Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en
Dans la même rubrique

Soupçonnez, déclarez, ou… gare à TRACFIN. Le billet d’Hubert !!

IMG Auteur
Publié le 13 juin 2017
1193 mots - Temps de lecture : 2 - 4 minutes
( 7 votes, 5/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation Tous les Articles  
[titre article pour referencement]
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Editoriaux

CE QUE L’ON VOIT
Nommé le 17 mai dernier au poste de ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin a pris la suite de Michel Sapin, lors de la passation de pouvoir qui a eu lieu le 18 mai à Bercy. Illustration de « l’ouverture politique pragmatique » d’Emmanuel Macron, ce nouveau ministre était, en son temps, coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy et vice-président de la région Hauts-de-France. Il est toujours intéressant de retenir le nouveau nom qui détermine le champ de compétence des ministères, lors des changements de gouvernements. Michel Sapin était le ministre de « l’Économie et des Finances ». Gérald Darmanin est le ministre de « l’action et des comptes publics ».Comme indiqué dans le Décret n° 2017-1082 du 24 mai 2017, il est, entre autres, responsable de l’ensemble des comptes publics et de la stratégie pluriannuelle des finances publiques. Nouveauté par rapport à son prédécesseur, « en matière d’action publique, il prépare et met en œuvre la politique de transformation de l’État ». Dans l’étendue de sa sphère de compétences, il a autorité sur « le service à compétence nationale dénommé TRACFIN ». Geste politique significatif, il a, dès le 26 mai, effectué sa première visite aux agents de ce service de l’administration fiscale.TRACFIN : acronyme de « traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins », c’est un des services de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) du ministère de l’Économie et des Finances. Il est chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Créée par la loi n° 90-614 du 12 juillet 1990, cette « cellule de renseignement financier » est devenue service à compétence nationale par le décret n° 2006-1541 du 6 décembre 2006. Ce service travaille en étroite collaboration avec le groupe d’action financière (GAFI), organisme intergouvernemental indépendant, créé en 1989 lors du sommet G7 tenu à Paris. Le « réseau GAFI » couvre 183 juridictions engagées dans la lutte contre la délinquance financière internationale. Au niveau communautaire, TRACFIN est engagé dans les travaux du comité sur la prévention du blanchiment de capitaux et du financement du terrorismeau sein de la Commission européenne.Pour remplir sa mission, TRACFIN dispose de pouvoirs étendus qui sont définis aux articles L 561-25 et suivants du code monétaire et financier :

  • Droit de communication auprès des professionnels impliqués dans la lutte anti blanchiment, de même qu’auprès des administrations d’État, des collectivités territoriales et des établissements publics.
  • Droit d’opposition à la réalisation d’une opération financière qu’elle jugerait douteuse.

La liste des professionnels concernés par le dispositif antiblanchiment ne cesse de s’allonger. Actuellement :

  • Pour ce qui est des professions financières : les banques et établissements de crédit, les établissements de paiement, les instituts d’émission, les assureurs, les entreprises d’investissements, les changeurs manuels.
  • Pour ce qui est des professions non-financières : les intermédiaires immobiliers, les responsables de casinos, les responsables des groupements, cercles et sociétés organisant des jeux de hasard, des loteries, des paris, des pronostics sportifs ou hippiques (Française des Jeux, PMU…), les personnes se livrant habituellement au commerce ou organisant la vente de pierres précieuses, de matériaux précieux, d’antiquités ou d’œuvres d’art, les experts comptables, les commissaires aux comptes, les notaires, les huissiers de justice, les administrateurs et mandataires judiciaires, les avocats, les commissaires-priseurs judiciaires, les sociétés de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, les sociétés de domiciliation, les agents sportifs, les personnes autorisées à la gestion et à la mise aux enchères des quotas d’émission de gaz à effet de serre.

Pour simplifier, on peut dire que tout professionnel intervenant dans un ou des échanges financiers, sous quelque forme que ce soit, est soumis à la « règlementation TRACFIIN ». On s’imagine facilement que ses banquiers et ses conseillers financiers soient « naturellement » soumis à cette réglementation, mais ils ne sont pas les seuls. Sont aussi concernés : son notaire, ses avocats, son expert-comptable, son commissaire aux comptes, son assureur, son huissier, son agent immobilier, sa société de domiciliation. La réglementation est « très bien faite » car elle met à la charge du professionnel concerné, deux obligations :

  • un devoir de vigilance, c’est-à-dire qu’il doit s’assurer de l’identité de son client, de la provenance et d’une destination licite, des fonds ou de l’opération en question ;
  • une déclaration de soupçon à TRACFIN s’il « sait, soupçonne ou a de bonnes raisons de soupçonner que les sommes ou opérations proviennent d’une infraction passible d’une peine privative de liberté supérieure à un an, ou participent au financement du terrorisme».

