Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Sauvez les meubles

IMG Auteur
 
Publié le 27 octobre 2011
565 mots - Temps de lecture : 1 - 2 minutes
( 3 votes, 3,7/5 ) , 1 commentaire
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
0
envoyer
1
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

 

 

 

 

En dépit de toutes les pressions des dirigeants européens, aucun accord concernant la décote grecque n’a pu encore être enregistré à Bruxelles à une heure trente du matin, ce qu’a confirmé l’Institute of International Finance. Voilà qui illustre le rapport de force entre les mégabanques et les chefs d’Etat et de gouvernement, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy allant jusqu’à interrompre le sommet pour négocier avec les représentants des banques dans le bureau du président de l’Union européenne, Herman van Rompuy. Dans quel monde sommes nous dans lequel les dirigeants de l’Allemagne et de la France doivent composer avec les banques sans pouvoir imposer leurs vues ?


Au terme de près d’une semaine de négociations, le résultat reste cette nuit très maigre. Afin de sauver les apparences, il est mis en avant l’accord intervenu à propos de la recapitalisation des banques, devenu par la force des choses le principal objectif du sommet, seul résultat tangible à présenter. Le montant global qu’elle représentera sera annoncé « en temps utile par les autorités européennes », a précisé le ministre polonais des Finances, Jacek Rostowski, qui a poursuivi : « Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une procédure exceptionnelle [qui ne] se reproduira pas [et] ne sera pas permanente ».


Mais Traian Basescu, le ministre Roumain des finances, a aussitôt malencontreusement vendu la mèche dans un couloir en déclarant « Que le montant soit de 100 ou 200 milliards d’euros, il sera suffisant pour les six ou sept premiers mois. S’il faut des montants supérieurs, nous en parlerons plus tard ». L’EBA, régulateur européen des banques, a de son côté donné le chiffre de 106 milliards d’euros, alors que la décote grecque n’a pas été fixée, dont l’incidence sur les besoins de recapitalisation est forte…


Tout cela a un petit côté stress test qui ne dit pas son nom, ne pouvant plus être crédible ! Il est par ailleurs prévu que des garanties publiques permettront aux banques de s’assurer des financements à moyen et long terme, le court terme étant du ressort de la BCE, qui va par ailleurs continuer d’acheter des obligations sur le marché secondaire.


Sur le troisième volet du triptyque, le résultat des sommets est en pointillé. Deux mécanismes de levée de fonds ont été retenus dans leurs grandes lignes, comme prévu, mais seul le premier a été accompagné d’un chiffrage des moyens financiers qu’il permettra de mobiliser. La somme ronflante de 1.000 milliards d’euros est mise en avant, en oubliant de signaler qu’il s’agit d’un montant potentiel et que l’attitude des investisseurs au montage financier qui leur sera proposé – une garantie de leurs pertes à hauteur plafonnée de 25% du montant de leur investissement – est une totale inconnue.


Le second mécanisme, qui pourrait concerner la Chine, le Brésil et la Russie, et impliquer le FMI, est totalement dans les limbes et ne pourra pas être prêt pour être présenté au G20, sa configuration étant à géométrie variable. On en reste donc à l’esquisse, car presque tout reste à faire, une fois enregistré les manifestations d’intérêt des pays concernés, qui ont été sollicitées. On peut seulement retenir que sa mise sur pied est indispensable, vu la surface financière potentielle limitée du premier dispositif.


Il est question qu’une nouvelle réunion des ministres des finances soit organisée dans les tous prochains jours, afin de tenter de finaliser ce qui pourra l’être.



Billet rédigé par François Leclerc

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Brésil | Russie | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Brésil | Russie | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :3,7 (3 votes)
>> Article suivant
Paul Jorion, sociologue et anthropologue, a travaillé durant les dix dernières années dans le milieu bancaire américain en tant que spécialiste de la formation des prix. Il a publié récemment L’implosion. La finance contre l’économie (Fayard : 2008 )et Vers la crise du capitalisme américain ? (La Découverte : 2007).
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
Je cite Paul:
"Dans quel monde sommes nous dans lequel les dirigeants de l’Allemagne et de la France doivent composer avec les banques sans pouvoir imposer leurs vues ?"
Welcome to the real world Paul!

Dernier commentaire publié pour cet article
Je cite Paul: "Dans quel monde sommes nous dans lequel les dirigeants de l’Allemagne et de la France doivent composer avec les banques sans pouvoir imposer leurs vues ?" Welcome to the real world Paul!  Lire la suite
WakeUp - 27/10/2011 à 16:20 GMT
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX