contribue à la fragmentation du sens d'appartenance et de reconnaissance mutuelle entre les individus.
Un grand nombre d'individus, il faudrait même dire un nombre sans cesse croissant, ne comprennent pas la différence fondamentale entre ces deux mots NATION et ETAT.
Il est clair que l'école en tout premier lieu, puis les médias, voir les deux en même temps, contribuent à entretenir, voir à amplifier cette confusion. Ce qui est logique, puisque ces deux entités (école et médias), pourvoyeur et promoteur idéologiques d'une part et fossoyeurs de spiritualité et d'esprit critique d'autre part, font partie intégrante du système qui les nourrit, à savoir l'état.
Ce que certains ne comprennent pas encore, même sur ce forum et je le constate quotidiennement au travers de certaines argumentations en réponse à des articles. C'est que les mots ont un sens et que dans le cas présent, le sens des ces deux mots est fondamental.

Pour moi, la NATION est ce qui uni un groupe d'individus sur la base ;
d'une histoire commune, construite sur des douleurs, des joies, des souffrances, des réussites... partagées et vécues en tant que telles,
d'une culture commune, elle aussi construite au fil du temps et imprégnant l'ensemble des individus ayant contribué à son développement et se sentant en retour enrichis par elle,
D'une langue commune, construite sur une compréhension et une appropriation collective du sens des mots, de leur subtilité et de leur finesse. D'un sens du territoire (du pays, je n'ai pas peur du sens des mots) et par vois de conséquence, d'un sens de la propriété individuelle,
La NATION est basée sur tout cela et sur bien plus encore... Donc ce qui forge une NATION, c'est une volonté commune et forte des individus de constituer et de se reconnaître dans un groupe, dont ils se sentent partie intégrante et égale aux autres. La NATION est, à mon sens, la conceptualisation, la concrétisation d'un sentiment, d'une envie, d'un besoin collectif d'appartenance et de reconnaissance.

L'ETAT, contrairement à ce que les manipulateurs de masse s'acharnent à faire croire, n'est en rien la NATION. L'état est un système. A l'origine l'état n'existe pas. A l'origine, ce qui apparait, c'est une simple décision collective, répondant à un besoin, de déployer des règles communes validés et acceptés par les membres du groupe, de façon à assurer et garantir les équilibres individuels et collectifs au sein de ce groupe. L'état pourrait donc se limiter à un ensemble de règles collectives choisies et acceptées par les individus et permettant au groupe nation de déployer, améliorer et protéger un mode de vie collectif et d'inscrire ce mode de vie sur la durée. Malheureusement, aujourd'hui, l'état n'est en rien la matérialisation de ce concept originel.
Aujourd'hui, l'état est un système organisé et structuré, définissant, promulguant et imposant des règles établies par une minorité et imposées à l'ensemble des individus. Un système replié sur lui même, se nourrissant du groupe au quel il s'impose et en totale déconnection d'avec ce groupe et des individus qui le constituent. L'état peut, effectivement, comme votre commentaire le traduit, devenir l'ennemi de l'individu, du groupe et donc de la NATION.
De système organisationnel de plus en plus éloigné des individus, il est devenu progressivement un système de pouvoir.

L'ETAT a donc pris l'ascendant sur la NATION. Pour maintenir et développer son pouvoir. Pouvoir accaparé et détenu par une minorité. L'état doit maintenir l'individu dans la confusion, jusqu'à ce qu'il confonde ces deux notions et donc ces deux mots. L'objectif étant à terme de détruire le concept, l'essence même de la NATION, afin de se substituer à cette volonté collective par le système ETAT.
Un système réduisant les individus en un ensemble de masses informes, entre les quelles on aura généré et entretenu des tensions (diviser pour régner) et dans le même temps mises sous perfusion afin de créer une dépendance. Un système qui crée des tension entre les différentes masses afin de canaliser les mécontentement et qui dans le même temps se pose en fournisseur indispensable et exclusif de moyens de subsistance collectifs. Mais un système qui ne fait que redistribuer une infime partie de ce qu'il s'approprie. Créant une boucle écrasante de spoliation/perfusion et faisant croire à la masse qu'il est indispensable.