Si l’intermédiaire ne respecte pas la réglementation, il est lui-même passible de sanctions (article L 561-40 du code monétaire et financier) qui vont de l’avertissement, en passant par le blâme, puis l’amende, jusqu’à l’interdiction d’exercer. De plus, si un de ses clients est reconnu coupable d’une infraction qui n’a pas fait l’objet d’une déclaration de soupçon de sa part, il est considéré comme complice et donc pénalement sanctionnable.

Dès lors, on « comprend mieux » le zèle de certains banquiers quant aux renseignements « personnels « qu’ils vous demandent parfois.

CE QUE L’ON NE VOIT PAS

Le 30 mai dernier, la BNP vient de se voir infliger par la commission des sanctions de l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) un blâme et une « amende record » de 10 millions d’euros. Ce qui est très intéressant, quand on lit attentivement cette décision, c’est que le motif des sanctions n’est pas le défaut de déclaration de soupçons, mais que « les effectifs de BNP Paribas dédiés au traitement des propositions de DS (déclarations de soupçons) n’étaient pas suffisants pour respecter les obligations déclaratives du groupe à Tracfin ». Autrement dit, la BNP n’a pas affecté suffisamment de personnel pour « mieux fliquer » ses clients.

Tiens, tiens… Il me revient en mémoire que le « patron » de l’ACPR est le gouverneur de la banque de France qui est, actuellement… François Villeroy de Galhau. Les lecteurs assidus de mes billets se souviennent que, dans celui du 27 mai dernier, j’ai attribué la mention « très bien » à la progression de la carrière du « père François »… Pas le pape, l’ancien directeur général de… la BNP !!

Figurez-vous qu’à l’époque des faits sanctionnés, « François BNP » était le directeur général en charge des services « défaillants » de la banque. Ceux à qui « François ACPR » reproche des manquements à la stricte observation de la réglementation TRACFIN. « Amusant » non ? Ni coupable ni responsable, bravo l’artiste !

ET MES SOUS DANS TOUT ÇA ?

Cette amende de 10 millions d’euros, devinez qui va la payer ? Les clients de la BNP, sous la forme de « frais divers et variés » ! Au risque de passer pour un rabâcheur… DÉ-BAN-CA-RI-SEZ-vous !

Ce que voit Alex Andrin

Ils ne sont « ni responsables ni coupables »,
S’étant organisés pour être intouchables.
Alors qu’ils nous imposent une réglementation
Dont ils « contrôlent » eux-mêmes la stricte application.
Tout cela, bien sûr, pour notre « sécurité »,
Leur seul but est la fin de nos liquidités.
Gardez confiance, je vous aime et vous salue.

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : France | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : France | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (7 votes)
>> Article suivant
Charles Sannat est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires Il a exercé les fonction de directeur des études économiques de la société Aucoffre.com de 2012 à 2015, et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». Il a fondé en Septembre 2015 le site Insolentiae.com et se consacre depuis pleinement à ce nouveau projet éditorial.
Commenter cet article
>Suivre tous les commentaires du site
Vous devez être connecté pour commenter un article8000 caractères max.
connectez-vous ou inscrivez-vous
  Tous Favoris Mieux Notés  
Contrôler tracfin n'est pas seulement fliquer les gens, c'est aussi le moyen de blanchir l'argent des pourris. Les politiques ont le privilège d'un traitement "spécial" à Bercy : dossier fiscal confidentiel, filière sûre pour les comptes à l'étranger, contrôle/déclaration bidon, valise/immunité diplomatique, etc... le revers de la médaille est qu'une fois riches les pourris sont obligés de passer leurs vacances suffisamment loin pour ne pas être reconnus.
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Vous avez parfaitement raison. J'ai d'ailleurs entendu dire (rumeurs tenaces) que le magicien EM aurait des "noisettes" à l'étranger. Il s'agirait d'un compte offshore ouvert sur une île située en mer des Caraïbes...

Vrai ? Pas vrai ?

Généralement, il n'y a pas de fumée sans feu. On se souvient de Cahuzac... On remarque aussi qu'un nombre non négligeable de politicards se retirent discrètement à l'étranger après avoir occupé de hautes fonctions.

Ancien ministre en Suisse, ancien président au Maghreb, etc...

Evaluer :   5  0Note :   5
EmailPermalink
La France est le théatre d'un "espionnage" financier généralisé. Tout ce que vous faîtes, même ce qui vous paraît anodin, est décortiqué, recoupé, etc...

Alors, que faire, sachant que la conclusion de cet article est "débancarisez vous".

C'est un peu court et le citoyen lambda se demande comment faire. Doit il vivre sans compte en banque ? Est-ce seulement possible ?

Dans notre monde moderne, il est pratiquement impossible de vivre sans compte bancaire. Alors, oublions cette fausse bonne solution.

Pour rendre plus difficile les statistiques sur vos opérations, il faut multibancariser. Votre multibancarisation répartira le risque. Et quand je parle de risques, je pense à la défaillance d'un établissement bancaire, mais aussi, au risque "pays".

Une multibancarisation efficace passe par l'ouverture de comptes dans plusieurs pays. Sachez que c'est parfaitement légal si la contrainte déclarative annuelle est respectée.

Dans le cas, où les choses tourneraient mal en France (c'est malheureusement probable), une partie de vos avoirs seraient déjà à l'étranger. C'est très important si vous devez quitter le pays !

Enfin, sachez qu'une fois devenu non résident, vous n'aurez, dans la majorité des situations, plus d'obligation de déclarer vos comptes bancaires étrangers à la France.

Pour éviter toute situation "bancale" arrangez vous pour rompre totalement avec la France (vente de tout l'immobilier, fermeture des comptes bancaires, comptes titres, et produits d'assurance...).

A titre personnel, j'évite même toute transaction sur des actions ou obligations Françaises, même initiées depuis l'étranger.

En un mot, comme en cent, la politique menée par la France est irrespectueuse de mes libertés individuelles, de mes libertés financières. Mon opposition à cette politique doit être totale et définitive.
On me répète, en ces temps d'élections législatives que EM signifie "En Marche" et "Emmanuel Macron". En Marche avant ? En Marche arrière ? En Marche vers une forme de totalitarisme ? Oui, c'est bien ça, En Marche vers une certaine forme de totalitarisme et d'écrasement du citoyen...

Il ne l'ont pas encore compris, mais nos concitoyens ont voté EM, comme "Encule Moi". Le Français aime la sodomie, pas moi...
Evaluer :   6  0Note :   6
EmailPermalink
Il est d'ailleurs vraiment étonnant que les autres partis se soient dissous dans le mouvement en marche. Mais il apparaît cependant que si le Mouvement de Macron remporte autant c'est que le citoyen ne croit plus en la politique et s'abstient.
En Marche remporte tous les sièges que les autres partis ont abandonnés, ce n'est pas une victoire, sauf une réussite sur le vide. Cela ne peut aller bien loin, la majorité silencieuse risque fort de faire du bruit.
Avec 16% d'intention de vote au 1er tour, il aura la "majorité des sièges à l Assemblée, mais il n'ira pas loin. Il y aura des mouvements de rues inévitables.
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Il n'y a pas de mouvement massif de rue sans médiatisation... et à qui appartiennent les médias...?
Non, quand le lambda de réveillera réellement, il sera trop tard pour lui... à chacun de s'organiser pour ne pas en être un.
Le "salut" sera individuel et en petit groupe... général, ce n'est plus possible depuis bien longtemps.

Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
Il n'y a pas de mouvement massif de rue sans médiatisation... et à qui appartiennent les médias...? Non, quand le lambda de réveillera réellement, il sera trop tard pour lui... à chacun de s'organiser pour ne pas en être un. Le "salut" sera individuel e  Lire la suite
jack.be - 14/06/2017 à 06:59 GMT
Note :  2  0
Top articles
Derniers Commentaires
Les Américains qui décèdent ont en moyenne une dette de 62 000 $
20:33Cracker's1
Merci pour ces quelques conseils de bon sens... malheureusement un peu trop simple pour le commun des mortels et surtout à contre courant de la bon...
26/06, Les cours de l’or plongent alors que l’Italie sauve ses banques
17:58woodi2
Espérons que le rebond sera conséquent et que nous sommes à la veille du vrai rallye. Parce que le temps se fait long et les menaces pèsent de tout...
L’Italie met 17 milliards d’euros pour sauver ses banques, mais tou...
16:17glanduron3
N'importe quoi, n'importe quoi... Ont ils seulement le choix ? Si les Italiens ne sauvent pas leurs banques, ils courent tout dro...
Flat tax sur les assurances-vie
16:03Josey Wales2
La taxation des metaux precieux n'a qu'un seul et unique objectif : les empecher de reprendre leur statut de monnaie. Imaginez une taxe de 10% cha...
IMPORTANT! Vers l’invasion du Qatar par l’Arabie Saoudite cet été ?
15:19glanduron0
Ce serait bien ! Sur fond de risques géopolitiques, le pétrole, les métaux précieux prendraient le chemin de la hausse. Du rififi dans le ...
26/06, Les cours de l’or plongent alors que l’Italie sauve ses banques
15:00Saphir
Marine n'avait nullement l'intention de nous sortir de ce merdier, c'est elle qui l'avait dit. https://youtu.be/jDugyZ1vhZQ?t=11m40s
L’enquiquinante image négative des migrants
14:24glanduron
@merisier, Nous ne nous sommes pas compris. Ce que je voulais dire dans mon précédent message est que la fonction présidentielle est d'ore...
Une retraite Royal ? Que nenni !
10:43Librio
Là, c'est fait visiblement ;) http://www.bfmtv.com/politique/segolene-royal-devient-ambassadrice-pour-les-poles-arctique-et-antarctique-1...
Articles les plus commentésFavorisPlus...
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX