Fermer X Les cookies sont necessaires au bon fonctionnement de 24hGold.com. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez leur utilisation.
Pour en savoir plus sur les cookies...
AnglaisFrancais
Cours Or & Argent en

Soyez votre propre banque centrale

IMG Auteur
 
 
Publié le 11 décembre 2012
1751 mots - Temps de lecture : 4 - 7 minutes
( 11 votes, 5/5 ) , 5 commentaires
Imprimer l'article
  Article Commentaires Commenter Notation  
0
envoyer
5
commenter
Notre Newsletter...
Rubrique : Or et Argent

 

 

 

 

Selon le Financial Times, une étude menée récemment par la Commission Européenne sur les obligations jointes a conclu que de l’or aurait pu être utilisé comme nantissement dans le cadre de l’établissement de ces obligations. Afin de renforcer la garantie des Euro-obligations, les gouvernements sont autorisés à faire usage de nantissements grâce, par exemple, à leurs réserves d’or ‘dont les quantités excèdent généralement de très loin leurs besoins’.

 

La semaine dernière, le Conseil Mondial de l’Or rapportait que les banques centrales ont continué d’accumuler de l’or tout au long du troisième trimestre de cette année et indiquait que ‘les activités des banques centrales continuent de confirmer nos prévisions d’achat pour le Q3. Leurs achats nets ont augmenté au cours de ces trois derniers mois pour atteindre 148,4 tonnes… Cette tendance devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année’.

 

Le caractère judicieux de l’utilisation d’or comme nantissement et les raisons qui se cachent réellement derrière l’accumulation d’or des banques centrales sont deux questions qui méritent d’être discutées séparément. Le fait est que les banques centrales semblent concentrer de plus en plus leur attention sur l’or. Et si même les banques centrales reconnaissent la valeur réelle de l’or, pourquoi n’existe-t-il pas plus d’investisseurs particuliers ?

 

Les réserves d’or de la BCE

 

Les banques centrales de la zone Euro possèdent 10.792 tonnes de métal jaune. Selon le FT, cela représenterait 6,5% des quantités d’or extraites jusqu’à aujourd’hui. Cet or a une valeur approximative de 590 milliards de dollars, ce qui n’est rien en comparaison à la dette pesant sur la zone Euro, mais qui est toutefois une somme considérable. Selon le rapport du Conseil Mondial de l’Or, les ventes d’or des banques Européennes se sont fortement dissipées ‘à mesure que les turbulences économiques et financières leur ont fait preuve de la stabilité que peut apporter l’or à leurs réserves de devises’.

 

Les investissements des banques centrales sur le marché de l’or indiquent clairement un mouvement de long terme. Au cours de Q3, alors que leur accumulation d’or continuait d’augmenter, le prix de l’or atteignait un record historique à plus de 1900 dollars, ce qui indique clairement qu’elles ont non seulement une vision haussière du marché de l’or, mais qu’elles sont également plus attachée à la valeur de l’or qu’à son prix.

 

Même les technocrates se trouvant au sommet de la machine qui nous a plongés tous autant que nous sommes dans ce précipice financier, reconnaissent le rôle de protection de valeur de l’or.


En 2009, le directeur des opérations de marché de la BCE déclarait que ‘dans une crise généralisée qui nous a conduit à la répudiation de dettes étrangères et à l’isolation internationale de certaines nations, l’or demeure le moyen de paiement ultime, c’est pourquoi les banques centrales continuent de l’accumuler’.

 

De la crise naît une ruée vers l’or

 

C’est là exactement ce dont nous pouvons témoigner aujourd’hui. Nous sommes plongés dans une crise généralisée, et les données publiées de toutes parts nous montrent que les banques centrales réagissent en renflouant leurs réserves d’or. Le meilleur exemple qui soit est le rapatriement depuis la banque d’Angleterre de 150 à 200 tonnes d’or par le président du Venezuela Hugo Chavez. Il ne se passera pas bien longtemps avant que les pays du monde n’intègrent à nouveau l’or à leurs opérations commerciales.

 

Après que certaines personnes aient suggéré que l’or de l’Allemagne soit utilisé dans le cadre de la distribution de plans de sauvetage en Europe, le ministre Allemand de l’Economie Philip Roesler a déclaré que l’or de l’Allemagne demeurerait intouchable. Pour lui, le métal jaune est bien trop précieux pour jouer un rôle dans la crise fiduciaire et ne devrait être utilisé que dans le cadre de l’établissement d’un nouveau système monétaire.

 

Le directeur des opérations de marché de la BCE a ajouté que ‘quatre raisons se cachent derrière l’accumulation d’or des banques centrales. La sécurité économique, la capacité à faire face à des imprévus, la question de confiance et le risque lié à la diversification’.

 

Ces quatre critères doivent être pris en compte non seulement par les banques centrales mais également par les investisseurs, les épargnants et toute personne qui tienne un minimum à son capital.

 

La sécurité économique

 

L’or a été choisi comme devise à travers les temps en raison de ses qualités uniques et de sa réputation méritée de réserve de valeur en temps de crise. Tout au long de l’Histoire, les civilisations ont accumulé de l’or pour faire face à la crise. L’un des exemples les plus souvent cités est celui des Juifs qui ont fui l’Allemagne avec des barres d’or avec la certitude qu’elles leur permettraient de protéger leur capital, où qu’ils aillent.

 

L’un des meilleurs exemples du rôle de l’or en tant que protection contre les turbulences économiques est la consistance de son pouvoir d’achat à travers les âges. Par exemple, selon les recherches de James Turk, le prix du pétrole en grammes d’or n’a pas augmenté depuis 1945, contrairement à son prix en dollars qui a augmenté au-delà de toute attente.

 

La capacité de l’or à faire face aux imprévus

 

Le FMI décrit la présence d’or sur ses bilans comme fondamentale et dit vouloir continuer de posséder des quantités substantielles d’or parmi ses actifs, non seulement pour des raisons de prudence, mais également pour pouvoir faire face aux imprévus.

 

Après que le directeur de la BCE ait fait mention d’imprévus, il a cité comme exemple le cas de l’inflation, un indicateur économique duquel tout le monde se soucie. Cette semaine, Casey Research indiquait que ‘la prochaine étape de cette crise de la dette sera une accentuation de la perte de confiance envers les devises fiduciaires. Une telle crise des devises se mesure traditionnellement par une hausse de l’inflation qui engendre une hausse des taux d’intérêts qui à leur tour ne font rien pour améliorer la situation.

 

L’inflation catastrophique dans laquelle sont plongées les devises en zone Euro et en Grande-Bretagne va bien au-delà des prévisions des banques centrales et ce, malgré la manipulation de l’inflation qui permet d’amoindrir son taux réel. L’inflation est une confiscation de capital causée par une augmentation de la base monétaire.

 

Le système actuel permet aux banques, et pas seulement aux banques centrales, de créer de la monnaie et de nourrir l’inflation. Nixon a fermé le guichet de l’or en 1971, c’est pourquoi il ne faut pas s’étonner si une voiture qui coûtait 3542 dollars en 1971 vaut 30.000 dollars aujourd’hui. Ajoutez à cela les vagues de quantitative easing et plans de sauvetages, et il devient évident que les banques centrales et hommes politiques ont perdu le contrôle de l’inflation.

 

Acheter de l’or physique est un bon moyen de protéger votre capital. Ses réserves disponibles sont inélastiques, et personne ne peut en influencer la valeur à la baisse en en créant plus, contrairement à notre système papier. L’or, comme nous l’avons vu plus haut, est une ressource finie, et l’inflation de ses réserves disponibles n’est influencée que par les nouvelles découvertes minières qui, par nature, sont limitées.

 

Une question de confiance

 

Si les banques centrales achètent davantage pour diversifier et sécuriser leur capital, cela signifie que même ceux qui participent au paradigme monétaire actuel ont des doutes quant à sa stabilité. Tout au long de l’Histoire, les individus s’en sont toujours retournés à l’or en temps de crise. Les crises ne sont autres que le début de l’effondrement d’un système monétaire fiduciaire.

 

Jamais un système fiduciaire n’est parvenu à subsister plus de 40 ans. Notre système actuel est le seul de son genre à avoir tenu debout si longtemps, bien qu’il ait vu le prix de l’or augmenter de 500% sur 10 ans. Si cela ne signifie pas que les gens perdent confiance en la devise fiduciaire et se tournent vers l’or, en alimentant la demande, alors je ne sais pas de quoi il s’agit.

 

La raison pour laquelle nous avons, jusqu’à présent, accepté d’utiliser des morceaux de papier comme monnaie n’est autre que la confiance que nous leur portions autrefois. En revanche, ayant assisté aux incohérences causées par l’effondrement de Northern Rock et l’implosion de la crise des subprimes aux Etats-Unis, nombreux sont ceux qui se demandent désormais si les banques seront un jour capable de leur retourner leur monnaie. Aujourd’hui, tous ceux qui possèdent des comptes en banque en Angleterre sont protégés à hauteur de 85.000 livres. Mais combien de temps un tel système pourra-t-il encore être supporté ? Qui peut bien garantir le gouvernement Britannique ?

 

Et personne ne semble se demander d’où proviendrait tout cet argent... Combien de temps cela pourra-t-il durer ? Notre gouvernement n’est pas loin derrière celui de l’Irlande, une nation qui elle aussi avait promis sa protection à ses contribuables et à ses banques. Le gouvernement peut-il protéger toute notre épargne ? Je ne pense pas.

 

Le problème de la diversification du risque

 

C'est sans surprise que cet argument apparaît bien souvent comme le plus persuasif de tous. Seuls très peu de personnes comprennent que leur banque est en banqueroute. Seuls très peu de personnes épargnent sur l’or, qui ne représente qu’1% du total des actifs financiers. Aujourd’hui, les banques centrales sont plongées dans une situation difficile et même, elles apprécient de se diversifier en-dehors du système fiduciaire.

 

Malheureusement, de nombreux investisseurs n’ont pas encore commencé à allouer leur capital à la manière des banques centrales. Des études ont prouvé que les portefeuilles d’investissement qui ne contiennent pas d’or souffrent de bien plus de volatilité que ceux qui en disposent.

 

Comme beaucoup de gens le savent, le système monétaire qui tient en otage notre capital est basé sur une unité de compte instable. Cette instabilité apparaît pour une multitude de raisons allant de la création de crédit à la réserve fractionnaire en passant par les instruments financiers et la capacité des banques centrales à manipuler la masse monétaire. Au beau milieu de tout cela, l’or a su prouver de son utilité en tant que réserve de valeur sur le long terme.

 

Voilà donc ce qu’il se passe : les banques centrales se tournent vers l’or - et ce pour quatre raisons, qui nous mènent toutes à la même conclusion. L’or est une monnaie historiquement saine, stable et qui conserve sa valeur dans le temps. Il semblerait que les banques centrales commencent à perdre confiance dans le papier imprimé par leur gouvernement et dans le futur qui se présente devant nous. Il serait bon que nous aussi reconsidérions la sécurité de notre capital.

 

Comme le suggère Jim Sinclair, chaque investisseur devrait être sa propre banque centrale.

 

 

Données et statistiques pour les pays mentionnés : Etats-unis | Venezuela | Tous
Cours de l'or et de l'argent pour les pays mentionnés : Etats-unis | Venezuela | Tous
<< Article précedent
Evaluer : Note moyenne :5 (11 votes)
>> Article suivant
Publication de commentaires terminée
  Tous Favoris Mieux Notés  
selon Gerald Celente: GGG: Gold, Gun, Getaway... sur une île? Bresil?
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Du Silber Phyzz !!!
Bien Caché, loin des banksters !!!
Evaluer :   3  2Note :   1
EmailPermalink
Idéalement un investisseur actuel devrait avoir de l'or, de l'argent, un peu de cash, et pourquoi pas du diamant.

Tout le reste (actions, obligations) est basé sur un système de dettes.

Quand j'ai appris la comptabilité, on nous a expliqué que pour un bilan c'est plus avantageux d'avoir beaucoup de dettes que l'inverse...
- Si beaucoup de gens ont des dettes envers vous, vous êtes exposés à un risque de défaut de leur part (= notre situation de pays "riches" européens qui ont prêté à des pays "pauvres" et qui sont en bonne voie pour faire défaut)
- Si on a beaucoup de dettes envers les autres....il suffit d'emprunter un peu plus pour rembourser, et quand ça deviendra insoutenable, suffit de se déclarer en faillite et c'est surtout les autres qui vont morfler

Il existe ainsi des stratégies financières avec des règles qui démontrent qu'il est plus sain de se recapitaliser avec des emprunts qu'avec des fonds propres... (question de ratios et trucs du genre).

Un système qui prône l'endettement comme étant "sain" ne peut être que malade...
(Comme le disait une étudiante de ma classe, "je ne comprends pas ce truc, quand y a plus d'argent, ben y a plus d'argent, c'est tout quoi")
Evaluer :   7  1Note :   6
EmailPermalink
c'est un jeu dangereux, car dans tous les cas il y a un perdant, et le perdant c'est l'ensemble des épargnants.
Evaluer :   3  1Note :   2
EmailPermalink
c'est d'autant plus dangereux lorsque tout le monde est endetté envers tout le monde......à l'exception de l'Afrique peut être dont à ce qu'on dit elle n'a pas ou peu été affectée par les déboires de la finances........Message à tous les africains : dépécher vous de revendiquer votre puissance et independance car içi, dans le monde "civilisé et développé" nous avons une planète de dettes adossée sur du vent donc nous prendrions bien un "peu" de vos diamants, or et autre petites merveilles dont vos sols regorges"...........:/...............Je vois beaucoup de conflits pour demain.....je suis né 40 ans trop tard, flute............^^
Evaluer :   2  0Note :   2
EmailPermalink
Dernier commentaire publié pour cet article
selon Gerald Celente: GGG: Gold, Gun, Getaway... sur une île? Bresil? Lire la suite
MadLock - 11/12/2012 à 14:41 GMT
Note :  2  0
Top articles
Flux d'Actualités
TOUS
OR
ARGENT
PGM & DIAMANTS
PÉTROLE & GAZ
AUTRES MÉTAUX