Au final, une monstruosité au service d'une infime minorité.
Evaluer :   7  2Note :   5
EmailPermalink
"Pour moi, la NATION est ce qui uni un groupe d'individus sur la base ;
d'une histoire commune, construite sur des douleurs, des joies, des souffrances, des réussites... partagées et vécues en tant que telles,
d'une culture commune, elle aussi construite au fil du temps et imprégnant l'ensemble des individus ayant contribué à son développement et se sentant en retour enrichis par elle,
D'une langue commune, construite sur une compréhension et une appropriation collective du sens des mots, de leur subtilité et de leur finesse. D'un sens du territoire (du pays, je n'ai pas peur du sens des mots) et par vois de conséquence, d'un sens de la propriété individuelle,
La NATION est basée sur tout cela et sur bien plus encore... Donc ce qui forge une NATION, c'est une volonté commune et forte des individus de constituer et de se reconnaître dans un groupe, dont ils se sentent partie intégrante et égale aux autres. La NATION est, à mon sens, la conceptualisation, la concrétisation d'un sentiment, d'une envie, d'un besoin collectif d'appartenance et de reconnaissance."

Voila une belle définition non pas de la NATION mais du PEUPLE.

La nation, natio, naître etc vient de la NAISSANCE: c'est une notion récente, limite "raciste" dans la perception moderne, qui regroupe les individus sur des bases biologiques ou génétiques/héréditaires. On ne peut pas entrer dans une nation à l'âge adulte. On naît dedans, et on y reste que cela plaise ou pas.

Dans un peuple en revanche, on peut entrer si on ressent les caractéristiques de ce peuple, si on en a les critères. On peut aussi se détourner éventuellement de son peuple de naissance si on en a l'envie ou si les évènements l'imposent.

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Rüss

Voici la définition que j'ai trouvé, je n'ai pas cherché bien loin, c'est celle proposée par wikipedia :

"Le mot nation vient du latin nascio ou natio, qui signifie naître. Le terme latin nation désigne les petits d'une même portée, et signifie aussi groupe humain de la même origine. Chez Cicéron, le terme natio est utilisé aussi pour désigner une peuplade, un peuple ou une partie d'un peuple".

Nous sommes très proche en terme d'interprétation étymologique. Mais je ne polémiquerez pas avec vous sur le sujet. Au sens ou je la conçois l'appartenance à une nation n'est pas caractérisée par la naissance ou une quelconque notion d'hérédités. Cela c'est typiquement ce que veulent nous faire ingurgiter les nouveaux idéologues adeptes de la novlangue et à la solde de l'ETAT.
La NATION est la pièce maîtresse qu'il faut absolument abattre. Mais comme il est impossible de l'attaquer de front, comme il est difficile de s'attaquer à ce qui donne corps au peuple, l'état s'attaque à ses fondements, c'est à dire à son histoire, à la famille, à la religion, à sa culture, à la langue, au droit... Donc associer au mot NATION un concept de racisme ou de xénophobie et la marque ultime de la manipulation du peuple. Puisque si vous êtes contre la bien-pensance préconisé par l'état, vous êtes forcément un facho raciste. Donc si l'on aborde la situation dans son ensemble, je dirais que la NATION est ce qui donne corps au peuple et que par conséquent cela représente le danger extrême pour l'état manipulateur. D'ou l'objectif primordial de faire disparaitre la NATION.
Etant encore libre de penser ce que l'on veut. Je laisse à chacun le choix d'associer les concepts qu'il veut au mot qu'il souhaite.
Je considère pour ma part et contrairement à ce que prêtant le "nouveau dictionnaire" que la nation n'est pas une question d'origine. On peut, à tout moment intégrer une NATION, dés l'instant ou l'on désire en apprendre et utiliser la langue, s'imprégner de sa culture et y participer, s'intégrer sincèrement et participer activement à la vie au sein du peuple...

Mais le débat reste ouvert Rüss et lorsque tout ce bastringue partira en vrille, si nous en avons encore la possibilité, nous pourrons débattre et développer les idées et les concepts à volonté entre deux ou trois escarmouches.

Bonne soirée
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
A l'époque de Cicéron, on ne connaissait pas les migrations de masse que l'époque actuelle peut permettre. Si à son époque, l'amalgame était sans conséquence, je trouve qu'aujourd'hui la nuance est de plus en plus importante.

Oui, quand on fait déjà partie d'un peuple, qu'on a pris pour soi toutes ses caractéristiques, ses gloires et ses bassesses, il est possible d'intégrer une nation à l'âge adulte.
Mais ce ne peut pas être une démarche personnelle. Seulement une acceptance de la part des "natio" existants. C'est la reconnaissance d'une égalité avec les "naturels", ceux qui sont nés dedans. Cette reconnaissance a posteriori s'appelle donc la naturalisation, ça n'a rien à voir ni avec la taxidermie ni avec le tamponnage d'un papier.

L'idée de nation est récente et a déjà causé de nombreuses guerres. Pendant des siècles, son absence ne s'est pas fait sentir.

Pendant des siècles en France, on pouvait être premier ministre ET être italien.
Simultanément, on avait beau être né sur place et n'avoir AUCUNE attache étrangère, si on était coupable d'escroquerie, on se faisait bannir. Dehors! Pas de ça chez nous, casse-toi.
Je trouve ça mieux que la situation actuelle.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
"parmi les personnes qui m' ont le plus marquées dans ma vie ( sens et valeur moraux, probité, qualités humaines etc... ) j' ai le souvenir de beaucoup de militaires et d' officiers"

Moi ceux qui m'ont marqué, ce sont surtout les mâles
L'officier galonné, le légionnaire habile
Les années ont passé, mais que me reste-t-il
De cet ému souvenir ? Une fissure anale ?

Bien à vous, Frédéric P.
Evaluer :   2  3Note :   -1
EmailPermalink
étrange ( bien que très désopilante ) poésie !

allez, pour ces quelques vers et pour vous faire plaisir, je vous accorde pour aujourd'hui un bon gros "Neu-neu en silicone et à picots" tout recouvert de latex
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Bonne proposition :-)
Evaluer :   2  2Note :   0
EmailPermalink
La bonne question qu'il faudrait poser est celle du contrat social. S'il y a contrat, j'aimerais bien qu'on me montre le document avec ma signature. Et s'il n'y a pas de document montrant mon adhésion, il n'y a pas de contrat social qui tienne, et donc pas d'adhésion à l'autorité administrative qui régule le territoire, c'est à dire l'Etat.

Merci à l'éventuel juriste qui me fera remarquer qu'un contrat, en droit français, n'a pas besoin d'un document pour être valable. Il aura raison, sauf que pour qu'un contrat soit valable il faut échange des consentements. Et je n'ai jamais donné le mien, meme implicitement, soyez en bien sur.
Evaluer :   7  1Note :   6
EmailPermalink
...personnellement, je voudrais notamment qu' on me montre le contrat qui me lie à la Sécurité sociale, à ses différentes filiales et à ses organismes de recouvrement et de spoliation permanentes ; je voudrais qu' on m' indique sur quoi repose la légitimité des ruineux et dévastateurs "organismes sociaux français".
Evaluer :   7  1Note :   6
EmailPermalink
@ Frédéric P.
Cette légitimité repose sur les 2 ordonnances du 04 et du 19 octobre 1945 et sur rien d'autre !
A l'époque c'est de Gaulle qui était président du conseil, entouré de "rouges". Quand il a vu que la France en était revenue au "régimes des partis", il a claqué la porte (février 46).
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
et quand donc ses "ordonnances" ( d' une importance et de conséquences aussi capitales ) ont-elles donc été ratifiées par le Peuple ( référendum ) ou par ses représentants parlementaires ????
Evaluer :   2  1Note :   1
EmailPermalink
continuez plus loin...
QUI en octobre 45 avait donné à de Gaulle le droit de nous règlementer par ordonnances ?
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
bon alors, allons même plus loin... de quel droit de Gaule, officier de carrière, s' était-il permis de lancer depuis Londres son "appel du 18 juin" et alors que la France, son Armée et son gouvernement légal n' avaient pas encore capitulé devant l' ennemi et étaient toujours réputés être en guerre contre l' envahisseur allemand !?...
La réponse a été apporté au cours de son procès:
il a été condamné à mort par contumace pour désertion en temps de guerre.

Pour un secrétaire d'Etat en fonction, alors que les cadets de Saumur (par exemple) se battent encore, ça fait effectivement désordre.
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Frederic, le gouvernement Pétain n'a pas "capitulé" comme ne cessent de le proclamer les médias aux ordres du système depuis 1945. Il a signé un armistice, c'est à dire une suspension des hostilités, ce qui a permis à la foule qui errait sur les routes de se fixer, au sang d'arrêter de couler, à la moitié du territoire de rester libre jusqu'à novembre 1942 et donc d'y éviter l'étoile jaune, aux territoires d'Outre mer d'éviter l'invasion ce qui aurait prolongé la guerre de 10 ans au moins et de reconstituer grâce à Weygand une armée qui a stoppé les Allemands sur la Dorsale tunisienne début 1943, ce qui a sauvé notre or ou ce qui n'avait pas été dilapidé par le Front Popu, récupéré intact par De Gaulle en 1945. Notre flotte la 3ème du monde reste hors d'atteinte de Hitler.
Relisez la guerre de 1870 qui a beaucoup de similitudes avec celle de 1940. Quoiqu'on pense de Thiers, c'est lui qui avait raison face à Gambetta dont l'irrédentisme nous a couté beaucoup plus cher. Pétain était sans illusion et savait qu'il sacrifiait sa gloire. Il l'a dit à son ministre de la Justice Joseph Barthélémy. Franco lui même lui conseilla de rester à Madrid et de laisser le Front Popu se dém*** avec les Allemands qui auraient envahi toute la métropole et mis en place un Gauleiter.
De Winston Churchill : « en juin 1940, après la bataille du Nord, l’Angleterre n’avait plus d’armée, nous n’avions pas vu la question des chars et celle de l’aviation sur un plan suffisant. L’armistice nous a, en somme, rendu service. Hitler a commis une faute en l’accordant. IL aurait dû aller en Afrique du Nord, s’en emparer pour poursuivre sur l’Egypte. Nous aurions eu alors une tâche bien difficile ! »
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
parfaitement d' accord avec tout ce que vous énoncez... après le gigantesque désastre français de 1940 ( merci aux brillants organisateurs de la défaite : Léon Blum, au déserteur Thorez et consorts !... ) on peut également et surtout mettre au bénéfice du Maréchal Pétain ( je mets à part les ignominies commises contre les Juifs ) le fait qu' il ait permis d' éviter à la France sa mise sous administration nazie totale par un Gauleiter comme ce fut le cas dans la plupart des autres pays occupés par l' armée allemande... La situation des Français aurait alors était beaucoup plus terrible ( rappelons aussi, que les bombardements anglo-américains ont fait pendant toute la guerre au moins 2 fois plus de morts civils et militaires français, campagne de '40 inclue, que tous les faits de guerre perpétrés par l' occupant allemand pendant la même période )
A part l'entourage essentiellement SFIO et PRS... Merci de nous éclairer si vous connaissez un peu le dessous des cartes.
Pour la petite histoire, en faisant un peu des recherches sur la sécu, j'ai découvert que le jour où elle a été créée : ordonnance du 04 octobre 1945, une autre ordonnance de ce même 04 octobre 1945 a créé l'ENA !!!!!!!!!!!
Je suis tombé sur le c... ! La sécu et l'ENA sont jumelles !!!! Comme quoi un malheur n'arrive jamais seul.....
Evaluer :   3  0Note :   3
EmailPermalink
Quand bien même il y aurait (eu) un contrat...
Les actions concrètes des chefs les ont désignés comme traîtres.

Si le capitaine marque contre son camp, n'exigez plus l'esprit d'équipe, ni même la discipline.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Nous sommes dans une démocratie représentative, le fait d'avoir élu des représentants donne force à ceux-ci de contracter par la loi entre notre nom. On vous opposera la manifestation des volontés et qu'il n'est besoin d'aucun formalisme.
L'élu est un véritable dictateur pendant la durée de son mandat et il le sait.
Il n’empêche que pour nombre de questions, il serait bon demander l’expression du peuple, donc de pratiquer le référendum
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Je suis d'accord avec vous sur le fait que dans la situation actuelle, il est urgent de recourir au référendum pour les questions essentiels concernant l'autorité de l'état et les modalité d'utilisation de l'argent public ou de gaspillage de l'argent des générations futures.
Par contre la concept de "démocratie représentative" est un non sens absolu. La démocratie ayant pour racines "Demos" le pouvoir et "Kratos" le peuple, ce qui se traduit par pouvoir du peuple, ne peut, de par son sens originel être représentative.
La notion de représentativité a été initié par ceux qui se sont approprié le pouvoir après s'être substitué au pouvoir précédent.
La démocratie c'est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple et non cette caricature pathétique de quelques individus réunis dans un bâtiment et décidant de tout, en lieu et place du peuple.
Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
Nous sommes d'accord, il nous faut donc reprendre notre bien, c'est à dire notre destinée en un mot notre liberté
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Absolument d'accord Claude
Il y a aussi la variante "démocratie populaire" qui montre bien qu'il ne faut pas se payer de mots. Que la manipulation des mots est le début de lamanipulation des concepts... et des hommes !
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
Parfaitement d'accord.
Il y a aussi la "dictature du prolétariat" dont la durée n'était pas limitée en temps de calendrier comme les autres dictatures mais terminée par l'atteinte de certains objectifs sociétaux. Possiblement illimitée, donc !!
Evaluer :   1  1Note :   0
EmailPermalink
"L'élu est un véritable dictateur pendant la durée de son mandat"

Dans son sens originel, le dictature est bien un mandat à durée déterminée, durant lequel la structure politique et les autres pouvoirs demeurent.
La Vè république a prévu de confier la dictature à son président dans certains cas d'urgence, ça ne supprime pas la constitution, ça la renforce même puisqu'elle est alors entièrement appliquée.
Habituellement ça reste une mesure exceptionnelle à des évènements exceptionnels (et ponctuels).
Ca ne peut pas concerner toute la durée d'un mandat, depuis son premier jour.
Ca ne peut pas non plus concerner un député siègeant dans son assemblée.
Mais votre consentement, vos parents l'ont donné pour vous !
Ils vous ont reconnu je suppose... Ils ont déclaré votre naissance, etc...
A quoi croyez-vous que ça sert ?
Evaluer :   1  0Note :   1
EmailPermalink
Déclarer la naissance de ses enfants est un acte obligatoire auquel les parents ne peuvent pas déroger. Cela sert à vous inscrire sur les registres de l'état civil de la plantation où vous devrez trimer toute votre vie, et à garantir qu'un numéro vous soit affecté.

Là encore, c'est une opération obligatoire, qui n'a absolument rien à voir avec un contrat, qui par nature est librement consenti.
Evaluer :   4  0Note :   4
EmailPermalink
Connaissez-vous les "Freeman on the land" ?
http://en.wikipedia.org/wiki/Freemen_on_the_land
Eux ne veulent pas être enregistrés, et contestent la validité du contrat social auquel ils n'ont pas donné leur consentement.
Dernier commentaire publié pour cet article
parfaitement d' accord avec tout ce que vous énoncez... après le gigantesque désastre français de 1940 ( merci aux brillants organisateurs de la défaite : Léon Blum, au déserteur Thorez et consorts !... ) on peut également et surtout mettre au bénéfice d  Lire la suite
fredbob - 03/03/2014 à 11:06 GMT
Top articles
Derniers Commentaires
L'illusion de la gratuité
19:43zelectron
Même Hollande s'était fendu d'un : c'est gratuit, c'est l'état qui paye.
Propriété menacée. La société de l’usage, c’est la société du serva...
19:38zelectron
L'ignominie de cette proposition montre à quel point le communisme a laissé des traces quasi- indélébiles pour les débiles de la société.
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
14 nov.Alain J.
et pourquoi çà monte et çà baisse ensuite Il y a 10 ans l'article ci dessus aurait pu s'écrire ... mais autrement. Je suis les articles sur l'o...
Comment on a étranglé la Grèce. Mediapart
15 nov.Patrick W1
La video doit être absolument regardée. Je l'ai vue, et j'ai envie d'acheter le livre de Varouflakis " Conversations entre Adultes" et de voir...
Or, pourquoi ça baisse, pourquoi ça va monter ensuite !
13 nov.blitzel
Ahahah, ils veulent nous saborder le "mental." Erreur aujourd'hui mercredi 13 pleine lune sur la dégringolade des cours des banques, Elles ...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
13 nov.blitzel
Article impeccable. Un 11 novembre dans les labours Quand j'entends cela, cela nous rappelle, "aux oreilles de nos ancêtres dans les tranc...
Pour « sauver la planète », l’industrie tue les campagnes. Reporterre
08 nov.Patrick W3
Tout ce que vous notez est trop vrai.!!!....trop sombre, et le véritable drame est que la machine ne s'arrêtera pas, quelque soient les actions men...
Grâce aux taxes, la France s’appauvrit sans souci
07 nov.Bernard Conte
Le gouvernement "force" la consommation notamment par la norme. https://blog-conte.blogspot.com/2018/11/forcer-la-consommation-par-la-norme.html
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX